Expositions, Pour découvrir les collections

Exposition Jean Rouch, l’Homme-cinéma

7 septembre 2017

La mission de diversification des publics propose aux publics du champ social de venir nombreux découvrir l’exposition “Jean Rouch, l’Homme-cinéma”.

http://blog.bnf.fr/uploads/diversification_publics/jeanrouch.jpg

Jean Rouch et Damouré Zika sur le tournage de Jaguar, Gold Coast (Ghana), 1954 BnF, département des Manuscrits © Fondation Jean-Rouch

Jean Rouch aurait eu cent ans en 2017. L’exposition met en lumière la vie et l’œuvre d’un homme inclassable, explorateur, ethnographe, photographe, cinéaste auteur de 180 films (dont Les maîtres fous (1957), Moi, un Noir (1959), Chronique d’un été (1960) tournés principalement en Afrique. Son œuvre a fortement influencé le cinéma français à l’aube de la Nouvelle Vague.

Jean Rouch réalisait des “ciné-portraits” d’individus, il a inventé des formes pour dialoguer avec les personnes qu’il filmait, toujours en improvisant et en interaction avec une caméra mobile et légère, il ne se voulait pas théoricien; il est aujourd’hui un pionnier de pratiques de l’image qui sont les nôtres aujourd’hui.

Dans le cadre du Centenaire Jean Rouch 2017, avec le concours de la Fondation Jean Rouch et du Comité du film ethnographique, l’exposition co-produite par la BnF et le CNC croise de nombreux extraits de films restaurés avec des documents pour la plupart issus du riche fonds conservé par la BnF : photographies, notes, correspondances… Elle s’attache aussi à restituer la dimension sensible et affective d’un grand conteur et d’un homme d’amitiés.

du 26 septembre au 26 novembre 2017

BnF Site-François-Mitterrand / Galerie des donateurs & allée Julien Cain

Visite gratuite et en accès libre (sans inscription)

Guide de la médiation culturelle dans le champ social

Atelier autour des écritures médiévales, pour les 9-13 ans

15 juin 2017
Atelier écritures médiévales©BnF

Atelier écritures médiévales©BnF

La BnF fait appel aux publics du champ social pour élaborer les nouveaux ateliers autour des écritures médiévales : les ateliers “tests” de cet été vont permettre la finalisation de l’atelier grâce à votre participation !

A partir de jeux, les enfants découvrent l’univers du livre médiéval : les métiers du parcheminier, du copiste, de l’enlumineur, mais aussi la composition d’une page de manuscrit et les matériaux utilisés.
Forts de leurs connaissances, les participants créent alors leur propre marque-page enluminé et calligraphié.

Nous vous attendons : choisissez une date, formez des petits groupes de 10 enfants au plus, et contactez-nous pour vous inscrire

BnF site-François-Mitterrand

Jeudi 20 juillet, Vendredi 4 août, Mercredi 30 août

10h-12h

Mercredi 27 septembre

15h-17h

Rendez-vous Hall Est, devant la maquette du site

Inscriptions : visites@bnf.fr / 01.53.79.49.49

Atelier gratuit

D’avance, nous vous remercions beaucoup pour votre participation, à très bientôt !

4. Aller plus loin avec les acteurs du champ social, La mission Vivre Ensemble, Pour découvrir les collections

Qu’est-ce que l’identité ? atelier de réflexion collective

23 mai 2017

Alep. Simplon-Orient-Express... Affiche©Gallica

Alep. Simplon-Orient-Express... Affiche©Gallica

L’objectif de cet atelier est de partager et réfléchir ensemble à la notion d’identité. Nous nous questionnerons sur son actuelle utilisation médiatique et politique. Pourquoi le thème et le vocabulaire de l’identité s’imposent-ils aujourd’hui ?

Sous forme de dialogue, l’atelier sera animé par la mission pour la diversification des publics, la coordination des formations pour les lecteurs de la BnF et l’association AP2i, agence de promotion et de réflexion interculturelles, qui questionneront l’origine et l’histoire du concept d’identité.

