Archives de la catégorie 1. Vous accueillir à la BnF

1. Vous accueillir à la BnF, Pour découvrir les collections

Parcours miroir Musée de La Poste - BnF : lundi 24 novembre

21 octobre 2014

Le musée de La Poste et la Bibliothèque nationale de France vous invitent à un Parcours miroir le lundi 24 novembre : visite de l’exposition “Faites vos voeux” suivie d’une présentation d’ouvrages sur les ex-voto…

Ex-voto de Saint Blaise patron de Leinbach ©Gallica)

Ex-voto de Saint Blaise patron de Leinbach ©Gallica

Faites vos voeux ! réunit treize artistes, français et étrangers, sensibles à l’ex-voto, ce petit objet ou petit tableau peint, qui matérialise un voeu ou vient remercier un dieu de l’heureuse issue d’un drame. Les artistes contemporains ont trouvé le moyen d’en tirer de nouvelles formes sans pour autant le trahir. Entre ex-votos stricto sensu, autels, chapelles, reliques…, nous restons au coeur de l’intime avec des réalités intérieures bien diverses… Nous vous proposons de prolonger la réflexion par une présentation d’ouvrages, à la Bibliothèque nationale de France, sur les ex-voto…

Programme de la journée :

10h00 : Visite de l’exposition “Faites vos voeux : ex-voto d’artistes contemporains”
Musée du Montparnasse, chemin du Montparnasse, 21 avenue du Maine, 75015 Paris
Métro : Montparnasse-Bienvenue, sortie 2
Bus : 28, 58, 88, 89, 91, 92, 94, 95, 96

14h30 : Présentation d’ouvrages sur les ex-voto par Olivier Estiez

Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand, Salle F

Informations pratiques :
Le nombre de participants est limité à 20.

Inscription obligatoire auprès de Céline Gaspard : par mail celine.gaspard@bnf.fr ou par téléphone 01.53.79.85.30

Plus d’informations sur : l’exposition

1. Vous accueillir à la BnF, Pour découvrir les collections

Parcours miroir Musée de La Poste - BnF : lundi 11 août

22 juillet 2014

Le musée de La Poste et la Bibliothèque nationale de France vous invitent à un Parcours miroir le lundi 11 août : visite de l’exposition L’Art fait ventre suivie d’une présentation d’ouvrages sur la cuisine dans l’art et les artistes et la nourriture…

Légumes par Arcimboldo ©Wikimedia commons)

Légumes par Arcimboldo ©Wikimedia commons

L’exposition L’art fait ventre invite à s’interroger sur notre engouement pour la cuisine et sur la façon dont les artistes s’emparent de la nourriture, sujet esthétique par excellence…

Après la visite de l’exposition au Musée du Montparnasse, nous vous proposons de poursuivre la réflexion à la Bibliothèque nationale de France, par une présentation d’ouvrages sur la cuisine dans l’art et les artistes et la nourriture…

Programme de la journée :

10h00 : Visite de l’exposition L’art fait ventre
Musée du Montparnasse, chemin du Montparnasse, 21 avenue du Maine, 75015 Paris
Métro : Montparnasse-Bienvenue, sortie 2
Bus : 28, 58, 88, 89, 91, 92, 94, 95, 96

14h30 : Présentation d’ouvrages sur la cuisine dans l’art, les artistes et la nourriture par Olivier Estiez
Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand, salle F

Informations pratiques :
Le nombre de participants est limité à 20.

