Le Théâtre du Palais-Royal par Lhéritier

La station Champbaudet, 1862.

Le XIXe siècle est l’âge d’or de la caricature et les gens de théâtre, une de ses principales sources d’inspiration. Honoré Daumier en est l’artiste emblématique. Les journaux, le public, les comédiens eux-mêmes en raffolent. Il faut dire que ce monde se prête merveilleusement à l’exercice. Avant d’entrer en scène, l’acteur se maquille et se « fait une tête » qu’animent ensuite sous les feux de la rampe des attitudes, des mimiques, des grimaces, amplifiées par les gestes et postures du corps tout entier. C’est pain béni pour les dessinateurs qui bien souvent ont à peine à forcer le trait.

Romain Thomas, dit Lhéritier, est de ceux là. Il est né à Neuilly-sur-Seine en 1809. Employé de banque et comédien amateur, il choisit à 22 ans, en 1831, d’accepter la proposition d’engagement de Dormeuil, directeur du Théâtre du Palais-Royal, fraîchement installé dans l’ancienne salle de la Montansier. Il y restera jusqu’à sa retraite en 1881.

Aussitôt engagé, il met à profit un talent de dessinateur et commence à dessiner ses camarades et lui-même, ainsi que le personnel du théâtre et certains habitués. Timide et discret, il ne s’en fera jamais une gloire, mais ce seront 564 dessins qu’Auguste Rondel recueillera dans sa collection conservée au département des Arts du spectacle et maintenant numérisés.

Lhéritier va être pendant un demi-siècle de presque toutes les pièces du Palais-Royal jouant principalement et dès ses débuts des rôles de vieillards ridicules, imbéciles et crédules.

Les acteurs du Palais-Royal ne sont pas des jeunes premiers. Ils ont des physiques typés qu’ils savent mettre en valeur. Les emplois de « ganache », « grime », « travesti », « queues rouges », « excentriques » sont les emplois du théâtre comique du XIXe siècle. Les femmes pour une partie d’entre elles sont vouées à des rôles de femmes « fortes » à moustache, comme Madame Thierret. Certaines telle Virginie Dejazet affectionnent aussi les rôles de travestis. Mais les « stars » sont les acteurs, Grassot, Lassouche, Luguet, Hyacinthe, Brasseur, Gil-Pérès.

Le répertoire du Théâtre du Palais-Royal, défini par l’arrêté du 27 septembre 1830, se compose de « comédies, vaudevilles et comédies mêlées d’ariettes en un ou plusieurs actes », puis après l’arrêté du 18 janvier 1858 de « vaudevilles en un, deux ou trois actes et de revues en plusieurs tableaux mêlées de danses et de divertissements ».

Ce sont les pièces des couples ou trios des auteurs si prolifiques du XIXe, les Choler, Duru, Chivot, Gondinet, Dumanoir,…et les premières pièces d’Eugène Labiche : La fille bien gardée en 1850, Le chapeau de paille d’Italie en 1851, La station Champbaudet en 1862, La cagnotte en 1864.

Danielle Chamaillard et Marie-Christine Muchery

Département des Arts du spectacle

Cette entrée a été publiée dans Les corpus, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


deux + 5 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>