Archives de la catégorie Pour découvrir les collections

Pour découvrir les collections

Les Jeux olympiques d’hier à aujourd’hui

13 juin 2012

Un atelier- rencontre à la BnF, le 6 juillet, à 14h30

Cook aux Jo de londres 1908 © BnF Gallica)

Cook aux Jo de londres 1908 © BnF Gallica

Du 27 juillet au 12 août prochain auront lieu les Jeux Olympiques de Londres.
Cet événement qui se déroule à une échelle planétaire et qui est devenu totalement mondialisé obéit à des rituels et à une mise en scène qui est née, il y a quelques 2800 ans, en Grèce antique, dans le centre religieux d’Olympie.

Comment se passaient les Jeux Olympiques antiques ?
Qui les a fait revivre et dans quelles conditions ?
Comment la politique s’est-elle emparée des Jeux Olympiques, au cours de l’Histoire ?

Nous vous invitons à découvrir le récit de cette aventure qui traverse le temps, à travers les collections patrimoniales de la BnF. Une projection de films rares viendra conclure cette présentation.

Rendez-vous : devant la maquette du Hall Est de la BnF à 14h15
Entrée gratuite

Pour tout contact : Mission diversification des publics :
Sylvie Dreyfus, sylvie.dreyfus@bnf.fr, 01 53 79 53 17
Céline Gaspard, celine.gaspard@bnf.fr, 01 53 79 85 30

1. Vous accueillir à la BnF, Pour découvrir les collections

Connaissez-vous la collection des recueils de la BnF ?

21 mars 2012

Nous avons eu le plaisir de rencontrer Régis Stauder, chargé des collections de recueils du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, pour en apprendre davantage sur ces documents précieux, témoins de leur temps : modes d’emplois, tracts électoraux, faire-part, brochures, prospectus, catalogues…

Dîner offert en l honneur de Sa Majesté l Empereur du Japon, 16 avril 1982 in Bibliothèque nationale de France, Philosophie, histoire, sciences de l homme, Présidence de la République (Recueil. Menus) )

Les menus sont conservés dans la collection des recueils : Dîner offert en l honneur de Sa Majesté l Empereur du Japon, 16 avril 1982 in BnF, Philosophie, histoire, sciences de l homme, Présidence de la République

Pour commencer, pouvez-vous nous dire ce qu’est un recueil, et d’où vient ce terme ?
À l’origine, le terme de recueil désignait la façon dont on rassemblait des documents par lots, en fonction de critères précis, afin de mieux les traiter, pour les retrouver plus facilement. Il s’agissait donc d’un terme qui désignait une manière de classer les documents.
On l’utilise maintenant, par extension, pour désigner les documents ainsi classés par opposition aux livres, notamment, qui sont traités individuellement.
Concrètement, cela signifie que l’on retrouve au sein d’un recueil plusieurs documents, par exemple le recueil des annales d’examen des éditions Foucher. Ces documents sont liés soit par leur sujet, soit parce qu’ils ont été publiés par la même entreprise, le recueil des documents publicitaires de la marque Nintendo par exemple.

Que trouve-t-on dans les collections des recueils la BnF ?
Les collections de la BnF sont vastes et très diverses, et les recueils sont conservés au département Philosophie, histoire, sciences de l’Homme, même si l’on en trouve également dans presque tous les autres départements de la bibliothèque. Nous conservons des affiches, des agendas, des menus, des annales d’examen, des bilans annuels, des brochures de moins de 48 pages, les modes d’emploi des appareils ou logiciels, des guides, des horoscopes, des règles de jeux, des tracts électoraux, syndicaux, des livres de coloriage, s’il n’y a pas d’auteur. Il y a un côté caverne d’Ali Baba dans cette collection!

Ces collections sont importantes parce qu’elles sont un témoin de la vie quotidienne, lorsqu’un document de ce type est publié, il n’est pas voué à avoir une longue durée de vie, il est souvent jeté aussitôt après avoir été lu. C’est la raison pour laquelle on utilise aussi le terme d’éphémères : comme les insectes du même nom, leur espérance de vie est d’une journée. Parfois, des associations de collectionneurs font appel aux collections de la BnF pour trouver des notices d’utilisation par exemple.