Inscription obligatoire auprès de Céline Gaspard : par mail celine.gaspard@bnf.fr ou par téléphone 01.53.79.85.30

Plus d’informations sur : l’exposition

©BnF)

©BnF

©La Poste)

©La Poste


1. Vous accueillir à la BnF, Pour découvrir les collections

Parcours miroir Musée de La Poste - BnF : lundi 21 juillet

3 juillet 2014

Le musée de La Poste et la Bibliothèque nationale de France vous invitent à un Parcours miroir le lundi 21 juillet : visite de l’exposition L’Art fait ventre suivie d’une présentation d’ouvrages sur la nutrition, l’hygiène alimentaire…

Affiche de J Chéret pour les cuisinères Chabrier ©Gallica)

Affiche de J Chéret pour les cuisinères Chabrier ©Gallica

L’exposition L’art fait ventre invite à un voyage initiatique à la rencontre des problématiques liées à la nutrition. L’exposition revient sur les représentations de l’alimentation à travers l’histoire et les cultures et les mouvements artistiques. Elle invite également à s’interroger sur la façon dont l’art et les artistes explorent la nourriture, sur la façon dont l’art fait ventre et sur l’aspect social et commercial de l’art…
Après la visite de l’exposition au Musée du Montparnasse, nous vous proposons de poursuivre la réflexion à la Bibliothèque nationale de France, par une présentation d’ouvrages sur l’évolution des habitudes alimentaires, la nutrition et l’hygiène alimentaire…

Programme de la journée :

10h00 : Visite de l’exposition L’art fait ventre
Musée du Montparnasse, chemin du Montparnasse, 21 avenue du Maine, 75015 Paris
Métro : Montparnasse-Bienvenue, sortie 2
Bus : 28, 58, 88, 89, 91, 92, 94, 95, 96

14h30 : Présentation d’ouvrages sur la nutrition et les habitudes alimentaires par Dominique Wibault

Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand, Salle C

Informations pratiques :
Le nombre de participants est limité à 20.

Inscription obligatoire auprès de Céline Gaspard : par mail celine.gaspard@bnf.fr ou par téléphone 01.53.79.85.30

Plus d’informations sur : l’exposition

©BnF)

©BnF

©La Poste)

©La Poste


Expositions

Été 14 : les derniers jours de l’ancien monde

1 juillet 2014

Venez découvrir l’exposition sur la première guerre mondiale jusqu’au 3 août, à la Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand, Grande Galerie…

Affiche de l'ordre de mobilisation générale ©Gallica)

Affiche de l'ordre de mobilisation générale ©Gallica

28 juin 1914 : l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche est assassiné à Sarajevo par un nationaliste serbe. Encore un assassinat politique comme l’Europe en a connu beaucoup les années précédentes, spécialement aux confins de l’Autriche-Hongrie. Un simple coup de tonnerre dans un ciel clair… Ce fait divers tragique n’empêche pas l’été de suivre son cours habituel. Les paysans travaillent dans les champs, les ouvriers à l’usine. Les enfants attendent avec impatience la fin de l’année scolaire. Quelques rares privilégiés s’offrent des vacances à Deauville ou sur la Riviera. Le 23 juillet pourtant, l’Autriche adresse un ultimatum à la Serbie. Les hommes politiques, les diplomates, et les opinions publiques ne sont guère inquiets : c’est une crise régionale, qui doit se régler comme les nombreuses tensions précédentes par une conférence de paix. À Paris, les journaux s’intéressent davantage à l’affaire Caillaux. Le Kaiser participe à des régates en mer. Certains esprits clairvoyants s’alarment : Jean Jaurès parle « d’oscillation au bord de l’abîme ». Les nouvelles s’enchaînent, de plus en plus inquiétantes… Une semaine plus tard, le 30 juillet, la Russie mobilise. La machine de la guerre s’ébranle, il ne sera plus possible de l’arrêter. Le jeu des alliances entraîne l’Europe dans une guerre que l’on imagine violente, certes, mais brève…Commence alors « l’ivresse des cris de joie en marchant à l’abattoir » selon les mots de Stefan Zweig, même si la volonté d’en découdre ne caractérise pas toutes les populations, plutôt graves et résignées. Dès le mois d’août, la réalité du conflit apparaît dans sa violence extrême : l’Europe découvre sur son sol la guerre industrielle. Le parcours de l’exposition s’organise autour de la chronologie resserrée des évènements du 23 juillet au 4 août et l’enchaînement des décisions diplomatiques, politiques et militaires qui aboutissent à la conflagration générale. Les répercussions de la crise à l’échelle des individus (célèbres ou anonymes) sont également évoquées, tandis que sept séquences thématiques constituent des approfondissements à la chronologie :

