Pour découvrir les collections

Rencontre Gallica : L’exposition coloniale internationale de 1931

11 mars 2014

La bibliothèque nationale de France vous invite à ses Rencontres de Gallica qui porteront sur l’ “exposition coloniale internationale de 1931 à Paris” le mardi 18 mars à 17h30, salle 70, site François Mitterrand… Cette rencontre sera animée par Pascal Cordereix, chef du service Son au département de l’Audiovisuel, Jude Talbot, Chargé d’opération de numérisation au département des Estampes et de la Photographie et Audrey Viault, Chargée de traitement documentaire au service Son du département Audiovisuel.

Plan général de l exposition coloniale de 1931 ©Gallica)

Plan général de l exposition coloniale de 1931 ©Gallica

Véritables promotions de la puissance des métropoles qui les organisaient, 27 expositions coloniales se sont tenues au XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle. Bénéficiant d’inaugurations grandioses relayées par la presse, ces expositions constituent une attraction populaire très prisée. Vision idéalisée du monde colonial et vitrine d’une idéologie occidentale, ces expositions sont également un outil économique et industriel important.

L’Exposition coloniale internationale de 1931 de Paris se démarque par le discours scientifique qu’elle inscrit dans une démonstration de puissance coloniale : 368 enregistrements sonores des “musiques et parlers coloniaux” sont réalisés, ouvrant une nouvelle ère de l’ethnomusicologie en France. Elle demeure un lieu de propagande colonialiste mais rencontrera quelques voix discordantes face au bilan officiel de fermeture.

Renseignements pratiques : entrée libre sur inscription : par téléphone au 01.53.79.49.49 ou par courriel : visites@bnf.fr

1. Vous accueillir à la BnF

Café jeunes chercheurs BNF : samedi 8 mars 2014, 15h-17h, au “Labo”

4 mars 2014

Trois ans, presque jour pour jour, après le déclenchement de la crise syrienne, trois jeunes chercheurs du Collectif Confluence reviennent sur la situation dans la région. A travers trois points de vue différents et complémentaires, il s’agira d’échanger sur les premiers enseignements des bouleversements qui, sans forcément l’ébranler, ont concerné le monde arabe dans son ensemble…

Révolutions arabes ©Wikimedia comons)

Révolutions arabes ©Wikimedia comons

Les rapports de force en Égypte par Elie Khoury

L’Égypte contemporaine est traversée par l’histoire imbriquée et déchirante de deux figures, celle de l’institution militaire et celle des Frères musulmans. Depuis le départ forcé de l’ancien président Hosni Moubarak, impulsé par une révolution populaire retentissante un temps, les changements prennent forme, les mirages s’établissent lorsque le face à face prend racine. Les ennemis se perdent, lorsqu’il devient difficile d’exprimer d’où vient le mal que traverse les sociétés arabes. Dans ce marasme, une bataille continue pourtant de gagner du champ et d’élargir ses cibles, la finance engagée contre le terrorisme…

La Russie face aux bouleversements dans le monde arabe par Adlene Mohammedi.

Ce que bien des commentateurs ont qualifié de « printemps arabe » a été perçu par Moscou avec beaucoup de scepticisme et de parcimonie. Après la chute de l’URSS, cela aurait pu s’apparenter à un nouveau fossé entre la Russie et le monde arabe. Loin d’être écartée, la Russie apparaît au contraire comme une puissance incontournable, notamment dans le cadre de la crise syrienne. A travers des considérations à la fois géopolitiques, juridiques et purement sécuritaires, c’est la question de la survie de l’Etat qui semble mouvoir la politique étrangère de la Russie dans la région. Une question aujourd’hui centrale dans le monde arabe.

Révolutions arabes ©Wikimedia comons)

Révolutions arabes ©Wikimedia comons

Un point sur la crise syrienne par Manon-Nour Tannous

Le premier constat de la Conférence de Genève 2 est la confirmation que les discours du régime syrien et de l’opposition sur la révolution, ses origines et sa légitimité, sont irréconciliables. Mais au-delà, ces négociations semblent avoir fait entrer la crise syrienne dans une nouvelle dimension. Elles consacrent d’une part son internationalisation et d’autre part son inscription dans le temps long, ponctué d’épisodes diplomatiques. Le processus engagé et les causes de son échec doivent ainsi être interrogés : la pertinence du cadre de négociations, les stratégies des acteurs, l’absence de consensus sur ce qui doit être négocié et le rôle des « parrains ».