Camarades enragés, découpez ces étiquettes et collez-les partout !... Nous vous recommandons le dos des C.R.S. Si vous n'avez pas de colle, clouez-les ! L enragé n°1 - 1er mai 1968, BnF, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme (Tracts mai 1968)

Tract de Mai 68 : Camarades enragés, découpez ces étiquettes et collez-les partout !... Nous vous recommandons le dos des C.R.S. Si vous n avez pas de colle, clouez-les ! L enragé n°1 - 1er mai 1968, BnF, département Philosophie, histoire, sciences de l homme

Comment sont classés ces documents ?
Aujourd’hui, ils sont classés par entreprise, on retrouvera par exemple tous les documents d’une même structure classés ensemble. Et, au sein même de ce classement par entreprise, on retrouve des sous catégories de classement, par thème : par exemple parmi les documents d’une même société commerciale, on regroupe d’une part les catalogues, d’autre part les rapports annuels.

Ce classement existe depuis 1958. Avant la deuxième guerre mondiale, les recueils étaient classés plutôt par thème. Le classement actuel permet une recherche simple.

Comment sont collectés les recueils ?
Comme pour tous les autres supports, la majorité de nos collections entre par le dépôt légal : les éditeurs et imprimeurs sont soumis aux mêmes obligations de dépôt que pour l’impression d’un livre. Le dépôt légal constitue 80% de nos collections de recueils.
Le reste des documents nous parvient grâce aux dons de collectionneurs, et également par nos collègues qui récoltent des tracts et nous les confient, notamment en cette période électorale !

Si vous souhaitez découvrir ces collections, n’hésitez pas à nous contacter ! Nous pourrons organiser des découvertes thématiques (autour des menus, des tracts politiques dans la collection des recueils, des catalogues des grands magasins, des tracts électoraux, etc…) en fonction de vos projets de groupe.

__________

Pour en savoir plus :

- Revue de la Bibliothèque nationale de France n°10, dossier “L’Éphémère”
- Iconographie de l’exposition “Esprit(s) de Mai 68″

1. Vous accueillir à la BnF, Pour découvrir les collections

Nouveau cycle du cinéma de midi

7 février 2012

Une fois par mois, à l’heure du déjeuner, la BnF vous propose d’assister à une projection de films issus des collections du Département de l’audiovisuel, dans le petit auditorium du site François Mitterrand. C’est pour vous et vos publics l’occasion devenir découvrir la richesse des collections audiovisuelles de la bibliothèque !

Pour ce début d’année 2012, le cycle de projections aura pour thème “Grandir”, et commencera dès aujourd’hui, mardi 7 février. Nous vous retrouverons donc avec un grand plaisir lors de ces projections qui sont gratuites et ouvertes à tous.

Il Paradiso dei bambini, source : Gallica )

Il Paradiso dei bambini, source : Gallica

Voici le programme des projections, que vous pouvez également retrouver ici :

- Mardi 7 février, 12h30-14h00 :
Karine (8 min) de Robert Cahen, 1976.
Beppie (38 min) de Johan van der Keuken,  1965.
La leçon de lecture (10 min), de Johan van der Keuken, 1973.

- Mardi 20 mars, 12h30-14h00 :
Dix minutes de vie, de Franck Herz (10 min).
Tout peut arriver, de Marcel Lozinski (39 min).

- Mardi 3 avril, 12h30-14h00 :
La loi du collège (26 min). 1er épisode de Mariana Otero, réal. 1994.
L’heure de la piscine (26 min) de Valérie Winckler réal. 1995.

- Jeudi 3 mai, 12h30-14h00 :
Paris, jeunesse et rock n’roll (1966) de Michel Parbot (6 min 30 s).
Nous, les enfants du rock (1992) de Michel Vuillermet (extrait de 35 min).

N’hésitez pas à venir, seul ou avec vos publics, assister à ces projections !
Nous vous rappelons également que nous sommes à votre disposition si vous souhaitez organiser, dans la salle de l’audiovisuel, une projection de groupe d’un film issu des collections de la BnF. N’hésitez pas à nous contacter !

