« La plus ridicule mais la plus incurable des passions »

[Armoiries diverses peintes sur des vitraux, des clefs de voûte et des autels de l abbaye d Hyverneaux] : [dessin]

[Armoiries diverses peintes sur des vitraux, des clefs de voûte et des autels de l'abbaye d'Hyverneaux] : [dessin]
Source: Bibliothèque nationale de France

« La plus ridicule mais la plus incurable des passions »

Le 19 juin 1792,jour anniversaire de l’abolition de la noblesse, des armoiries et des titres par l’Assemblée Constituante, Condorcetconvainquit l’Assemblée législative de décréter la destruction de toutes les collections de titres généalogiques conservés dans les dépôts d’archives et les bibliothèques de Paris et des départements. Le Cabinet des Titres y perdit une partie des collections qui avaient valu à la Bibliothèque du Roi la réputation de posséder les fonds les plus riches d’Europe en matière de généalogie, « la plus ridicule mais la plus incurable des passions » de la ci-devant noblesse française.

C’est au XVII° siècle que les familles nobles, aidées d’érudits tels Mabillon ont dû rassembler les preuves de leur ancienneté et faire enregistrer leurs armoiries. Les collections privées et publiques de documents généalogiques se sont crées à ce moment là, alors que le pouvoir central encourageait la rédaction de nobiliaires et d’armoriaux,

Après l’épisode révolutionnaire, cet intérêt pour l’histoire des familles se diffuse dans toutes les classes sociales. La production éditoriale dans ce domaines reste très importante jusqu’à aujourd’hui et les fonds consacrés à la généalogie et à l’histoire des familles font partie des documents les plus consultés par les lecteurs de la BnF.Qu’il s’agisse d’armoriaux -recueils d’armoiries de familles, d’individus, d’institutions classés par lieux ou par thèmes - ou denobiliaires - descriptions des familles nobles d’un département, d’une province ou d’un pays – ou de généalogies de familles célèbres ou moins connues, ces fonds ont été numérisés systématiquement dans le cadre des programmes de numérisation en nombre.

Judith Ducourtieux

Direction des Collections. Département Philosophie, Histoire, Sciences de l’Homme.

Cette entrée a été publiée dans Collections, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


huit − = 2

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>