La cueillette des champignons en forêt

G. Sicard Histoire naturelle des champignons comestibles et vénéneux (1888)

G. Sicard, Histoire naturelle des champignons comestibles et vénéneux (1883)

Avec l’automne revient la saison de la cueillette des champignons en forêt.

Une cueillette éclairée

Au-delà de ce plaisir champêtre concret, Gallica nous permet aussi d’explorer assis devant notre ordinateurles nombreuses facettes de ces végétaux étranges et variés aux noms évocateurs : les bolets de Satan, mousserons, chanterelles,pleurottes, trompettes de la mort, truffes, amanites des Césars ou encore rosés des prés.

Comestibles ou pas ? C’est souvent la première question qu’il faut résoudre : l’ouvrage illustré du pharmacien G. Sicard, Histoire naturelle des champignons comestibles et vénéneux (1883)nous donne quelques clés.

On peut aussi se plonger dans l’histoire et retrouver les différentes étapes de la naissance de la mycologie en feuilletant les ouvrages précurseurs de Charles de l’Ecluse ou de Carl von Linné.

Au XIXe siècle, les avancées en matière de classification des champignons permettent une connaissance plus approfondie des champignons : les ouvrages savants de Magnus Elias Fries Observationes mycologicae… ou Les Champignons deMordecai Cubitt Cooke, notamment, sont consultables.

Plus près de nous,la mycologie en France s’est illustrée à travers les travaux de Lucien Quélet, tel l’Enrchiridion fungorum in europa media et praesertuim in gallia, ceux d’Adolphe Brongniart dans son Essai d’une classification naturelle des champignons ou Tableau methodique des genres rapportés jusqu’a present a cette famille, les ouvrages de Jean Noel Costantin encore de Charles Tulasne.

Enfin de nombreuses recensions des Annales des sciences naturelles (série botanique) ou de la Revue générale de botaniquecontiennent les découvertes d’Emile Boudier, de Fréderic Bataille ou Joseph–Henri Leveillé.

Délices ou poison

Aux joies de la cueillette généreuse, peuvent s’ajouter les délices d’une bonne fricassée ; les champignons, comestibles, peuvent être sublimés par la gastronomie au moyen de recettes inventives. Ils sont aussi fêtés par les poètes dans des sonnets gastronomiques comme « Les cèpes » de Charles Monselet (Le Plaisir et l’amour, 1865).

Mais la science nous a aussi appris à reconnaître les maladies issues des champignons : la Revue de pathologie végétale ou la monographie consacrée aux Maladies produites par les champignons parasites par le docteur Ducor les analysent ; ces maladies s’attaquent aux hommes mais aussi aux animaux ou aux végétaux, provoquant, par exemple, les dégâts du phylloxera sur le vigne décrits dans les Observations sur le phylloxera et les parasitaires de la vigne de Marie Maxime Cornu.

Aussi bien, si la cueillette sur site n’est pas toujours prolifique, n’hésitez pas à vous connecter sur Gallica pour en savoir plus sur les champignons !

Nathalie Aguirre – Direction des Collections, département Sciences et Techniques

Cette entrée a été publiée dans Collections, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


cinq × 2 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>