1. Vous accueillir à la BnF, Expositions, Pour découvrir les collections

Rencontre avec les commissaires de l’exposition Vogue, l’aventure d’une maison de disques

10 octobre 2011

Qu’ont en commun Johnny Hallyday, Jacques Dutronc, Sidney Bechet, les Doors, Abba, les artistes de la Motown ou même Louis de Funès ? Ils ont tous été enregistrés ou distribués par le label Vogue…En ce moment, et jusqu’au 13 novembre, se tient à la BnF, site François Mitterrand, une exposition hommage à cette célèbre maison de disques. Nous avons eu le plaisir de rencontrer les deux commissaires de l’exposition : Anne Legrand et Pierre Pichon.

Logo Vogue/Copyright L&M Services B.V. The Hague 20110522 )

Logo Vogue/Copyright L&M Services B.V. The Hague 20110522

Pourquoi une telle exposition à la BnF ?
Cette année, nous célébrons le centième anniversaire de la naissance de Charles Delaunay, l’un des fondateurs de la maison Vogue. Il nous a donc semblé important de rendre hommage à cette société qui a marqué l’univers de la musique, et cela nous permet de mettre en valeur les collections de la BnF.

En effet, tout ce que vous voyez au sein de l’exposition fait partie des collections, pour deux raisons. D’une part, les disques entrent à la BnF par le système du dépôt légal : un exemplaire de chaque disque sorti en France est conservé à la bibliothèque, et ce depuis 1938, et je (Pierre Pichon) m’occupe de gérer ce dépôt légal. D’autre part, en 1979, Charles Delaunay a fait don à la phonothèque nationale (devenu depuis le département de l’Audiovisuel de la BnF) de sa collection de disques et de ses archives, fonds qu’Anne Legrand connaît particulièrement bien, en en ayant réalisé l’inventaire et ayant par ailleurs rédigé une thèse sur Charles Delaunay et le jazz en France dans les années 30 et 40. Lire le reste de cet article »

1. Vous accueillir à la BnF, Pour découvrir les collections

Nouvelle programmation du Cinéma de midi: les Nuits blanches

6 octobre 2011

Comme chaque année, nous vous proposons de venir, une fois par mois, assister à une projection des films issus des collections de la BnF, à l’heure du déjeuner. Cette année, la programmation a pour titre “Nuits blanches”. Et voici le programme :

Paris la nuit, photographie de presse, Agence Meurisse (source : Gallica))

Paris la nuit, photographie de presse, Agence Meurisse (source : Gallica)

  • mercredi 19 octobre 2011, 12h30-14h00 :

- Paris, la nuit, de Jean Valère et Jacques Baratier (1955), 23 min.
La vie nocturne du Paris d’il y a cinquante ans renaît sur l’écran, entre détails réalistes et moments teintés de rêve.
- La guerre des boîtes, de Jacqueline Wester et Claude Angeli (1966), 22 min.
Enquête dans le quartier de Pigalle, au cœur d’un milieu de la nuit où la concurrence est dure.
- Gilbert Fastenaekens : paysages industriels, de Frédéric Compain (1985), 8 min.
Le photographe belge, reconnu pour son travail sur les paysages urbains de nuit, explique sa démarche artistique.

La nuit : employés grévistes dans un grand magasin de Paris, photographie de presse, Agence Meurisse (source : Gallica))

La nuit : employés grévistes dans un grand magasin de Paris, photographie de presse, Agence Meurisse (source : Gallica)

  • Mardi 29 novembre 2011, 12h30-14h00

- Les matinales, de Jacques Krier (1967), 46 min.
Reportage sur les femmes de ménage qui parlent de leurs conditions de travail et de la manière dont elles sont perçues dans la société.
- Intérieur nuit, de Sarah Butterfield (1989), 20 min.
La vie en noir et blanc dans une usine, la nuit. Des femmes s’affairent à leur travail pendant que la ville dort.

  • Mardi 13 décembre 2011, 12h30-14h00

- Cette nuit, l’Occident s’empiffre, de Marcel Teulade (1985), 10 min.
Sur des images d’archives de Paris la nuit au moment de Noël, François Mauriac regrette cette effervescence festive au détriment d’une réflexion sur la signification de la naissance de Jésus.
- Intérieur nuit, d’Elisabeth Jonniaux (1999), 43 min.
Le quotidien d’une femme chauffeur de taxi de nuit, à l’approche des fêtes de fin d’année.