Infos pratiques :Rendez-vous samedi 8 mars de 15h à 17h au Labo, Hall Est. Entrée libre et gratuite.

2. Récits d'expériences

Voyage à travers les livres. Episode 1, Fabrique moi un livre…

17 février 2014

Mercredi 12 février, première étape de notre voyage, les enfants et leur maman ont découvert l’histoire du livre…
De la naissance du livre à la tablette numérique, en parcourant d’un point de vue historique et géographique l’histoire des supports du livre à travers le monde. Réflexion sur le lien entre la matière et la forme, lien entre le support et la nature, présentation de livres d’artistes….

Les différents supports de l'écrit ©BnF)

Les différents supports de l écrit ©BnF

Fabriquer son livre idéal ©BnF)

Fabriquer son livre idéal ©BnF



Au cours de cet atelier animé par Marion, les enfants ont appréhendé, à travers des jeux : représenter une phrase par des dessins, jeu dit du “téléphone arabe” la nécessité d’avoir un code commun pour pouvoir s’exprimer et tout exprimer : l’écriture. Ils ont découvert et localisé les différents types de supports (minéral, végétal, animal) et leur origine : argile, papyrus, peau et papier…

Dans un deuxième temps, chaque enfant a imaginé et donné forme à ce qui serait son livre idéal et, de leur coté, les mamans ont commencé à confectionner la couverture de leur livre-reportage…

Un livre pour voyager ©BnF)

Un livre pour voyager ©BnF

Création collective des mamans ©BnF)

Création collective des mamans ©BnF



Retrouvez :

La présentation du projet…

2. Récits d'expériences

Voyage à travers les livres

13 février 2014

La Diversification des publics et le service de l’Accueil général de la BnF en collaboration avec le groupe “Livre comme l’air” des Centres sociaux et culturels de Pierrefitte sur Seine vous invite à un « Voyages à travers les livres »…

Découverte du livre objet ©BnF)

Découverte du livre objet ©BnF

Le projet, qui concerne un groupe d’enfants âgés de 6 à 9 ans accompagnés de leur maman, permettra de découvrir à travers 5 séances toutes les facettes du livre, depuis ses origines jusqu’à la tablette numérique.
Il s’agira tout d’abord d’appréhender le livre-objet, dans sa dimension matérielle, historique, sensible, esthétique, suivant toutes les étapes de son invention et de sa fabrique, depuis la tablette d’argile jusqu’à l’imprimerie.
Dans un deuxième temps, il sera proposé d’explorer le contenu et d’entrer dans l’imaginaire du livre, en s’attachant à la construction des histoires et des personnages. Par l’écoute, la lecture et le jeu, les enfants entrent dans l’univers du livre, à la fois vecteur de rêve et d’évasion (atelier Marco Polo).
Sera ensuite abordée la question de la transmission, de la conservation et du partage (découverte de la bibliothèque par un jeu de piste).
Une séance au département des cartes et plans sera l’occasion à la fois d’évoquer le livre de voyage, la diversité des fonds et le rôle des ateliers de restauration.

La participation des mamans ©BnF)

La participation des mamans ©BnF

Enfin, la partie créative du projet consiste en la fabrication d’un grand livre collectif dont les pages restituent chaque séance à la façon d’un carnet de voyage.
Nous avons imaginé un livre enfants (plutôt explorateurs) et un livre parents (plutôt grands reporters)
Pour évoquer les différents supports, les parents travailleront sur un livre-accordéon et les enfants sur une forme codex composée de feuillets détachables. Les groupes seront invités à créer leur livre d’artiste en réfléchissant à ses différentes fonctions (témoignage, esthétique, souvenir, transmission…) et à la pérennité du support…

Les créations des enfants et des mamans seront exposées en juin à Pierrefitte sur Seine…

