Le livre d’heures de Jeanne de France est en ligne

Il y a quelques mois, la BnF a acquis le Livre d’heures de Jeanne de France, manuscrit enluminé du 15e siècle, classé Trésor national. Grâce à la générosité de plus de 1 700 particuliers, entreprises, fondations et associations, le manuscrit a rejoint les collections nationales et est conservé au département des Manuscrits. Désormais numérisé, il est accessible dans Gallica !

Un manuscrit royal sans équivalent dans les collections publiques françaises

Heures à l'usage de Paris [Heures de Jeanne de France] .

Jeanne en prière, détail du folio 285

En 2011, le ministre de la Culture et de la communication a déclaré Trésor national le Livre d’heures de Jeanne de France, un remarquable manuscrit royal enluminé sur vélin, réalisé en 1452, à l’occasion des noces de Jeanne de France, troisième fille du roi Charles VII. Ce petit volume (108 x 76 mm) se compose de 336 feuillets. Il s’agit de l’une des réalisations les plus exquises et les plus raffinées du règne de Charles VII. La qualité de l’exécution de cet ouvrage témoigne du rang royal de sa destinataire, Jeanne, promise au mariage avec le comte de Clermont, futur Jean II de Bourbon. Les armoiries peintes ne laissent aucun doute sur son identité, notamment l’écu en losange qui se détache sur un drap d’or ; le portrait de la princesse, en prière devant la scène de Mise au Tombeau, figure également dans l’ouvrage, folio 285. Enfin, la genette, petit animal domestique, se retrouve dans l’ouvrage liée par le col à l’initiale « J » par un amusant jeu de mots sur son prénom Jeannette, comme cela existe dans d’autres manuscrits qu’elle eut en sa possession.

Une décoration remarquable par sa richesse et son raffinement

La décoration peinte consiste en une série de 28 miniatures en pleine page illustrant les différents éléments du texte (lectures des Evangiles, prières à la Vierge, heures de la Vierge, psaume de la Pénitence, heures de la Croix) et de 37 miniatures plus petites figurant les différents saints invoqués dans les suffrages. L’ensemble des 336 feuillets s’accompagne d’un ravissant décor de bordures. Un calendrier illustré, où sont figurés les travaux des mois et les signes du zodiaque, complète cet ouvrage soigneusement calligraphié d’une extrême richesse.

Heures à l'usage de Paris [Heures de Jeanne de France] .

Au folio 3, le mois de mars

Le peintre qui a exécuté l’ensemble des peintures et des bordures, ainsi que la totalité du calendrier, est l’enlumineur anonyme qu’on appelle le Maître de Guillaume Jouvenel des Ursins. Ce manuscrit est assurément l’une de ses créations les plus raffinées.

Deux peintures (aux folios 263v et 270v) sont d’une autre main, caractéristiques de l’art de Jean Fouquet du fait de l’étonnante maîtrise spatiale. Jean Fouquet est considéré comme le plus grand peintre et enlumineur français du 15e siècle, une figure majeure de l’histoire de la peinture.

Connu des historiens de l’art uniquement d’après des reproductions en noir et blanc, ce manuscrit est demeuré en très bon état de conservation au sein de la collection privée de Victor-Prosper Martin Le Roy (1842-1918), important mécène et collectionneur de son époque. Il est désormais accessible à tous dans Gallica :

Cette entrée a été publiée dans Collections, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Le livre d’heures de Jeanne de France est en ligne

  1. JPG dit :

    >> Le livre d’heures de Jeanne de France est en ligne

    Certes, mais comme pour le manuscrit de Casanova, combien de personnes vont être intéressées ? Par intéresser, je pense « au delà de la simple curiosité » de voir un beau manuscrit à peintures ou un manuscrit d’écrivain.

    Pendant ce temps, combien de manuscrits microfilmés mais non numérisés dorment-ils dans les tiroirs ?

    Par exemple, le Cabinet des titres, sujet qui ne fait pas partie des priorités affichés du Département des manuscrits, mais qui intéresse bien plus de lecteurs que Jeanne de France ou Casanova.

    Même constat pour toutes les collections dites d’érudits du même département, ou pour les collections des provinces.

    En 1863, après la publication de la Bibliothèque héraldique de Guigard, Jules Antoine Taschereau, administrateur général, écrivait à son ministre de tutelle, qu’il ne voulait pas déprécier la science héraldique, et qu’il laissait au ministre le soin de lui assigner un rang dans les sciences historiques et à décider celui doivent occuper respectivement Tacite et Hozier.

    Illustration de la distortion entre l’offre et la demande, entre ce que croit devoir offrir la Bibliothèque et ce qui est attendu.

    Rien n’a changé.

  2. Bescond dit :

    Bonjour
    j’espère que Jeanne de France aura plus de chance qu’Anne de Bretagne, dont les grandes heures ont été mises en ligne aussi.
    Seulement, si on peut bien consulter le volume en ligne, il est en fait impossible de le télécharger. Il est donc non consultable sur une tablette…
    Et ça fait trop longtemps que ça dure, malgré bien des réclamations….
    Alors? et cette fois ?
    JB

  3. Roger Briottet dit :

    Je reside en Angleterre depuis fort longtemps et apprecie grandement cette possibilite de recevoir numeriquement ces tresors de la BnF. Merci.

  4. Jebulon dit :

    Non, il n’est pas impossible de télécharger le Livre d’Heures d’Anne de Bretagne, il faut juste de la patience.

    Et, pour répondre à JPG: moi.

    Moi, je suis « intéressé » par ce manuscrit.
    Donc, je suis ravi de pouvoir travailler dessus.

    Mais j’attends le reste aussi, bien sûr.

    Ceci dit, après avoir félicité tous ceux qui travaillent sur ces mises à disposition en ligne dans d’excellentes conditions pour le lecteur, je ne considère pas qu’il nous soit fait une « fleur »: ces documents nous appartiennent à tous, il est donc normal qu’ils soient disponibles, et gratuitement, bien sûr.

    Vous avez dit « service public » ?

    Merci et Bravo.

    J.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− 6 = null

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>