  • 10 janvier 2011, 12h30-14h00
Parisiana le roi des cinémas : affiche de Pichon (source : Gallica) )

Parisiana le roi des cinémas : affiche de Pichon (source : Gallica)

- A visit to Christina, de Nelson Sullivan (1988), 35 min.
Pionnier du journal filmé, Nelson Sullivan nous livre, avec humour, un témoignage documentaire unique sur le monde gay new-yorkais des années 80.
- Leonard Freed, d’Alain Taieb (1990), 13 min.
Au fil d’un parcours en images commenté par l’auteur, le spectateur pénètre dans l’univers secret du travail de création d’une œuvre photographique.

Nous serons ravis de vous accueillir pour ces projections, seuls ou avec votre groupe.
Entrée libre, petit auditorium, hall Est, site François Mitterrand.

Également, nous vous rappelons que nous sommes à votre disposition pour organiser, le lundi après-midi, des projections de groupe dans la salle de l’audiovisuel, en choisissant un film parmi les collections de la BnF. N’hésitez pas à nous contacter !

1. Vous accueillir à la BnF, Pour découvrir les collections

Commémoration des 30 ans de l’abolition de la peine de mort

4 octobre 2011

La peine de mort a été abolie en octobre 1981 et, 30 ans après, la BnF commémore cette date avec un programme riche : conférences, projections, bibliographies, exposition, et nous avons le plaisir de nous associer à ce programme en organisant pour vos publics une rencontre avec l’Histoire.


Voici ce programme en détail, n’hésitez pas à vous l’approprier pour venir en profiter avec vos publics :

  • Des rencontres et projections
Honk. To stop exectutions © Shellac )

Honk. To stop exectutions © Shellac

Vers l’abolition universelle de la peine de mort, Par Robert Badinter.
Mercredi 5 octobre 2011, 18h30-20h00, Grand auditorium, entrée libre

Sénateur français, ancien président du Conseil constitutionnel, ancien garde des Sceaux, Robert Badinter est à l’origine en France de l’abolition de la peine de mort, qu’il fait voter en 1981 alors qu’il assume la fonction de ministre de la Justice. Celle loi est accompagnée de la suppression des juridictions d’exception et de nombreuses réformes visant à renforcer les libertés individuelles et les droits des victimes.

Projection Une peine infinie, Film de David André (2010), lauréat du prix Albert Londres 2011.
Jeudi 6 octobre 2011, 18h30-20h00, Petit auditorium, Entrée libre.
Suivie d’une rencontre avec David André et Sandrine Ageorges Skinner.
En savoir plus ici.

Projection en avant-première de Honk, film d’Arnaud Gaillard et Florent Vassault (sortie nationale le 9 novembre 2011).
Avec la soutien de l’ECPM, distribution Shellac.
Vendredi 7 octobre 2011, 18h30-20h00, Petit Auditorium, entrée libre sur réservation obligatoire au 01 53 79 49 49
Table ronde avec Arnaud Gaillard, Florent Vassault et Curtis McCarty.
En savoir plus ici.

_________

  • Une rencontre avec l’Histoire

Pour discuter de l’abolition de la peine de mort autour de documents patrimoniaux, nous vous proposons d’organiser pour votre groupe, en lien avec le service histoire de la BnF, une rencontre avec l’histoire, animée par Frédéric Manfrin, chef du service Histoire, au cours de laquelle nous pourrons discuter et débattre autour de documents précieux.
N’hésitez pas à nous contacter pour inscrire votre groupe, sur l’un des deux créneaux horaires proposés : lundi 5 décembre à 14h00, ou lundi 12 décembre à 14h00. (15 personnes maximum)

_________

  • Une exposition dans l’abécédaire des collections

Vous pouvez retrouver, dans l’espace découverte de la BnF, situé dans le hall Est de la BnF, une présentation de documents originaux :
- Manuscrit Le dernier jour d’un condamné de Victor Hugo (Département des Manuscrits)
- Exemplaire original de la loi offert à Robert Badinter par François Mitterand (document prêté par Robert Badinter)
- Discours de Robert Badinter à l’Assemblée Nationale les 17 et 18 septembre 1981 (document INA, durée 1h29)
_________

  • Des bibliographies sélectives

Retrouvez également au sein des collections de la bibliothèque des ouvrages concernant l’abolition de la peine de mort. Deux bibliographies ont été rédigées pour vous guider : des éclairages historiques et philosophiques, et les aspects juridiques et politiques.