2. Récits d'expériences

Mémoire intime, patrimoine commun

10 février 2014

Un projet mené par la BnF, le Louvre avec l’association “Savoirs pour réussir”…

En France, plus de 7% de la population se trouve en situation d’illettrisme.
En 2013, la lutte contre l’illettrisme est déclarée Grande Cause nationale.
Convaincus que la culture est un levier pour sortir de l’illettrisme, le Musée du Louvre et la Bibliothèque nationale de France se sont associés à Savoirs pour réussir Paris sous l’égide de la Délégation Générale à la Langue Française et aux Langues de France (DGLFLF) du Ministère de la Culture pour permettre à des jeunes en situation d’illettrisme de se réconcilier avec l’écriture à travers la découverte du patrimoine culturel et la réalisation d’un petit livret qui témoigne de ce travail d’écriture.

Savoirs pour réussir Paris travaille régulièrement avec la Mission de diversification des publics de la Bnf. Beaucoup de jeunes ré-apprivoisent les mots, le stylo, grâce à la découverte de notre établissement, très valorisante pour eux.

En 2013, cette association s’est rapprochée de la Bibliothèque nationale de France et du musée du Louvre pour proposer aux jeunes gens , victimes d’illettrisme de mettre en mots, de manière à les partager, leurs émotions, leurs ressentis provoqués par la découverte d’œuvres du patrimoine commun, en les faisant résonner avec leur monde intime, réel ou imaginaire.
A la BnF, ils ont été accueillis entre autres par le Département des Manuscrits… Un mécénat de compétence a été obtenu avec la Fondation SNCF qui s’est associée à la réalisation du livret, en détachant une graphiste qui a participé à la fabrication de ce livret.

Pendant 4 mois, les jeunes gens ont appris à regarder les œuvres, mais aussi à les écouter, à dialoguer avec elles. Ils ont renoué avec l’écriture et la maîtrise de la langue française en tissant l’histoire des hommes avec leurs souvenirs personnels. Reprenant confiance, ils ont accepté de compliquer l’exercice en tentant d’intégrer à leurs textes un ou plusieurs mots de la sélection 2014 des « Dis-moi dix mots » lancés par la DGLFLF.
Voici le livret livret qu’ils ont réalisé : téléchargez-le ici

1. Vous accueillir à la BnF

Construire une culture partagée : 3 projets financés par le Fonds européen d’intégration

6 janvier 2014

La Mission de diversification des publics se donne comme objectif d’ouvrir grand les portes de la Bibliothèque nationale de France aux publics qui ne s’autorisent pas à fréquenter les lieux de culture, pour les accompagner dans la découverte des collections patrimoniales de la bibliothèque.

Grâce à des formes de médiation appropriées, la Mission de diversification des publics s’adresse à des publics comme les décrocheurs, les personnes non qualifiées en recherche d’emploi, celles qui sont en situation d’illettrisme, les usagers des centres sociaux, les personnes âgées isolées, les étrangers fragilisés socialement…

Déclaration des droits de l'Homme et du citoyen ©Gallica BnF)

Déclaration des droits de l Homme et du citoyen ©Gallica BnF

Le Fonds européen d’intégration soutient des projets qui favorisent l’accueil des communautés étrangères dans notre pays. Ce fonds a décidé d’apporter un financement à 3 projets proposés par la BnF.

C’est la DAAEN (Direction de l’accueil, de l’accompagnement des étrangers et de la nationalité) qui dépend de la Direction générale des étrangers en France qui pilote ces projets pour le FEI .
La DAAEN est chargée de concevoir et de mettre en oeuvre la politique publique d’accueil, d’accompagnement et d’accès à la nationalité française des étrangers.

La Mission de diversification des publics a conçu ces 3 projets avec des associations qui s’adressent à des publics fragilisés, d’origine étrangère :

Monnaies royales françaises Henri IV ©Gallica BnF)

Monnaies royales françaises Henri IV ©Gallica BnF

- 2 expositions “Hors les murs” seront respectivement réalisées avec la participation de jeunes gens : l’une à Grigny, autour du thème de la citoyenneté, avec l’association Décider qui travaille de longue date avec la BnF, l’autre dans le 10ème arrondissement de Paris, avec l’association Le Pari’s des Faubourgs, autour d thème de la Monnaie et de son histoire.

