Architecture, La BnF

Quatre tours et une passerelle

4 décembre 2008

Depuis la désignation de Dominique Perrault comme architecte de la Bibliothèque de France, devenue en 1994 Bibliothèque nationale de France, la situation a beaucoup changé. Les polémiques autour du bâtiment se sont, pour la plupart, tues. Lecteurs, visiteurs et personnels ont appris, parfois avec quelques difficultés, à se repérer dans un nouvel environnement, à en percevoir les aspects positifs et à vivre dans un lieu désormais inscrit dans le paysage urbain parisien. Bateaux et cars de tourisme ont inscrit une nouvelle station dans leurs itinéraires-promenades. La passerelle Simone de Beauvoir, 37e pont de Paris, dessinée par Dietmar Feichtinger, enjambe la Seine depuis l’esplanade de la BnF pour plonger vers le parc de Bercy et la Cinémathèque française. Tout le quartier Paris Rive Gauche est l’objet d’une opération d’aménagement de grande ampleur. Le bâtiment de la Bibliothèque nationale de France en a été l’un des premiers équipements réalisés.

Au-delà du « geste architectural » qui a marqué les années 1990, le bâtiment du site François-Mitterrand de la BnF doit pouvoir être resitué dans la lignée des nombreux architectes reconnus ayant attaché leur nom à la conception de bibliothèques. Citons ainsi, en France, Paul Chemetov (Montpellier), Pierre Riboulet (Limoges), Christian de Portzamparc (Rennes) ; à l’étranger, Rem Koolhaas (Seattle), Jan Kaplicky (Prague), Richard Meier (La Haye)… D’autres questions se posent aujourd’hui, liées à l’organisation de l’établissement, à sa nécessaire évolution pour s’adapter aux mutations de l’environnement, à la refondation des espaces situés en « haut-de-jardin », au développement durable…

Odile Faliu (BnF)

En savoir plus : la BnF en images

Partager ce billet
  • del.icio.us
  • Technorati
  • StumbleUpon
  • LinkedIn
  • Reddit
  • Google
  • Facebook
  • Digg
  • Twitter
  • Furl
  • Ma.gnolia
  • Wikio
  • YahooMyWeb
  • E-mail this story to a friend!