_________

  • Des documents numérisés

Vous pouvez également retrouver de nombreux documents relatifs à l’histoire de la peine de mort, et à son abolition, sur la bibliothèque numérique de la BnF : Gallica.

_______
Pour en savoir plus :
- Site Internet du film Honk
- Site Internet d’Ensemble contre la peine de mort
- Conférence de Robert Badinter, à la BnF : Victor Hugo et la peine de mort

1. Vous accueillir à la BnF, Expositions, Pour découvrir les collections

Le succès des Estivales africaines… et une nouvelle saison culturelle qui commence

15 septembre 2011

Vous avez été nombreux à profiter de la programmation estivale de la BnF autour de l’Afrique, et nous vous en remercions.

Les rencontres du mardi soir ont connu un vif succès © Sylvie Dreyfus/BnF )

Les rencontres du mardi soir ont connu un vif succès © Sylvie Dreyfus/BnF

L’exposition a été largement appréciée, et les rencontres du mardi soir, en complément, ont connu un très vif succès, réunissant chaque semaine entre 50 et 80 personnes.
Vous pouvez retrouver ici les articles de présentation de chacune de ces rencontres.

Pour prolonger le plaisir de ces rencontres, vous retrouverez très bientôt sur ce blog une interview de Smaïl Kanouté, qui a animé la rencontre du 23 août, lors de laquelle les contes des griots se sont mêlés aux nouvelles technologies.

Et, concernant l’exposition, la présentation des Estivales africaines n’est plus visible, et, cette semaine, la bibliothèque est en fermeture annuelle. Mais, dès la semaine prochaine, nous serons de retour avec les nouvelles propositions d’expositions de la rentrée, et les dates des visites pour les relais !

à très bientôt !

1. Vous accueillir à la BnF, Expositions, Pour découvrir les collections

À l’initiative des “Estivales africaines” : le département des Cartes et plans

24 août 2011

Demain, mardi 30 août, à 17h30, espace Jules Verne, site de Tolbiac de la Bnf nous aurons le plaisir d’accueillir Jean-Yves Sarazin, Directeur du Département des Cartes et plans de la BnF,  co-commissaire de l’exposition “Estivales africaines”. Ce dernier,  à partir de la présentation de multiples documents  patrimoniaux nous invitera  à réfléchir à la perception de l’ Afrique par les européens, des débuts de la découverte de ce monde  jusqu’à aujourd’hui : images révées , images réelles et bien documentées, comment s’est constitué et se perpétue un imaginaire au sujet de l’ Afrique,que la modernité n’a pas fini de questionner ?


Globe terrestre, copie d un Globe terrestre de Martin Behaïm de 1492 : détail : Europe, Afrique, 1847, BnF, Département des Cartes et Plans)

Copie d un Globe terrestre de Martin Behaïm de 1492 : détail : Europe, Afrique, 1847, Bnf, Département des Cartes et plans

Jean-Yves Sarrazin, nous présente les collections du  Département des Cartes et plans, à partir desquelles a été conçue l’exposition ” Estivales africaines” que vous pouvez découvrir sur le site de Tolbiac, jsqu’au 4 septembre prochain

Que trouve-t-on au département des Cartes et plans ?
Le département est consacré à la conservation des atlas, cartes, plans, globes terrestres et célestes et à l’étude des sciences géographiques. Ses collections sont très vastes et couvrent différentes ères géographiques. Pour comprendre la diversité de ces collections, il faut savoir comment la bibliothèque acquiert ces documents.

Le département des Cartes et plans s’enrichit d’abord grâce au dépôt légal : chaque année, un exemplaire de chaque document cartographique imprimé en France est envoyé à la BnF, pour être conservé, et ce depuis 1648 ! Ainsi, tous les ans, le département reçoit de cette manière entre 2500 et 3000 nouvelles cartes.

