3. La BnF et ses métiers

Le métier d’opérateur technique de régie … par Anita Karlik-Ribeyrol

2 février 2016

Un parcours, un métier

Anita

Anita Karlik-Ribeyrol©BnF

1. Quel est l’intitulé de votre poste ?
Suite à ma candidature pour un poste de magasinier des bibliothèques sans concours, j’ai été affectée au département de l’Audiovisuel à la section Régie / Travaux du site Tolbiac où j’exerce la fonction d’opérateur technique de régie. C’est un poste que j’exerce depuis 5 mois. C’est donc nouveau pour moi !

2. En quoi consiste votre travail ?
Mon travail consiste à prélever, en fonction des demandes des lecteurs du Rez-de-jardin – le niveau chercheur de la bibliothèque - des documents issus des collections audiovisuelles patrimoniales de la BnF. C’est une activité typique de magasinier.
Dans un même temps, nous numérisons ces documents pour les communiquer aux lecteurs et ainsi les conserver dans les meilleures conditions possibles. A la régie, toute communication est un acte de conservation.
Nous exerçons des activités liées au service public mais la spécificité de la section Régie / Travaux est d’apporter une assistance technique aux lecteurs. Nous intervenons en salle de lecture pour installer des documents de nature diverse.
Nous manipulons donc des documents fixés sur des supports très variés, qu’ils soient sonores : CD, disques vinyles microsillons, audiovisuels : DVD, BLURAYS ou multimédias : CDROM, DVDROM, mais aussi des jeux vidéos sur PC et consoles.
Nous participons aussi à des activités internes : Il existe au sein du département de l’Audiovisuel des missions de numérisation par lot. Lorsque les moyens techniques engagés sont déficitaires, nous prenons le relais pour numériser ce qui n’a pas été concluant de manière robotisée.

3. Etes-vous fonctionnaire, contractuelle ?
Je suis aujourd’hui dans ma période de stage dans l’optique de devenir fonctionnaire.

4. Comment avez-vous choisi ce métier ?
Avant d’entrer à la BnF, j’ai exercé des métiers différents mais qui avaient tous pour dénominateur commun le domaine audiovisuel.
J’ai d’abord débuté par des études d’art du spectacle mention études cinématographiques. Au cours de ma maîtrise, j’ai décidé de me former par le CNED au métier de projectionniste. C’est une activité qui répondait à ma curiosité de cinéphile tout en me permettant d’entrer rapidement dans la vie active.
J’ai exercé ce métier un an et demi aux Laboratoires Eclair, puis j’ai décidé de reprendre mes études pour me spécialiser davantage. J’ai donc entrepris un BTS audiovisuel en montage postproduction tout en continuant à travailler en alternance dans ce laboratoire.
A l’issue de cette formation, j’ai travaillé 8 ans comme technicienne audiovisuel puis monteuse pour diverses structures audiovisuelles : sociétés de post-production, prestataires techniques, chaînes de télévision pour des programmes divers (animation, documentaires, restauration de film de patrimoine…). Tout cela en tant qu’intermittente du spectacle.
C’est une activité qui m’a beaucoup appris mais j’ai ressenti le besoin de sortir de l’intermittence, malheureusement incontournable dans le métier que j’exerçais, et qui rendait mon activité discontinue.
Cela faisait un long moment que je pensais de manière de plus en plus récurrente à m’orienter vers les métiers des bibliothèques. J’ai alors constaté que mon parcours professionnel m’avait souvent amené à accomplir des tâches similaires à celles d’un magasinier. Mes compétences me paraissaient tout à fait transférables.
Par exemple, j’avais participé à des travaux de conservation de supports patrimoniaux. J’avais également exercé des activités de transferts de documents physiques vers des supports numériques. J’avais aussi l’habitude de travailler en équipe.
Il était évident que les questions de communication de produits culturels, de conservation et de numérisation de documents physiques patrimoniaux m’accompagnaient déjà régulièrement dans mon parcours professionnel. Et plus important : j’avais plaisir à travailler autour de ces thématiques.

5. Pour vous, quelles sont les qualités essentielles, nécessaires pour exercer ce métier ?
Nous sommes 6 à travailler à la régie, il est donc nécessaire de savoir travailler en équipe et d’être organisé.
Nous manipulons des documents issus des collections audiovisuelles patrimoniales de la bibliothèque, ce sont des supports fragiles, parfois rares, il est donc indispensable d’être soigneux et sensible aux questions de conservation des documents.
De plus, une appétence pour les collections du département est particulièrement souhaitable ainsi qu’une certaine curiosité pour les techniques audiovisuelles et multimédia.