Ainsi, relais du champ social, étudiants et jeunes chercheurs réfléchiront ensemble à cette question polémique avec le recul historique nécessaire. Ce sera aussi une chance d’échanger entre deux publics qui n’ont pas toujours le temps ni l’occasion de se rencontrer.

Des références de lecture vous seront remises à l’issue de l’atelier.

Cette question vous intéresse, il vous suffit de confirmer votre participation à :

frederic.astier@bnf.fr

BnF site-François-Mitterrand

Jeudi 8 juin de 9h à 10h45

Aquarium, hall Est

4. Aller plus loin avec les acteurs du champ social, Pour découvrir les collections

Qu’est-ce que l’identité ? atelier de réflexion collective

10 avril 2017
Paris-Londres-Constantinople ... Orient express©Gallica

Londres-Paris-Constantinople ... Orient express©Gallica

L’objectif de cet atelier est de partager et réfléchir ensemble à la notion d’identité. Nous nous questionnerons sur son actuelle utilisation médiatique et politique. Pourquoi le thème et le vocabulaire de l’identité s’imposent-ils aujourd’hui ?

Sous forme de dialogue, l’atelier animé par la mission pour la diversification des publics, la coordination des formations pour les lecteurs de la BnF et l’association AP2i, agence de promotion et de réflexion interculturelles questionneront l’origine et l’histoire du concept d’identité.

Ainsi, relais du champ social, étudiants et jeunes chercheurs réfléchiront ensemble à cette question polémique avec le recul historique nécessaire. Ce sera aussi une chance d’échanger entre deux publics qui n’ont pas toujours le temps ni l’occasion de se rencontrer.

Des références de lecture vous seront remises à l’issue de l’atelier.

Cette question vous intéresse, il vous suffit de confirmer votre participation à :

frederic.astier@bnf.fr

BnF site-François-Mitterrand

Jeudi 13 avril de 18h à 20h

Salle 70, en direction du petit auditorium.

Rendez-vous pour les relais devant la maquette du site

dans le hall est à 17h45

2. Récits d'expériences, 4. Aller plus loin avec les acteurs du champ social

Ateliers autour de la laïcité

25 octobre 2016

Depuis janvier 2016, la mission de diversification des publics propose régulièrement aux relais du champ social et à leurs publics des ateliers sur la laïcité, question qui ne fait pas consensus aujourd’hui, mais qui lorsqu’on étudie l’histoire de l’émergence de la loi de 1905 n’a jamais été consensuelle…

Les collections de la BnF sont là pour faire lien entre le passé et le présent, et permettre à tous d’appréhender des questions complexes : il nous a donc semblé opportun de rappeler comment la question de la laïcité plonge ses racines dans l’histoire de notre pays.

Le vendredi 14 octobre 2016 après-midi, lors de l’atelier sur la laïcité, ont été rappelé plusieurs éléments :

- l’influence du siècle des Lumières et de la Révolution française.

- le long processus qui a abouti à la séparation des Églises et de l’État ; il s’agissait surtout de redéfinir les modes de relations entre l’État et la religion catholique qui se manifestaient alors d’une façon omniprésente. Mais toutes les religions sont concernées par cette problématique.

- l’importance du vote de la loi Jules Ferry et de la question de l’école, du droit à l’éducation pour tous, filles et garçons.

- les débats virulents qui ont eu lieu lors du vote de la loi de 1905, loi fondatrice sur la question de la laïcité. Au cours de ces échanges se sont exprimées différentes conceptions de la laïcité qui font écho aux débats qui existent aujourd’hui.

Par contre, il convient de rappeler que l’article 1 de la loi de 1905 qui a été voté édicte que «  La république assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public. »

Autrement dit, comme le souligne l’observatoire de la laïcité, La laïcité n’est pas une opinion parmi d’autres mais la liberté d’en avoir une. Elle n’est pas une conviction mais le principe qui les autorise toutes, sous réserve du respect des principes de liberté de conscience et d’égalité des droits. C’est pourquoi, elle n’est ni pro, ni antireligieuse. L’adhésion à une foi ou à une conviction philosophique relève ainsi de la seule liberté de conscience de chaque femme et de chaque homme. La liberté de conscience, consiste donc à affirmer la liberté de croire ou de ne pas croire.

