2007-2011 : les corpus numérisés du département des Estampes et de la photographie

Héritées du Cabinet fondé en 1667 par Colbert et enrichies depuis plus de 300 ans, les collections du département des Estampes et de la photographie comptent parmi les plus belles et les plus vastes au monde. Porté par le souci de les préserver autant que par la volonté de les mettre à disposition du plus grand nombre, le département a mis en œuvre, depuis plusieurs années, la numérisation de ces collections, avec le concours de l’ensemble de ses agents. Nous vous proposons aujourd’hui un panorama des corpus qui ont fait l’objet d’un programme de numérisation et ont été versés dans la bibliothèque numérique Gallica, où vous pouvez désormais les consulter. Concernant les documents numérisés mais toujours soumis au droit d’auteur, nous vous invitons à les consulter sur les postes informatiques de la BnF.

ESTAMPE, PHOTOGRAPHIE, AFFICHE, DESSIN : LES GRANDS MAITRES

Choisis parmi les plus grands maîtres de l’estampe, ce ne sont pas moins de quatorze artistes majeurs, depuis le XVIe siècle jusqu’au XXe, dont les œuvres gravés sont accessibles en ligne. Les burins d’Albrecht Dürer, les gravures de Martin Schongauer, celles de Marcantonio Raimondi, les eaux-fortes de Jacques Bellange et de Norblin de la Gourdaine sont sur Gallica, au même titre que les scènes de genre de Boucher, les paysages d’Hercules Seghers et les estampes tirées du cabinet Crozat. À ces œuvres d’artistes s’ajoutent le recueil dit de la rue Montorgueil, composé de 272 gravures de la fin du XVIe siècle ; seize coffrets à estampe issus eux aussi des collections de la Réserve ; ces jeux de carte florentin, munichois et italiens.

Damas. 1843, prise de la terrasse Baudin : [photographie] / Joseph Philibert Girault de Prangey ; 1 photographie positive directe sur cuivre argenté : daguerréotype ; 8,8 x 23,5 cm (image)

Les XIXe et XXe siècles, représentés par Goya, Célestin Nanteuil, Charles Meryon, Odilon Redon, Camille Pissarro et Félix Vallotton, sont aussi marqués par la naissance de la photographie, et la multiplication de ses supports : daguerréotypes, calotypes, autochromes, tirages sur papier sont autant de techniques par lesquelles s’expriment les premiers grands maîtres de la photographie. On y compte Atget, Girault de Prangey, Le Secq… Contemporains de ces derniers, de grands noms émergent aussi dans le domaine de l’affiche : parmi eux, Chéret, Steinlen, Toulouse-Lautrec, Mucha

Recueil. Miniatures indiennes : [peinture] : 1615-1775 ; 22 miniatures : gouache, aquarelle, lavis, encre, rehauts d’or et d’argent ; formats divers

Le dessin, depuis les étranges portraits par Lagneau (XVIIe siècle) jusqu’aux carnets de dessin d’Edgar Degas, sans oublier les peintures des miniatures indiennes, vient compléter cet aperçu des œuvres prestigieuses.

HISTOIRE PAR L’IMAGE

Nul doute, si vous en recherchez la trace, que vous trouviez dans Gallica la représentation en image(s) d’un événement historique. Les collections De Vinck (1770-1870) et Hennin (481-1851), ainsi que la collection Gaignières témoignent, à travers 34 000 estampes et dessins actuellement visualisables en ligne, de près de quinze siècles d’histoire. À leur suite, trois fonds d’agence de presse vous offrent plus de 64 000 clichés sur la petite ou grande histoire des années 1904-1937 : il s’agit des fonds ROL, Meurisse et Mondial.

Machine aérostatique de M. de Montgolfier : [dessin], 178. ; 1 dessin : plume, aquarelle ; 40 x 23 cm (tr.c.)

Parallèlement à ces grandes collections, se trouvent numérisés des ensembles thématiques. Ce sont la collection De Ridder, témoin de l’histoire militaire ; les images d’Épinal, représentatives de l’imagerie populaire ; les échantillons de tissus de Richelieu, couvrant, de 1725 à 1735, une décennie d’histoire marchande des étoffes, et accessibles via le catalogue général en entrant « Tis18Rich » dans la barre de recherche ; la collection dite des « ballons », ensemble d’estampes historiques sur la navigation aérienne et les aéronefs ; enfin, les volumes retraçant la généalogie des grandes familles italiennes par Pompeo Litta.

SOURCES POUR L’HISTOIRE DE L’ART

La numérisation de sources imprimées et manuscrites fondamentales pour l’histoire de l’art s’ajoute à celle de l’iconographie. Au premier rang de celles-ci se trouve la collection Deloynes, incontournable repère dans l’histoire de l’art au XVIIIe siècle et dont la numérisation se poursuit. Plus d’un millier de catalogues de ventes, autre grande richesse du département des Estampes, sont aussi numérisés. Citons également les trois tomes de « Le vite de’ piu eccellenti pittori, scultori, e architettori » par Giorgio Vasari.

