Pour faire le portrait d’un Gallicanaute (version Facebook)

Au bout de deux ans d’existence, la page Facebook de Gallica vient d’atteindre les 15 000 fans. Après avoir donné la parole aux Gallicanautes, il est donc grand temps de lever le voile : qui suit Gallica sur Facebook ?


[Nu féminin debout drapé d'un voile bleu] : [photographie] / [Robert Demachy]
Source: Bibliothèque nationale de France

Le Gallicanaute ? Le fan de la page Gallica est plutôt… une femme. 53% des personnes qui « aiment » la page sont des femmes :

Si elle est française – un peu moins de 50% des Gallicanautes sur Facebook sont français –, elle aime aussi voyager, particulièrement en Europe, en Amérique du Nord et dans les pays francophones. Ses pays favoris : Italie (n° 2), États-Unis (n°3), Espagne (n°4), Belgique (n°5).
Elle a choisi comme lieu de villégiature Paris, comme 15% des Gallicanautes sur Facebook. Mais elle n’hésite pas à rendre souvent visite à ses amies à Tunis (n°2), Montréal (n°3), Lyon (n°4), ou Bruxelles (n°5).

Jetons maintenant un coup d’œil du côté des fans les plus actifs, ceux et celles qui font la promotion de la page Gallica. A nouveau, le Gallicanaute « militant » est… une Gallicanaute, puisque 61% de nos meilleurs promoteurs sont des femmes !

Comme le montre le graphique ci-dessus, les « Gallicactivistes » les plus nombreuses sont françaises – mais elles ont fait des émules en Italie (n°2), au Brésil (n°3), en Espagne (n°4) et aux Etats-Unis (n°5). Si l’on détaille par villes, la majorité habite Paris, mais des groupes importants se sont constitués à São Paulo (n°2), à Lyon (n°3), à Bruxelles (n°4) et à Marseille (n°5).
On dit souvent qu’un homme sur deux est une femme. Sur la page Facebook de Gallica, c’est… un peu plus, preuve qu’on ne naît pas Gallicanaute mais qu’on le devient !

Zoom sur les participants à l’énigme du vendredi

Chaque vendredi, la page Facebook de Gallica vous propose de participer à sa désormais célèbre Enigme du vendredi et de découvrir de manière ludique les trésors cachés dans Gallica. Ces rendez-vous hebdomadaires suscitent une émulation entre Gallicanautes qui se traduit par des commentaires dont nous vous donnons ici un aperçu :
- Gallicanaute joyeux : « J’ai gagné ! C’est bien la 1ère fois, d’habitude je me fais doubler par de véloces érudits gallicaphiles »
- Gallicanaute un peu grognon : « Mouai, encore faut-il qu’on vous laisse le temps de participer !!! »
- Gallicanaute un peu perdu : « Il me manque les émaux »
- Gallicanaute expert es reliures : « C’est le seul que je sors en entrant « reliure Henri IV » sur Gallica »
- Gallicanaute latiniste : « ça y est je sais, c’est « coluber » la couleuvre »
- Gallicanaute couturier : « Voilà ce que j’appelle la mode FROU FROU qui nous fait tant rêver »
- Gallicanaute qui réclame : « Allez quoi, un indice… »
- Gallicanaute paresseux : « Je suis épuisé ! »
- Gallicanaute farceur : « Karaté Kid » (NB : ceci n’est pas la bonne réponse)
- Gallicanaute décorateur : « la table à tréteaux était le comble de la modernité en 1919 ? (elle m’interpelle cette table :) ) »
- Gallicanaute historien : « Le Cardinal Richelieu. Il était l’équivalent du 1er ministre, non ? ;) »
- Gallicanaute féministe : « les tous premiers pas vers la parité »
- Gallicanaute (un peu) mauvais joueur : « La formulation de l’énigme était ambiguë je trouve… Ce qui ne m’empêche pas de dire bravo à S. qui avait répondu avant de toute façon ;) »

Cette entrée a été publiée dans Gallica et vous. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


× 5 = trente cinq

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>