Première page©Archives nationales

Or, les relais, bénévoles comme professionnels, ont témoigné combien leurs publics appréhendaient difficilement une vision du monde qui ne repose pas sur une croyance religieuse.

Ils ont souligné comment la question du port du voile était perçue comme une machine de guerre contre les musulmans, ce qui légitime d’autant plus l’importance de rappeler les conditions d’émergence de la loi de 1905 qui n’a rien à voir avec la religion musulmane…

L’atelier a réfléchi sur la façon d’aborder la question de la laïcité d’une façon apaisée et inclusive. Certains représentants d’associations ont souligné qu’il fallait dépasser la polarisation excessive autour de la question du voile, car c’est l’arbre qui cache la forêt. La majorité des relais présents témoignaient en effet de l’inquiétude de voir les femmes des quartiers populaires de plus en plus sous l’emprise des maris ou des « grands frères », empêchées de venir à des sorties culturelles, ou tout simplement de se mouvoir dans l’espace public. L’atelier s’est achevé sur cette question qui a à voir également avec la laïcité : comment aider ces femmes à reconquérir leurs droits et le premier d’entre eux l’égalité entre les hommes et les femmes.

Prochains ateliers

16 novembre : complet

le 8 décembre, 14h30 – 17h

inscriptions : frederic.astier@bnf.fr

Témoignages

Atelier Laïcité à la BnF avec Autremonde

8 septembre 2016

Le vendredi 8 juillet 2016, la mission diversification des publics a organisé une un atelier sur la laïcité avec l’association Autremonde. Une après-midi qui a permis à ses participants de se présenter, d’écouter, d’échanger et de dialoguer sur l’expérience des valeurs vivantes et positives de la laïcité

