Archives de la catégorie Expositions

1. Vous accueillir à la BnF, Expositions, Pour découvrir les collections

À la découverte des collections de la BnF autour de la colonisation

9 août 2011

Nous avons eu le plaisir de rencontrer Frédéric Manfrin, chef du service Histoire au sein du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, avant de le retrouver le 16 août, à partir de 17h30, dans la galerie Jules Verne, pour nous introduire sa conférence « Coloniser ? Les collections de la BnF témoins de leur temps ».

Comment était perçue la colonisation au 19ème siècle ?

Paysages et types de mœurs du Sénégal : Don de Mr Delor, 1885; source: Gallica; BnF )

Paysages et types de mœurs du Sénégal : Don de Mr Delor, 1885; source: Gallica; BnF

Si l’opinion y était largement favorable, il existait un débat à cette époque, la colonisation ne faisait pas consensus. Pour illustrer les divergences d’opinions, on peut citer deux textes, qui avaient déjà été proposés à ce sujet lors d’une rencontre avec l’histoire. Le premier de ces textes est de Jules Ferry : Discours à la chambre des députés, 28 juillet 1885. Dans ce texte, Ferry, se fait le promoteur de la colonisation, qu’il défend en trois points : des raisons économiques, des idées de civilisation, et des idées d’ordre patriotiques. En dehors des motivations économiques, Ferry est persuadé du bienfait de la colonisation pour les peuples colonisés et vante « le côté humanitaire et civilisateur de la Question ».
À ces opinions s’opposent celles de Clémenceau qui, deux jours après, répond à Jules Ferry dans son Discours à la chambre des Députés, 30 juillet 1885. Il s’oppose à la théorie des races dans cette réponse, qui validait la colonisation selon Jules Ferry.
Ces deux textes illustrent bien qu’un questionnement autour de la colonisation existait dès le 19ème siècle.

Comment se passe le processus de colonisation française ?

Lire le reste de cet article »

1. Vous accueillir à la BnF, Expositions, Pour découvrir les collections

À la découverte des territoires du cinéma africain

2 août 2011

Nous avons rencontré Julien Farenc, chargé de collections au département de l’Audiovisuel, avant d’avoir le plaisir de le retrouver mardi 9 août, à partir de 17h30, pour une conférence sur les territoires du cinéma africain, galerie Jules Verne.

Qu’est ce que le cinéma africain ?

Borom Sarret, d'Ousmane Sembène, est considéré comme le première film africain © Médiathèque des Trois Mondes )

Borom Sarret, d Ousmane Sembène, est considéré comme le première film africain © Médiathèque des Trois Mondes

Il est difficile de considérer le cinéma africain comme une entité et il serait donc préférable de parler des cinémas africains. Une des raisons à ce pluriel est la multitude des langues, vernaculaires ou européennes. Une autre est l’histoire contemporaine du continent façonné par la colonisation et les décolonisations. Cette histoire a pesé de tout son poids sur les conditions de production et de distribution dans ses pays. En tous les cas, les pays francophones du sud et du nord du Sahara constituent un territoire commun pour le cinéma qui le distingue nettement de l’Afrique anglophone par exemple.

Je voulais également réfléchir au cinéma que je ne voulais pas considérer comme « cinéma d’Afrique ». En effet, on ne saurait considérer les films coloniaux comme du cinéma africain, bien que tournés en Afrique : la question de l’observateur est ici primordiale. De même, le cinéma animalier réalisé en Afrique ne pourrait être considéré comme « cinéma d’Afrique ». Enfin, on ne peut pas non plus considérer comme cinéma africain des films tournés par des Européens sans les Africains ou des films sur des Africains vivant sur d’autres continents.

Par conséquent, j’ai choisi de considérer comme cinéma africain, le cinéma documentaire ou de fiction réalisé par des Africains, et plus généralement le cinéma qui donne la parole aux Africains vivant en Afrique.

L’histoire du cinéma en Afrique démarre sans doute avec la première projection commerciale au Mali en 1908. Le premier film réalisé par des africains est Afrique sur Seine (1955), tourné à Paris, faute d’autorisation de tournage au Sénégal ! Du coup, on peut considérer que le premier film africain au sens plein du terme est Borom Sarret, d’Ousmane Sembène, en 1962 et récompensé en France l’année suivante

Enfin, dans cette approche du cinéma africain, on peut se poser la question d’inclure certains réalisateurs européens, passionnés par le continent noir et qui ont beaucoup contribué à faire connaître l’Afrique. On pense immédiatement à Jean Rouch pour le Mali ou le Niger (exemple : Initiation à la danse des possédés), Thierry Michel pour le Congo (exemple : Katanga Business), ou encore Daisy Lamothe pour le Sénégal (exemple : Viens voir ma boutique).

