Les Surgissantes : naviguer dans les étoiles du web

Comment faire le lien entre Homère et Du Bellay ? Par exemple en  écoutant Gérard Philippe lire le célèbre poème des Regrets, « Heureux qui, comme Ulysse… ».  Pourquoi, de Pialat, arriver à Proust ? Parce que le réalisateur a eu le projet d’adapter le premier tome de la Recherche sous le titre L’enfance de Marcel Proust… Ce sont pareilles découvertes, parfois évidentes, souvent plus inattendues auxquelles invite le site des Surgissantes.

Découvrez la constellation consacrée à Rimbaud

Lancé en octobre 2012, le site a pour ambition d’explorer les richesses artistiques et culturelles du web, de les sélectionner, les commenter et les organiser. Constitués en constellations autour d’un thème central (Dante, Gainsbourg, les voyages ou le football…), les liens tissent un réseau de ressources de toutes natures (images, textes, sons, vidéos…) et de toutes origines (textes classiques, cinéma d’auteur, musique rock…). Les recoupements et correspondances invitent l’internaute, moderne marin naviguant aux étoiles, à explorer, approfondir mais aussi à se laisser surprendre, quitte à aborder en terre inconnue. Ainsi, aurait-on imaginé, parti d’un lien sur Van Gogh, rencontrer… Martin Scorsese (jouant le peintre dans un film de Kurosawa) ?

Découvrez la constellation consacrée à l'homme

Car, loin des réponses pléthoriques des moteurs de recherche, la richesse des Surgissantes réside bien dans ce travail de sélection et de commentaire reposant sur les choix et la curiosité des éditeurs. Preuve de cette subjectivité revendiquée, des écrivains, journalistes ou artistes sont également invités à créer leur propre constellation.

Dans un univers où les liens invitent à la fois à approfondir et à prendre des chemins de traverse, les ressources de Gallica ou des expositions virtuelles de la BnF viennent régulièrement alimenter les nouvelles constellations mises en ligne à un rythme hebdomadaire.

Mais au fait, pourquoi les « Surgissantes » ? L’expression fait référence à ces petites fenêtres qui apparaissent de façon intempestive sur nos navigateurs, pour imposer des messages généralement publicitaires.  Tandis que ces Surgissantes-là, si elles créent aussi la surprise, ouvrent surtout des portes…

Pour voir les documents de Gallica dans les Surgissantes, rendez-vous ici ; pour voir toutes les ressources de la BnF dans les Surgissantes, rendez-vous .

Pour en savoir plus, une interview de Thomas Guillaud-Bataille, créateur et directeur éditorial des Surgissantes.

 

Nathalie Ryser, Délégation à la diffusion culturelle

 

Cette entrée a été publiée dans Collections, Services et nouvelles fonctionnalités, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Les Surgissantes : naviguer dans les étoiles du web

  1. zeb dit :

    Assez surprenant au premier coup d’œil, prometteur au second.
    J’ai aimé ce mode de classement graphique qui invite naturellement a l’exploration tout en définissant les thèmes abordés. On peut juste reprocher un certain « vide » qui correspond peut être encore au manque de données disponibles pour avoir une vison plus large et des capacité d’exploration plus étendues du système des surgissantes. Nul doute que le système risque de grandir et de se compléter …

  2. Berget dit :

    Ce type de  » mise en scène » existe depuis longtemps sur le site Pearltrees :
    http://www.pearltrees.com/
    Que ce soit pour des sujets très généraux ou plus Basiquement pour des sujets d’actualité.
    Chacun y est libre de faire ses propres perles avec des relations vers d’autres sites, de participer à des perles d’équipe.
    C’est particulièrement bien fait et avec des mises à jour régulières, une utilisation facile aussi sur tablette comme sur ordinateur.
    D’ailleurs il me semble que Gallica y participe déjà…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 7 = neuf

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>