Visites de la BnF

Visites, expositions et ateliers à la BnF, entre mai et juin 2016

11 mai 2016

Afin de vous approprier au mieux la bibliothèque et ses espaces, la mission diversification des publics de la BnF propose son nouvel agenda. Ces visites sont individuelles et destinées aux relais du champ social

Exposition Miquel Barceló. Sol y Sombra (Site François-Mitterrand) : à travers une sélection d’estampes de l’artiste majorquin, peintre, dessinateur, sculpteur et céramiste, le parcours thématique vous permettra de découvrir une création qui expérimente : l’œuvre imprimée, jusqu’alors peu exposée, en dialogue avec une œuvre variée et monumentale, s’adresse à un large public. Au côté de l’œuvre imprimée, Le Grand Verre de terre : une fresque d’argile et de lumière de 190m de long et 6 m de haut, rend hommage au philosophe Ramon Llull. Une exposition en écho avec le Musée national Picasso-Paris.

Exposition La franc-maçonnerie (Site François-Mitterrand) : En partenariat avec le Musée de la franc-maçonnerie, plus de 450 pièces sont présentées, certaines encore jamais montrées, issues des collections de la Bibliothèque mais aussi des principales obédiences françaises ou de prêts étrangers exceptionnels. Le parcours de cette exposition permet de comprendre et de découvrir l’histoire de la franc-maçonnerie française, ses origines, ses rituels et ses symboles, ses légendes et ses multiples contributions à travers différents domaines, qu’ils soient politiques, religieux, artistiques ou philosophiques.

Parcours découverte François Mitterrand (Site François-Mitterrand) : c’est l’occasion de découvrir la BnF, son histoire, l’architecture de son bâtiment et la vie quotidienne des personnes qui y travaillent. Il s’agit aussi de vous approprier peu à peu la bibliothèque et ses espaces en fonction de vos usages. A la suite de cette visite, la Mission de diversification des publics présentera l’ensemble des activités et ateliers qu’elle mène pour les publics fragilisés socialement.

Rencontre atelier Éducation populaire d’hier et d’aujourd’hui (Site François-Mitterrand) : L’Éducation populaire reconnaît à chacun, qu’il ait fait des études ou pas, la capacité de progresser et de développer son émancipation, à tous les âges de la vie. L’Éducation populaire naît au moment de la Révolution française, se développe au 19ème siècle, pendant le Front populaire, puis après-guerre dans la foulée le programme nationale de la Résistance. Aujourd’hui de nombreuses expériences s’inscrivent dans son sillage. Ce cycle de trois ateliers s’efforcera de relier les expériences passées avec les pratiques du présent.

Calendrier des visites

Mardi 17 mai (10h30-12h) :
Exposition La franc-maçonnerie

Vendredi 20 mai (10h-12h) :
Rencontre atelier Education populaire d’hier et d’aujourd’hui

Jeudi 9 juin (10h30-12h) :
Exposition Miguel Barcelo. Sol y Sombra

Vendredi 10 juin (10h30-12h) :
Parcours découverte François Mitterrand

Mardi 14 juin (10h30-12h)
Exposition La franc-maçonnerie

Vendredi 17 juin (10h-12h)
Rencontre atelier Education populaire d’hier et d’aujourd’hui

A très bientôt !
Contact et inscriptions :

frederic.astier@bnf.fr
01.53.79.85.30

1. Vous accueillir à la BnF, Expositions, Visites de la BnF

Visites, expositions et ateliers à la BnF, entre janvier et mars 2016

30 décembre 2015

L’agenda BnF du début de l’année 2016, pour les relais du champ social,
pour vos prochaines venues, afin de vous approprier au mieux aussi la bibliothèque et ses espaces, en fonction de vos recherches, vos besoins et vos usages.