Quels sont les principaux opérateurs en matière de production d’édition vidéo ?
Lire le reste de cet article »

1. Vous accueillir à la BnF, Expositions

Regard sur l’Ouest africain dans les récits de voyage européens

27 juillet 2011

Avant de la retrouver mardi 2 août, à partir de 17h30, dans la galerie Jules Verne, nous avons eu le plaisir de rencontrer Juliette André, chef d’équipe au service philosophie du département Philosophie, histoire, sciences de l’Homme. Le sujet de la conférence est en lien avec ses recherches dans le cadre de son DEA et de sa maîtrise, sur les récits de voyage en Sénégambie. Elle nous a donc parlé des récits de voyageurs européens dans l’Ouest africain.

Yannick Grandcolas nous a parlé, la semaine dernière, des récits des explorateurs du Moyen-Âge, puis de la redécouverte de Tombouctou par René Caillé au XIXe siècle, et vous, vous allez évoquer, pour votre part, les récits des voyageurs qui s’étendent du XVIe au début du XIXe siècle ?
En effet, après la découverte des côtes africaines par les Portugais et leur installation, notamment en Sénégambie et aux îles du Cap-Vert, des récits de commerçants capverdiens, apportant de précieux renseignements, sont diffusés.
Historiquement, la Sénégambie désigne la région comprise entre la vallée du fleuve Sénégal au Nord, au Sud les Rivières du Sud, à l’Ouest l’Océan et à l’Est le massif du Fouta Djallon.

Par exemple, le capverdien André Donelha, probablement né sur l’île de Santiago entre 1550 et 1560, rédige un récit à partir de notes prises lors de ses nombreux séjours sur la côte sénégambienne (fin du XVIe siècle). Il entreprend ce travail en 1625 sous le titre : Description de la Serra Leona et des Rios de Guiné du Cabo Verde. Autre auteur capverdien important : André Alvarès de Almada. Il rédige en 1594 le Tratado breve dos rios de Guiné do Cabo Verde, fruit de ses activités commerciales le long de cette même côte.
Lire le reste de cet article »

1. Vous accueillir à la BnF, Expositions

Cet été, voyagez également en Asie à la Bibliothèque, avec Paul Jacoulet

25 juillet 2011

Nous vous avons largement présenté dans ce blog les Estivales africaines de la BnF, mais, si vous souhaitez encore vous dépayser, vous pouvez également vous transporter en Asie avec une exposition des œuvres de Paul Jacoulet, dans la galerie des donateurs, en entrée libre. Nous avons eu le plaisir de rencontrer Céline Chicha, commissaire de l’exposition, chargée de collections Estampes XXème et XXIème siècle au sein du département des Estampes et de la photographie, pour nous parler de cet artiste.

Qui est Paul Jacoulet?

Le Nautilus, Paul Jacoulet, © ADAGP, 2011, BnF, dpt des Estampes et de la photographie )

Le Nautilus, Paul Jacoulet, © ADAGP, 2011, BnF, dpt des Estampes et de la photographie

Paul Jacoulet est un artiste français, puisque né en France en 1896, mais qui a passé toute sa vie au Japon jusqu’à sa mort en 1960, et a adopté la culture nippone. Il a été scolarisé dans une école japonaise, et, du fait de sa santé fragile, suivait également des cours particuliers, notamment de dessin. Il se passionne donc très tôt pour cet art, et en particulier pour la gravure sur bois, qui fait partie des techniques traditionnelles japonaises.
Deux donations à la Bibliothèque nationale de France, la première en 1961 par ses assistants, puis en 2011 par sa fille adoptive permettent à la bibliothèque de conserver l’œuvre complet de l’artiste, soit 162 planches.

Pouvez-vous nous parler de cette technique de la gravure sur bois?

Lire le reste de cet article »

1. Vous accueillir à la BnF, Expositions, Pour découvrir les collections

À la découverte des explorateurs de l’Afrique

21 juillet 2011

Pour nous parler des explorateurs africains, nous avons eu le plaisir de rencontrer Yannick Grandcolas, chargé des collections de géographie au sein du département Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme, avant de le retrouver pour une conférence sur le sujet mardi 26 juillet, dans la galerie Jules Verne (ex espace pédagogique), à partir de 17h30.

Depuis quand les explorateurs ont-ils pénétré en Afrique ?