La Sicile, Manuscrit sur papier©BnF

La Sicile, Manuscrit sur papier©BnF

Abdoulaye CISSOKO (24 ans), apprenant sur les ateliers de français sur les métiers de la restauration à l’association Autremonde. Il est musulman d’origine sénégalaise et il est arrivé en France en juin 2015
« Moi, je pense que la laïcité est un droit parce qu’ici on dit que la France est un pays d’égalité et de fraternité, mais la France est un pays de laïcité pour moi. Dans l’atelier je me sentais puissant, j’ai eu beaucoup de courage à parler avec les gens d’autres religions, à échanger des idées avec eux. En fait, ce qu’on nous mettait dans la France avant que j’arrive en France c’était pas la vérité. Arrivé ici, on trouve la différence, la tolérance et la solidarité, ça je le sens vraiment, oui ! Et puis la France, on dit que la France est un pays d’égalité, de fraternité mais moi, je peux rajouter aussi que c’est un pays de solidarité et de tolérance. Même moi, aussi, je suis laïque car la laïcité est ma religion, ça ressemble un petit peu, il n’y a pas trop de différence. Pour conclure sur la laïcité, j’aimerais bien avoir aussi des débats de différentes religions, de changer des idées. La manière dont on a fait la laïcité, on peut faire ça avec d’autres religions pour avoir des connaissances, pour ne pas se sentir seul. »
Lavinia BOTEANU (36 ans), responsable des ateliers de français à visée professionnelle à l’association Autremonde. Elle est orthodoxe, originaire de Roumanie et elle est arrivée en France en 2007
« C’était un très riche moment de partage construit par l’articulation de deux axes : les témoignages sur les convictions spirituelles de chacun (musulmans, chrétiens, orthodoxes, athées, agnostiques) et l’accueil de leur spiritualité en France et plus précisément à Paris. Si je devais résumer cette rencontre à travers la parole de tous je dirais que Paris réussit à bâtir son identité comme un puzzle des cultures, des points de vue, des modes de vie où chacun retrouve la liberté d’être soi-même. »
Marie PICOT (26 ans), service civique sur le Pôle Insertion des Migrants à l’association Autremonde. D’origine française, elle est athée et a vécu 1 an et demi en Amérique Latine et 6 mois au Cambodge.
« Il a été très enrichissant de pouvoir échanger avec les participants sur leur vision de la laïcité en France mais aussi dans leurs pays. L’ambiance était particulièrement propice aux échanges et je pense que les participants se sentaient à l’aise et désireux de partager sur leur conception de la religion. Cela a permis à tout le monde de poser de bonnes bases de réflexion sur ce qu’est la tolérance et la place qu’elle prend dans la vie de chacun. »
Mariam SACKO (41 ans), apprenante sur les ateliers de français sur les métiers de la restauration. Elle est d’origine malienne et de confession musulmane et elle est arrivée en France en juillet 2015.
« J’ai beaucoup appris à travers cet atelier puisque chez nous au Mali, on n’organise pas ce genre d’atelier. Pour la première fois, c’est en France, sur les murs des écoles ou sur les banderoles que j’ai vu « liberté égalité fraternité et laïcité » et je me posais pas mal des questions sur la laïcité. Après l’atelier à la BNF j’ai appris que la laïcité est le caractère de neutralité religieuse. Et aussi à travers mon frère Abdoulaye Diallo du Sénégal que j’ai su que la France est un pays où le droit de l’homme est plus défendu et plus appliqué.
Par rapport aux autres pays que je ne citerai pas de nom, les noirs ont plus de liberté en France. En Afrique on ne connaissait pas la vraie réalité parce qu’on pensait que toutes les autres religions étaient méchantes.
En France, que tu sois athée, agnostique, orthodoxe ou pratiquant de religion, on a les mêmes droits. Je peux donner l’exemple sur moi-même : avant de venir en France j’étais considérée par ma belle-famille comme une esclave qui n’avait pas le droit à la parole. Ici je peux m’exprimer comme je veux, ici je suis libre quoi ! Je me sens en liberté ! L’atelier m’a vraiment beaucoup appris ! J’ai bien aimé, j’ai vraiment bien aimé, ça m’a beaucoup plu. »
Charlotte HALLAIRE (30 ans), bénévole sur les ateliers de français à visée professionnelle. Elle est catholique, d’origine française et a vécu 1an et demi au Burkina Faso.
« J’ai trouvé cet échange très riche tout d’abord entre l’animatrice et les apprenants puis entre les apprenants eux-mêmes. Chacun avait besoin de s’exprimer et avait envie de donner son point de vue, de raconter son histoire et son ressenti par rapport à la place de la laïcité en France et dans leur pays d’origine. Lorsque nous leur avons proposé cette sortie quelques jours avant, le thème de la laïcité n’était pas très clair pour tous mais l’échange leur a permis de mieux cerner ce sujet et tous ont participé à ce tour de table avec beaucoup d’intérêt.
A l’issue de cette réunion, la plupart des apprenants nous ont confirmé qu’ils étaient ravi(e)s de cette sortie et avaient apprécié de pouvoir s’exprimer ainsi et de recevoir aussi le témoignage des autres intervenants. Une légère frustration que ce soit passé aussi vite pour tout le monde. Une expérience à renouveler plus fréquemment ! »

Visites de la BnF

Visites, expositions et ateliers à la BnF, entre mai et juin 2016

11 mai 2016

Afin de vous approprier au mieux la bibliothèque et ses espaces, la mission diversification des publics de la BnF propose son nouvel agenda. Ces visites sont individuelles et destinées aux relais du champ social

Exposition Miquel Barceló. Sol y Sombra (Site François-Mitterrand) : à travers une sélection d’estampes de l’artiste majorquin, peintre, dessinateur, sculpteur et céramiste, le parcours thématique vous permettra de découvrir une création qui expérimente : l’œuvre imprimée, jusqu’alors peu exposée, en dialogue avec une œuvre variée et monumentale, s’adresse à un large public. Au côté de l’œuvre imprimée, Le Grand Verre de terre : une fresque d’argile et de lumière de 190m de long et 6 m de haut, rend hommage au philosophe Ramon Llull. Une exposition en écho avec le Musée national Picasso-Paris.