JANVIER-MARS 2016 :

Exposition De Rouge et de Noir. Les vases grecs (Site Richelieu) La collection du duc de Luynes constitue un ensemble exceptionnel de vases figurés provenant des découvertes archéologiques d’Italie (Etrurie et Grande-Grèce). Pour la plupart issus des ateliers athéniens des 6e – 5e siècles av J.-C., ils témoignent de l’accomplissement des artisans grecs, et les belles images qu’ils portent offrent un formidable répertoire. Les mythes sont largement illustrés : dieux olympiens, héros (Héraclès, Thésée, Ulysse) ; le monde dionysiaque autour de la consommation du vin est particulièrement important sur des vases destinés à être utilisés lors des banquets. Les images qui ouvrent sur certains aspects de la vie quotidienne des Athéniens : le banquet, l’athlétisme, la guerre, la séduction …

Exposition Anselm Kiefer (site F. Mitterrand) Les livres de l’artiste qui fondent l’oeuvre et représentent soixante pour cent de son travail, n’ont, paradoxalement, jamais fait l’objet d’une rétrospective en France. Existant en un seul exemplaire, ces livres sont des oeuvres uniques dont les formats et la présentation évoluent au cours des décennies. Pouvant atteindre de grandes dimensions, ils intègrent dans leurs pages divers matériaux, tels que l’argile, le sable, la cendre, les cheveux, les plantes, la paille, des photos… et bien sûr, le plomb, medium privilégié de l’artiste, d’abord utilisé sous forme de feuilles ou de fragments, avant de devenir, vers la fin des années 1980, les livres eux- mêmes, pesant alors entre 70 et 200 kg. Pour l’artiste, outre sa plasticité, le plomb se caractérise par sa puissance poétique et spirituelle.Comment entrer dans l’univers du livre, par un autre chemin que l’écriture…


Images du grand siècle (site F. Mitterrand)
En présentant plus de 160 pièces, issues en majorité de ses collections de gravures exceptionnelles, la BnF offre la première exposition d’envergure consacrée à l’âge d’or de cette technique en France. L’art de l’estampe est à son apogée sous le règne de Louis XIV : supplantant Rome, Anvers ou Amsterdam, Paris s’affirme alors comme le centre de production le plus important en Europe, à une époque où la gravure est le seul moyen de diffuser l’image…

Parcours découverte François Mitterrand (site F. Mitterrand) : Découvrir la BnF, son histoire, l’architecture de son bâtiment et la vie quotidienne des personnes qui y travaillent. Il s’agit aussi, pour vous, relais, de s’approprier la bibliothèque et ses espaces, afin d’organiser, tout d’abord les premiers jalons, pour ensuite y revenir, en fonction de vos recherches, vos besoins et vos usages. A la suite de cette visite, la Mission de diversification des publics présentera l’ensemble des activités et ateliers qu’elle mène pour les publics fragilisés socialement.

Rencontre atelier autour de la laïcité avec les relais (site F. Mitterrand) La Laïcité est aujourd’hui en France un principe de droit inscrit dans la constitution de notre République. Elle est surtout une valeur de civilisation, fruit d’une longue histoire, marquée par de durs combats pour accéder à un « Vivre ensemble » harmonieux et tolérant. A partir d’affiches et de ressources en ligne, la BnF propose aux relais un atelier sur l’histoire et le présent de la Laïcité.

Rencontre atelier : l’étranger un autre moi-même (site F. Mitterrand) : Dans une société française fragmentée par les injustices et les inégalités, certains désignent aujourd’hui l’étranger comme un bouc émissaire. Et pourtant, nous sommes tous étrangers vis à vis les uns des autres, et en nous-même chacun porte une part d’étrangeté. Comment aborder la question fondamentale du rapport à l’autre ? Tel sera l’objet de cet atelier, proposé pendant la “Semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme ».

LE CALENDRIER :

Mercredi 6 janvier à 10h30 : Bibliothèque nationale de France (site Mitterrand)
Exposition Anselm Kiefer

Vendredi 8 janvier à 10h30 Bibliothèque nationale de France (site Mitterrand)
Exposition Images du grand siècle

Jeudi 14 janvier à 10h00-12h30 Bibliothèque nationale de France (site Mitterrand)
Rencontre atelier la laïcité avec les relais

Vendredi 15 janvier à 14h30 Bibliothèque nationale de France (site Mitterrand)
Parcours découverte François Mitterrand

Mardi 9 février à 10h30 Bibliothèque nationale de France (site Mitterrand)
Parcours découverte François Mitterrand

Jeudi 18 février à 14h30 Bibliothèque nationale de France (site Richelieu)
Exposition De rouge et de Noir. Les vases grecs

Mercredi 17 mars de 14h30 à 17h30 Bibliothèque nationale de France (site Mitterrand)
Rencontre atelier l’étranger un autre moi-même

A très bientôt !