Le robot pour les copies©BnF)

Le robot pour les copies©BnF

6. Pour vous, quels sont les avantages de ce métier ?
J ‘ai la chance de travailler dans un département en adéquation avec mes centres d’intérêt et mon expérience professionnelle.
Le statut de fonctionnaire offre la stabilité de l’emploi, ce qui est inestimable dans notre société actuelle et à notre époque.
D’autre part, je me sens concernée par les missions de la BnF : nous travaillons pour l’intérêt général, ce qui est valorisant surtout dans une institution culturelle telle que la BnF puisque c’est une bibliothèque patrimoniale qui conserve et communique des documents d’une grande richesse et cela sur des supports variés et originaux.
Je suis en particulier sensible aux enjeux liés à l’accès des collections au plus grand nombre. On m’a d’ailleurs déjà donné la possibilité d’intervenir dans le cadre de la Mission Diversification des publics de la BnF, notamment pour parler de mon parcours professionnel et de ma préparation aux concours de magasinier auprès de femmes accompagnées par une association qui favorise l’insertion sociale et professionnelle. Je trouve cela stimulant de contribuer - à mon niveau bien sûr - à la découverte de la bibliothèque.
D’autre part, la BnF encourage et aide ses agents à se former en leur donnant accès à des formations de qualité telles que des préparations aux concours, des cours du soir en Histoire de l’art. Les agents bénéficient également de l’environnement culturel, riche et dynamique de la bibliothèque : des expositions, des conférences ou des projections. C’est un département intéressant qui évolue en fonction des mutations techniques et des besoins des publics.

7. Ses inconvénients ?
Nous travaillons dans des locaux aveugles : notre salle de travail se trouve au niveau le plus bas de la BnF, à l’abri de la lumière naturelle pour des questions évidentes de conservation des collections. C’est une contrainte liée à notre activité : nous devons nous trouver physiquement à proximité des magasins et de la salle de lecture de recherche audiovisuelle. C’est un peu dur l’hiver, lorsque nous apercevons seulement la lumière du jour, cela ne doit pas être sans risque pour la santé !

Les horaires liés à l’astreinte au service public peuvent être un inconvénient pour certaines personnes. A titre personnel, cela ne me pose pas vraiment problème, moi qui ait longuement été habituée à des conditions de travail autrement plus contraignantes, comme le travail de nuit par exemple.

Un autre point, nous sommes une équipe avec des personnalités, des sensibilités et des âges différents, et si cela nous rend complémentaires, on peut aussi regretter un manque de parité homme/femme dans mon service, disons que c’est dommage !

8. Comment envisagez vous votre avenir dans ce métier ? Les évolutions techniques et les évolutions de carrière ?

une platine disque de la régie©BnF)

Une platine disque de la régie©BnF

C’est un peu tôt pour avoir une idée précise de mon avenir à la BnF dans la mesure où je viens d’arriver… Quoiqu’il en soit, j’ai toujours eu pour habitude de me former tout au long de mon parcours professionnel et j’entends bien continuer ainsi. Idéalement, j’aimerais pouvoir le faire au sein du département de l’Audiovisuel, c’est cela qui me plait, poursuivre la cohérence de mon parcours.

1. Vous accueillir à la BnF, Pour découvrir les collections

Les Rencontres de Gallica : La folie au XIXe siècle

29 janvier 2016

mardi 9 février 2016
17h30-18h30

La Bibliothèque nationale de France a le plaisir de vous inviter à ses Rencontres de Gallica qui porteront sur “la folie au XIXe siècle“.

Célia Charpentier, Chargée de collections psychologie et psychanalyse au département Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme

Agnès Sandras, Chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme

Les drames de la folie par Montépin©Gallica)

Les drames de la folie par Montépin©Gallica

La perception de la folie se modifie radicalement au XIXe siècle. Les médecins tentent d’identifier les différentes pathologies et multiplient les thérapies, avec plus ou moins de bonheur. Soignés dans des “asiles” spécifiquement conçus pour les recevoir, les “aliénés” suscitent une grand intérêt et reçoivent les visites des curieux. Les cours donnés par les grands spécialistes comme Charcot à la Salpêtrière connaissent un succès important.
Nourris par les observations médicales, les auteurs réalistes et naturalistes vont multiplier les oeuvres dont les personnages constituent une véritable nomenclature psychiatrique ; manies, névroses, hystérie… Le roman populaire met quant à lui en scène folies meurtrières ou internements abusifs.