Exposition La franc-maçonnerie (Site François-Mitterrand) : En partenariat avec le Musée de la franc-maçonnerie, plus de 450 pièces sont présentées, certaines encore jamais montrées, issues des collections de la Bibliothèque mais aussi des principales obédiences françaises ou de prêts étrangers exceptionnels. Le parcours de cette exposition permet de comprendre et de découvrir l’histoire de la franc-maçonnerie française, ses origines, ses rituels et ses symboles, ses légendes et ses multiples contributions à travers différents domaines, qu’ils soient politiques, religieux, artistiques ou philosophiques.

Parcours découverte François Mitterrand (Site François-Mitterrand) : c’est l’occasion de découvrir la BnF, son histoire, l’architecture de son bâtiment et la vie quotidienne des personnes qui y travaillent. Il s’agit aussi de vous approprier peu à peu la bibliothèque et ses espaces en fonction de vos usages. A la suite de cette visite, la Mission de diversification des publics présentera l’ensemble des activités et ateliers qu’elle mène pour les publics fragilisés socialement.

Rencontre atelier Éducation populaire d’hier et d’aujourd’hui (Site François-Mitterrand) : L’Éducation populaire reconnaît à chacun, qu’il ait fait des études ou pas, la capacité de progresser et de développer son émancipation, à tous les âges de la vie. L’Éducation populaire naît au moment de la Révolution française, se développe au 19ème siècle, pendant le Front populaire, puis après-guerre dans la foulée le programme nationale de la Résistance. Aujourd’hui de nombreuses expériences s’inscrivent dans son sillage. Ce cycle de trois ateliers s’efforcera de relier les expériences passées avec les pratiques du présent.

Calendrier des visites

Mardi 17 mai (10h30-12h) :
Exposition La franc-maçonnerie

Vendredi 20 mai (10h-12h) :
Rencontre atelier Education populaire d’hier et d’aujourd’hui

Jeudi 9 juin (10h30-12h) :
Exposition Miguel Barcelo. Sol y Sombra

Vendredi 10 juin (10h30-12h) :
Parcours découverte François Mitterrand

Mardi 14 juin (10h30-12h)
Exposition La franc-maçonnerie

A très bientôt !
Contact et inscriptions :

frederic.astier@bnf.fr
01.53.79.85.30

1. Vous accueillir à la BnF, Expositions, Visites de la BnF

Visites, expositions et ateliers à la BnF, entre janvier et mars 2016

30 décembre 2015

L’agenda BnF du début de l’année 2016, pour les relais du champ social,
pour vos prochaines venues, afin de vous approprier au mieux aussi la bibliothèque et ses espaces, en fonction de vos recherches, vos besoins et vos usages.

JANVIER-MARS 2016 :

Exposition De Rouge et de Noir. Les vases grecs (Site Richelieu) La collection du duc de Luynes constitue un ensemble exceptionnel de vases figurés provenant des découvertes archéologiques d’Italie (Etrurie et Grande-Grèce). Pour la plupart issus des ateliers athéniens des 6e – 5e siècles av J.-C., ils témoignent de l’accomplissement des artisans grecs, et les belles images qu’ils portent offrent un formidable répertoire. Les mythes sont largement illustrés : dieux olympiens, héros (Héraclès, Thésée, Ulysse) ; le monde dionysiaque autour de la consommation du vin est particulièrement important sur des vases destinés à être utilisés lors des banquets. Les images qui ouvrent sur certains aspects de la vie quotidienne des Athéniens : le banquet, l’athlétisme, la guerre, la séduction …

Exposition Anselm Kiefer (site F. Mitterrand) Les livres de l’artiste qui fondent l’oeuvre et représentent soixante pour cent de son travail, n’ont, paradoxalement, jamais fait l’objet d’une rétrospective en France. Existant en un seul exemplaire, ces livres sont des oeuvres uniques dont les formats et la présentation évoluent au cours des décennies. Pouvant atteindre de grandes dimensions, ils intègrent dans leurs pages divers matériaux, tels que l’argile, le sable, la cendre, les cheveux, les plantes, la paille, des photos… et bien sûr, le plomb, medium privilégié de l’artiste, d’abord utilisé sous forme de feuilles ou de fragments, avant de devenir, vers la fin des années 1980, les livres eux- mêmes, pesant alors entre 70 et 200 kg. Pour l’artiste, outre sa plasticité, le plomb se caractérise par sa puissance poétique et spirituelle.Comment entrer dans l’univers du livre, par un autre chemin que l’écriture…


