Archives pour le mois : octobre 2008

Pour les scolaires, Témoignages

Harry Potter : révolution ou nostalgie ? par Virginie Douglas

30 octobre 2008

© Gallimard

Il y a un peu plus d’une dizaine d’années, quand le jeune sorcier anglais à lunettes vit le jour, le mot de « révolution » était sur toutes les lèvres. Les lecteurs les plus récalcitrants se mettaient soudain à lire ; et l’épaisseur même des romans balayait toutes les certitudes des professionnels et des médiateurs du livre pour enfants quant aux capacités et aux limites des jeunes en matière de lecture.

Certes, le monde de la littérature pour la jeunesse n’est plus ce qu’il était avant le phénomène Harry Potter, de l’aveu même des éditeurs, qui s’arrachent désormais aux enchères, pour des sommes exorbitantes, les droits des derniers best-sellers internationaux. Mais J. K. Rowling, la créatrice du jeune héros, joue plus qu’on ne le croit sur la fibre nostalgique. Il n’y aurait pas eu de phénomène Harry Potter si le roman ne s’était pas attiré les faveurs non seulement des enfants, mais aussi de leurs parents, qui pour beaucoup d’entre eux appartiennent à la même génération que l’auteur. Lire le reste de cet article »

Partager ce billet :
  • del.icio.us
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • Google
  • Facebook
  • Technorati
  • Digg
  • Twitter
  • E-mail this story to a friend!

Publié par  Virginie Douglas

Agrégée d’anglais, docteur (auteur d’une thèse intitulée La subversion dans la fiction non-réaliste contemporaine pour la jeunesse au Royaume-Uni 1945-1995), Virginie Douglas est Maître de conférences au département d’anglais de l’Université de Rouen. Elle est également secrétaire de l’Institut international Charles-Perrault. Elle a notamment dirigé Perspectives contemporaines du roman pour la jeunesse, chez L’harmattan, collection “Références critiques en littérature d’enfance et de jeunesse”, 2003.

Témoignages

Commentaires, dites-vous ?

24 octobre 2008
Le Petit Prince d'Antoine de Saint-Exupéry

Reproduit avec l'aimable autorisation des ayants droit de l'auteur et des éditions Gallimard, © Editions Gallimard

Une ère passée, j’étais un petit enfant de 6 ou 8 ans, le souvenir précis m’en est perdu.
Un parent m’offrit « le petit prince ».

Le célèbre dessin de la couverture m’étonna. J’imaginais un enfant marchand sur une petite lune. Mais il ne chutait pas dans le vide, ce qui ne laissait pas de m’étonner.
Je ne comprenais pas pourquoi il voulait que l’auteur lui dessine un mouton. Cependant, gnome d’alors, j’avais la sensation de pénétrer pour la première fois dans le monde de la poésie.
J’ai immédiatement compris que l’auteur nous brossait une métaphore, bien que j’ignorais alors ce vocable. Il m’en a appris le concept. Ce monde n’était pas le mien, ni celui de ma vie quotidienne, heureuse et joueuse mais peu tournée vers ces aspirations. Lire le reste de cet article »

Partager ce billet :
  • del.icio.us
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • Google
  • Facebook
  • Technorati
  • Digg
  • Twitter
  • E-mail this story to a friend!

Témoignages

Gaston, libre-gaffeur, par André Gunthert

21 octobre 2008

Gaston Lagaffe et son chat, Bruxelles (cc) Ecololo

Lointain ancêtre de “Camera Café”, Gaston Lagaffe a été le premier personnage de BD a évoluer dans l’univers du travail quotidien – celui du journal “Spirou”, où officiait Franquin.
À une époque d’hyper-rationalité industrielle, ce héros est en train de devenir un cas social incompréhensible. Comment expliquer l’incroyable bienveillance de sa hiérarchie pour ce grand corps mou, toujours prêt à s’avachir, pour ce parasitisme ahurissant de la vie de bureau ? A-t-il vraiment existé un temps où l’on pouvait occuper un poste si peu utile à l’entreprise que son détournement systématique ne lui porte nul préjudice ? Oui, Gaston est le témoignage d’une époque qui ignorait tout de la valeur-travail, mais s’autorisait le laisser-aller, la flemme, voire la tire-au-flanc attitude. Lire le reste de cet article »

Partager ce billet :
  • del.icio.us
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • Google
  • Facebook
  • Technorati
  • Digg
  • Twitter
  • E-mail this story to a friend!

