Plans et dessins d’architecture jésuite

Le « Recueil contenant tous les Plans originaux des Maisons, Eglises qui appartenoient à la Société des Jésuites » fut acquis à Rome en 1773, à la suite de l’abolition de la Compagnie par le pape Clément XIV, par le bailli de Breteuil. À la mort de ce dernier, en 1785, il est acheté aux enchères. Il disparaît ensuite, pour réapparaître quelques années plus tard dans les collections de l’architecte du comte d’Artois, François-Joseph Belanger, qui le remet au Cabinet des Estampes le mardi 18 mars 1788 sous la forme de cinq volumes folio, alors réunis sous l’intitulé « Piante di diverse fabbriche ». Il comprend plus d’un millier de plans et projets de bâtiments de la Compagnie de Jésus, datant principalement des XVIe et XVIIe siècles.

De cet ensemble rare, en cours de numérisation, il est aujourd’hui possible de consulter en ligne plus de 980 dessins couvrant largement les divers établissements et églises des assistances jésuites.

Collège de Münster, Allemagne : projet pour le nouveau Collège, vue cavalière, 1589 ; dessin, plan ; plume, encre brune et aquarelle ; 44 x 42 cm

La grande richesse de ces dessins d’architecture se manifeste autant par la multiplicité des lieux représentés (assistances de France,  d’Espagne et du Portugal, d’Italie, de Germanie et de Pologne) que par la variété stylistique, voire artistique, des vues proposées – l’établissement de ces plans, perspectives ou élévations revenant souvent à des hommes de l’art, à l’instar du père Tommaso Blandino, du frère Guiseppe Valeriano, du père François Derand ou du frère Martellange, notamment.

Étienne Martellange, L’église Sainte-Croix d’Orléans : aspect du portail du côté du cloître avant sa démolition le 21 Avril 1623 ; dessin ; mine de plomb, plume et encre brune, lavis brun et lavis d’encre de Chine ; 37,3 x 53 cm

Etienne Martellange, parmi eux, retient l’attention. Cet architecte et dessinateur est entré dans l’ordre des Jésuites en 1590, à Avignon, comme coadjucateur temporel ; l’on sait également qu’il séjourne un temps à Rome, et en revient autour de 1603. Dépendant à cette époque du provincialat jésuite de Lyon, il y a la charge d’inspecteur directeur des travaux. Il visite à ce titre nombre de collèges et bâtiments jésuites, profitant de ses déplacements pour dresser des plans et dessiner des vues de ville. Loué et reconnu par Henri IV comme « peintre et architecte remarquable », il prend part à la construction d’au moins huit collèges : ceux du Puy-en-Velay, de Vienne, de Moulins, de Vesoul, de Dijon, celui de La Flèche, le Noviciat de Paris et celui de Roanne. Il se retire en 1637 au Noviciat des Jésuites de Paris, où il meurt et est inhumé en 1641.

Outre ceux contenus dans le Recueil des plans d’édifices jésuites, le département des Estampes et de la Photographie de la BnF conserve, sous la cote RESERVE UB-9-BOITE FORMAT 4 et également disponibles en ligne sur Gallica, 176 dessins de Martellange. Caractérisés par l’usage d’un lavis bleu, et plus tard celui du sépia puis de l’encre de Chine, ils témoignent aussi de ce que leur auteur « voit précis, sinon élégant et habile », selon l’expression d’Henri Bouchot dans sa Notice sur la vie et les travaux d’Étienne Martellange.

Collège de Vesoul, France : carte schématique des bourgs et villages voisins de Vesoul dans un rayon de deux lieues ; dessin, plan, 1600-1605 ; plume, encre brune et aquarelle ; 41,5 x 31,7 cm

Pour davantage d’informations concernant Martellange, voyez également Le dessin en France au XVIIe siècle dans les collections de l’École nationale des beaux-arts, pp-38-46. Quant aux plans des bâtiments jésuites, ils ont fait l’objet d’un inventaire par Jean Vallery-Radot en 1960. Regroupées par assistances, les notices de chaque pièce ont été versées dans le catalogue général de la BnF grâce à une opération de conversion rétrospective menée par les équipes du département des Estampes.

Jude Talbot, département des Estampes et de la Photographie

Cette entrée a été publiée dans Collections, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Plans et dessins d’architecture jésuite

  1. OttavioColombara Celin dit :

    …C´est plus que fantastique : c´est réel!
    Est-ce qu´il y a, dans le corpus, référence aux constructions du P. Martin Schmid S.J. dans les Réductions des Chiquitos en Bolivie ? Merci d´avance pour votre service.Ciao.Ottavio

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


1 × = un

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>