- Le 2ème projet “Mémoires de Chibanis” invite les travailleurs immigrés âgés à s’engager dans un travail d’écriture pour témoigner de leur vie passé en France. Les collections de la BnF relieront ces histoires individuelles avec les pans de l’histoire collective de la France des 30 glorieuses, pour donner toute sa place à l’histoire de ces immigrés qui ont participé à la reconstruction de notre pays. Ce projet est mené de concert avec Le Café social et Les Ateliers Elisabeth Bing.

Travailleurs français immigrés unis ©Gallica BnF)

Travailleurs français immigrés unis ©Gallica BnF

- Le 3ème projet “Sortir de l’isolement par la culture” est mené avec l’association ADAGE qui accompagne vers la recherche d’un emploi des femmes isolées d’origine étrangère. Pour s’intégrer dans une société, la compréhension des codes culturels qui guide les usages sociaux est essentielle. Comment manier ces codes sans renier ses propres valeurs constituera le fil conducteur d’un manuel qui proposera une sélection d’entretiens avec des sociologues, des formateurs, et de textes écrits par les femmes accueillies par ADAGE qui témoigneront de leur propre regard sur la société française.

Des conventions de partenariat ont été signées entre le FEI, la BnF et les associations parties prenantes de ces projets qui se dérouleront pendant 1 an. Nous reviendrons plus longuement sur chacun de ces projets.

©BnF)

©BnF

©FEI)

©FEI


3. La BnF et ses métiers

Le métier de chargé d’action pédagogique… par Anne Sophie Lambert

31 décembre 2013

Si les salles de lecture du Haut de jardin sont ouvertes à tout lecteur âgé de 16 ans et plus, la Bibliothèque nationale reçoit régulièrement le public scolaire pour des ateliers et des visites… Ce public est accueilli par les chargés d’action pédagogique du département des Publics et de la médiation…

Anne-Sophie Lambert ©BnF)

Anne-Sophie Lambert ©BnF

1. Quel est l’intitulé de votre poste ?
Je suis chargée d’action pédagogique, au Département des publics et de la médiation, à la Direction de la diffusion culturelle, site François Mitterrand. Je suis chargée de la conception, de l’animation de visites et d’ateliers autour des expositions, des collections et du bâtiment pour le public scolaire, du CP aux BTS et classes préparatoires. En 2012, nous avons accueilli 19 000 élèves environ…
Je suis également chargée d’organiser des visites des expositions pour les enseignants. Enfin, je rédige des fiches pédagogiques autour des expositions ainsi que des dossiers thématiques « permanents », par exemple sur l’histoire du livre.

2. En quoi consiste votre travail ?
Les mardis, jeudi et vendredi sont consacrés à l’accueil de classes pour des visites et ateliers. Les ateliers (Histoire du livre, Les unes de presse) ont lieu dans la Galerie Jules Verne. Les ateliers autour d’une exposition se déroulent en 2 temps : une heure de visite puis 1 heure d’atelier en salle des commissions près du Hall Est.
Le mercredi après-midi est dédié aux visites pour les enseignants, à la rédaction de fiches ou dossiers pédagogiques ou à la préparation des ateliers.
Tous les lundis matin, nous commençons par une réunion de service où nous nous répartissons les visites de la semaine. Le lundi après-midi, je m’occupe du suivi budgétaire du service : paiement des conférenciers extérieurs, commandes de fournitures pour la confection des dossiers pédagogiques et petit matériel pour les ateliers, achat de documents et livres pour le service et aussi établissement des contrats d’intervenants extérieurs pour les formations d’enseignants.

3. Comment devient-on chargée d’action pédagogique ? Quelle formation est nécessaire ?

J’ai fait des études d’histoire et d’histoire de l’art à Nanterre. A partir de la maîtrise et pendant 5 ans, j’ai travaillé en tant qu’animateur socio-culturel au Service éducatif des Archives nationales. Nous organisions des visites et des ateliers. Pendant mes études, j’étais également chargée de TD en historiographie à la faculté de Marne la Vallée.
Ensuite, j’ai passé un examen professionnel de guide interprète régional pour les visites commentées des monuments nationaux ce qui m’a permis d’exercer quelques temps cette profession de manière indépendante. En juin 2005, j’ai postulé au service de l’action pédagogique de la Bibliothèque nationale de France et j’ai été recrutée d’abord à temps incomplet. Depuis 2012, j’ai un contrat à durée indéterminée et travaille à temps complet.