Contact et inscriptions :

frederic.astier@bnf.fr
01 53 79 85 30

Expositions, Pour découvrir les collections

Dessine-moi un chacal

26 octobre 2015

A l’Institut du monde arabe

Atelier

Dessine-moi un chacal. En lien avec l’exposition Paroles de bêtes (à l’usage des princes) Les fables de Kalila et Dimna

Kalila et Dimna sont deux chacals vivant à la cour du lion, roi du pays. Si Kalila se satisfait de sa condition, Dimna en revanche aspire aux honneurs, quels que soient les moyens pour y parvenir. Chacun des deux justifie sa position en enchaînant des anecdotes, qui mettent en scène des hommes et des animaux, et délivrent des préceptes et des morales.

Ibn al-Muqaffa’, Kalila wa Dimna, Égypte ou Syrie, XIVe siècle : Les chacals Kalila et Dimna en train de converser©BnF)

Ibn al-Muqaffa’, Kalila wa Dimna, Égypte ou Syrie, XIVe siècle : Les chacals Kalila et Dimna en train de converser©BnF

Donner la parole aux animaux permet, sous une forme divertissante, de traiter – et de mémoriser – des sujets universels tels que l’amitié, la trahison, le rôle du savoir ou encore la justice. Les histoires visent également à régler la bonne conduite de l’individu sur le plan personnel, familial et civique.

Les participants à cet atelier famille donnent vie à ces héros malicieux en confectionnant des figurines articulées. Le livret jeune, catalogue de l’exposition est offert à chaque enfant.

Dès 6 ans.

Réservations au 01 40 51 38 14

http://www.imarabe.org/activites-jeunes/dessine-moi-un-chacal

Pour découvrir les collections

Des ateliers sur les questions de société à la BnF

15 septembre 2015

L’an dernier, la BnF a commencé à organiser pour les publics relégués socialement des ateliers sur les questions de société . 2 ateliers ont été proposés :

- L’égalité Homme / femme ? , organisé en commun avec la BPI
- Maux et mots de la crise , pour comprendre la crise qui traverse la société aujourd’hui

Cette année, nous avons décidé de réunir les relais du champ social pour imaginer ensemble des thèmes qui vous semblent retenir l’intérêt de vos publics.

Cette réunion aura lieu le 22 septembre à 14 h30 - 16h30, site de Tolbiac, Rendez-vous : entrée principale après les tourniquets.

Pour vous donner envie de participer à un atelier à la BnF , avec vos publics, voici le récit d’un participant à un atelier ” Maux et mots de la crise, le 12 mai dernier :

Tout commence avec un rassemblement à l’accueil de la Bibliothèque François Mitterrand à 13h30, par un temps ensoleillé. Puis, sous la conduite de Sylvie DREYFUS, nous nous engouffrons dans le sous-sol où se retrouvent les chercheurs dans le silence absolu. Ce silence empreint de méditation est un cadre propice pour accueillir les enseignements et échanger avec Patrice BAUBEAU, professeur d’économie à l’université de Paris Ouest de Nanterre.

Bourse des valeurs Agence Meurisse ©Gallica)

Bourse des valeurs Agence Meurisse ©Gallica

Patrice nous emmène à définir ensemble le sens que nous donnons au mot « CRISE »qui est le thème de notre atelier : « La crise : Maux de crise ? Mots de la crise ! »
Il en ressort qu’une crise est un bouleversement qu’il soit positif ou négatif. Comme exemple, il nous cite l’invention du feu qui a été une révolution positive, une crise. Les crises peuvent être graves ou moins graves et ne touchent pas chaque personne de la même manière. Le document qui nous a été distribué au début de l’atelier comporte 7 textes qui illustrent les différentes formes de crise et surtout la réaction des acteurs de notre société face aux situations de crise. Ces acteurs sont : l’Etat, l’Expert, le Prophète, le Peuple.

