2. Récits d'expériences

Des élèves de 3e sur les traces de “Fantômes”

20 avril 2012

Jeudi 5 avril, les élèves du collège Georges Clemenceau, situé dans le 18ème arrondissement de Paris, ont eu l’occasion de venir découvrir la BnF avec un guide de renom : Pierre Assouline, auteur de la nouvelle Fantômes. Il a présenté aux élèves les endroits de la bibliothèque dont il s’est inspiré pour écrire son récit, qui se déroule intégralement dans le bâtiment François Mitterrand.

Cette visite s’inscrit dans le cadre des cours de français de ces élèves de troisième, qui ont étudié deux œuvres de Pierre Assouline. Ce dernier les accompagne dans ces découvertes d’œuvres, en animant trois ateliers au cours de l’année. Quoi de mieux que de mener l’un de ces ateliers in situ, à la BnF, pour que les élèves voient tous les espaces qui ont inspiré l’auteur ?

Pierre Assouline explique le fonctionnement du TAD © BnF)

Pierre Assouline explique le fonctionnement du TAD © BnF

La visite commence par une descente au niveau rez-de-jardin, espace où l’on consulte les précieuses collections de la BnF. D’abord un détour derrière les salles de lecture, pour comprendre comment fonctionnent les TAD : Transports Automatisés des Documents. Il s’agit de curieux petits chariots bleus qui voyagent sur des rails partout dans la BnF afin d’assurer le transport des documents entre l’espace où ils sont stockés et la salle de lecture où un lecteur les a préalablement commandés pour les consulter.

Les élèves traversent ensuite la banque de salle, lieu où se trouvent les bibliothécaires qui réceptionnent les livres et les présentent aux lecteurs, ce qui leur donne l’occasion de poser quelques questions sur le fonctionnement des salles, à la bibliothécaire présente à ce moment-là. Ils la questionnent notamment sur la façon dont sont « tracés » les livres : on enregistre leur sortie des magasins grâce à la référence du livre, puis à la suite de leur périple dans les TAD, on enregistre leur arrivée dans la salle de lecture. On peut donc suivre précisément un document à partir du moment où il sort de son lieu de stockage, jusqu’au moment où il y retourne.

La place L55 © BnF)

La place L55 © BnF

Les élèves passent ensuite dans les salles de lecture, pour arriver à côté de la place L55, dont il est question dans le livre. Pierre Assouline leur présente alors l’organisation des places en salle de lecture, et les outils que les lecteurs ont à leur disposition sur les tables de travail.

Ensuite, les élèves ont le privilège d’aller visiter un magasin, lieu de stockage des livres, et apprennent à manier un compactus manuel : ces grandes étagères où est stocké un impressionnant nombre de livres, lieu du drame dont il est question dans Fantômes. On leur montre alors à ce moment-là un vrai « fantôme », qui est le nom donné par les bibliothécaires au papier que l’on dispose à la place d’un livre, lorsque l’on prend ce livre pour le consulter. Grâce à ce papier, on retrouve rapidement la place exacte du rangement du livre.

Vue de la passerelle de tous les vertiges © BnF)

Vue de la passerelle de tous les vertiges © BnF

Le groupe remonte ensuite vers le hall, en prenant soin d’observer le jardin de la BnF, et les grandes silhouettes d’oiseaux bleues apposées sur les fenêtres, afin de signaler aux oiseaux la présence de la vitre. C’est alors le moment de passer sur la fameuse « passerelle de tous les vertiges » qui conduit à l’auditorium, passerelle dont il est également question dans le livre.

La visite s’achève enfin en montant au 18ème étage d’une des tours, dans un lieu appelé le Belvédère, d’où les jeunes dominent Paris. C’est alors l’occasion pour chacun de poser quelques questions encore à Pierre Assouline.

Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/diversification_publics/index.php/2012/04/20/des-eleves-de-3e-sur-les-traces-de-fantomes/trackback/

Commentaires (1)

  1. Très intéressent tout sa , bonne idée de faire découvrir la b.n.f aux plus jeunes .

 

Laissez un commentaire



Pas d'URL (adresse de site web) ou alors sans le http, pour cause de spam.