Aphricae Tabula quarta : Continet Libyan & duas Aethiopias, Ptolémée; source: Gallica  )

Aphricae Tabula quarta : Continet Libyan & duas Aethiopias, Ptolémée (Ier siècle après JC); source: Gallica

Les premiers écrits significatifs d’exploration de l’Afrique apparaissent dès l’Antiquité chez les grecs : au Vème s. avant JC, Hérodote nous renseigne sur la géographie de l’Égypte et de la Libye. Ptolémée, savant grec du premier siècle après Jésus-Christ, réalise la première carte d’Afrique en rassemblant les connaissances limitées d’alors.
Les voyageurs arabes nous livrent également de précieux témoignages : au XIIème siècle, le géographe Al-Idrîsî, dans « Le livre de Roger » décrit de façon remarquable pour l’époque, la géographie tant humaine que physique du Niger, du Soudan et de la vallée du Nil, la Bibliothèque nationale en conserve l’un des manuscrits les plus anciens, copié vers 1300.
Lire le reste de cet article »

1. Vous accueillir à la BnF, Expositions, Pour découvrir les collections

À la découverte des littératures africaines

13 juillet 2011

Pour évoquer les littératures africaines, nous avons eu le plaisir de rencontrer Henja Vlaardingerbroek, chargée de collections du secteur Afrique, avant de la retrouver le 19 juillet, à partir de 17h30, pour une conférence débat dans la Galerie Jules Verne (ex espace pédagogique).

A quelle époque la littérature africaine est-elle née ?

Pagne, CC par Bill Zimmerman )

Pagne, CC par Bill Zimmerman

C’est une question complexe. De quoi parle-t-on exactement ? Peut-être vaut-il mieux parler de littératures africaines au pluriel. Je me limite ici aux littératures de l’Afrique subsaharienne, appelée aussi l’Afrique noire. C’est une partie considérable d’un vaste continent pour lequel il est difficile de généraliser, même si l’on a souvent tendance à le faire.
Qu’est-ce qu’on entend ici par littérature ? La littérature orale, souvent évoquée à propos de la littérature africaine, n’est pas si simple à définir. Il n’est pas toujours facile de retracer ses origines, ses modes de transmission et de la recueillir sous forme écrite.
En Afrique, on trouve des formes d’expression graphique peu évidentes à déchiffrer, sur des supports autres que le papier et auxquels les occidentaux sont moins habitués, comme les tissus. Elles peuvent parfois être rattachées au champ de la littérature et ont peut-être été un peu négligées jusqu’ici au profit des contes par exemple.
Pour ce qui est de la littérature écrite, telle que nous la concevons traditionnellement, elle a vraiment pris son essor au XXe siècle, notamment depuis les indépendances.

Lire le reste de cet article »

1. Vous accueillir à la BnF, Expositions, Pour découvrir les collections

À la rencontre de Jules Hansen, cartographe de l’Afrique

8 juillet 2011

Nous avons eu le plaisir de rencontrer Olivier Loiseaux, co-commissaire de l’exposition des Estivales africaines de la BnF, avant de le retrouver le 12 juillet prochain à partir de 17h30 dans la Galerie Jules Verne (anciennement espace pédagogique), pour nous parler de Jules Hansen.

Qui était Jules Hansen ?
La carrière de Jules Hansen est d’abord le fruit de rencontres qui lui ont permis de devenir un des dessinateur-géographes les plus recherchés, les plus demandés de sa génération.
D’une famille originaire du Danemark, Jules Hansen est né à Paris en 1849. Il fait ses études à l’École des Arts décoratifs avec une spécialité en dessin géométral et à l’École des Arts et Métiers. Au sortir de ses études en 1866, il a l’occasion de rencontrer plusieurs personnalités qui vont l’introduire dans le monde de la géographie.

Pays compris entre l Ogooué et le Congo dessiné par J. Hansen, 1885 © BnF, département des Cartes et Plans )

Pays compris entre l Ogooué et le Congo dessiné par J. Hansen, 1885 © BnF, département des Cartes et Plans

Il fréquente la Bibliothèque impériale où il rencontre Eugène Cortambert, alors conservateur de la section des cartes et plans et son fils Richard qui remarquent ses qualités de dessinateur et font appel à son « crayon géographique » pour la réalisation de petits travaux, telles ces cartes des cinq continents publiées dans une Petite Géographie illustrée.
Hansen est présenté dès 1869 à la librairie Hachette qui fait appel à lui désormais pour de nombreux travaux. Eugène Cortambert recommande également Hansen à Charles Maunoir qui est en 1870 le chef des cartes au Dépôt de la Guerre et le secrétaire général de la Société de géographie.
Hansen devient officiellement membre de la Société de géographie le 2 février 1876 et en devient le cartographe attitré.

