Témoignages

Gaston, libre-gaffeur, par André Gunthert

21 octobre 2008

Gaston Lagaffe et son chat, Bruxelles (cc) Ecololo

Lointain ancêtre de “Camera Café”, Gaston Lagaffe a été le premier personnage de BD a évoluer dans l’univers du travail quotidien – celui du journal “Spirou”, où officiait Franquin.
À une époque d’hyper-rationalité industrielle, ce héros est en train de devenir un cas social incompréhensible. Comment expliquer l’incroyable bienveillance de sa hiérarchie pour ce grand corps mou, toujours prêt à s’avachir, pour ce parasitisme ahurissant de la vie de bureau ? A-t-il vraiment existé un temps où l’on pouvait occuper un poste si peu utile à l’entreprise que son détournement systématique ne lui porte nul préjudice ? Oui, Gaston est le témoignage d’une époque qui ignorait tout de la valeur-travail, mais s’autorisait le laisser-aller, la flemme, voire la tire-au-flanc attitude. Lire le reste de cet article »

Partager ce billet :
  • del.icio.us
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • Google
  • Facebook
  • Technorati
  • Digg
  • Twitter
  • E-mail this story to a friend!

Publié par  André Gunthert

Chercheur et maître de conférences à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), André Gunthert a enseigné l’histoire de la photographie aux universités de Paris VIII, Paris III, à l’École nationale de la photographie d’Arles et à l’université de Mannheim. Elu en 2001 à l’EHESS, il y créé le Laboratoire d’histoire visuelle contemporaine (Lhivic). Auteur de nombreux articles et ouvrages consacrés à l’histoire des pratiques de l’image, il ouvre en 2005 le premier blog scientifique consacré aux études visuelles, Actualités de la recherche en histoire visuelle. Photos : Gaston Lagaffe et son chat, Boulevard Pacheco, Buxelles (cc) Ecololo ; Le petit Spirou, Bruxelles, (cc) karine*imagine ; Portrait A. Gunthert, D.R. Voir également : Exposition Le monde de Franquin, Cité des science