Portrait de l’Europe, une longue période de paix
Cosmopolitisme culturel et expansion économique
Des tensions persistantes en Europe et aux colonies
Pacifismes et bellicismes
Présence du militaire dans la société
Préparer la guerre
Les mobilisations.

La fin de l’exposition traite du choc et de la surprise que constituent, au front comme à l’arrière, les premiers effets concrets de la guerre.

Info pratique : pour organiser une visite de cette exposition, contactez-nous
celine.gaspard@bnf.fr ou 01.53.79.85.30

1. Vous accueillir à la BnF

Café jeunes chercheurs à la BnF : samedi 5 avril 2014, de 15h à 17h au Labo

28 mars 2014

En partenariat avec le Collectif Confluence, la BnF organise un café sur le thème : Arabie saoudite, définition interne et positionnement externe. Ce café sera animé par Virginia Cassola qui fera une intervention sur : “le musée en Arabie saoudite : implantation, collections, discours” et par Emma Soubrier qui évoquera “les enjeux sécuritaires saoudiens à l’épreuve d’une refonte du jeu régional”…

Dans un premier temps, Virginia questionnera les rôles et missions des musées saoudiens depuis leur création dans les années 1970. Depuis cette date, un réseau de musées s’est constitué à partir de la collecte d’objets archéologiques et de discours spécifiques sur ces objets. L’étude de l’implantation des musées, de leurs collections et de leur exposition muséographique permet de répondre à la thèse selon laquelle le musée est un précieux outil de transmission d’une identité nationale saoudienne complexe dans un pays où se côtoient de multiples identités (arabité, islamité, « saoudité »…).

Fort Masmak ©V. Cassola)

Fort Masmak ©V. Cassola

Dans un second temps, Emma s’intéressera à la politique étrangère du Royaume, laquelle est déterminée par ses préoccupations sécuritaires. Celles-ci comportent deux dimensions : garantir la sécurité nationale contre des menaces extérieures de type classique ou asymétrique et assurer la stabilité du régime. Cette dualité des enjeux sécuritaires saoudiens explique un positionnement régional et international spécifique à explorer. Il s’agira enfin de montrer comment les bouleversements régionaux récents et les repositionnements stratégiques des acteurs dans la zone représentent un défi pour les dirigeants saoudiens. La refonte de l’échiquier régional que l’on peut déceler aujourd’hui pousse l’Arabie saoudite à adopter de nouvelles stratégies qu’il convient d’analyser afin de mieux anticiper leurs implications futures.

Infos pratiques :Rendez-vous samedi 5 avril de 15h à 17h au Labo, Hall Est. Entrée libre et gratuite.

Pour découvrir les collections

Rencontre Gallica : L’exposition coloniale internationale de 1931

11 mars 2014

La bibliothèque nationale de France vous invite à ses Rencontres de Gallica qui porteront sur l’ “exposition coloniale internationale de 1931 à Paris” le mardi 18 mars à 17h30, salle 70, site François Mitterrand… Cette rencontre sera animée par Pascal Cordereix, chef du service Son au département de l’Audiovisuel, Jude Talbot, Chargé d’opération de numérisation au département des Estampes et de la Photographie et Audrey Viault, Chargée de traitement documentaire au service Son du département Audiovisuel.

Plan général de l exposition coloniale de 1931 ©Gallica)

Plan général de l exposition coloniale de 1931 ©Gallica

Véritables promotions de la puissance des métropoles qui les organisaient, 27 expositions coloniales se sont tenues au XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle. Bénéficiant d’inaugurations grandioses relayées par la presse, ces expositions constituent une attraction populaire très prisée. Vision idéalisée du monde colonial et vitrine d’une idéologie occidentale, ces expositions sont également un outil économique et industriel important.