Qu’est-ce que la Société de Géographie ?
Lire le reste de cet article »

1. Vous accueillir à la BnF, Expositions, Pour découvrir les collections

À la découverte des manuscrits de Tombouctou

29 juin 2011

Saadou Traoré est un jeune chercheur malien, invité à la BnF, dans le cadre du programme profession culture. Ce programme accueille de nombreux chercheurs français et étrangers qui travaillent sur les collections de la BnF et les moyens de les valoriser, en lien avec un projet professionnel ou universitaire.

Nous avons eu le plaisir de le rencontrer, avant de le retrouver le 5 juillet à 17h30, dans la Galerie Jules Verne (anciennement appelée “Espace pédagogique”) pour une conférence/débat autour du Tombouctou, ville du savoir du XVIe au XIXe siècle.

Reliure, Afrique occidentale, XIXe siècle. Sur Al-Mukhtâr ibn Ahmad al-Kuntî, Nuzhat al-râwî wa bughyat al-hâwî (Agrément du narrateur et désir du conteur). BNF, Manuscrits orientaux )

Reliure, Afrique occidentale, XIXe siècle. Sur Al-Mukhtâr ibn Ahmad al-Kuntî, Nuzhat al-râwî wa bughyat al-hâwî (Agrément du narrateur et désir du conteur). BNF, Manuscrits orientaux

Saadou pourriez-vous nous parler des manuscrits sur lesquels vous travaillez à la BnF ?
J’ai réalisé un catalogue de manuscrits qui étaient en relation avec Tombouctou, soit parce que leurs auteurs habitaient Tombouctou, soit par ce que les textes des documents évoquaient Tombouctou, soit parce qu’ils ont été copiés à Tombouctou. Le catalogue contient des informations bibliographiques et une description codicologique de chacun des manuscrits.

Qu’est-ce que la codicologie ? Lire le reste de cet article »

1. Vous accueillir à la BnF, Expositions, Pour découvrir les collections

Cet été, voyagez en Afrique à la Bibliothèque nationale de France !

14 juin 2011

Pendant tout l’été, la BnF propose de sillonner le continent africain à travers la présentation d’un ensemble de documents sur le thème de l’exploration et de la cartographie en Afrique. Elle sera accompagnée d’un cycle de débats portant à la fois sur les représentations de l’Afrique produites par les Européens et sur la diversité des cultures africaines dont témoignent les collections de la BnF.

 Carte de l Afrique par Clouet, 1787, BnF, département des Cartes et plans )

Carte de l Afrique par Clouet, 1787, BnF, département des Cartes et plans

De la Renaissance à la fin du XVIIIe siècle, les Européens ne connaissaient du vaste continent africain que ses côtes sur lesquelles ils avaient fondé des comptoirs. Au tournant du XIXe siècle, l’intérieur du continent suscite à son tour l’intérêt. Tout au long de ce siècle, l’Afrique est au centre d’un large mouvement de découvertes, d’explorations et d’inventaires où la cartographie prend une place centrale dans l’appropriation intellectuelle, scientifique et politique du territoire.
Lire le reste de cet article »

1. Vous accueillir à la BnF, Expositions, Visites de la BnF

Pour vous aider à préparer votre visite à la Bibliothèque nationale de France

5 avril 2011

Avant de venir visiter la bibliothèque avec votre groupe, différents outils sont à votre disposition pour préparer au mieux cette visite, seul ou avec votre groupe.

Des visites guidées sont proposées aux relais pour chaque nouvelle exposition- © photo BnF)

Des visites guidées sont proposées aux relais pour chaque nouvelle exposition- © photo BnF

Des visites pour les relais
Nous vous proposons tous les trimestres une visite du site François Mitterrand réservée aux relais du champs social, afin que vous sachiez exact-ement à quoi vous attendre lors de votre venure avec votre groupe. Nous proposons également des visites des expositions temporaires réservées aux relais du champ social à chaque fois qu’une nouvelles exposition ouvre ses portes. Vous pouvez retrouver toutes les dates et les informations sur ces visites dans la rubrique Vous accueillir à la BnF. Notez d’ores et déjà que la prochaine visite aura lieu le 21 juin à 14h30, n’oubliez pas de vous inscrire auprès de nous !

Lire le reste de cet article »