Le premier texte a été tiré de l’ancien testament, récit de la Genèse, Livre 41, versets 15à 36.
Pharaon cherche à connaitre l’interprétation d’un rêve qui le hante. Il se tourne vers les sages qui sont les Prêtres et les Scientifiques. Il n’a aucun résultat. Il fait donc appel à Joseph, qui prophétise en interprétant ce rêve des sept vaches belles et d’autres sept vaches décharnées et laides : Elles préfigurent les années d’abondance et de famine, c’est-à-dire annoncent les crises à venir. Le rôle du Roi est de réguler et de gérer les récoltes pour s’assurer et assurer que la nourriture produite nourrisse le peuple tout le temps. Et le peuple de son côté doit produire cette nourriture et reconnaitre sa qualité de Roi. La crise se produit quand les objectifs du Chef de l’Etat et les attentes du peuple sont en décalage.
L’Expert étudie sur le passé pour gérer le présent et le futur. Il se base sur des faits vérifiables. Le Prophète s’appuie sur les spéculations (il y a des vrais et des faux Prophètes). L’Expert s’appuie sur le passé pour apporter son savoir. Malheureusement, le monde évolue et les contextes changent, ce qui peut rendre aléatoire son savoir. Le Prophète redonne la confiance. Un Chef d’Etat doit être Expert et Prophète : Allier le savoir et la confiance. Le Général De Gaulle était un grand Prophète.

Le second texte est de Jules Garnier, un économiste du 19ème siècle.
C’est un texte pessimiste d’un Expert déçu. L’Expert n’a pas de réponse à toutes les perturbations. Exemple : Pourquoi les armes sont-elles inventées ? Il n’y a pas de réponse. De nos jours avec la Bourse, lieu de spéculation, ce ne sont plus les hommes qui négocient entre eux, ce sont les machines qui décident dans le monde de la finance. Les Experts et les Prophètes doivent être solidaires avec le peuple pour prévenir les causes de la crise et en atténuer les effets.

L argent Zola©Gallica)

L argent Zola©Gallica

Le troisième texte est d’Emile Zola. Il décrit une situation de crise due à l’échec d’un projet :
Saccard avait un grand projet de construction d’un chemin de fer en Europe de l’Est. Il avait fait rêver beaucoup de personnes qui avaient cru en lui. Ce projet avait échoué et ses partenaires ne lui faisaient plus confiance. Les gens vendaient leurs actions. L’engouement de départ est devenu la débandade générale.
La confiance est un phénomène collectif : La confiance et la méfiance sont des phénomènes contagieux. La spéculation est un pari sur l’avenir. Elle est présente partout dans nos sociétés :
- Les assurances font de la spéculation.
- En Ex-Yougoslavie, elle se présentait sous la forme des pyramides de crédit.
- En Afrique Sub-Saharienne, ce sont les Tontines avec deux variétés :
- 1°) – Tontine de distribution (cotisation et distribution à chaque cotisant à tour de rôle des montants cotisés) ;
2°) – Tontine de capitalisation (on rembourse avec intérêt à chaque cotisant au bout de quelques années : gérée par une personne qui sait le faire).
- La Charia chez les Musulmans : Pas de remboursement avec intérêt, mais des loyers (bénéfices sur l’activité).
La spéculation permet de redonner l’espoir, la confiance.

Le quatrième texte lu était celui d’Upton Sinclair :
Mieux vaut les spéculations à long terme qu’à court terme : Les spéculations à court terme sont les signes de la crise, il faut agir dans l’urgence.
Pour faire face à la crise, il faut construire une parole collective. On peut faire de la dénonciation avec humour pour critiquer en gardant le moral.
Exemple de Coluche qui disait : « Chez moi les fins de mois étaient difficiles, surtout les 30 derniers jours ».
Aussi la chanson La Marquise (1935), critique avec humour.
Nous devons donc rester positifs face à la crise pour avancer avec un bon moral.
Le sixième et dernier texte lu est de Franklin D. Roosevelt, « Mon New Deal », discours du 4 mars 1933 : Mettre en place deux garde-fous pour éviter le retour à la crise.
1°- Surveiller les banques ;
2°- Ne plus spéculer avec l’argent des autres. Prendre des mesures pour disposer d’une monnaie en quantité suffisante mais saine.
Franklin D. Roosevelt crée donc un grand Etat fort pour mettre en place une monnaie unique forte.
L’Etat, l’Expert, Le Prophète, le Peuple doivent s’entendre avec sagesse.