Publié par  André Gunthert

Chercheur et maître de conférences à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), André Gunthert a enseigné l’histoire de la photographie aux universités de Paris VIII, Paris III, à l’École nationale de la photographie d’Arles et à l’université de Mannheim. Elu en 2001 à l’EHESS, il y créé le Laboratoire d’histoire visuelle contemporaine (Lhivic). Auteur de nombreux articles et ouvrages consacrés à l’histoire des pratiques de l’image, il ouvre en 2005 le premier blog scientifique consacré aux études visuelles, Actualités de la recherche en histoire visuelle. Photos : Gaston Lagaffe et son chat, Boulevard Pacheco, Buxelles (cc) Ecololo ; Le petit Spirou, Bruxelles, (cc) karine*imagine ; Portrait A. Gunthert, D.R. Voir également : Exposition Le monde de Franquin, Cité des science

Médias, Vidéos

Revue de presse : Un éléphant au patrimoine

21 octobre 2008

Un éléphant au patrimoine, Le Figaro, Françoise Dargent, 16/10/2008
La Bibliothèque nationale expose les héros de la littérature enfantine. Une première.
Au Moyen Âge, les enfants de la noblesse se passionnaient pour les aventures chevaleresques de Renaud de Montauban, l’un des quatre fils d’Aymon de Dordogne. À la Renaissance, ceux qui avaient la chance de lire ne juraient que par Amadis de Gaule, sorte de roi Arthur rebaptisé « le beau ténébreux ».
(…)

Plongée dans les livres d’enfants d’hier et d’aujourd’hui, La Tribune.fr, Alain Baron, 15/10/2008
Quatre siècles de littérature enfantine à redécouvrir à la bibliothèque Mitterrand.
Voilà une exposition qui, malgré les apparences, s’adresse peut-être plus aux adultes qu’aux enfants. Il suffisait ce lundi d’entendre les exclamations des invités au vernissage de “Babar, Harry Potter et cie” pour s’en convaincre. “Regarde, chérie, il y avait cet album chez ma grand mère…”
(…) Lire le reste de cet article »

Partager ce billet :
  • del.icio.us
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • Google
  • Facebook
  • Technorati
  • Digg
  • Twitter
  • E-mail this story to a friend!

Témoignages

Babar je t’aime, par Tatiana de Rosnay

16 octobre 2008

Le Voyage de Babar, planche originale par Jean de Brunhoff 1932 (détail), BnF, Réserve des Livres rares © Jean de Brunhoff

Babar,

Je t’aime.
Et depuis si longtemps.

Tu n’as rien d’un top model, tu es définitivement enrobé, ton costume vert est démodé, tes guêtres blanches aussi, mais tu vois, voilà, je n’y peux rien, je t’aime.

Tu as 75 ans, et tu n’as pas pris une ride.

Je me souviens très bien de notre première rencontre, toi et moi. J’avais cinq ou six ans, je ne savais pas encore lire. Un appartement haussmannien où il faisait toujours froid. Une maman anglaise qui était dejà ta fan, une grand-mère russe qui roulait les « r », un père scientifique qui passait ses soirées à étudier, un grand-père peintre et loufoque qui me faisait rire. Tu es arrivé pour mon anniversaire, ou pour Noel, par ma marraine. Un grand album, haut et coloré, Le Voyage de Babar. Lire le reste de cet article »

Partager ce billet :
  • del.icio.us
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • Google
  • Facebook
  • Technorati
  • Digg
  • Twitter
  • E-mail this story to a friend!