Le service de l action pédagogique ©BnF)

Le service de l action pédagogique ©BnF

4. Etes-vous titulaire ou contractuelle ?
Je suis contractuelle, le métier de chargé d’action pédagogique n’existe pas dans la fonction publique. Dans notre service nous sommes presque tous contractuels, certains sont professeurs en position de détachement.

5. Comment avez-vous choisi ce métier ?

J’ai eu une « révélation » en CM2 alors que notre classe visitait le château de Vaux le Vicomte ! Je me suis dit alors que le métier de guide était exceptionnel…
Puis quand j’ai commencé mes études, je voulais être chercheur mais il y a peu de postes en histoire contemporaine et, à ce moment-là, je ne voulais pas vraiment enseigner (ce qui signifiait passer le CAPES ou l’agrégation). A partir de mon expérience aux Archives nationales, j’ai eu du plaisir à travailler dans la médiation culturelle. Je trouve valorisant le contact avec les enfants : éveiller leur curiosité, voir leur émerveillement… ça m’a donné envie de continuer vers ces métiers là…

6. Pour vous, quelles sont les qualités essentielles, nécessaire pour exercer ce métier ?

Il faut de la curiosité, de l’envie et du dynamisme : il faut parfois « aller chercher » les élèves… La volonté de transmettre et donc de la pédagogie.
Il faut également des qualités rédactionnelles, savoir dessiner et peindre pour réaliser les fiches et dossiers pédagogiques et pour animer les ateliers.
Il faut le sens du contact pour s’adapter aux publics du CP à la terminale…
Enfin, il faut une bonne mémoire bien organisée pour mener une « visite du bâtiment » le matin et un atelier « Unes de presse » l’après midi !

7. Quels sont les avantages de ce métier ?
Le plaisir que l’on retire du contact avec le public, en particulier avec les enfants. Les entendre dire : « c’était génial », voir une petite étincelle dans leurs yeux… les petits qui ne veulent plus partir ou souhaitent absolument « faire un bisou » pour remercier…
La préparation des dossiers et fiches pédagogiques qui satisfait ma curiosité intellectuelle…

Accueil d une classe espace Jules Verne ©BnF)

Accueil d une classe, espace Jules Verne ©BnF

8. Ses inconvénients ?
Le grand écart que l’on fait entre 2 visites complètement différentes dans une même journée.
Le fait que l’on n’ait pas d’espace dédié pour laisser en place notre matériel, nos fournitures mais aussi pour pouvoir exposer les réalisations des élèves. Et puis les locaux n’ont pas été conçus au départ pour l’accueil du jeune public. Les espaces dévolus aux ateliers sont bruyants ou sombres…

9. Comment envisagez-vous votre avenir dans ce métier ? Évolutions techniques, évolution de carrière ?
La mobilité vers d’autres établissements est compliquée voire impossible pour les contractuels. Je n’envisage pas de changer de poste en interne. Notre service est transverse, nous contribuons au rayonnement de la bibliothèque et mon métier me plait.
A plus ou moins longue échéance, j’envisagerai peut être un retour à l’enseignement…

4. La mission Vivre Ensemble

Actualités de la mission Vivvre ensemble

16 décembre 2013

Comme chaque trimestre, voici la nouvelle lettre aux relais du champs social éditée par la mission Vivre ensemble. Comme à chaque fois, vous y trouverez les propositions d’accueil, pour les mois de janvier à mars 2014, pour vous et vos publics dans les établissements culturels membres de la mission.

Téléchargez-la ici

A vos agendas : le forum des relais aura lieu le jeudi 9 janvier, de 10h à 16h au Palais de Tokyo

1. Vous accueillir à la BnF

Les pauvres ont-ils des droits ?