Cette réflexion dans le calme de la bibliothèque François Mitterrand a été très bénéfique de l’avis des uns et des autres. Outre l’apport de connaissances nouvelles par un Professeur d’université, sans être dans un cadre d’un cours magistral, nous avons appris à mettre les mots sur la crise et à identifier les maux de la crise pour pouvoir la traverser avec humour.

De cet atelier, le groupe de thérapie communautaire a adopté l’idée de travailler pour la mise en place d’une bibliothèque vivante qui permette à chacun d’apporter sa pierre à la construction d’une France plus prospère et plus saine.

De : Omer NGUELE GAYENG
Pour le groupe de thérapie communautaire, organisé par le Secours Catholique

1. Vous accueillir à la BnF

Lire en short : à la BnF

11 juin 2015

Dans le cadre de la grande fête du livre pour la jeunesse du 17 au 31 juillet, la BnF propose aux jeunes enfants âgés de 5 à 7 ans de participer à l’atelier Voyages à travers les contes.

Le récit des aventures de Marco Polo ©BnF)

Le récit des aventures de Marco Polo ©BnF

Cet atelier invite les enfants à un fabuleux voyage sur les routes de la soie.
Ils découvrent, touchent, sentent et explorent les merveilles décrites par Marco Polo. Chaque étape est aussi l’occasion de choisir et d’écouter une histoire venue de ces contrées lointaines et d’entrer dans l’univers merveilleux des contes d’ailleurs.

Deux dates au choix vous sont proposées :
Mardi 21 juillet à 11h00 ou Mardi 28 juillet à 11h00 sur réservation.

Attention : le nombre de participants est de 15 maximum. Les enfants peuvent être accompagnés de leurs parents.
Renseignements et réservations : celine.gaspard@bnf.fr ou 01. 53.79.85.30

A noter : la salle I, qui abrite les collections de littérature jeunesse, sera ouverte gratuitement tout l’été, du 27 juin au 29 août, aux adultes accompagnant 3 enfants maximum et proposera une sélection de 100 livres d’enfants…

Tout sur Lire en short : ici

2. Récits d'expériences, Pour découvrir les collections

Pour comprendre la crise : suivre un atelier à la BnF

14 avril 2015

Le 10 avril dernier, les salariés en insertion qui appartiennent à l’atelier d’insertion l’Entrepôt situé à Villepinte et font fonction de manutentionnaires, rippers et chauffeurs livreurs… ont été accueillis à la BnF pour suivre un atelier dont le thème était « Maux et mots de la crise ».

Patrice Baubeau ©Dreyfus)

Patrice Baubeau ©Dreyfus

Patrice Baubeau, historien de l’économie, maître de conférence à l’université Paris Ouest Nanterre, a répondu à leurs questions, en présentant des documents appartenant aux collections de la BnF, extraits de romans, estampes numérisées, extraits de films, chansons…
Qu’est-ce qu’un historien, qu’est-ce que la crise ? La crise d’aujourd’hui est-elle différente des crises passées ? La crise est-elle une fatalité, y a-t-il des responsables de la crise ? Les questions fusent, ce sont là les paroles de personnes qui vivent la crise au quotidien, alors que souvent les économistes parlent de l’économie de façon générale, aseptisée, en se réfugiant derrière des modèles mathématiques qui sont loin, comme le disait Thomas Piketty, lors de sa conférence à la BnF le mercredi 8 avril 2015, de proposer des solutions qui transforment durablement le cours de l’économie, pour en faire une discipline au service de l’homme.
En s’appuyant sur la parabole des 7 vaches grasses et des 7 vaches maigres de la Genèse, Patrice Baubeau explique que le phénomène des crises est aussi ancien que notre mémoire. Autrement dit l’alternance de périodes de prospérité et de famine, invite à prévoir, anticiper, et donc à spéculer sur l’avenir.
Ainsi la crise d’aujourd’hui a beaucoup d’antécédents, qui remontent au fil des siècles. Par contre, ce qui fait débat chez les économistes, est de savoir s’il est possible d’intervenir pour trouver des remèdes aux crises. Les économistes libéraux sont très réservés quant à la possibilité d’éviter des effets qui ne peuvent pas ne pas se produire. Un texte de Jules Garnier, économiste du 19ème siècle, développe ce point de vue.

