Archives de la catégorie Pour découvrir les collections

1. Vous accueillir à la BnF, Expositions, Pour découvrir les collections

À la découverte des territoires du cinéma africain

2 août 2011

Nous avons rencontré Julien Farenc, chargé de collections au département de l’Audiovisuel, avant d’avoir le plaisir de le retrouver mardi 9 août, à partir de 17h30, pour une conférence sur les territoires du cinéma africain, galerie Jules Verne.

Qu’est ce que le cinéma africain ?

Borom Sarret, d'Ousmane Sembène, est considéré comme le première film africain © Médiathèque des Trois Mondes )

Borom Sarret, d Ousmane Sembène, est considéré comme le première film africain © Médiathèque des Trois Mondes

Il est difficile de considérer le cinéma africain comme une entité et il serait donc préférable de parler des cinémas africains. Une des raisons à ce pluriel est la multitude des langues, vernaculaires ou européennes. Une autre est l’histoire contemporaine du continent façonné par la colonisation et les décolonisations. Cette histoire a pesé de tout son poids sur les conditions de production et de distribution dans ses pays. En tous les cas, les pays francophones du sud et du nord du Sahara constituent un territoire commun pour le cinéma qui le distingue nettement de l’Afrique anglophone par exemple.

Je voulais également réfléchir au cinéma que je ne voulais pas considérer comme « cinéma d’Afrique ». En effet, on ne saurait considérer les films coloniaux comme du cinéma africain, bien que tournés en Afrique : la question de l’observateur est ici primordiale. De même, le cinéma animalier réalisé en Afrique ne pourrait être considéré comme « cinéma d’Afrique ». Enfin, on ne peut pas non plus considérer comme cinéma africain des films tournés par des Européens sans les Africains ou des films sur des Africains vivant sur d’autres continents.

Par conséquent, j’ai choisi de considérer comme cinéma africain, le cinéma documentaire ou de fiction réalisé par des Africains, et plus généralement le cinéma qui donne la parole aux Africains vivant en Afrique.

L’histoire du cinéma en Afrique démarre sans doute avec la première projection commerciale au Mali en 1908. Le premier film réalisé par des africains est Afrique sur Seine (1955), tourné à Paris, faute d’autorisation de tournage au Sénégal ! Du coup, on peut considérer que le premier film africain au sens plein du terme est Borom Sarret, d’Ousmane Sembène, en 1962 et récompensé en France l’année suivante

Enfin, dans cette approche du cinéma africain, on peut se poser la question d’inclure certains réalisateurs européens, passionnés par le continent noir et qui ont beaucoup contribué à faire connaître l’Afrique. On pense immédiatement à Jean Rouch pour le Mali ou le Niger (exemple : Initiation à la danse des possédés), Thierry Michel pour le Congo (exemple : Katanga Business), ou encore Daisy Lamothe pour le Sénégal (exemple : Viens voir ma boutique).

Quels sont les principaux opérateurs en matière de production d’édition vidéo ?
Lire le reste de cet article »

1. Vous accueillir à la BnF, Expositions, Pour découvrir les collections

À la découverte des explorateurs de l’Afrique

21 juillet 2011

Pour nous parler des explorateurs africains, nous avons eu le plaisir de rencontrer Yannick Grandcolas, chargé des collections de géographie au sein du département Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme, avant de le retrouver pour une conférence sur le sujet mardi 26 juillet, dans la galerie Jules Verne (ex espace pédagogique), à partir de 17h30.

Depuis quand les explorateurs ont-ils pénétré en Afrique ?

Aphricae Tabula quarta : Continet Libyan & duas Aethiopias, Ptolémée; source: Gallica  )

Aphricae Tabula quarta : Continet Libyan & duas Aethiopias, Ptolémée (Ier siècle après JC); source: Gallica

Les premiers écrits significatifs d’exploration de l’Afrique apparaissent dès l’Antiquité chez les grecs : au Vème s. avant JC, Hérodote nous renseigne sur la géographie de l’Égypte et de la Libye. Ptolémée, savant grec du premier siècle après Jésus-Christ, réalise la première carte d’Afrique en rassemblant les connaissances limitées d’alors.
Les voyageurs arabes nous livrent également de précieux témoignages : au XIIème siècle, le géographe Al-Idrîsî, dans « Le livre de Roger » décrit de façon remarquable pour l’époque, la géographie tant humaine que physique du Niger, du Soudan et de la vallée du Nil, la Bibliothèque nationale en conserve l’un des manuscrits les plus anciens, copié vers 1300.
Lire le reste de cet article »

1. Vous accueillir à la BnF, Expositions, Pour découvrir les collections

À la découverte des littératures africaines

13 juillet 2011

Pour évoquer les littératures africaines, nous avons eu le plaisir de rencontrer Henja Vlaardingerbroek, chargée de collections du secteur Afrique, avant de la retrouver le 19 juillet, à partir de 17h30, pour une conférence débat dans la Galerie Jules Verne (ex espace pédagogique).