BnF Site François Mitterrand
Salle 70
Entrée libre
Information : 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr

2. Récits d'expériences, Pour découvrir les collections

Crise à l’oeuvre

27 janvier 2016

L’an dernier la Mission de diversification des publics a organisé des ateliers ” Mots et Maux de la crise” qui permettaient à des publics en difficulté sociale et économique d’exprimer ce que représentait la crise pour eux en dialoguant avec Patrice Baubeau, historien de l’économie.

La Bourse de Paris : Doré/Dumont©Gallica)

La Bourse de Paris : Doré/Dumont©Gallica

Ces ateliers, qui reprendront au printemps 2016, ont débouché sur un cycle de conférences sur les anxiétés économiques et sociales du 18ème siècle au 21ème siècle : la crise à l’oeuvre. En effet, aujourd’hui de nombreux chercheurs découvrent que les productions littéraires et artistiques ont parfois mieux parlé de la crise, que les économistes de l’époque, soi-disant experts, dont beaucoup sont tombés dans l’oubli.

La circulation de l'argent©Gallica)

Imagerie d'Epinal : La circulation de l'argent©Gallica

Matière à réfléchir sur le rôle des experts en économie …Toute ressemblance avec la situation d’aujourd’hui est vivement recommandée…

Vous êtes la bienvenue pour cette prochaine séance de ce cycle, qui aura lieu le :

mardi 2 février 2016
18h30-20h00

BnF site François Mitterrand
Salle 70
Entrée libre et gratuite

4. La mission Vivre Ensemble

La mission Vivre ensemble, Forum 2016

30 décembre 2015

La Bibliothèque nationale de France et les établissements culturels du groupe Vivre ensemble vous invitent au Forum des relais culturels.

Cette année, le Forum aura lieu le 28 janvier 2016 de 10h à 16h30 à la Philharmonie (Parc de la Villette).

Chaque établissement culturel y tiendra toute la journée un stand où vous pourrez prendre de l’information et dialoguer.

Groupe Vivre ensemble)

Groupe Vivre ensemble

Les relais du champ social peuvent découvrir le programme de la journée du 28 janvier et s’inscrire.

1. Vous accueillir à la BnF, Expositions, Visites de la BnF

Visites, expositions et ateliers à la BnF, entre janvier et mars 2016

30 décembre 2015

L’agenda BnF du début de l’année 2016, pour les relais du champ social,
pour vos prochaines venues, afin de vous approprier au mieux aussi la bibliothèque et ses espaces, en fonction de vos recherches, vos besoins et vos usages.

JANVIER-MARS 2016 :

Exposition De Rouge et de Noir. Les vases grecs (Site Richelieu) La collection du duc de Luynes constitue un ensemble exceptionnel de vases figurés provenant des découvertes archéologiques d’Italie (Etrurie et Grande-Grèce). Pour la plupart issus des ateliers athéniens des 6e – 5e siècles av J.-C., ils témoignent de l’accomplissement des artisans grecs, et les belles images qu’ils portent offrent un formidable répertoire. Les mythes sont largement illustrés : dieux olympiens, héros (Héraclès, Thésée, Ulysse) ; le monde dionysiaque autour de la consommation du vin est particulièrement important sur des vases destinés à être utilisés lors des banquets. Les images qui ouvrent sur certains aspects de la vie quotidienne des Athéniens : le banquet, l’athlétisme, la guerre, la séduction …

Exposition Anselm Kiefer (site F. Mitterrand) Les livres de l’artiste qui fondent l’oeuvre et représentent soixante pour cent de son travail, n’ont, paradoxalement, jamais fait l’objet d’une rétrospective en France. Existant en un seul exemplaire, ces livres sont des oeuvres uniques dont les formats et la présentation évoluent au cours des décennies. Pouvant atteindre de grandes dimensions, ils intègrent dans leurs pages divers matériaux, tels que l’argile, le sable, la cendre, les cheveux, les plantes, la paille, des photos… et bien sûr, le plomb, medium privilégié de l’artiste, d’abord utilisé sous forme de feuilles ou de fragments, avant de devenir, vers la fin des années 1980, les livres eux- mêmes, pesant alors entre 70 et 200 kg. Pour l’artiste, outre sa plasticité, le plomb se caractérise par sa puissance poétique et spirituelle.Comment entrer dans l’univers du livre, par un autre chemin que l’écriture…