La bourse de Paris ©Gallica)

La bourse de Paris ©Gallica

Dans son roman, L’Argent Emile Zola, évoque la spéculation effrénée qui se déroule à la bourse de Paris. Spéculer, c’est parier et se projeter dans l’avenir. Plus le risque est élevé plus la rémunération est importante. Sortir de la crise, ne serait-ce pas remplacer une spéculation à court terme par une spéculation à long terme, menée par l’Etat pour répartir les fruits de la croissance pour tous ?
C’est le pari que réussit le président Roosevelt aux Etats-Unis, en mettant en œuvre le New Deal, pour « faire la guerre à la crise », ce qui contribua à sortir son pays de la grande récession de 1929. Son discours du 4 mars 1933 en témoigne.
Des extraits du film « Margin Call » permettent de comprendre ce qui a déclenché la crise de 2008, ce dévoiement de la gestion des risques qui est pourtant au cœur de l’utilité des banques. Ces dernières en effet, ont trouvé le moyen de dissocier risques et rendements, créant une immense opacité en « vendant » des produits financiers associant de manière artificielle un risque estimé et un rendement promis. Dans Margin Call, lorsque la crise s’esquisse, la banque peut alors revendre ses titres financiers, apparemment rentables, sans que les acheteurs réalisent qu’ils acquièrent en réalité des risques considérables. En trahissant leur mission, les banques ont donc contribué au déclenchement de la crise et à sa diffusion à l’ensemble de la planète.
Ce qui change aujourd’hui par rapport à hier, c’est la puissance de nuisance des crises, qui au 19ème siècle s’étendaient par contagion à une dizaine de pays au plus, alors qu’aujourd’hui l’intégration financière touche plus de 100 pays, invitant ainsi à réfléchir à une forme de gouvernement mondial qui pourrait en limiter les effets. C’est d’ailleurs ce qui explique le rôle accru, depuis 2008, du G20, peut-être un premier pas dans cette direction.

La circulation de l argent ©Gallica)

La circulation de l argent ©Gallica

Enfin Patrice Baubeau présente la chanson « Tout va très bien, Madame la marquise », parodie de ceux qui ne veulent pas voir le caractère catastrophique de la situation. Cette chanson créée en 1935, au milieu d’une terrible crise économique, sociale, et diplomatique, connut un grand succès, succès qui demeure aujourd’hui.
Pendant cet atelier, le temps a passé très vite, entraînant un échange nourri entre les participants et l’enseignant-chercheur… Et si les mots de la crise se devaient d’être partagés pour tenter d’en identifier les mécanismes, et arriver à ne pas se laisser imposer un discours qui consiste à en subir les effets ?

Pour s’inscrire aux ateliers des 12 et 19 mai, qui se tiennent de 14h à 16h, pour tout renseignement ; sylvie.dreyfus@bnf.fr , 01 53 79 53 17

2. Récits d'expériences

Rencontre avec l’Histoire… Paris, il y a 100 ans

7 juillet 2011

Pour cette seconde rencontre avec l’Histoire (retrouvez ici le récit de la première) dans le cycle “la France il y a 100 ans”, nous avons présenté au groupe du Pari’s des Faubourgs la vie à Paris entre 1900 et 1914 : le quotidien des habitants, la construction du métro, les métiers de Paris…

Pour cet atelier, pas de textes ni de cartes, il était proposé au groupe de découvrir et commenter une sélection de photographies appartenant au fonds le la Bibliothèque nationale de France, appuyée par un unique tableau.

C’est précisément avec ce tableau que l’atelier a commencé, on compare les revenus moyens des parisiens en 1901 selon les quartiers. Ces données nous ont permis de repérer les quartiers pauvres de l’époque, et de constater que la différence entre les revenus n’a jamais été aussi importante qu’à cette période.

 27-12-11, Cirque de Paris, arbre de Noël des Alsaciens-Lorrains, photographie de lAgence Rol,  source : Gallica, BnF )

27-12-11, Cirque de Paris, arbre de Noël des Alsaciens-Lorrains, photographie de l Agence Rol, source : Gallica, BnF

À partir de ces constatations, les questions fusent, avec des explications, notamment sur les quartiers qui accueillaient les populations migrantes. Par exemple, la proximité des gares d’arrivées à Paris jouent sur l’installation des migrants provinciaux : on trouve beaucoup de bretons à Montparnasse, et des lorrains autour de la gare de l’Est. On a appris également que beaucoup de dames allemandes venaient travailler comme domestiques à Paris, car elles avaient la réputation de travailler dur.