L’Exposition coloniale internationale de 1931 de Paris se démarque par le discours scientifique qu’elle inscrit dans une démonstration de puissance coloniale : 368 enregistrements sonores des “musiques et parlers coloniaux” sont réalisés, ouvrant une nouvelle ère de l’ethnomusicologie en France. Elle demeure un lieu de propagande colonialiste mais rencontrera quelques voix discordantes face au bilan officiel de fermeture.

Renseignements pratiques : entrée libre sur inscription : par téléphone au 01.53.79.49.49 ou par courriel : visites@bnf.fr

1. Vous accueillir à la BnF

Café jeunes chercheurs BNF : samedi 8 mars 2014, 15h-17h, au “Labo”

4 mars 2014

Trois ans, presque jour pour jour, après le déclenchement de la crise syrienne, trois jeunes chercheurs du Collectif Confluence reviennent sur la situation dans la région. A travers trois points de vue différents et complémentaires, il s’agira d’échanger sur les premiers enseignements des bouleversements qui, sans forcément l’ébranler, ont concerné le monde arabe dans son ensemble…

Révolutions arabes ©Wikimedia comons)

Révolutions arabes ©Wikimedia comons

Les rapports de force en Égypte par Elie Khoury

L’Égypte contemporaine est traversée par l’histoire imbriquée et déchirante de deux figures, celle de l’institution militaire et celle des Frères musulmans. Depuis le départ forcé de l’ancien président Hosni Moubarak, impulsé par une révolution populaire retentissante un temps, les changements prennent forme, les mirages s’établissent lorsque le face à face prend racine. Les ennemis se perdent, lorsqu’il devient difficile d’exprimer d’où vient le mal que traverse les sociétés arabes. Dans ce marasme, une bataille continue pourtant de gagner du champ et d’élargir ses cibles, la finance engagée contre le terrorisme…

La Russie face aux bouleversements dans le monde arabe par Adlene Mohammedi.

Ce que bien des commentateurs ont qualifié de « printemps arabe » a été perçu par Moscou avec beaucoup de scepticisme et de parcimonie. Après la chute de l’URSS, cela aurait pu s’apparenter à un nouveau fossé entre la Russie et le monde arabe. Loin d’être écartée, la Russie apparaît au contraire comme une puissance incontournable, notamment dans le cadre de la crise syrienne. A travers des considérations à la fois géopolitiques, juridiques et purement sécuritaires, c’est la question de la survie de l’Etat qui semble mouvoir la politique étrangère de la Russie dans la région. Une question aujourd’hui centrale dans le monde arabe.

Révolutions arabes ©Wikimedia comons)

Révolutions arabes ©Wikimedia comons

Un point sur la crise syrienne par Manon-Nour Tannous

Le premier constat de la Conférence de Genève 2 est la confirmation que les discours du régime syrien et de l’opposition sur la révolution, ses origines et sa légitimité, sont irréconciliables. Mais au-delà, ces négociations semblent avoir fait entrer la crise syrienne dans une nouvelle dimension. Elles consacrent d’une part son internationalisation et d’autre part son inscription dans le temps long, ponctué d’épisodes diplomatiques. Le processus engagé et les causes de son échec doivent ainsi être interrogés : la pertinence du cadre de négociations, les stratégies des acteurs, l’absence de consensus sur ce qui doit être négocié et le rôle des « parrains ».

Infos pratiques :Rendez-vous samedi 8 mars de 15h à 17h au Labo, Hall Est. Entrée libre et gratuite.

1. Vous accueillir à la BnF

Construire une culture partagée : 3 projets financés par le Fonds européen d’intégration

6 janvier 2014

La Mission de diversification des publics se donne comme objectif d’ouvrir grand les portes de la Bibliothèque nationale de France aux publics qui ne s’autorisent pas à fréquenter les lieux de culture, pour les accompagner dans la découverte des collections patrimoniales de la bibliothèque.