Images du grand siècle (site F. Mitterrand)
En présentant plus de 160 pièces, issues en majorité de ses collections de gravures exceptionnelles, la BnF offre la première exposition d’envergure consacrée à l’âge d’or de cette technique en France. L’art de l’estampe est à son apogée sous le règne de Louis XIV : supplantant Rome, Anvers ou Amsterdam, Paris s’affirme alors comme le centre de production le plus important en Europe, à une époque où la gravure est le seul moyen de diffuser l’image…

Parcours découverte François Mitterrand (site F. Mitterrand) : Découvrir la BnF, son histoire, l’architecture de son bâtiment et la vie quotidienne des personnes qui y travaillent. Il s’agit aussi, pour vous, relais, de s’approprier la bibliothèque et ses espaces, afin d’organiser, tout d’abord les premiers jalons, pour ensuite y revenir, en fonction de vos recherches, vos besoins et vos usages. A la suite de cette visite, la Mission de diversification des publics présentera l’ensemble des activités et ateliers qu’elle mène pour les publics fragilisés socialement.

Rencontre atelier autour de la laïcité avec les relais (site F. Mitterrand) La Laïcité est aujourd’hui en France un principe de droit inscrit dans la constitution de notre République. Elle est surtout une valeur de civilisation, fruit d’une longue histoire, marquée par de durs combats pour accéder à un « Vivre ensemble » harmonieux et tolérant. A partir d’affiches et de ressources en ligne, la BnF propose aux relais un atelier sur l’histoire et le présent de la Laïcité.

Rencontre atelier : l’étranger un autre moi-même (site F. Mitterrand) : Dans une société française fragmentée par les injustices et les inégalités, certains désignent aujourd’hui l’étranger comme un bouc émissaire. Et pourtant, nous sommes tous étrangers vis à vis les uns des autres, et en nous-même chacun porte une part d’étrangeté. Comment aborder la question fondamentale du rapport à l’autre ? Tel sera l’objet de cet atelier, proposé pendant la “Semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme ».

LE CALENDRIER :

Mercredi 6 janvier à 10h30 : Bibliothèque nationale de France (site Mitterrand)
Exposition Anselm Kiefer

Vendredi 8 janvier à 10h30 Bibliothèque nationale de France (site Mitterrand)
Exposition Images du grand siècle

Jeudi 14 janvier à 10h00-12h30 Bibliothèque nationale de France (site Mitterrand)
Rencontre atelier la laïcité avec les relais

Vendredi 15 janvier à 14h30 Bibliothèque nationale de France (site Mitterrand)
Parcours découverte François Mitterrand

Mardi 9 février à 10h30 Bibliothèque nationale de France (site Mitterrand)
Parcours découverte François Mitterrand

Jeudi 18 février à 14h30 Bibliothèque nationale de France (site Richelieu)
Exposition De rouge et de Noir. Les vases grecs

Mercredi 17 mars de 14h30 à 17h30 Bibliothèque nationale de France (site Mitterrand)
Rencontre atelier l’étranger un autre moi-même

A très bientôt !


Contact et inscriptions :

frederic.astier@bnf.fr
01 53 79 85 30

Expositions, Pour découvrir les collections

Dessine-moi un chacal

26 octobre 2015

A l’Institut du monde arabe

Atelier

Dessine-moi un chacal. En lien avec l’exposition Paroles de bêtes (à l’usage des princes) Les fables de Kalila et Dimna

Kalila et Dimna sont deux chacals vivant à la cour du lion, roi du pays. Si Kalila se satisfait de sa condition, Dimna en revanche aspire aux honneurs, quels que soient les moyens pour y parvenir. Chacun des deux justifie sa position en enchaînant des anecdotes, qui mettent en scène des hommes et des animaux, et délivrent des préceptes et des morales.