Lire le reste de cet article »

2. Récits d'expériences, Témoignages

Rencontre avec l’Histoire : il y a 100 ans, la France dans le monde…

1 juillet 2011

Au mois de mai, nous avons eu le plaisir d’accueillir un groupe de l’association Le Paris des faubourgs pour participer à la première séance de la nouvelle session des Rencontres avec l’histoire, qui a cette année pour thème conducteur : la France il y a 100 ans.

Il s’agissait pour cette séance de parler des frontières, notamment en expliquant la colonisation du 19ème siècle, et le mécanisme des alliances qui a conduit à la première guerre mondiale. Et aborder ce sujet avec des personnes originaires d’Egypte, du Maroc, du Brésil, d’Erythrée, du Bangladesh ou encore du Sri Lanka était très riche de sens !

Photographies prises en 1906 en Afrique lors de la mission de délimitation des frontières entre le Congo Français et le Cameroun allemand par Eugène Brussaux (ou Étienne Muston) © BnF, département des Cartes et Plans, Société de géographie )

Photographies prises en 1906 en Afrique lors de la mission de délimitation des frontières entre le Congo Français et le Cameroun allemand par Eugène Brussaux (ou Étienne Muston) © BnF, département des Cartes et Plans, Société de géographie

La séance a commencé par la lecture de deux textes historiques. Le premier a été prononcé par Jules Ferry : Discours à la chambre des députés, 28 juillet 1885, ce dernier se fait dans ce discours le promoteur de la colonisation. Le second texte était la réponse de Georges Clémenceau, discours à la chambre des Députés, 30 juillet 1885, dans lequel il s’oppose à Jules Ferry. Ces deux textes ont permis aux participants de situer le contexte de la colonisation, notamment idéologique, et ont soulevé des réactions, et ouvert l’échange.

Une fois ce contexte expliqué, une carte du monde présentant les possessions coloniales en 1914 a été proposée aux participants, ce qui a permis d’expliquer comment s’est passée la colonisation, l’influence qu’elle a eu sur la création de frontières, comment elle a conduit au jeu des alliances stratégiques entre les empires européens.

Enfin, les participants de la rencontre étaient invités à comparer deux cartes : celles des empires européens en 1914, et celle de l’Europe actuellement. C’est à partir des réactions de chacun et des explications précédentes à propos de la colonisation et des alliances, que le contexte de la première guerre mondiale a alors été exposé.

Voici les témoignages suscités par cet après-midi de découvertes de l’histoire, et de la bibliothèque :

Lorsque nous sommes arrivés, malheureusement en retard, Mme Dreyfus nous a accueillis très chaleureusement.
Frédéric nous a expliqué le monde, la colonisation, les frontières de l’Europe avant et après la première guerre mondiale.
Notre groupe a surtout retenu la lutte entre l’Angleterre et la France; nous savons maintenant que seulement les côtes pouvaient être colonisées avant le 19ème siècle (il s’agit des côtes d’Afrique).
Pour la prochaine fois parlez nous, s’il vous plaît, des villes et campagnes. Si vous utilisez un texte, envoyez-le nous avant pour qu’on le prépare. Nous vous enverrons nos questions une semaine avant le rendez-vous. Merci beaucoup, nous sommes très contents d’avoir découvert la Bibliothèque grâce à vous. A bientôt. Nassima, Eden, Ilja, Mireille, Afaf, Manal, Adenilson, Dev Mitra

Pour en savoir plus :
- Présentation de la salle J, où se trouvent notamment les collections d’histoire

- Présentation des collections d’Histoire de la bibliothèque

- Présentation des photos d’Hanoï de la Société de géographie (exposition virtuelle de la BnF : Trésors photographies, la Société de Géographie)

2. Récits d'expériences

Nouvelle exposition de la Fresque de l’Histoire, du 6 au 15 juin

27 mai 2011

Nous vous avons déjà raconté la grande aventure de la Fresque de l’Histoire, réalisée par l’association Décider, et exposée un première fois en novembre 2010, et avons désormais le plaisir de vous annoncer de nouvelles dates d’exposition de ce travail avec les habitants d’un quartier de Grigny.