Grâce à des formes de médiation appropriées, la Mission de diversification des publics s’adresse à des publics comme les décrocheurs, les personnes non qualifiées en recherche d’emploi, celles qui sont en situation d’illettrisme, les usagers des centres sociaux, les personnes âgées isolées, les étrangers fragilisés socialement…

Déclaration des droits de l'Homme et du citoyen ©Gallica BnF)

Déclaration des droits de l Homme et du citoyen ©Gallica BnF

Le Fonds européen d’intégration soutient des projets qui favorisent l’accueil des communautés étrangères dans notre pays. Ce fonds a décidé d’apporter un financement à 3 projets proposés par la BnF.

C’est la DAAEN (Direction de l’accueil, de l’accompagnement des étrangers et de la nationalité) qui dépend de la Direction générale des étrangers en France qui pilote ces projets pour le FEI .
La DAAEN est chargée de concevoir et de mettre en oeuvre la politique publique d’accueil, d’accompagnement et d’accès à la nationalité française des étrangers.

La Mission de diversification des publics a conçu ces 3 projets avec des associations qui s’adressent à des publics fragilisés, d’origine étrangère :

Monnaies royales françaises Henri IV ©Gallica BnF)

Monnaies royales françaises Henri IV ©Gallica BnF

- 2 expositions “Hors les murs” seront respectivement réalisées avec la participation de jeunes gens : l’une à Grigny, autour du thème de la citoyenneté, avec l’association Décider qui travaille de longue date avec la BnF, l’autre dans le 10ème arrondissement de Paris, avec l’association Le Pari’s des Faubourgs, autour d thème de la Monnaie et de son histoire.

- Le 2ème projet “Mémoires de Chibanis” invite les travailleurs immigrés âgés à s’engager dans un travail d’écriture pour témoigner de leur vie passé en France. Les collections de la BnF relieront ces histoires individuelles avec les pans de l’histoire collective de la France des 30 glorieuses, pour donner toute sa place à l’histoire de ces immigrés qui ont participé à la reconstruction de notre pays. Ce projet est mené de concert avec Le Café social et Les Ateliers Elisabeth Bing.

Travailleurs français immigrés unis ©Gallica BnF)

Travailleurs français immigrés unis ©Gallica BnF

- Le 3ème projet “Sortir de l’isolement par la culture” est mené avec l’association ADAGE qui accompagne vers la recherche d’un emploi des femmes isolées d’origine étrangère. Pour s’intégrer dans une société, la compréhension des codes culturels qui guide les usages sociaux est essentielle. Comment manier ces codes sans renier ses propres valeurs constituera le fil conducteur d’un manuel qui proposera une sélection d’entretiens avec des sociologues, des formateurs, et de textes écrits par les femmes accueillies par ADAGE qui témoigneront de leur propre regard sur la société française.

Des conventions de partenariat ont été signées entre le FEI, la BnF et les associations parties prenantes de ces projets qui se dérouleront pendant 1 an. Nous reviendrons plus longuement sur chacun de ces projets.

©BnF)

©BnF

©FEI)

©FEI


1. Vous accueillir à la BnF

Les pauvres ont-ils des droits ?