Images du grand siècle (site F. Mitterrand)
En présentant plus de 160 pièces, issues en majorité de ses collections de gravures exceptionnelles, la BnF offre la première exposition d’envergure consacrée à l’âge d’or de cette technique en France. L’art de l’estampe est à son apogée sous le règne de Louis XIV : supplantant Rome, Anvers ou Amsterdam, Paris s’affirme alors comme le centre de production le plus important en Europe, à une époque où la gravure est le seul moyen de diffuser l’image…

Parcours découverte François Mitterrand (site F. Mitterrand) : Découvrir la BnF, son histoire, l’architecture de son bâtiment et la vie quotidienne des personnes qui y travaillent. Il s’agit aussi, pour vous, relais, de s’approprier la bibliothèque et ses espaces, afin d’organiser, tout d’abord les premiers jalons, pour ensuite y revenir, en fonction de vos recherches, vos besoins et vos usages. A la suite de cette visite, la Mission de diversification des publics présentera l’ensemble des activités et ateliers qu’elle mène pour les publics fragilisés socialement.

Rencontre atelier autour de la laïcité avec les relais (site F. Mitterrand) La Laïcité est aujourd’hui en France un principe de droit inscrit dans la constitution de notre République. Elle est surtout une valeur de civilisation, fruit d’une longue histoire, marquée par de durs combats pour accéder à un « Vivre ensemble » harmonieux et tolérant. A partir d’affiches et de ressources en ligne, la BnF propose aux relais un atelier sur l’histoire et le présent de la Laïcité.

Rencontre atelier : l’étranger un autre moi-même (site F. Mitterrand) : Dans une société française fragmentée par les injustices et les inégalités, certains désignent aujourd’hui l’étranger comme un bouc émissaire. Et pourtant, nous sommes tous étrangers vis à vis les uns des autres, et en nous-même chacun porte une part d’étrangeté. Comment aborder la question fondamentale du rapport à l’autre ? Tel sera l’objet de cet atelier, proposé pendant la “Semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme ».

LE CALENDRIER :

Mercredi 6 janvier à 10h30 : Bibliothèque nationale de France (site Mitterrand)
Exposition Anselm Kiefer

Vendredi 8 janvier à 10h30 Bibliothèque nationale de France (site Mitterrand)
Exposition Images du grand siècle

Jeudi 14 janvier à 10h00-12h30 Bibliothèque nationale de France (site Mitterrand)
Rencontre atelier la laïcité avec les relais

Vendredi 15 janvier à 14h30 Bibliothèque nationale de France (site Mitterrand)
Parcours découverte François Mitterrand

Mardi 9 février à 10h30 Bibliothèque nationale de France (site Mitterrand)
Parcours découverte François Mitterrand

Jeudi 18 février à 14h30 Bibliothèque nationale de France (site Richelieu)
Exposition De rouge et de Noir. Les vases grecs

Mercredi 17 mars de 14h30 à 17h30 Bibliothèque nationale de France (site Mitterrand)
Rencontre atelier l’étranger un autre moi-même

A très bientôt !


Contact et inscriptions :

frederic.astier@bnf.fr
01 53 79 85 30

1. Vous accueillir à la BnF, Pour découvrir les collections

Rencontre Gallica : La généalogie

18 décembre 2015

mardi 12 janvier 2016
17h30-18h30

La Bibliothèque nationale de France a le plaisir de vous inviter à ses Rencontres de Gallica qui porteront sur la “généalogie”.

Avec Marie-Claire Hubert, Coordinatrice informatique et numérique au département d’Orientation et de recherche bibliographique.

Gallica est une mine précieuse de renseignements de tous ordres pour le généalogiste professionnel ou amateur. Contrairement aux filons dans une mine d’or, ceux de Gallica ne s’épuisent jamais et d’autres pépites apparaissent sans cesse au cours des recherches du fait des versements continus de documents numérisés venant des collections de la BnF et de ses bibliothèques partenaires.