Grâce à ce dépôt légal, le département possède donc des centaines de milliers de cartes de France, mais aussi du monde entier, pour deux raisons :
- Au 18ème et 19ème siècle, la cartographie française a connu un âge d’or, et a donc fourni beaucoup de documents sur toutes les zones géographiques alors connues.
- Au 19ème siècle, ce sont également des ingénieurs français qui cartographient les territoires des colonies françaises, en Afrique et en Asie, ce qui enrichit les collections de cartes précieuses.

Le dépôt légal est donc la principale source d’entrée des documents de langue française dans le département, mais il faut aussi savoir que chaque année, la bibliothèque achète un nombre important de documents étrangers pour compléter ses fonds.
Aujourd’hui, le département des Cartes et plans de la BnF est la 5ème cartothèque au monde. Le département des cartes et plans de la BnF et la British Library accueillent les plus vastes collections de cartographie antérieure à 1800.

Partie Méridionale de l Afrique depuis le Tropique du Capricorne jusqu'au Cap de Bonne Espérance (...), 1790, Département des Cartes et plans, BnF)

Partie Méridionale de l Afrique depuis le Tropique du Capricorne jusqu au Cap de Bonne Espérance (...), 1790, Département des Cartes et plans, BnF


Pourquoi une exposition sur les cartes africaines ?

Depuis quelques années, nous assistons à un regain d’intérêt pour ce continent. De nombreux programmes de recherche s’intéressent à la connaissance qu’avaient les européens de l’Afrique à différents moments de l’histoire de l’humanité. L’étude des documents cartographiques trouve tout à fait sa place dans de telles études. Par exemple, on se rend compte qu’à l’époque coloniale, on ne connaissait de l’Afrique que ses côtes, là où les pays colonisateurs avaient installé leurs comptoirs pour commercer.
Cette exposition permet de répondre à la question « quelles connaissances les européens avaient de l’Afrique avant les grandes expéditions terrestres du 19ème siècle ? »

Que trouve-t-on dans cette exposition ?
Les documents présentés sont répartis dans trois lieux différents.
Dans l’espace de l’abécédaire des collections, qui se situe dans le hall Ouest, derrière le Labo, le public trouve de très précieux documents originaux, notamment des manuscrits, des notes de voyages, des croquis faits sur place par les explorateurs. Ces documents permettent de se rendre compte de la lente découverte de l’Afrique par les européens.
Dans l’allée Julien Cain, sont présentés douze grands fac-similés de cartes continentales de l’Afrique, de la Renaissance au 20ème siècle.
Enfin, dans le Labo est proposée une carte topographique en série de l’Afrique datant du 19ème siècle, qui est en fait composée de 63 feuilles. La numérisation et l’installation sur mur de sélection du Labo, permet une lecture optimale de la carte par le public. De plus, celui-ci peut également télécharger des images issues des collections de la bibliothèque grâce à son téléphone portable.

Africae nova descriptio, Guillaume Blaeu, 1663, BnF, Département des Cartes et plans)

Africae nova descriptio, Guillaume Blaeu, 1663, Bnf, Département des Cartes et plans

Cette exposition permet-elle de comprendre des enjeux encore actuels ?
Bien sûr. Une séquence de l’exposition montre la construction des frontières, dont les tracés ont encore de grandes conséquences de nos jours. Il faut savoir que la conception européenne des frontières, qui montre une possession, est étrangère à la conception africaine du territoire. Ainsi, la délimitation des territoires africains est souvent un héritage des colonisateurs européens, et cette délimitation souvent arbitraire est encore aujourd’hui la cause de conflits. Deux documents illustreront particulièrement la construction des frontières (à F comme Frontières) : une carte qui montre un tracé tout à fait arbitraire réalisé par les européens, et un second document qui montre qu’une frontière a été mise en place à l’endroit où se sont rencontrés deux pays colonisateurs différents. Ces cartes montrent donc que les délimitations ne prenaient pas en compte la notion de territoire des ethnies installées de temps immémoriaux.
________

mardi 30 août à 17h30, dans le cadre du cycle de rencontres des estivales africaines, dans la galerie Jules Verne (anciennement appelée “espace pédagogique”)