A quelle époque la littérature africaine est-elle née ?

Pagne, CC par Bill Zimmerman )

Pagne, CC par Bill Zimmerman

C’est une question complexe. De quoi parle-t-on exactement ? Peut-être vaut-il mieux parler de littératures africaines au pluriel. Je me limite ici aux littératures de l’Afrique subsaharienne, appelée aussi l’Afrique noire. C’est une partie considérable d’un vaste continent pour lequel il est difficile de généraliser, même si l’on a souvent tendance à le faire.
Qu’est-ce qu’on entend ici par littérature ? La littérature orale, souvent évoquée à propos de la littérature africaine, n’est pas si simple à définir. Il n’est pas toujours facile de retracer ses origines, ses modes de transmission et de la recueillir sous forme écrite.
En Afrique, on trouve des formes d’expression graphique peu évidentes à déchiffrer, sur des supports autres que le papier et auxquels les occidentaux sont moins habitués, comme les tissus. Elles peuvent parfois être rattachées au champ de la littérature et ont peut-être été un peu négligées jusqu’ici au profit des contes par exemple.
Pour ce qui est de la littérature écrite, telle que nous la concevons traditionnellement, elle a vraiment pris son essor au XXe siècle, notamment depuis les indépendances.

Lire le reste de cet article »

1. Vous accueillir à la BnF, Expositions, Pour découvrir les collections

À la rencontre de Jules Hansen, cartographe de l’Afrique

8 juillet 2011

Nous avons eu le plaisir de rencontrer Olivier Loiseaux, co-commissaire de l’exposition des Estivales africaines de la BnF, avant de le retrouver le 12 juillet prochain à partir de 17h30 dans la Galerie Jules Verne (anciennement espace pédagogique), pour nous parler de Jules Hansen.

Qui était Jules Hansen ?
La carrière de Jules Hansen est d’abord le fruit de rencontres qui lui ont permis de devenir un des dessinateur-géographes les plus recherchés, les plus demandés de sa génération.
D’une famille originaire du Danemark, Jules Hansen est né à Paris en 1849. Il fait ses études à l’École des Arts décoratifs avec une spécialité en dessin géométral et à l’École des Arts et Métiers. Au sortir de ses études en 1866, il a l’occasion de rencontrer plusieurs personnalités qui vont l’introduire dans le monde de la géographie.

Pays compris entre l Ogooué et le Congo dessiné par J. Hansen, 1885 © BnF, département des Cartes et Plans )

Pays compris entre l Ogooué et le Congo dessiné par J. Hansen, 1885 © BnF, département des Cartes et Plans

Il fréquente la Bibliothèque impériale où il rencontre Eugène Cortambert, alors conservateur de la section des cartes et plans et son fils Richard qui remarquent ses qualités de dessinateur et font appel à son « crayon géographique » pour la réalisation de petits travaux, telles ces cartes des cinq continents publiées dans une Petite Géographie illustrée.
Hansen est présenté dès 1869 à la librairie Hachette qui fait appel à lui désormais pour de nombreux travaux. Eugène Cortambert recommande également Hansen à Charles Maunoir qui est en 1870 le chef des cartes au Dépôt de la Guerre et le secrétaire général de la Société de géographie.
Hansen devient officiellement membre de la Société de géographie le 2 février 1876 et en devient le cartographe attitré.

Qu’est-ce que la Société de Géographie ?
Lire le reste de cet article »

1. Vous accueillir à la BnF, Expositions, Pour découvrir les collections

À la découverte des manuscrits de Tombouctou

29 juin 2011

Saadou Traoré est un jeune chercheur malien, invité à la BnF, dans le cadre du programme profession culture. Ce programme accueille de nombreux chercheurs français et étrangers qui travaillent sur les collections de la BnF et les moyens de les valoriser, en lien avec un projet professionnel ou universitaire.

Nous avons eu le plaisir de le rencontrer, avant de le retrouver le 5 juillet à 17h30, dans la Galerie Jules Verne (anciennement appelée “Espace pédagogique”) pour une conférence/débat autour du Tombouctou, ville du savoir du XVIe au XIXe siècle.