19 novembre 2013

La BnF et ATD Quart monde vous convient à une conférence : jeudi 5 décembre 2013 de 18h à 20h au Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France…

La table ronde sera animée par Sylvie Hazebroucq, journaliste à RFI, avec : Gwenaële Calvès, spécialiste du droit des minorités ; Michèle Grenot, historienne ; Maryvonne Lyazid, adjointe au défenseur des droits et Bruno Tardieu, délégué national d’ATD Quart monde

Sans abris à Paris ©Wikimediacommons)

Sans abris à Paris ©Wikimediacommons

Un des aspects les plus violents de la misère est le mépris que subissent les personnes en situation de grande pauvreté. L’extrême violence est celle qui réduit sa victime au silence, elle n’ose pas réagir. Ainsi tout le monde en ignore l’existence. Les personnes en situation de pauvreté et de grande précarité subissent une double peine. Celle, évidente, de leur condition économique. Et celle, plus insidieuse, de la stigmatisation permanente qui parfois conduit à des traitements discriminants, privant ces personnes de leurs droits. C’est pour réagir à cet état de fait que la mission de diversification des publics de la BnF mène en permanence des actions en faveur des publics les plus défavorisés.

Lors de cette rencontre, ces situations de discriminations seront nommées, reconnues, dénoncées, pour que l’on ne puisse plus les ignorer. Les intervenants illustreront ce thème de la discrimination dans l’histoire et dans la réalité d’aujourd’hui, évoqueront des moyens de lutter contre les préjugés et de rendre effectif l’accès de tous aux droits fondamentaux.

Un détour historique permettra de mettre en perspective ce sujet. En effet, au moment de la Révolution française, l’institution du régime censitaire et donc l’exclusion des droits politiques pour les personnes les plus pauvres est symptomatique.

Zonier à Ivry ©Gallica)

Zonier à Ivry ©Gallica

Les fonds de la BnF recèlent un ouvrage d’une grande importance : Les Cahiers du Quatrième Ordre. L’ordre sacré des infortunés écrit par Dufourny de Villiers. Dans ce texte de 1789, cruel d’actualité, l’auteur s’indigne que les plus pauvres ne soient pas consultés, qu’ils soient considérés comme incapables de penser. Il demande que leurs droits soient reconnus pour que ceux qui les représenteront à la future assemblée nationale tiennent compte de ce qu’ils vivent et pensent. C’est en s’inspirant de ces cahiers que Joseph Wresinski, fondateur d’ATD Quart Monde, inventa le terme « Quart monde » en lien avec ce Quatrième Ordre et la notion de Tiers monde.

1. Vous accueillir à la BnF

Les biens communs de la connaissance

8 novembre 2013

3ème journée : Lundi 18 novembre, 10h00 – 19h00 : Les biens communs de la connaissance

Première partie : Atelier Arpentage de 10h00 à 16h30, salle J
Sur inscription dans la limite des places disponibles : Céline Gaspard 01 53 79 85 30, celine.gaspard@bnf.fr
Rendez-vous Atelier Arpentage : 9h45, BnF, Site François Mitterrand, hall Ouest (près du métro Quai de la Gare)

Libres savoirs, les biens communs de la connaissance / ouvrage coordonné par l’Association VECAM. Ed. C&F, 2011.
Intervenants : Jean-Claude Lucien et Alexane Brochard, Peuple et Culture.

Coupe du cénotaphe, Boullée ©Gallica)

Coupe du cénotaphe, Boullée ©Gallica

Deuxième partie : Restitution publique de l’atelier Arpentage : 16h30 – 17h30
Auditorium 70

Ouvert à tous, renseignements auprès de :
Sylvie Dreyfus 01 53 79 53 17, sylvie.dreyfus@bnf.fr
Céline Gaspard 01 53 79 85 30, celine.gaspard@bnf.fr
Adrien Toreau 01 49 29 42 80, toreau@peuple-et-culture.org

Projection débat, 17h30 – 19h00 : REMIX Biens communs : une sélection d’entretiens de www.remixthecommons.org

Remix Biens communs est un espace interculturel de partage et de co-création de documents multimédias sur les biens communs. Le projet est porté par un collectif interculturel, composé de personnes et d’organisations qui pensent que le recueil, l’échange et le remix des récits, des définitions et des images des biens communs sont une manière active et conviviale de s’approprier cette notion et de la diffuser dans la société.

Pour accéder à l’auditorium 70 : entrer Hall Ouest et suivre
le balisage…