1609-1709 Le siècle de Port-Royal

[dessin] / [Louis Boudan]
Veüe de l’Abbaye de Port Royal, de l’ordre de St Bernard, diocese de Paris, a une lieüe de Chevreuse et de Trapes, dans le Hurepoix // 1709 : [dessin] / [Louis Boudan]
Source: Bibliothèque nationale de France

L’année 2009 est une année importante dans l’histoire de Port-Royal des Champs, elle commémore le 4e centenaire de la « journée du guichet » et le 3e centenaire du départ des dernières religieuses.

- Le 25 septembre 1609, journée appelée « du guichet », la jeune abbesse, Angélique Arnauld, refuse l’accès du monastère à sa propre famille, rétablissant ainsi, la règle stricte de Saint-Benoît.

- Le 29 octobre 1709, c’est la date du départ des dernières religieuses de Port-Royal, qui sera suivie, deux ans plus tard de la destruction de l’abbaye.

Connaître et comprendre l’histoire de Port-Royal des Champs c’est à la fois lire les écrits historiographiques sur l’abbaye et sur le jansénisme mais aussi, et peut-être surtout, se replonger dans les textes fondamentaux de ceux qui ont donné à ce mouvement de la réforme catholique une telle notoriété.

Port-Royal, c’est tout d’abord le retour à la lecture des pères de l’église, principalement Saint-Augustin, dont les textes sont accessibles dans Gallica.

Vers 1635 l’abbé de Saint-Cyran devient le directeur spirituel du monastère et favorise la constitution du groupe des « solitaires » et inspire la fondation des « petites écoles ». Les « solitaires » est le nom donné aux hommes qui, au XVIIe siècle, ont choisi la vie retirée à Port-Royal des Champs.

Oeuvres de messire Antoine Arnauld, docteur de la maison et société de Sorbonne. Tome 26
Oeuvres de messire Antoine Arnauld, docteur de la maison et société de Sorbonne. Tome 26
Source: Bibliothèque nationale de France

Le courant janséniste avait l’idée, très présente, de laisser des traces notamment historiographiques (plans, archives, correspondances …), on peut citer Antoine Arnauld, le frère de la mère Angélique, et Pierre Nicole mais également Louis-Isaac Lemaistre de Sacy, également « solitaire » dont la traduction de la Bible a fait la renommée.

C’est également un centre intellectuel majeur avec une réelle fascination de penseurs et d’écrivains parmi lesquels nous citerons, Blaise Pascal, Jean Racine.

E gallicam in latinam linguam translatae, et theologicis notis illustratae ([Reprod.])
Litterae provinciales de morali & politica jesuitarum disciplina a Willelmo Wendrockio Salisburgensi theologo : E gallicam in latinam linguam translatae, et theologicis notis illustratae ([Reprod.])
Source: Bibliothèque nationale de France

Port-Royal apparaît comme un lieu de résistance au pouvoir royal de Louis XIV. C’est le 29 octobre 1709 que la police du roi évacue les quelques religieuses qui sont encore dans les lieux.

En 1909, pour commémorer le centenaire de Port-Royal, Augustin Gazier, publiait un recueil sur l’abbaye, Gallica nous en offre une édition plus récente, publiée en 1924.

Catalogues

Les 34 591 notices de la Bibliothèque de Port-Royal sont accessibles dans la base Patrimoine du Catalogue collectif de France et sur le site de la Bibliothèque de la Société de Port-Royal.

Bibliographie

Bremond, Henri: Histoire littéraire du sentiment religieux en France, tome 4, La conquête mystique: L’Ecole de Port-Royal. Paris, A. Colin, 1967.

Clémencet, Charles: Histoire littéraire de Port-Royal. Paris, Librairie de l’Union chrétienne, 1868.

Gazier, Augustin: Histoire générale du mouvement janséniste depuis ses origines jusqu’à nos jours. Paris, H. Champion, 2 tomes, 1924.

Cette entrée a été publiée dans Collections, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


4 + deux =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>