Reliure, Afrique occidentale, XIXe siècle. Sur Al-Mukhtâr ibn Ahmad al-Kuntî, Nuzhat al-râwî wa bughyat al-hâwî (Agrément du narrateur et désir du conteur). BNF, Manuscrits orientaux )

Reliure, Afrique occidentale, XIXe siècle. Sur Al-Mukhtâr ibn Ahmad al-Kuntî, Nuzhat al-râwî wa bughyat al-hâwî (Agrément du narrateur et désir du conteur). BNF, Manuscrits orientaux

Saadou pourriez-vous nous parler des manuscrits sur lesquels vous travaillez à la BnF ?
J’ai réalisé un catalogue de manuscrits qui étaient en relation avec Tombouctou, soit parce que leurs auteurs habitaient Tombouctou, soit par ce que les textes des documents évoquaient Tombouctou, soit parce qu’ils ont été copiés à Tombouctou. Le catalogue contient des informations bibliographiques et une description codicologique de chacun des manuscrits.

Qu’est-ce que la codicologie ? Lire le reste de cet article »

1. Vous accueillir à la BnF, Pour découvrir les collections

Organiser une projection audiovisuelle de groupe

15 juin 2011

Nous vous proposons de vous donner un accès privilégié au fonds audiovisuel de la bibliothèque en organisant pour vous des projections collectives, sur un grand écran plasma, pour des groupes constitués d’une dizaine de personnes.

Cinématographe Lumière : affiche d Henri  Brispot (source : Gallica, BnF)  )

Cinématographe Lumière : affiche d Henri Brispot (source : Gallica, BnF)

La salle B, au sein de laquelle sont regroupées les collections audiovisuelles et sonores de la BnF propose un très large choix de documents vidéos, des fictions tout autant que des documentaires, des captations théâtrales, etc…

Si vous avez un projet précis, nous pourrons donc vous conseiller un film en lien avec ce projet. Vous pouvez aussi consulter le catalogue des collections de la BnF pour voir les documents disponibles (pour plus de facilité dans vos recherches, sélectionnez “collections : Tolbiac Haut de jardin” et “types de documents : images animées”.

Une fois que vous aurez choisi le film, nous pourrons alors programmer une séance pour venir voir le film avec votre groupe, dans la salle B, qui dispose d’un grand écran plasma, avec une dizaine de places assises. Seul impératif, ces projections doivent se dérouler les lundis après-midi, car la salle est alors fermée au public.

Nous serions ravis de vous accueillir pour une projection, n’hésitez pas à nous contacter ! (diversification.publics(@)bnf.fr)

Entrée gratuite pour les publics du champ social

———

Pour en savoir plus :

- présentation du Département de l’Audiovisuel

- se documenter sur le cinéma dans les autres départements de la BnF

1. Vous accueillir à la BnF, Expositions, Pour découvrir les collections

Cet été, voyagez en Afrique à la Bibliothèque nationale de France !

14 juin 2011

Pendant tout l’été, la BnF propose de sillonner le continent africain à travers la présentation d’un ensemble de documents sur le thème de l’exploration et de la cartographie en Afrique. Elle sera accompagnée d’un cycle de débats portant à la fois sur les représentations de l’Afrique produites par les Européens et sur la diversité des cultures africaines dont témoignent les collections de la BnF.

 Carte de l Afrique par Clouet, 1787, BnF, département des Cartes et plans )

Carte de l Afrique par Clouet, 1787, BnF, département des Cartes et plans

De la Renaissance à la fin du XVIIIe siècle, les Européens ne connaissaient du vaste continent africain que ses côtes sur lesquelles ils avaient fondé des comptoirs. Au tournant du XIXe siècle, l’intérieur du continent suscite à son tour l’intérêt. Tout au long de ce siècle, l’Afrique est au centre d’un large mouvement de découvertes, d’explorations et d’inventaires où la cartographie prend une place centrale dans l’appropriation intellectuelle, scientifique et politique du territoire.
Lire le reste de cet article »

1. Vous accueillir à la BnF, Pour découvrir les collections

À la rencontre de la science-fiction

7 juin 2011

Nous avons rencontré Roger Musnik, bibliothécaire au Département Littérature et Arts, chargé d’acquisition en littérature française et passionné de science-fiction.

 Verne, Jules (1828-1905). Cartonnage d éditeur, toile rouge, à décor polychrome gravé par Paul Souze, signé A. Lenègre et Cie rel. © BnF )

Voyages extraordinaires. Jules Verne. Cartonnage d éditeur, toile rouge, à décor polychrome gravé par Paul Souze, signé A. Lenègre et Cie rel. © BnF

Pourrais-tu nous parler de la naissance de la Science-fiction ?