Ibn al-Muqaffa’, Kalila wa Dimna, Égypte ou Syrie, XIVe siècle : Les chacals Kalila et Dimna en train de converser©BnF)

Ibn al-Muqaffa’, Kalila wa Dimna, Égypte ou Syrie, XIVe siècle : Les chacals Kalila et Dimna en train de converser©BnF

Donner la parole aux animaux permet, sous une forme divertissante, de traiter – et de mémoriser – des sujets universels tels que l’amitié, la trahison, le rôle du savoir ou encore la justice. Les histoires visent également à régler la bonne conduite de l’individu sur le plan personnel, familial et civique.

Les participants à cet atelier famille donnent vie à ces héros malicieux en confectionnant des figurines articulées. Le livret jeune, catalogue de l’exposition est offert à chaque enfant.

Dès 6 ans.

Réservations au 01 40 51 38 14

http://www.imarabe.org/activites-jeunes/dessine-moi-un-chacal

Pour découvrir les collections

Des ateliers sur les questions de société à la BnF

15 septembre 2015

L’an dernier, la BnF a commencé à organiser pour les publics relégués socialement des ateliers sur les questions de société . 2 ateliers ont été proposés :

- L’égalité Homme / femme ? , organisé en commun avec la BPI
- Maux et mots de la crise , pour comprendre la crise qui traverse la société aujourd’hui

Cette année, nous avons décidé de réunir les relais du champ social pour imaginer ensemble des thèmes qui vous semblent retenir l’intérêt de vos publics.

Cette réunion aura lieu le 22 septembre à 14 h30 - 16h30, site de Tolbiac, Rendez-vous : entrée principale après les tourniquets.

Pour vous donner envie de participer à un atelier à la BnF , avec vos publics, voici le récit d’un participant à un atelier ” Maux et mots de la crise, le 12 mai dernier :

Tout commence avec un rassemblement à l’accueil de la Bibliothèque François Mitterrand à 13h30, par un temps ensoleillé. Puis, sous la conduite de Sylvie DREYFUS, nous nous engouffrons dans le sous-sol où se retrouvent les chercheurs dans le silence absolu. Ce silence empreint de méditation est un cadre propice pour accueillir les enseignements et échanger avec Patrice BAUBEAU, professeur d’économie à l’université de Paris Ouest de Nanterre.

Bourse des valeurs Agence Meurisse ©Gallica)

Bourse des valeurs Agence Meurisse ©Gallica

Patrice nous emmène à définir ensemble le sens que nous donnons au mot « CRISE »qui est le thème de notre atelier : « La crise : Maux de crise ? Mots de la crise ! »
Il en ressort qu’une crise est un bouleversement qu’il soit positif ou négatif. Comme exemple, il nous cite l’invention du feu qui a été une révolution positive, une crise. Les crises peuvent être graves ou moins graves et ne touchent pas chaque personne de la même manière. Le document qui nous a été distribué au début de l’atelier comporte 7 textes qui illustrent les différentes formes de crise et surtout la réaction des acteurs de notre société face aux situations de crise. Ces acteurs sont : l’Etat, l’Expert, le Prophète, le Peuple.

Le premier texte a été tiré de l’ancien testament, récit de la Genèse, Livre 41, versets 15à 36.
Pharaon cherche à connaitre l’interprétation d’un rêve qui le hante. Il se tourne vers les sages qui sont les Prêtres et les Scientifiques. Il n’a aucun résultat. Il fait donc appel à Joseph, qui prophétise en interprétant ce rêve des sept vaches belles et d’autres sept vaches décharnées et laides : Elles préfigurent les années d’abondance et de famine, c’est-à-dire annoncent les crises à venir. Le rôle du Roi est de réguler et de gérer les récoltes pour s’assurer et assurer que la nourriture produite nourrisse le peuple tout le temps. Et le peuple de son côté doit produire cette nourriture et reconnaitre sa qualité de Roi. La crise se produit quand les objectifs du Chef de l’Etat et les attentes du peuple sont en décalage.
L’Expert étudie sur le passé pour gérer le présent et le futur. Il se base sur des faits vérifiables. Le Prophète s’appuie sur les spéculations (il y a des vrais et des faux Prophètes). L’Expert s’appuie sur le passé pour apporter son savoir. Malheureusement, le monde évolue et les contextes changent, ce qui peut rendre aléatoire son savoir. Le Prophète redonne la confiance. Un Chef d’Etat doit être Expert et Prophète : Allier le savoir et la confiance. Le Général De Gaulle était un grand Prophète.

