Pour découvrir les collections

Presse locale ancienne

7 septembre 2016
LEcho Phalanstérien©Gallica

L'Echo Phalanstérien©Gallica

Le site Presse locale ancienne vous permet de consulter des gazettes locales mais aussi de découvrir leur existence. Vous pouvez lancer votre recherche par : mot, carte, département, ville, thème, chronologie, langue, thème, tendance politique, images … depuis les origines de la presse à 1944.

Il s’agit d’un catalogue collectif dans lequel vous accéderez aux notices et aux descriptions des journaux ainsi qu’à des numéros numérisés, ou bien aux centres d’archives régionaux, départementaux, municipaux et aux bibliothèques (dont la BnF) où sont conservés les journaux.

Le site a pour source la “Bibliographie de la presse française politique et d’information générale”. Les journaux sont des quotidiens ou des hebdomadaires, l’information est politique, économique, locale et non pas spécialisée comme dans une revue.

La première gazette répertoriée, Le Messager de Fontainebleau date de 1623, est numérisée et accessible en ligne sur Gallica; il s’agit là des premiers moments de la presse, mais il faut attendre le 18e siècle pour voir l’essor des annonces, des affiches. Les gazettes servaient de relai et étaient utilisées par le pouvoir parisien. Les annonces lancées permettaient de retrouver quelqu’un, de créer du lien. Les différentes opinions politiques opposées disposaient de la presse locale, un medium qui constituait le véhicule de masse des idées.

LAnjou illustré

L'Anjou illustré, 1912©Gallica

Environ 30 000 notices ou gazettes numérisées sont accessibles. Ce site est un outil de recherche qu’il s’agit de découvrir car il vous permet d’accéder à la presse sociale et associative de l’époque.

Pour découvrir les collections

Rencontre Gallica : La petite presse

23 avril 2013

La Bibliothèque nationale de France vous invite à la prochaine Rencontre Gallica : La petite presse, Mardi 14 mai à 17h30, salle 70, site François Mitterrand… Cette rencontre sera animée par Eric Dussert, coordinateur de la numérisation à la Direction des collections et Jean Didier Wagneur, coordinateur de la numérisation au Département littérature et art.

L Hydropathe ©BnF)

L Hydropathe ©BnF

Parallèlement au fleuve de papier que produisent chaque jour les grands journaux nationaux, le XIXe siècle voit apparaître la « petite presse ». Tout à la fois satirique et d’avant-garde, elle se compose d’une nuée de titres aux existences fragiles qui mènent à coup de gazettes rimées, de portraits-charges ou de manifestes une action frondeuse et goguenarde contre tous les régimes et contre tous les académismes.
Contre-pouvoir efficace, la petite presse est appréciée au point que Pierre Larousse la salue dans son Grand Dictionnaire du XIXe siècle en ces termes : « Son rôle a été tout aussi vaillant que celui de la grande presse et elle a toujours eu cette supériorité de n’être pas ennuyeuse. »
Le romantique Jules Janin ajoute : « Le petit journal, cette piqûre et cette fête de chaque jour est un des compagnons de la liberté de la presse. Il rit en piquant, il pique en riant, il trouve, en se jouant, le côté ridicule des hommes les plus graves et des choses les plus sérieuses. Il est la voix qui chante et l’esprit qui médit »
De L’Eclipse à La Lune Rousse en passant par la fameuse Lanterne d’Henri de Rochefort, ces journaux sans assise financière aux rédactions parfois échevelées et « artistes » sont les descendants des feuilles de l’Ancien régime, gazettes ou pamphlets, des organes d’expression, de réflexion et de militantisme publiés « à côté » des canaux officiels d’information.

Renseignements pratiques : entrée libre sur inscription : par téléphone au 01.53.79.49.49 ou par courriel : visites@bnf.fr

2. Récits d'expériences

Visite de l’expo Presse à la Une

11 juillet 2012

Mercredi 27 juin, un groupe d’une dizaine de jeunes est venu visiter l’exposition Presse à la Une.

Publicité pour le journal Les Dernières Nouvelles ©BnF)

Publicité pour le journal Les Dernières Nouvelles ©BnF

Cette visite organisée par l’association Savoirs pour réussir et le CEFIL (Centre d’étude, de formation et d’insertion par la langue) deux structures parisiennes de lutte contre l’illettrisme a donné lieu à un journal que nous vous proposons de découvrir…

Téléchargez le document ici