Un moment de découverte avec une installation de la fresque de l'Histoire © association Décider)

Un moment de découverte, et d essayage avec une installation de la fresque de l histoire © association Décider

Pour mémoire, Décider est une association d’appui individualisé qui intervient dans le quartier de la Grande Borne, à Grigny, depuis 1998.  Nous avons longuement travaillé avec cette association pour réaliser cette frise, qui met en parallèle l’histoire individuelle de chacun des membres, et l’histoire de France.

Du 6 au 15 juin prochain, vous pourrez à nouveau voir ce travail, qui a, depuis été enrichi grâce à de nouvelles sorties culturelles suivies par les membres de l’association Décider. Vous aurez alors l’occasion de découvrir 5 nouveaux panneaux :

- Suite à une visite du Musée Guimet, un panneau “Sur la Route de la soie”
- Un partenariat avec le Château de Fontainebleau nous permettra de contempler des tomettes de l’époque Napoléon III, avec une installation pédagogique qui permettra, avec ces tomettes, de suivre un plan de Paris, et de comprendre le nom de différentes stations de métro.
- Un panneau sur le Serment du Jeu de Paume, suite à une visite à Versailles
- Comme avait été réalisé un travail sur le Mali, nous pourrons à présent découvrir une fresque sur l’Histoire du Togo, et une autre sur les pays du Maghreb, réalisée grâce à des documents de l’Institut du Monde Arabe.
- Enfin, notre frise s’étend dans le temps, puisque un nouveau panneau nous amène jusqu’à la première guerre mondiale.

Un moment de découverte avec un panneau de la fresque de l'Histoire © association Décider)

Un moment de découverte avec un panneau de la fresque de l histoire © association Décider

Nous espérons donc vous retrouver nombreux pour cette nouvelle présentation de la fresque de l’Histoire, au Centre de la vie sociale de Grigny, place des enclos. Vous retrouverez sur ce document les informations pratiques pour venir.

Et toujours, n’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez que nous discutions de ce projet, si vous souhaitez que nous mettions en place ensemble un projet tel que celui-ci, cette fresque a vocation à continuer à s’entendre.

1. Vous accueillir à la BnF, Pour découvrir les collections

Découvrir l’histoire à partir de documents patrimoniaux

14 avril 2011

Quoi de mieux, pour étudier des faits historiques, que de pouvoir découvrir des documents originaux, et ouvrir le débat autour de moments de l’histoire qui ont encore une résonance d’actualité ?

« J'ai 7 ans laissez-moi grandir » - La petite Marianne tend la main à celle du général De Gaulle. 1965 © BnF )

« J'ai 7 ans laissez-moi grandir » - La petite Marianne tend la main à celle du général De Gaulle. 1965 © BnF

Depuis 2010, en lien avec le service Histoire de la bibliothèque, nous avons mis en place des rencontres avec l’histoire qui consistent à examiner, en groupe, un fait historique, soit parce qu’il a une résonance particulière aujourd’hui, soit parce qu’il correspond à un projet que vous menez en groupe.

Cet atelier propose une réflexion autour de documents des collections patrimoniales et de la bibliothèque numérique Gallica en résonance avec l’actualité. L’atelier est complété par une visite de la salle J (Philosophie, histoire, sciences de l’homme) de la Bibliothèque d’étude et la présentation d’ouvrages en accès libre en lien avec le thème de la séance. C’est alors l’occasion pour tous d’apprendre, de regarder, et aussi de débattre et de donner son avis sur la période ou le fait étudié. C’est aussi un moyen de se confronter à la lecture de textes historiques, ou à l’analyse iconographique, ce qui est toujours une démarche intéressante et riche de sens.

Voici déjà les trois séances programmées, pour des groupes à partir de 5 personnes, auxquelles vous pouvez vous inscrire en appelant le 01 53 79 49 49. (Ces ateliers sont gratuits).

- lundi 2 mai 2011, de 14h à 16h : thème « Frontières : la France dans le monde, l’empire colonial »

- lundi 30 mai 2011, de 14h à 16h : thème « France des villes, France des champs : ruralité, urbanisation »

- lundi 27 juin 2011, de 14h à 16h : thème « Le triomphe de Marianne : l’Ecole de la république, l’émergence de la notion de laïcité ».