Publié par  Tatiana de Rosnay

Fille d'une mère britannique et d'un père français, Stella et Joël de Rosnay, Tatiana de Rosnay a vécu à Paris, Boston et en Angleterre. De retour à Paris en 1984, elle est attachée de presse, puis journaliste pour Elle et critique littéraire pour Psychologies magazine et le JDD. Mariée et mère de deux enfants, elle vit à Paris. Depuis 1992, Tatiana de Rosnay a publié neuf romans. Son dernier livre est "Elle s'appelait Sarah", ( Livre de Poche 2008). Les droits de ce roman ont été vendus dans vingt pays, ainsi que les droits d'adaptation au cinéma. Elle tient également deux blogs Sarah's Key et Fig Tree (Photo © Matsas/ EHO)

Informations

Bienvenue

13 octobre 2008

Bonjour, on démarre avec Babar, Harry Potter et compagnie…

Même si la Bibliothèque nationale de France compte de très nombreux auteurs de blogs parmi ses collaborateurs (il en est de formidables, on vous les signalera prochainement), il faut dire que la BnF n’a pas en tant que telle sollicité jusqu’à présent la blogosphère.

Eh bien, ça y est ! On se lance ! Et on souhaite même aller très loin, à savoir constituer au fil du temps un ensemble de blogs couvrant tous les sujets majeurs de cette richesse encyclopédique qui est la nôtre. Après tout, on cumule des millions de documents depuis la nuit des temps (le plus ancien remonte au Xe siècle) et les formidables avancées de la numérisation rendent une partie croissante de ces fonds accessibles à tous (voir Gallica.bnf.fr). Lire le reste de cet article »

Partager ce billet :
  • del.icio.us
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • Google
  • Facebook
  • Technorati
  • Digg
  • Twitter
  • E-mail this story to a friend!

Témoignages

Hergé : « Dans Tintin, j’ai mis toute ma vie », par Pierre Assouline

12 octobre 2008

Hergé, Folio, 1998

Imaginez un instant la vision du XXe siècle qu’auraient des lycéens du secondaire dont le manuel d’Histoire aurait été exclusivement composé de vignettes et de bulles extraites de l’œuvre d’Hergé, et de résumés du récit des aventures de Tintin ? On aimerait avoir connu ce monde-là, vécu dans cette Europe là, et l’on peut comprendre ceux qui entretiennent une secrète nostalgie en relisant ces albums jusqu’à la fin de leurs jours. Il y a l’œuvre et il y a l’homme. Il est arrivé que ces deux produits typiques des classes moyennes se rencontrent. Il faut le croire sur parole, et ne pas se priver d’interpréter, lorsqu’il confie à la fin de ses jours : « Si je vous disais que dans Tintin, j’ai mis toute ma vie… »

Examinons la bête. 1929. « Les aventures de Tintin, reporter au pays des Soviets ». C’est un voyage en Bolchévie où tout communiste est un athée en puissance. Tout n’y est que pauvreté, famine, terreur, répression. Longtemps, on trouvera la charge trop rude. Avec le recul, elle sera jugée plutôt lucide. Lire le reste de cet article »

Partager ce billet :
  • del.icio.us
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • Google
  • Facebook
  • Technorati
  • Digg
  • Twitter
  • E-mail this story to a friend!

Publié par  Pierre Assouline

Journaliste français et romancier, Pierre Assouline a notamment rédigé les biographies de Simenon, Gaston Gallimard, Albert Londres ou encore Hergé. Il a été chroniqueur pour plusieurs radios et journaliste, notamment pour Le Monde et Le Nouvel Observateur. Il est l’auteur de plusieurs milliers d’articles et presque autant de chroniques radio. Il tient un blog, « La République des livres », depuis octobre 2004, classé nº 1 chez Wikio, en catégorie littéraire.

Témoignages

Valérian, compagnon de route

11 octobre 2008

Couverture. Photo : D.R.

En vacances, les héros de BD m’ont très souvent accompagné durant les interminables parcours en voiture. Je me rappelle particulièrement ma première rencontre avec Valérian, agent spatio-temporel, et son inséparable Laureline (c’est elle qui assurait le plus), aux alentours de 1979 si mes souvenirs sont exacts, et un numéro inédit en album que j’avais dû gagner dans une station d’essence.

