3. La BnF et ses métiers

Le métier de responsable de salle de lecture… par Beata Lafargeas

31 mai 2016

1. Quel est l’intitulé de votre poste ? Je suis responsable/permanente de la salle A, qui est la salle audiovisuelle du niveau Haut-de-jardin, c’est-à-dire destinée au grand public de la BnF.

Beata Lafargeas, Responsable en salle A©BnF

Beata Lafargeas, Responsable en salle A©BnF

2. En quoi consiste votre travail ? Je veille au bon fonctionnement de la salle A, sur tous ses aspects, c’est-à-dire les collections (traitement, intégration, rangement), la logistique (surveillance du mobilier, des appareils techniques, de la signalétique) mais aussi sur les aspects humains : une bonne relation avec les publics et le bon fonctionnement du Service public (le suivi des plannings et le relai de l’information sur les différentes manifestations auprès des collègues).

J’effectue également des plages de Service public en salle A mais aussi en salle P au niveau Recherche en Rez-de-jardin, ce qui me permet de ne pas être coupée ou trop éloignée du département et des collègues, mon bureau étant situé dans la salle A.

Quant à la logistique, il y a différents types de postes et plusieurs services proposés au public : 40 postes audiovisuels (PAV) qui diffusent les collections de films, de documents sonores, de sites web, consultables en Haut-de-jardin ; 2 postes de consultation internet ; 3 postes studios qui sont des postes avec des logiciels de création dans les domaines du son, de la vidéo et du multimédia ; 4 postes de jeux comprenant 3 PC. Ces postes sont attribués par le personnel de la salle. La salle dispose également d’une PlayStation et d’un grand écran qui diffuse une programmation de films, souvent associés à la politique d’exposition de la BnF (actuellement sur La Corée du Sud et sur Les musiciens et la franc-maçonnerie).
Plus particulièrement, je m’occupe de la gestion des boîtiers des dvd comportant la cote des documents que les lecteurs choisissent en arrivant dans la salle, et je mets à jour le fichier des nouveautés.

En ce qui concerne les documents diffusés sur les PAV, je vérifie leur bon fonctionnement, qu’il s’agisse des nouveaux documents acquis ou bien de ceux choisis en fonction de notre actualité culturelle. Je ne choisis pas la programmation des documents, se sont les sections concernées qui s’en occupent, mais j’ai mon mot à dire si je m’aperçois que le document choisi n’est pas adapté au public, lorsqu’il présente trop de violence par exemple.

Il me revient aussi de palier aux problèmes techniques sur les PAV, de les repérer et de savoir à qui m’adresser ensuite pour les résoudre le plus rapidement possible.

En collaboration avec les autres services de la bibliothèque, il est question de la valorisation des collections : la préparation des vitrines devant la salle A, l’impression et l’affichage des manifestations culturelles dans cette salle et dans les autres où sont essaimés des PAV.

Je vérifie également la présence et l’approvisionnement de la documentation en salle, indispensable pour son bon fonctionnement. Savoir où sont rangés les notices, les flyers, les guides d’utilisation des appareils ainsi que les formulaires à disposition du public (remarques et suggestions), et du personnel (permanences, constats d’incident, plannings de Service public). Je veille aussi sur l’affichage de l’information aux lecteurs et au personnel.

Je coordonne donc l’ensemble des services proposés en salle A en collaboration avec toutes les sections du département de l’audiovisuel : le Son, l’Image, les Multimédias-imprimés, la Conservation et la Régie (le service où sont chargés les documents pour la diffusion) et le Service public.
Je relève des aspects et des situations que mes collègues qui effectuent des plages de Service public dans cette salle ne voient pas forcément. Il s’agit aussi de veiller et de signaler les problèmes électriques, informatiques, et chaque jour de vérifier le mobilier, son état, sa disposition… je n’arrête pas une seconde !