19 novembre 2013

La BnF et ATD Quart monde vous convient à une conférence : jeudi 5 décembre 2013 de 18h à 20h au Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France…

La table ronde sera animée par Sylvie Hazebroucq, journaliste à RFI, avec : Gwenaële Calvès, spécialiste du droit des minorités ; Michèle Grenot, historienne ; Maryvonne Lyazid, adjointe au défenseur des droits et Bruno Tardieu, délégué national d’ATD Quart monde

Sans abris à Paris ©Wikimediacommons)

Sans abris à Paris ©Wikimediacommons

Un des aspects les plus violents de la misère est le mépris que subissent les personnes en situation de grande pauvreté. L’extrême violence est celle qui réduit sa victime au silence, elle n’ose pas réagir. Ainsi tout le monde en ignore l’existence. Les personnes en situation de pauvreté et de grande précarité subissent une double peine. Celle, évidente, de leur condition économique. Et celle, plus insidieuse, de la stigmatisation permanente qui parfois conduit à des traitements discriminants, privant ces personnes de leurs droits. C’est pour réagir à cet état de fait que la mission de diversification des publics de la BnF mène en permanence des actions en faveur des publics les plus défavorisés.

Lors de cette rencontre, ces situations de discriminations seront nommées, reconnues, dénoncées, pour que l’on ne puisse plus les ignorer. Les intervenants illustreront ce thème de la discrimination dans l’histoire et dans la réalité d’aujourd’hui, évoqueront des moyens de lutter contre les préjugés et de rendre effectif l’accès de tous aux droits fondamentaux.

Un détour historique permettra de mettre en perspective ce sujet. En effet, au moment de la Révolution française, l’institution du régime censitaire et donc l’exclusion des droits politiques pour les personnes les plus pauvres est symptomatique.

Zonier à Ivry ©Gallica)

Zonier à Ivry ©Gallica

Les fonds de la BnF recèlent un ouvrage d’une grande importance : Les Cahiers du Quatrième Ordre. L’ordre sacré des infortunés écrit par Dufourny de Villiers. Dans ce texte de 1789, cruel d’actualité, l’auteur s’indigne que les plus pauvres ne soient pas consultés, qu’ils soient considérés comme incapables de penser. Il demande que leurs droits soient reconnus pour que ceux qui les représenteront à la future assemblée nationale tiennent compte de ce qu’ils vivent et pensent. C’est en s’inspirant de ces cahiers que Joseph Wresinski, fondateur d’ATD Quart Monde, inventa le terme « Quart monde » en lien avec ce Quatrième Ordre et la notion de Tiers monde.

1. Vous accueillir à la BnF

Les biens communs de la connaissance

8 novembre 2013

3ème journée : Lundi 18 novembre, 10h00 – 19h00 : Les biens communs de la connaissance

Première partie : Atelier Arpentage de 10h00 à 16h30, salle J
Sur inscription dans la limite des places disponibles : Céline Gaspard 01 53 79 85 30, celine.gaspard@bnf.fr
Rendez-vous Atelier Arpentage : 9h45, BnF, Site François Mitterrand, hall Ouest (près du métro Quai de la Gare)

Libres savoirs, les biens communs de la connaissance / ouvrage coordonné par l’Association VECAM. Ed. C&F, 2011.
Intervenants : Jean-Claude Lucien et Alexane Brochard, Peuple et Culture.

Coupe du cénotaphe, Boullée ©Gallica)

Coupe du cénotaphe, Boullée ©Gallica

Deuxième partie : Restitution publique de l’atelier Arpentage : 16h30 – 17h30
Auditorium 70

Ouvert à tous, renseignements auprès de :
Sylvie Dreyfus 01 53 79 53 17, sylvie.dreyfus@bnf.fr
Céline Gaspard 01 53 79 85 30, celine.gaspard@bnf.fr
Adrien Toreau 01 49 29 42 80, toreau@peuple-et-culture.org

Projection débat, 17h30 – 19h00 : REMIX Biens communs : une sélection d’entretiens de www.remixthecommons.org

Remix Biens communs est un espace interculturel de partage et de co-création de documents multimédias sur les biens communs. Le projet est porté par un collectif interculturel, composé de personnes et d’organisations qui pensent que le recueil, l’échange et le remix des récits, des définitions et des images des biens communs sont une manière active et conviviale de s’approprier cette notion et de la diffuser dans la société.

Pour accéder à l’auditorium 70 : entrer Hall Ouest et suivre
le balisage…