TOPOGRAPHIE ET FONDS D’ARCHITECTURE

L’importance des fonds d’architecture et des collections topographiques au sein du département des Estampes et de la photographie justifie de fait leur présence sur Gallica. À ce compte, la collection Destailleur, acquise entre 1890 et 1895, et comportant plus de 4 900 vues dessinées de Paris et des provinces de France, s’impose. La collection Chauvet, riche de 1 400 dessins de Paris et ses environs à la fin du XIXe siècle viendra sous peu la compléter en ligne.
Les plans de bâtiments jésuites, comprenant plus d’un millier de plans et projets de bâtiments de la Compagnie de Jésus datant principalement des XVIe et XVIIe siècles, associés aux dessins du frère jésuite Martellange, constituent également un ensemble d’importance.

De la Ville Davignon // 1608 en Aoust : Veüe de la Ville d’Avignon, en 1608 : [dessin] / [Etienne Martellange] ; 1 dess. : plume et encre brune, lavis bleu ; 38,5 x 54,5 cm

Primordial pour l’histoire de l’architecture européenne, le fonds du cabinet Robert de Cotte, constitué de dessins et plans de ce dernier, mais aussi de Jules-Hardouin Mansart, est actuellement en cours de numérisation. Près de 1 800 documents sont d’ores et déjà visibles en ligne. Courant 2012, les dessins et plans d’Henri Labrouste, architecte, notamment, de la Bibliothèque nationale, seront eux-aussi numérisés.
Vous pouvez aussi admirer ces « choses curieuses à voir » que sont les vues d’optique, très en vogue au XVIIIe, sur Gallica. Au nombre de 600, elles donnent à voir, avec l’illusion du relief, les grandes villes, leurs monuments et lieux les plus illustres.
Enfin, les volumes des « Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France » par Taylor et Nodier, riches recueils d’impressions de voyage et de planches lithographiées, sont numérisés et seront très prochainement accessibles sur Gallica.

Collection Jules Beau. Photographie sportive : T. 29. Année 1905 / Jules Beau. F. 23v. Bedell, Willie Fenn, Kramer

S’ajoutent à ces corpus deux ensembles, l’un d’albums photographiques, l’autre d’albums d’estampes qui ont force documentaire et intéressent tour à tour l’histoire et la topographie, l’architecture et l’art : nombreux sont ceux qui ont fait l’objet d’un légendage attentif de manière à enrichir, affiner et faciliter vos recherches. Corpus ouverts et larges de volumes choisis pour la qualité de leurs clichés ou gravures, le prestige de leur provenance et la richesse de leurs thèmes, dont plus de 700 volumes sont aujourd’hui en ligne, à l’instar des albums Jules Beau retraçant vingt ans de photographie sportive au début du XXe siècle.

Jude Talbot, département des Estampes et de la photographie

Pour plus de détails, quelques billets du blog Gallica sur ces collections :

Portraits photographiques XIXe siècle : http://blog.bnf.fr/gallica/?p=3354
Nanteuil : http://blog.bnf.fr/gallica/?p=3296
Plans et dessins d’architecture jésuite : http://blog.bnf.fr/gallica/?p=3222
Images d’Épinal : http://blog.bnf.fr/gallica/?p=3202
Robert de Cotte : http://blog.bnf.fr/gallica/?p=3152
Affiches : http://blog.bnf.fr/gallica/?p=3068
Vues d’optique : http://blog.bnf.fr/gallica/?p=2862
Photographies de l’Agence Meurisse : http://blog.bnf.fr/gallica/?p=2790
Grands maîtres de l’estampe : http://blog.bnf.fr/gallica/?p=2726
Collection De Ridder : http://blog.bnf.fr/gallica/?p=2220

Cette entrée a été publiée dans Les corpus, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à 2007-2011 : les corpus numérisés du département des Estampes et de la photographie

  1. Marson dit :

    Interessant ,

  2. A quand un topo sur le carnaval à travers les époques? Je propose « du charivari médiéval à la Bande de Bergues ».
    Avis à l’ ingénieur développeur informatique de chez vous venu passer le week end dans ch’nord !
    Pour le coup: je suis maintenant abonnée à la newsletter de Gallica !

    A l’année prochaine

  3. Gallica - Guillaume Godet dit :

    @Emilie : merci pour cette proposition ! Pour le carnaval vous pouvez déjà choisir votre costume parmi cette petite sélection : http://on.fb.me/Hwjcw5 (et n’hésitez pas à nous suivre aussi sur facebook !)

  4. BeIN Sport dit :

    Ah les estampes. Un pan entier de notre histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ deux = 11

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>