Dans une des histoires de Par les chemins de l’espace, on découvre des technocrates du service spatio-temporel sur une lointaine planète-relais de l’empire galactique terrien, qui confient à Valérian la difficile mission d’installer un gigantesque centre de communications automatique sur la petite planète Lanning. Lire le reste de cet article »

Partager ce billet :
  • del.icio.us
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • Google
  • Facebook
  • Technorati
  • Digg
  • Twitter
  • E-mail this story to a friend!

Entretiens, Médias

Revue de presse

10 octobre 2008

La Souris baladeuse (le blog de Christine Siméone, France Inter)
“Lire en ligne: les bonnes pages virtuelles du net
La Bibliothèque Nationale de France consacrera deux expositions à la littérature jeunesse, l’une dédiée à ses personnages cultes baptisée « Babar, Harry Potter et compagnie, livres d’enfants d’hier et d’aujourd’hui » et l’autre à la richesse de ses albums illustrés dans un « Tour d’Europe en 27 livres d’images ».”

Amis d’enfance, de Frédérique Roussel, Libération, 9 octobre 2008
Héros. Des «Contes» de Perrault à Titeuf, la BNF expose quatre siècles de littérature jeunesse. “Avec quels héros grandit-on ? Avec qui s’endort-on, brisé de sommeil, fébrile de connaître la suite ? Par quel enchantement la nostalgie se déclenche-t-elle devant une vieille édition autrefois reléguée dans un carton ? ” (…)

Vingtième édition de «Lire en fête»
De son côté, la BNF prépare deux expositions. Tandis que le «Tour d’Europe en vingt-sept livres d’images» représentera chacun des états membres par un livre illustré pour enfant, «Babar, Harry Potter et compagnie, livres d’enfants d’hier et d’aujourd’hui» reviendra sur les personnages cultes de l’imaginaire enfantin: Bécassine, Alice au pays des merveilles, les orphelins Baudelaire…

A Nous Paris, le 29 septembre 2008 : Babar, Harry Potter et compagnie et Tour d’Europe en 27 libres d’images.

Paris Mômes, le 1er octobre 2008 : Exposition Babar, Harry Potter et compagnie.

Livres Hebdo, le 10 octobre 2008 : BnF. Place aux jeunes !

Partager ce billet :
  • del.icio.us
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • Google
  • Facebook
  • Technorati
  • Digg
  • Twitter
  • E-mail this story to a friend!

Médias

Carnet nomade : Une fête pour de petits lecteurs…

10 octobre 2008

Colette Fellous a parlé de l’exposition dans son émission Carnet nomade sur France Culture, dimanche 12 octobre (de 14h00 à 15h00). Faites-nous part de vos commentaires.

“C’est aujourd’hui que s’inaugure à la Bibliothèque Nationale de France sur le site François Mitterrand une très belle exposition sur les livres pour enfants et sur tous les personnages qui nous ont accompagnés et nous ont vus grandir alors que nous suivions avec passion leurs aventures. Babar, Cuir-Blanc, Pinocchio, Bambi, Alice, Camille et Madeleine, le Petit Nicolas, Spirou, Zig et Puce , le Petit Prince, Tom Sawyer, le Capitaine Nemo, Caroline, Harry Potter, le Club des cinq.

Quatre siècles de littérature vont se déplier sous nos yeux dans un voyage inédit mettant en scène 370 pièces depuis les Fables d’Esope publiées en 1587 jusqu’aux 600 pastilles noires conçues par David Carter en 2007. Des éditions originales, des manuscrits, des dessins, des affiches, des jouets, des extraits de films et des dessins animés seront au rendez-vous. Et cette exposition est pour nous l’occasion de saluer le livre pour enfants et de bâtir ce carnet nomade que j’ai intitulé « Une fête pour de petits lecteurs ».”

Avec Corinne Gibello-Bernette, Geneviève Brisac, Grégoire Solotareff, Lionel Koechlin, Laurent Gaudé et Alban Cerisier.

Partager ce billet :
  • del.icio.us
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • Google
  • Facebook
  • Technorati
  • Digg
  • Twitter
  • E-mail this story to a friend!