Arbre généalogique. Manuscrit©Gallica)

Arbre généalogique. Manuscrit©Gallica

On n’y fera pas son arbre généalogique à moins d’en parcourir les rameaux déjà dessinés dans un ouvrage savant. Ce qu’on y trouve en sus des ouvrages traitant de la généalogie, de l’héraldique et autres sciences auxiliaires de l’histoire, ce sont des évocations d’événements (dans la presse), de métiers (dans les annuaires), des descriptions de lieux (guides touristiques, ouvrages régionalistes, cartes anciennes), des listes de réfugiés, de prisonniers, de récipiendaires de la légion d’honneur, d’artistes dans des salons oubliés, et toutes ces phrases qui peignent une atmosphère, une ambiance qui redonnent les couleurs de la vie à ces ancêtres qui paraissent bien sages sur leurs photographies jaunies et fanées.
On sent (presque) palpiter ces vies passées derrière l’écran plat et froid.

BnF Site François Mitterrand
Salle 70
Entrée libre
Information : 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr

Pour découvrir les collections

La République d’hier à aujourd’hui

20 novembre 2015

Les Rendez-vous de l’Histoire de Blois représentent un moment important de rencontre annuelle pour la communauté des historiens du plus érudit, au plus amateur. Cette année, le thème des Rendez-vous de l’Histoire était ” Les Empires“.

Depuis plusieurs années, la Mission de diversification des publics est accueillie par le Centre socio-culturel Quinière pour réfléchir avec les usagers de ce centre, à la façon dont l’histoire fait écho aux questions du présent.

Jean-Charles Buttier, historien qui a longuement travaillé sur les collections patrimoniales de la BnF maintenant détaché comme chercheur à l’université de Genève et Sylvie Dreyfus-Alphandéry ont présenté un montage de documents issus des collections de Gallica, à la suite d’une pièce de théâtre ” 1851, la République ou la mort” jouée par la Valentine Compagnie, qui mettait en scène une sélection de documents d’archives de la Drôme, illustrant le soulèvement des habitants contre le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte.

N’hésitez pas à utiliser ces documents qui sont libres de droits…

1848-1852 dans les collections numérisées de la Bibliothèque nationale de France

Jean-Charles BUTTIER (Université de Genève)
Sylvie DREYFUS-ALPHANDERY (BnF)

Amitié ! Fraternité ! 24 février 1848. Estampe©BnF)

Amitié ! Fraternité ! 24 février 1848. Estampe©BnF

République française. Combat du peuple parisien dans les journées des 22, 23, 24 février 1848. Estampe©BnF)

République française. Combat du peuple parisien dans les journées des 22, 23, 24 février 1848. Estampe©BnF

27 juin 1848. Mort de l'Archevêque de Paris. Martyr de son dévouement pour la France. Estampe©BnF)

27 juin 1848. 27 juin 1848. Mort de l'Archevêque de Paris. Martyr de son dévouement pour la France. Estampe©BnF

Léon Noël. Louis Napoléon Bonaparte, président de la République. Estampe©BnF)

Léon Noël. Louis Napoléon Bonaparte, président de la République. Estampe©BnF

Auguste Affre, Archevêque de Paris. 27 juin 1848. Estampe©BnF)

Auguste Affre, Archevêque de Paris. 27 juin 1848. Estampe©BnF

J. Durandin. La République rudement menée par Ratapoil et Casmajou. Estampe©BnF)

J. Durandin. La République rudement menée par Ratapoil et Casmajou. Estampe©BnF

Décret de Louis-Napoléon Bonaparte du 2 Décembre 1851. Estampe©BnF)

Décret de Louis-Napoléon Bonaparte du 2 Décembre 1851. Estampe©BnF

Un coup d'État, c'est une fiction. Estampe©BnF)

Un coup d'État, c'est une fiction. Estampe©BnF

Renversement de la République. Coup d'État du 2 décembre 1851. Estampe©BnF)

Renversement de la République. Coup d'État du 2 décembre 1851. Estampe©BnF

G. Barry. Baudin sur son lit de mort. 1851. Estampe©BnF)

G. Barry. Baudin sur son lit de mort. 1851. Estampe©BnF

Est-elle bien morte ? se demande Louis-Napoléon Bonaparte en soulevant le couvercle du cercueil où gît la République. Estampe©BnF)

Est-elle bien morte ? se demande Louis-Napoléon Bonaparte en soulevant le couvercle du cercueil où gît la République. Estampe©BnF

Proclamation de l'Empire. Vive Napoléon III ! Empereur des Français. Estampe©BnF)