Pour en savoir plus :
- des informations sur le dépôt légal en général…
- … et sur le dépôt légal des documents cartographiques

1. Vous accueillir à la BnF, Expositions, Pour découvrir les collections

Le conte en Afrique : à la rencontre de Lamine Kouyaté et de Malvina

17 août 2011

Le 23 août prochain, à partir de 17h30, dans la galerie Jules Verne, le griot Lamine Kouyaté et la conteuse Malvina nous feront découvrir le monde des contes africains. En organisant les Estivales africaines, nous avons souhaité les inviter à la BnF pour faire découvrir la richesse de la tradition orale africaine, qui grâce à ces deux conteurs a voyagé jusqu’à Paris.

Comment devient-on griot ?

Le Griot, CC by Alexbip  )

Le Griot, CC by Alexbip

La caste des griots est née puis s’est développée dans un contexte où n’existaient historiquement ni l’écriture (sauf pour les religieux), encore moins la radio et la télévision. Le griot est ainsi considéré comme étant notamment le dépositaire de la tradition orale. Les familles griotiques sont spécialisées soit en histoire du pays et en généalogie, soit en art oratoire, soit en pratique musicale.
Le “djéliya”, l’art que pratiquent les griots, consiste à raconter des histoires relatives à des familles. Les griots sont présents à chaque grande occasion (mariage, baptême, fêtes religieuses…) c’est pourquoi ils sont très au fait de l’histoire des familles auxquelles ils sont liés. Quand ils sont appelés les griots rappellent donc aux familles leur passé, celui de leurs ancêtres. Les griots sont donc des conteurs véhicules de la mémoire et de la tradition orale, très forte en Afrique. C’est pourquoi ces personnes sont considérées comme des puits de connaissance, des livres d’histoires vivants.
Pour beaucoup les griots sont les ancêtres des rappeurs et donc le “djéliya” l’ancêtre du rap. En effet, les griots, quand ils font des éloges, chantent de manière très spéciale. Leurs paroles sont telles un flux qui suit une instrumentale assez répétitive rythmée par des percussions.

Lamine Kouyaté et Malvina

Lamine Kouyaté et Malvina

Ibrahima Kouyaté, comment avez-vous commencé à conter en France ?
Lire le reste de cet article »

1. Vous accueillir à la BnF, Expositions, Pour découvrir les collections

À la découverte des collections de la BnF autour de la colonisation

9 août 2011

Nous avons eu le plaisir de rencontrer Frédéric Manfrin, chef du service Histoire au sein du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, avant de le retrouver le 16 août, à partir de 17h30, dans la galerie Jules Verne, pour nous introduire sa conférence « Coloniser ? Les collections de la BnF témoins de leur temps ».

Comment était perçue la colonisation au 19ème siècle ?

Paysages et types de mœurs du Sénégal : Don de Mr Delor, 1885; source: Gallica; BnF )

Paysages et types de mœurs du Sénégal : Don de Mr Delor, 1885; source: Gallica; BnF

Si l’opinion y était largement favorable, il existait un débat à cette époque, la colonisation ne faisait pas consensus. Pour illustrer les divergences d’opinions, on peut citer deux textes, qui avaient déjà été proposés à ce sujet lors d’une rencontre avec l’histoire. Le premier de ces textes est de Jules Ferry : Discours à la chambre des députés, 28 juillet 1885. Dans ce texte, Ferry, se fait le promoteur de la colonisation, qu’il défend en trois points : des raisons économiques, des idées de civilisation, et des idées d’ordre patriotiques. En dehors des motivations économiques, Ferry est persuadé du bienfait de la colonisation pour les peuples colonisés et vante « le côté humanitaire et civilisateur de la Question ».
À ces opinions s’opposent celles de Clémenceau qui, deux jours après, répond à Jules Ferry dans son Discours à la chambre des Députés, 30 juillet 1885. Il s’oppose à la théorie des races dans cette réponse, qui validait la colonisation selon Jules Ferry.
Ces deux textes illustrent bien qu’un questionnement autour de la colonisation existait dès le 19ème siècle.

Comment se passe le processus de colonisation française ?

Lire le reste de cet article »