Le second texte est de Jules Garnier, un économiste du 19ème siècle.
C’est un texte pessimiste d’un Expert déçu. L’Expert n’a pas de réponse à toutes les perturbations. Exemple : Pourquoi les armes sont-elles inventées ? Il n’y a pas de réponse. De nos jours avec la Bourse, lieu de spéculation, ce ne sont plus les hommes qui négocient entre eux, ce sont les machines qui décident dans le monde de la finance. Les Experts et les Prophètes doivent être solidaires avec le peuple pour prévenir les causes de la crise et en atténuer les effets.

L argent Zola©Gallica)

L argent Zola©Gallica

Le troisième texte est d’Emile Zola. Il décrit une situation de crise due à l’échec d’un projet :
Saccard avait un grand projet de construction d’un chemin de fer en Europe de l’Est. Il avait fait rêver beaucoup de personnes qui avaient cru en lui. Ce projet avait échoué et ses partenaires ne lui faisaient plus confiance. Les gens vendaient leurs actions. L’engouement de départ est devenu la débandade générale.
La confiance est un phénomène collectif : La confiance et la méfiance sont des phénomènes contagieux. La spéculation est un pari sur l’avenir. Elle est présente partout dans nos sociétés :
- Les assurances font de la spéculation.
- En Ex-Yougoslavie, elle se présentait sous la forme des pyramides de crédit.
- En Afrique Sub-Saharienne, ce sont les Tontines avec deux variétés :
- 1°) – Tontine de distribution (cotisation et distribution à chaque cotisant à tour de rôle des montants cotisés) ;
2°) – Tontine de capitalisation (on rembourse avec intérêt à chaque cotisant au bout de quelques années : gérée par une personne qui sait le faire).
- La Charia chez les Musulmans : Pas de remboursement avec intérêt, mais des loyers (bénéfices sur l’activité).
La spéculation permet de redonner l’espoir, la confiance.

Le quatrième texte lu était celui d’Upton Sinclair :
Mieux vaut les spéculations à long terme qu’à court terme : Les spéculations à court terme sont les signes de la crise, il faut agir dans l’urgence.
Pour faire face à la crise, il faut construire une parole collective. On peut faire de la dénonciation avec humour pour critiquer en gardant le moral.
Exemple de Coluche qui disait : « Chez moi les fins de mois étaient difficiles, surtout les 30 derniers jours ».
Aussi la chanson La Marquise (1935), critique avec humour.
Nous devons donc rester positifs face à la crise pour avancer avec un bon moral.
Le sixième et dernier texte lu est de Franklin D. Roosevelt, « Mon New Deal », discours du 4 mars 1933 : Mettre en place deux garde-fous pour éviter le retour à la crise.
1°- Surveiller les banques ;
2°- Ne plus spéculer avec l’argent des autres. Prendre des mesures pour disposer d’une monnaie en quantité suffisante mais saine.
Franklin D. Roosevelt crée donc un grand Etat fort pour mettre en place une monnaie unique forte.
L’Etat, l’Expert, Le Prophète, le Peuple doivent s’entendre avec sagesse.

Cette réflexion dans le calme de la bibliothèque François Mitterrand a été très bénéfique de l’avis des uns et des autres. Outre l’apport de connaissances nouvelles par un Professeur d’université, sans être dans un cadre d’un cours magistral, nous avons appris à mettre les mots sur la crise et à identifier les maux de la crise pour pouvoir la traverser avec humour.

De cet atelier, le groupe de thérapie communautaire a adopté l’idée de travailler pour la mise en place d’une bibliothèque vivante qui permette à chacun d’apporter sa pierre à la construction d’une France plus prospère et plus saine.

De : Omer NGUELE GAYENG
Pour le groupe de thérapie communautaire, organisé par le Secours Catholique