Proclamation de l'Empire. Vive Napoléon III ! Empereur des Français. Estampe©BnF

Expositions, Pour découvrir les collections

Dessine-moi un chacal

26 octobre 2015

A l’Institut du monde arabe

Atelier

Dessine-moi un chacal. En lien avec l’exposition Paroles de bêtes (à l’usage des princes) Les fables de Kalila et Dimna

Kalila et Dimna sont deux chacals vivant à la cour du lion, roi du pays. Si Kalila se satisfait de sa condition, Dimna en revanche aspire aux honneurs, quels que soient les moyens pour y parvenir. Chacun des deux justifie sa position en enchaînant des anecdotes, qui mettent en scène des hommes et des animaux, et délivrent des préceptes et des morales.

Ibn al-Muqaffa’, Kalila wa Dimna, Égypte ou Syrie, XIVe siècle : Les chacals Kalila et Dimna en train de converser©BnF)

Ibn al-Muqaffa’, Kalila wa Dimna, Égypte ou Syrie, XIVe siècle : Les chacals Kalila et Dimna en train de converser©BnF

Donner la parole aux animaux permet, sous une forme divertissante, de traiter – et de mémoriser – des sujets universels tels que l’amitié, la trahison, le rôle du savoir ou encore la justice. Les histoires visent également à régler la bonne conduite de l’individu sur le plan personnel, familial et civique.

Les participants à cet atelier famille donnent vie à ces héros malicieux en confectionnant des figurines articulées. Le livret jeune, catalogue de l’exposition est offert à chaque enfant.

Dès 6 ans.

Réservations au 01 40 51 38 14

http://www.imarabe.org/activites-jeunes/dessine-moi-un-chacal

Expositions

Exposition : Graphisme contemporain et engagement(s)

14 octobre 2015

Vendredi 23 octobre 2015
à 14h30

La Bibliothèque nationale de France a le plaisir d’inviter les relais du champ social à une visite commentée par les Commissaires de l’exposition et les graphistes. Une création riche qui, depuis 2000, à travers la politique, le social et l’humanitaire, questionne notre espace public et notre volonté de vivre ensemble.

©design graphique Caroline Pauchant/BnF

©design graphique Caroline Pauchant/BnF


Les 250 travaux graphiques sont exposés jusqu’au 22 novembre 2015.
Entrée libre et gratuite.

Pour la journée proposée aux relais, du vendredi 23 octobre 2015,
s’inscrire auprès de : frederic.astier@bnf.fr

1. Vous accueillir à la BnF, Pour découvrir les collections

Rencontre Gallica : La chanson

24 septembre 2015

Mardi 6 octobre 2015
17h30 - 18h30

La Bibliothèque nationale de France a le plaisir de vous inviter à ses Rencontres de Gallica qui porteront sur « la chanson ».

Clotilde Angleys, Coordonnatrice numérisation et information bibliographique au département de la Musique
Bertrand Bonnieux, Chef de Section Phonogrammes contemporains au département de l’Audiovisuel
Lionel Michaux, Chargé de collections sonores au département de l’Audiovisuel

Le Mariage de Mlle Fallières©Gallica)

Le Mariage de Mlle Fallières©Gallica

« En France, tout finit par des chansons » : un célèbre dicton qui illustre la place majeure tenue par la chanson dans la culture populaire française.
Dès les débuts de l’édition musicale au XVIème siècle paraissent des recueils de chansons polyphoniques, bientôt suivis par la vogue italienne des madrigaux. Aux siècles suivants, les poètes contemporains sont mis en musique tandis que l’édition en feuilles des airs d’opéra permet la circulation des plus grands succès. Mais c’est au XIXème siècle que les progrès techniques de l’édition musicale font entrer la chanson dans une ère de masse.
Dès que possible, la chanson fut également enregistrée : on la retrouve ainsi dans les collections numérisées des Archives de la Parole qui comprennent notamment des chansons populaires et folkloriques. La création de la Phonothèque nationale en 1938 a permis la conservation de toute l’édition phonographique, rendu par la suite accessible au plus grand nombre par la numérisation de microsillons où cohabitent chanson Rive Gauche, chanson fantaisiste, chansons à accent, etc…
Nous vous proposons de découvrir avec nous les richesses sonores et écrites autour de la chanson, de redécouvrir quelques grands classiques des années 1950 comme des trésors oubliés aujourd’hui exhumés.

BnF | François Mitterrand
Salle 70
Entrée libre
Information : 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr