Archives de la catégorie 1. Vous accueillir à la BnF

1. Vous accueillir à la BnF

Les pauvres ont-ils des droits ?

19 novembre 2013

La BnF et ATD Quart monde vous convient à une conférence : jeudi 5 décembre 2013 de 18h à 20h au Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France…

La table ronde sera animée par Sylvie Hazebroucq, journaliste à RFI, avec : Gwenaële Calvès, spécialiste du droit des minorités ; Michèle Grenot, historienne ; Maryvonne Lyazid, adjointe au défenseur des droits et Bruno Tardieu, délégué national d’ATD Quart monde

Sans abris à Paris ©Wikimediacommons)

Sans abris à Paris ©Wikimediacommons

Un des aspects les plus violents de la misère est le mépris que subissent les personnes en situation de grande pauvreté. L’extrême violence est celle qui réduit sa victime au silence, elle n’ose pas réagir. Ainsi tout le monde en ignore l’existence. Les personnes en situation de pauvreté et de grande précarité subissent une double peine. Celle, évidente, de leur condition économique. Et celle, plus insidieuse, de la stigmatisation permanente qui parfois conduit à des traitements discriminants, privant ces personnes de leurs droits. C’est pour réagir à cet état de fait que la mission de diversification des publics de la BnF mène en permanence des actions en faveur des publics les plus défavorisés.

Lors de cette rencontre, ces situations de discriminations seront nommées, reconnues, dénoncées, pour que l’on ne puisse plus les ignorer. Les intervenants illustreront ce thème de la discrimination dans l’histoire et dans la réalité d’aujourd’hui, évoqueront des moyens de lutter contre les préjugés et de rendre effectif l’accès de tous aux droits fondamentaux.

Un détour historique permettra de mettre en perspective ce sujet. En effet, au moment de la Révolution française, l’institution du régime censitaire et donc l’exclusion des droits politiques pour les personnes les plus pauvres est symptomatique.

Zonier à Ivry ©Gallica)

Zonier à Ivry ©Gallica

Les fonds de la BnF recèlent un ouvrage d’une grande importance : Les Cahiers du Quatrième Ordre. L’ordre sacré des infortunés écrit par Dufourny de Villiers. Dans ce texte de 1789, cruel d’actualité, l’auteur s’indigne que les plus pauvres ne soient pas consultés, qu’ils soient considérés comme incapables de penser. Il demande que leurs droits soient reconnus pour que ceux qui les représenteront à la future assemblée nationale tiennent compte de ce qu’ils vivent et pensent. C’est en s’inspirant de ces cahiers que Joseph Wresinski, fondateur d’ATD Quart Monde, inventa le terme « Quart monde » en lien avec ce Quatrième Ordre et la notion de Tiers monde.

1. Vous accueillir à la BnF

Les biens communs de la connaissance

8 novembre 2013

3ème journée : Lundi 18 novembre, 10h00 – 19h00 : Les biens communs de la connaissance

Première partie : Atelier Arpentage de 10h00 à 16h30, salle J
Sur inscription dans la limite des places disponibles : Céline Gaspard 01 53 79 85 30, celine.gaspard@bnf.fr
Rendez-vous Atelier Arpentage : 9h45, BnF, Site François Mitterrand, hall Ouest (près du métro Quai de la Gare)

Libres savoirs, les biens communs de la connaissance / ouvrage coordonné par l’Association VECAM. Ed. C&F, 2011.
Intervenants : Jean-Claude Lucien et Alexane Brochard, Peuple et Culture.

Coupe du cénotaphe, Boullée ©Gallica)

Coupe du cénotaphe, Boullée ©Gallica

Deuxième partie : Restitution publique de l’atelier Arpentage : 16h30 – 17h30
Auditorium 70

Ouvert à tous, renseignements auprès de :
Sylvie Dreyfus 01 53 79 53 17, sylvie.dreyfus@bnf.fr
Céline Gaspard 01 53 79 85 30, celine.gaspard@bnf.fr
Adrien Toreau 01 49 29 42 80, toreau@peuple-et-culture.org

Projection débat, 17h30 – 19h00 : REMIX Biens communs : une sélection d’entretiens de www.remixthecommons.org

Remix Biens communs est un espace interculturel de partage et de co-création de documents multimédias sur les biens communs. Le projet est porté par un collectif interculturel, composé de personnes et d’organisations qui pensent que le recueil, l’échange et le remix des récits, des définitions et des images des biens communs sont une manière active et conviviale de s’approprier cette notion et de la diffuser dans la société.

Pour accéder à l’auditorium 70 : entrer Hall Ouest et suivre
le balisage…

1. Vous accueillir à la BnF

Les ressources naturelles : des biens communs

3 octobre 2013

2ème journée Autour des biens communs : Lundi 28 octobre, 10h00 – 19h00 : « Les ressources naturelles : des biens communs »

Fresque à Choisy le roi ©C. Gaspard)

Fresque à Choisy le roi ©C. Gaspard

Première partie : Atelier Arpentage de 10h00 à 16h30, salle J

Sur inscription dans la limite des places disponibles : Céline Gaspard 01 53 79 85 30, celine.gaspard@bnf.fr
Rendez-vous Atelier Arpentage : 9h45, BnF, Site François Mitterrand, hall Ouest (près du métro Quai de la Gare)

Étude collective d’un livre grâce à la méthode de l’arpentage :
La gouvernance des biens communs : Pour une nouvelle approche des ressources naturelles / Elinor Ostrom ; révision scientifique Laurent Baechler. – Ed. de Boeck, 2010
Cet ouvrage rassemble un ensemble de données permettant d’étudier les conditions dans lesquelles des problèmes de ressources communes ont été résolus…

Intervenant : Jean-Claude Lucien, Peuple et Culture.

Fresque à Choisy le roi ©C. Gaspard)

Fresque à Choisy le roi ©C. Gaspard

Deuxième partie : Restitution publique de l’atelier Arpentage : 16h30 – 17h30
Projection débat, 17h30 – 19h00
Auditorium 70


Ouvert à tous, renseignements auprès de :
Sylvie Dreyfus 01 53 79 53 17, sylvie.dreyfus@bnf.fr
Céline Gaspard 01 53 79 85 30, celine.gaspard@bnf.fr
Adrien Toreau 01 49 29 42 80, toreau@peuple-et-culture.org

Projection-débat : No gazaran (extraits, sortie national en 2014) / un film de Doris Buttignol et Carole Menduni

L’alerte est lancée dans le Sud-Est de la France début 2011 : le gaz de schiste arrive dans nos villages, nos paysages, nos vies ! Carnet de route d’une mobilisation citoyenne imprévue, le film témoigne des soubresauts d’une société prise au piège d’un modèle économique en crise en suivant pendant deux ans l’organisation d’un mouvement de résistance historique qui va faire reculer les industriels et l’État

Pour accéder à l’auditorium 70 : entrer Hall Ouest et suivre
le balisage…

1. Vous accueillir à la BnF, Pour découvrir les collections

Autour des Biens Communs Étude collective d’un livre et projection d’un film documentaire

5 septembre 2013

Le 21ème siècle voit s’accélérer les échanges marchands, tandis que l’épuisement des ressources naturelles, les pollutions multiples, le réchauffement climatique posent la question des limites d’un développement sans fin.
Comment inventer un devenir de l’humanité qui reposerait sur une gestion des biens communs, l’air que nous respirons, l’eau, le génome humain, le patrimoine génétique, les plantes, les animaux, les sources de la connaissance… qui serait partagée par tous et qui contribuerait à lutter contre les situations d’injustice et l’accroissement des inégalités ?

La terre ©Wikimedia commons)

La terre ©Wikimedia commons

Pour réfléchir à cette question, la BnF et « Peuple et Culture » proposent 3 jours d’échange et de réflexion collective, qui mettront en perspective livres et films, autour de la question des biens communs.

Étude collective d’un livre grâce à la méthode de l’arpentage :

L’arpentage est une méthode d’éducation populaire créée par l’association « Peuple et Culture», qui permet à chacun d’entrer dans une pensée complexe et qui autorise quiconque à construire une relation active à la connaissance.
Ouvert à toute personne désireuse d’expérimenter une pratique de lecture collective sur la question des biens communs, l’atelier arpentage invite à découvrir une démarche pour collecter des informations utiles, en établir des cartographies pour donner à voir les enjeux soulevés et le point de vue développé par l’auteur. Les séances d’arpentage auront lieu dans une salle de lecture de la BnF dans laquelle sera présentée une sélection d’ouvrages. Chaque séance donnera lieu à une restitution publique qui permettra au groupe de présenter son cheminement.

1ère journée : Lundi 23 septembre, 10h00 – 19h00 : La notion de « bien commun »

Première partie : Atelier Arpentage de 10h00 à 16h30, salle J

Sur inscription dans la limite des places disponibles : Céline Gaspard 01 53 79 85 30, celine.gaspard@bnf.fr

Rendez-vous Atelier Arpentage : 9h45, BnF, Site François Mitterrand, hall Ouest (près du métro Quai de la Gare)

Où est passé le bien commun / François Flahaut. Éd. Mille et une nuits, 2011.
Dans un monde où le politique est dominé par les puissances économiques et financières, et où le toujours plus de la croissance s’impose comme une fin en soi, la seule référence non économique qui subsiste est celle des droits individuels. La référence au bien commun a été évacuée.
L’auteur montre qu’il est possible d’imaginer d’autres modèles que ceux dont nous sommes encore tributaires.

Intervenant : Jean-Claude Lucien, Peuple et Culture.

Deuxième partie : Restitution publique de l’atelier Arpentage : 16h30 – 17h30
Projection débat, 17h30 – 19h00
Auditorium 70

Ouvert à tous, renseignements auprès de :
Sylvie Dreyfus 01 53 79 53 17, sylvie.dreyfus@bnf.fr
Céline Gaspard 01 53 79 85 30, celine.gaspard@bnf.fr
Adrien Toreau 01 49 29 42 80, toreau@peuple-et-culture.org

Le bien commun – l’assaut final / réalisation Carole Pouliquin, 2002, 63 mn
Différentes histoires tournées à travers le monde et racontées non sans humour à la manière de la Genèse témoignent des conséquences déjà bien visibles de la soumission du monde aux intérêts privés. Plus rien aujourd’hui ne semble vouloir échapper au destin de marchandise: l’eau, la santé, les gènes, les connaissances, les biens les plus essentiels à la vie ne seront-ils désormais accessibles qu’aux plus offrants ? Face à la voracité des marchands, qu’adviendra-t-il de nos sociétés? Le marché peut-il être garant du bien commun?

Pour accéder à l’auditorium 70 : entrer Hall Ouest et suivre
le balisage…

Prochains rendez-vous : lundi 28 octobre, lundi 18 novembre

1. Vous accueillir à la BnF, Pour découvrir les collections

Parcours miroir : Bibliothèque nationale de France – Château de Versailles Jeudi 25 juillet

2 juillet 2013

C’est l’été, envie d’une ballade bucolique, de calme, de couleurs et de parfums ?
Nous fêtons l’anniversaire de la naissance d’André Le Nôtre, jardinier de Louis 14 et nous vous proposons donc une journée autour du thème des jardins…

Le château de Versailles ©Gallica)

Le château de Versailles ©Gallica


10h30 – 12h30 : Bibliothèque nationale de France : Parcours découverte suivi d’une présentation d’ouvrages sur les jardins et leurs créateurs (Point de rendez-vous : Hall Ouest)

Déjeuner libre : si le temps le permet sur l’esplanade de la BNF ou dans le parc de Bercy

15h00 – 16h00 Château de Versailles : visite de l’exposition Les fleurs du Roi

Inscriptions auprès d’Aurélie Cardon Lignier
Informations pratiques :
Aurélie Cardon Lignier : aurelie.lignier@chateauversaillesfr ou 01 30 83 75 99
Céline Gaspard : celine.gaspard@bnf.fr ou 01.53.79.85.30

Pour découvrir les collections

Parcours miroir : Bibliothèque nationale de France - Musée Guimet

24 juin 2013

C’est l’été… envie d’une ballade bucolique, de calme, de couleurs et de parfums ?
Nous fêtons l’anniversaire de la naissance d’André Le Nôtre, jardinier de Louis 14 et nous vous proposons donc une journée autour du thème des jardins… Le jeudi 4 juillet

Jardin des tuileries ©Gallica)

Jardin des tuileries ©Gallica

10h30-12h30 : à la Bibliothèque nationale de France : Parcours découverte suivi d’une présentation d’ouvrages sur les jardins et leurs créateurs

Déjeuner libre : si le temps le permet sur l’esplanade ou dans le parc de Bercy

16h00-17h30 : Visite des collections du Musée Guimet sur le thème des jardins et visite du jardin japonais où se déroulent les cérémonies du thé. Le rendez-vous est fixé au rez-de-jardin, devant l’auditorium

Inscriptions auprès de Camille Noize, Musée Guimet

Informations pratiques :
Camille Noize : camille.noize@guimet.fr ou 01 56 52 54 39
Céline Gaspard : celine.gaspard@bnf.fr ou 01 53 79 85 30

Pour découvrir les collections

Rencontre Gallica : La petite presse

23 avril 2013

La Bibliothèque nationale de France vous invite à la prochaine Rencontre Gallica : La petite presse, Mardi 14 mai à 17h30, salle 70, site François Mitterrand… Cette rencontre sera animée par Eric Dussert, coordinateur de la numérisation à la Direction des collections et Jean Didier Wagneur, coordinateur de la numérisation au Département littérature et art.

L Hydropathe ©BnF)

L Hydropathe ©BnF

Parallèlement au fleuve de papier que produisent chaque jour les grands journaux nationaux, le XIXe siècle voit apparaître la « petite presse ». Tout à la fois satirique et d’avant-garde, elle se compose d’une nuée de titres aux existences fragiles qui mènent à coup de gazettes rimées, de portraits-charges ou de manifestes une action frondeuse et goguenarde contre tous les régimes et contre tous les académismes.
Contre-pouvoir efficace, la petite presse est appréciée au point que Pierre Larousse la salue dans son Grand Dictionnaire du XIXe siècle en ces termes : « Son rôle a été tout aussi vaillant que celui de la grande presse et elle a toujours eu cette supériorité de n’être pas ennuyeuse. »
Le romantique Jules Janin ajoute : « Le petit journal, cette piqûre et cette fête de chaque jour est un des compagnons de la liberté de la presse. Il rit en piquant, il pique en riant, il trouve, en se jouant, le côté ridicule des hommes les plus graves et des choses les plus sérieuses. Il est la voix qui chante et l’esprit qui médit »
De L’Eclipse à La Lune Rousse en passant par la fameuse Lanterne d’Henri de Rochefort, ces journaux sans assise financière aux rédactions parfois échevelées et « artistes » sont les descendants des feuilles de l’Ancien régime, gazettes ou pamphlets, des organes d’expression, de réflexion et de militantisme publiés « à côté » des canaux officiels d’information.

Renseignements pratiques : entrée libre sur inscription : par téléphone au 01.53.79.49.49 ou par courriel : visites@bnf.fr

Pour découvrir les collections

Les rencontres de Gallica : Autour de la musique baroque

27 février 2013

C’est nouveau ! La Bibliothèque nationale de France vous propose de découvrir les collections numérisées consultables dans Gallica, la bibliothèque numérique, autour d’un thème. Les rencontres Gallica auront lieu le premier mardi de chaque mois, de 17h à 19h, Galerie Jules Verne, site François Mitterrand.
Entrée libre sur inscription : par téléphone au 01.53.79.49.49 ou par courriel : visites@bnf.fr

Maquette de costume pour Les fêtes grecques et romaines, ballet de F. Collin de Blamont ©BnF)

Maquette de costume pour Les fêtes grecques et romaines, ballet de F. Collin de Blamont ©BnF

La première Rencontre Gallica, le mardi 5 mars, aura pour thème la musique baroque. Elle sera animée par Laurence Decobert et Clotilde Angleys du Département de la musique et Bruno Sebald du Département audiovisuel.
Lors de cette séance, nous vous présenterons les corpus numérisés : musique manuscrite, imprimée, décors, costumes, portraits de musiciens, livrets, documents sonores…
Vous découvrirez également l’histoire des collections de musique à la BnF (fonds anciens, collection du Conservatoire de Paris…)
Enfin, nous vous montrerons des exemples de recherche dans Gallica sur l’opéra, la musique instrumentale (sonate, concerto, symphonie), la musique religieuse et la chanson (airs de Cour, romance)…
N’attendez pas pour vous inscrire ! Rendez-vous le mardi 5 mars !

1. Vous accueillir à la BnF, Expositions

Le printemps à la BnF… nouveaux rendez-vous !

18 février 2013

Nous sommes heureux de vous présenter les prochaines expositions qui vont se tenir à la Bibliothèque nationale de France. Si vous souhaitez venir les visiter, n’hésitez pas à vous inscrire auprès de nous

Guy Debord ©BnF)

Guy Debord ©BnF

1. Guy Debord, un art de la guerre : du 27 mars 2013 au 13 juillet 2013, François-Mitterrand : Grande Galerie

Guy Debord n’a jamais travaillé. Il a beaucoup marché dans les rues de Paris, bu certainement plus que d’autres et a surtout développé dans ses oeuvres, écrites ou filmées, les armes théoriques d’une critique sans concession de la société moderne. Les mouvements d’avant-garde dont il fut l’initiateur, l’Internationale lettriste (1952-1957) puis l’Internationale situationniste (1957-1972), furent les pointsd’appui de cette lutte organisée pour combattre tout ce qui fait entrave à la vie véritablement vécue. À la fois poète, artiste, marxiste révolutionnaire, directeur de revue, cinéaste, Guy Debord fut avant tout le stratège d’une guerre de mouvement contre les faux-semblants de notre société, dont il démontra très tôt et très précisément le mécanisme pervers. C’est sous cet angle de la stratégie que sera abordé le parcours de Guy Debord et de ses compagnons d’armes dans l’exposition que lui consacre la BnF .Son oeuvre, son regard et sa pratique seront constamment au centre d’un dispositif qui présentera, époque après époque, les travaux collectifs et individuels de ceux qui unirent leurs efforts pour concevoir une société à leurs yeux moins absurde que le système d’une économie capitaliste marchande, alors en plein essor.

Reliure de Jean de Gonet ©BnF)

Reliure de Jean de Gonet ©BnF

2. Jean de Gonet, relieur : du 16 avril 2013 au 21 juillet 2013, François-Mitterrand : Galerie François Ier
Nul relieur n’a autant que Jean de Gonet la passion des matériaux, qu’il s’agisse des peaux et des papiers, mais aussi des essences de bois, des métaux, même du carbone-kevlar. Cette sensibilité au tactile s’accompagne de dispositifs raffinés qui mettent en valeur la souplesse des plats, de procédés qui font contraster le lisse avec le grenu, le gaufré, le strié.
Maître de la couleur, au gré des matériaux qu’il choisit, qu’il teint ou qu’il peint lui-même, Jean de Gonet n’a cessé d’inventer tout en gardant un style qui fait reconnaître entre toutes ses créations, où la beauté des matières travaillées s’allie à la tension des formes mises en jeu.

Expositions

La photographie en cent chefs - d’œuvre

4 février 2013

En ce moment se tient à la BnF une exposition qui parcourt les très riches collections de photographies de la BnF : de la plus ancienne pièce présentée, un essai de William Henry Fox Talbot qui date de 1839, à la plus récente de la sélection, une image prise à Fos-sur-Mer en 1986 par Lewis Baltz… Portraits, paysages, nus, reportages, publicité, photographie scientifique, tous les genres sont représentés à travers le regard de grands noms de la photographie : Eugène Atget, Félix Nadar, Diane Arbus, Henri Cartier-Bresson, Man Ray, Claude Levi-Strauss, Brassaï, Kertesz, Bill Brandt, Gustave Le Gray …

La vague brisée / Gustave le Gray, 1857 ©)

La vague brisée / Gustave le Gray, 1857 ©

Des photographies anonymes ou d’autres, plus étonnantes encore, réalisées par des écrivains tels Emile Zola, Victor Segalen ou Jacques Prévert font également partie des trésors sélectionnés pour l’occasion.
Explorer la notion de chef - d’oeuvre appliquée à un médium aussi foisonnant et divers que la photographie, tel est le propos de cette exposition qui dévoile cent images issues des collections de la BnF. Choisies pour leur beauté, la perfection de leur tirage ou leur provenance, ces pièces, toutes d’auteurs différents, composent un parcours où les grands noms de la photographie des XIXe et XXe siècles côtoient des anonymes.
Le propos de l’exposition n’est pas de présenter le florilège des cent plus belles photographies conservées à la Bibliothèque nationale de France. Ce serait irréaliste et singulièrement réducteur si l’on songe que c’est par millions qu’elles se comptent dans ses collections.
Un point commun de toutes les images choisies, est la qualité du tirage, toujours exceptionnelle. La date et la perfection du tirage sont un élément essentiel pour toutes les œuvres multiples comme le livre, la gravure, l’affiche et bien entendu la photographie. C’est ce qui fait toute la différence entre des oeuvres que l’on pourrait croire identiques entre elles puisqu’elles ne sont pas uniques.
Un autre point commun est le mode d’entrée dans les collections : il n’est jamais banal. Les photographies présentées ici ont été acquises auprès de leur auteur, données par lui-même ou ses descendants, proviennent du dépôt légal, ou encore se trouvaient dans de grandes collections qui sont entrées dans celle de la BnF. Elles ont pu arriver par dation, comme celles de Claude Lévi-Strauss ou Emile Zola. Elles ont pu faire l’objet d’une acquisition très précoce : la mythique photographie de Gilles Caron prise le 6 mai 1968 a été acquise dès le mois de septembre suivant auprès de la galerie Le mur ouvert, ce qui rappelle le rôle de vigie du conservateur.
Ces modes d’entrée font, en filigrane, l’histoire de la constitution de la collection de la Bibliothèque nationale de France et dessinent sa personnalité, la distinguant des autres collections publiques.
Jamais autant de photographies n’ont été aussi facilement disponibles qu’aujourd’hui, que ce soit dans les livres ou sur Internet. Cette exposition rappelle également que la photographie est avant tout un objet matériel, qui a un format, une matière, une texture, un grain, une spécificité et qu’elle ne peut se réduire à ses reproductions, fussent-elles excellentes. Montrer de beaux tirages de toutes époques est aussi un manifeste en faveur de la photographie originale et une manière d’en faire prendre conscience à un large public.

Attention l’exposition se termine le 17 février. ..
- Une visite est organisée pour les relais le jeudi 7 février à 10h30
- Vous pouvez visiter cette exposition, en visite libre ou avec un médiateur culturel
Pour vous inscrire , contactez
Céline Gaspard, Mission de diversification des publics,
01 53 79 85 30, celine.gaspard@bnf.fr

BnF François-Mitterrand Quai François-Mauriac, Paris 13e
Grande Galerie, Du mardi au samedi 10h > 19h, Dimanche 13h >19h Fermé
lundi et jours fériés