Beata Lafargeas, accueillir le grand public©BnF

Beata Lafargeas, accueillir le grand public©BnF

3. Comment devient-on responsable/permanente de salle de lecture de bibliothèque ? Quelle formation est nécessaire ? En posant sa candidature quand le poste est proposé ! Plus sérieusement, j’ai passé le concours de magasinier spécialisé. Je n’ai pas suivi de formation avant de commencer sur ce poste mais il est vrai, que mes études de lettres et la préparation pédagogique (je suis enseignante en polonais à la base) m’aident à exercer ce métier. L’expérience acquise dans d’autres départements de la bibliothèque est utile aussi.
4. Êtes-vous fonctionnaire ou contractuelle ? Je suis fonctionnaire de catégorie C.
5. Comment avez-vous choisi ce métier ? J’ai saisi une opportunité. Je travaille à la bibliothèque depuis 1996, tout d’abord sur le site de Richelieu, ensuite sur le site de l’Opéra, puis au département des Cartes et Plans. Depuis 2007, je suis sur le site de Tolbiac, au Département de l’Audiovisuel. Occuper ce poste en salle B (les salles A de l’Audiovisuel et B de la Presse ont permuté en novembre 2013) fut un bon choix pour moi, comme une chance qui s’est présentée car je cherchais à travailler avec des publics de tous les pays, dans la mesure où la musique et le cinéma sont des arts sans frontières ! Non sans importance, fut le fait de très bien m’entendre d’emblée avec mes collègues responsables du service.
6. Pour vous, quelles sont les qualités essentielles, nécessaires pour exercer ce métier ? L’expérience acquise dans plusieurs départements de la BnF me semble aujourd’hui nécessaire pour gérer une salle de lecture. Mais aussi la capacité de mener plusieurs activités, plusieurs services à la fois. Ce poste en salle A nécessite une vision globale sur l’activité vis-à-vis du public et des collègues. Et avant toute chose, aimer le Service public. Il s’agit aussi de savoir garder son sang-froid, de ne pas se laisser déborder par événements et de savoir hiérarchiser les activités à tel moment, à travers l’ensemble du travail à mener. Il s’agit de savoir aussi travailler seule, ne voir personne ou presque durant la journée, lorsque les lundis la salle est fermée au public. J’espère aussi que mon accent peut mettre à l’aise les différents lecteurs.
7. Pour vous, quels sont les avantages de ce métier ? De voir quotidiennement le public et les collègues qui viennent effectuer leurs plages de Service public. Cette activité m’aide également à enrichir ma culture générale. De par ma formation littéraire, j’avais déjà un goût pour l’adaptation des œuvres littéraires au cinéma et ce poste me donne la possibilité de découvrir d’autres types de films, notamment le cinéma documentaire. Tout cela est vraiment appréciable, d’autant plus que ce métier permet de développer des qualités techniques, par la force des choses pour ainsi dire, lorsqu’on se confronte aux nouvelles technologies. C’est important. Par exemple, la salle A qui dispose déjà des PAV, des manettes des jeux vidéo et des logiciels du studio, va bientôt se doter de tablettes ipad. Je dois connaître le minimum du fonctionnement de ces appareils. Mais ce que je retiens avant tout, c’est l’idée de gérer une salle ouverte à tous les publics, de pouvoir veiller sur une entité de lieu que constitue la salle A, vis-à-vis du gigantisme de la BnF !
8. Ses inconvénients ? Lorsqu’il s’agit de mener plusieurs choses pendant une tâche ou bien d’arrêter une activité momentanément pour aller au plus urgent, lors d’un problème lié au fort courant d’air dans la salle par exemple, ce qui peut être assez stressant lorsqu’ arrive la fin de journée ! Le sentiment que n’avance pas assez vite les dossiers en cours … cependant, l’activité loin d’être monotâche est variée. Il faut savoir aussi accepter les critiques et les mauvaises humeurs des publics, comme des collègues parfois. Quand un problème arrive, c’est moi que l’on vient voir. Comme je l’ai déjà dit, il faut aussi savoir travailler seule.
9. Comment envisagez-vous votre carrière dans ce métier ? Les évolutions techniques, les évolutions de carrière ? Il faut s’adapter aux changements technologiques et sans cesse se mettre à niveau. Il y a donc un besoin de formations.
Il faut aussi une certaine préparation psychologique dans la mesure où, de plus en plus, les publics aux origines différentes qui bien souvent ne parlant pas le français, sont difficiles à gérer. Responsable de salle de lecture, c’est vraiment un métier qui renouvelle les questions : comment accueillir ? Comment aider un grand public ? Ce qui suppose à terme une évolution du poste de responsable de salle.

Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/diversification_publics/index.php/2016/05/31/le-metier-de-responsable-de-salle-de-lecture-par-beata-lafargeas/trackback/

Commentaires (8)

  1. Your style is really unique compared to other folks I’ve read stuff from. eebbaefeddkb

  2. I really like your blog.. very nice colors &amp theme. Did you make this website yourself or did you hire someone to do it for you? Plz respond as I’m looking to construct my own blog and would like to know where u got this from. thank you afkeddfdeaebaaad

  3. I’m glad that it turned out so effectively and I hope it will continue in the future because it is so worthwhile and meaningful to the community. gfeefebdbfbd

  4. Hi, yup this post is truly fastidious and I have learned lot of things from it dfddcdbbkaafccae

  5. Thanksamundo for the post.Really thank you! Awesome. fdegcddfbdde

  6. I needed to thank you for this good read!! I certainly enjoyed every little bit of it. I’ve got you bookmarked to check out new stuff you post bgdedakdkegfgebc

  7. 914YeD It as really a nice and helpful piece of information. I am glad that you shared this useful information with us. Please keep us up to date like this. Thanks for sharing.

  8. 18IYD1 Spot on with this write-up, I really assume this web site needs rather more consideration. I all most likely be once more to read much more, thanks for that info.

 

Laissez un commentaire



Pas d'URL (adresse de site web) ou alors sans le http, pour cause de spam.