C’est paradoxal, mais la science-fiction est née avant qu’on la définisse comme un genre littéraire à part entière, au XIXème siècle, au moment où se développe la société industrielle. La croyance envers le progrès devient, en Occident, le nouvel imaginaire de la société. Les romans de Jules Verne incarneront le mieux cette croyance. L’ode à la science qu’il met au centre de son œuvre fera vibrer des générations entières. Même quand la technique n’est pas encore envisageable. Par exemple, peut-on envoyer des hommes sur la Lune ? Tel est le sujet de l’un de ses premiers romans De la terre à la lune, paru en 1865. Tout en considérant avec une certaine condescendance l’œuvre de cet écrivain, les scientifiques éprouveront le besoin de démentir les écrits de Jules Verne, alors que ce n’est que de la fiction. Qui plus est, Verne envisage dans ce livre les conséquences géographiques, économiques, sociales, entraînées par la décision politique de lancer un astronef vers notre satellite.
Lire le reste de cet article »

1. Vous accueillir à la BnF, Pour découvrir les collections

Découvrir l’histoire à partir de documents patrimoniaux

14 avril 2011

Quoi de mieux, pour étudier des faits historiques, que de pouvoir découvrir des documents originaux, et ouvrir le débat autour de moments de l’histoire qui ont encore une résonance d’actualité ?

« J'ai 7 ans laissez-moi grandir » - La petite Marianne tend la main à celle du général De Gaulle. 1965 © BnF )

« J'ai 7 ans laissez-moi grandir » - La petite Marianne tend la main à celle du général De Gaulle. 1965 © BnF

Depuis 2010, en lien avec le service Histoire de la bibliothèque, nous avons mis en place des rencontres avec l’histoire qui consistent à examiner, en groupe, un fait historique, soit parce qu’il a une résonance particulière aujourd’hui, soit parce qu’il correspond à un projet que vous menez en groupe.

Cet atelier propose une réflexion autour de documents des collections patrimoniales et de la bibliothèque numérique Gallica en résonance avec l’actualité. L’atelier est complété par une visite de la salle J (Philosophie, histoire, sciences de l’homme) de la Bibliothèque d’étude et la présentation d’ouvrages en accès libre en lien avec le thème de la séance. C’est alors l’occasion pour tous d’apprendre, de regarder, et aussi de débattre et de donner son avis sur la période ou le fait étudié. C’est aussi un moyen de se confronter à la lecture de textes historiques, ou à l’analyse iconographique, ce qui est toujours une démarche intéressante et riche de sens.

Voici déjà les trois séances programmées, pour des groupes à partir de 5 personnes, auxquelles vous pouvez vous inscrire en appelant le 01 53 79 49 49. (Ces ateliers sont gratuits).

- lundi 2 mai 2011, de 14h à 16h : thème « Frontières : la France dans le monde, l’empire colonial »

- lundi 30 mai 2011, de 14h à 16h : thème « France des villes, France des champs : ruralité, urbanisation »

- lundi 27 juin 2011, de 14h à 16h : thème « Le triomphe de Marianne : l’Ecole de la république, l’émergence de la notion de laïcité ».

Pour découvrir les collections

Un accueil de groupe personnalisé dans les salles de lecture

14 avril 2011

Pour vous faciliter l’accès aux salles de lecture de la Bibliothèque nationale de France, nous vous proposons des présentations de collections adaptées à votre groupe.

Le lundi après-midi, la bibliothèque est fermée au grand public, c’est donc un moment privilégié pour vous accueillir au sein des salles de lecture et vous faire une présentation personnalisée des collections. Nous vous proposons :

Un groupe va venir étudier les collections autour de Don Quichotte (Don Chisciotte della Mancia, Don Quichotte illustrato con 370 disegni di G. Doré... : E. Perino Editore Roma affiche / Tavio, source Gallica))

Un groupe va venir étudier les collections autour de Don Quichotte (Don Chisciotte della Mancia, Don Quichotte illustrato con 370 disegni di G. Doré... : E. Perino Editore Roma affiche / Tavio, source Gallica)

  • Une projection audiovisuelle

La salle B, où se trouvent les collections audiovisuelles, dispose d’un grand écran plasma qui permet une projection collective pour un groupe d’une dizaine de personnes. Nous pouvons vous aider à choisir un film à diffuser à votre groupe, puis, après la projections rester avec vous et votre groupe dans la salle pour échanger autour du film.

  • Des présentations thématiques d’ouvrages

Comme nous l’avons fait pour des jeunes en réinsertion professionnelle avec les collections des Beaux-Arts, nous pouvons vous recevoir dans une salle de lecture pour vous faire une présentation d’un pan de collection, avec un bibliothécaire spécialisé.

Nous allons prochainement accueillir un groupe pour un projet autour de Jules Verne, qui utilisera ensuite ce blog pour montrer le résultat de son travail, ainsi qu’un groupe qui travaille sur Don Quichotte, qui est déjà venu voir le film Don Quichotte d’Orson Welles, et qui va revenir pour consulter des ouvrages papier.