Duhamel du Monceau (1700-1782) : agriculture, forêt et marine au XVIIIe siècle

Henry Louis Duhamel, chevalier, Seigneur du Monceau et de Vrigny, de l'Académie royale des sciences etc., Inspecteur général de la Marine (portrait)

Henri-Louis Duhamel du Monceau, membre de l’Académie des Sciences, est resté dans l’ombre des encyclopédistes et de Buffon. Ses travaux méritent pourtant d’être reconnus.

La Description des arts et métiers, dont il reprend la direction en 1757, est abondamment utilisée par l’Encyclopédie pour rédiger ses articles scientifiques. Agronome réputé, il s’intéresse à la pomme de terre plusieurs années avant Parmentier. Il est également un des fondateurs de la sylviculture grâce à ses études sur les bois de marine. En effet, il est nommé inspecteur général de la Marine en 1739. Travailleur infatigable, il laisse des dizaines de traités scientifiques sur des domaines aussi divers que la pêche, la conservation des grains, le tartre, le raffinage du sucre ou la charbonnerie.

Originaire de la région d’Orléans et d’une famille nobiliaire, il hérite de la petite fortune de son père, ce qui lui permet de se consacrer à ses études. Il se forme au Jardin du Roi, ancêtre du Jardin des plantes, où il se passionne pour la chimie. Il installe chez lui un laboratoire pour ses expériences et s’associe à son frère avec lequel il travaillera toute sa vie. Il se penche sur l’étude des sels et parvient à séparer la soude de la potasse. Ces travaux lui ouvrent les portes de l’Académie des Sciences en 1728.

A la demande du chancelier d’Aguesseau, il se tourne vers l’agronomie en vérifiant la traduction d’un traité de Jethro Tull. Il vérifie également la validité des thèses de Tull en pratiquant des expériences scientifiques sur ses terres. C’est donc à la fois un praticien et un théoricien. Ces expériences débouchent sur son Traité de la culture des terres, repris dans les Eléments d’agriculture. Ces mêmes expériences aboutissent également à des propositions dans le domaine de la conservation des céréales ou de la culture de la pomme de terre.

 

Un autre domaine a fait la renommée de Duhamel du Monceau : la sylviculture. Il s’y penche par le biais de son Traité des arbres fruitiers.

Il est également sollicité par Machault d’Arnouville, secrétaire d’Etat à la Marine, préoccupé par la production de bois pour la construction navale.

 

De l'exploitation des bois (1764)

Cette démarche aboutit à un traité des forêts en cinq volumes : Traité des arbres et arbustes qui se cultivent en France en pleine terre (1755), La physique des arbres (1758), Des semis et plantations des arbres, et de leur culture (1760), De l’exploitation des bois, ou Moyens de tirer un parti avantageux des taillis, demi-futaies et hautes-futaies (1764), Du transport, de la conservation et de la force des bois (1767).

Néanmoins, son intérêt pour la Marine est antérieur à cette commande. Il est nommé inspecteur général de la Marine (1739) avant de créer une école de marine en 1741. Il offre au roi sa collection de maquettes de navires, qui sera à l’origine du Musée de la Marine. Ses traités les plus connus dans ce domaine sont les Eléments d’architecture navale (1752) et le Traité général des pesches et histoire des poissons qu’elles fournissent (1769-1782).

 

Traité général des pesches... (1769-1782)

 

Par la variété de ses centres d’intérêts et le grand nombre de ses publications, Duhamel du Monceau participe de cet inventaire du monde dont la postérité a surtout retenu l’Encyclopédie, sa grande rivale qui le dénigra tout en utilisant ses travaux.

 

Luc Menapace et Colette Blatrix, département Sciences et Techniques

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette entrée a été publiée dans Collections, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Duhamel du Monceau (1700-1782) : agriculture, forêt et marine au XVIIIe siècle

  1. Marcel dit :

    Bonjour,

    Les ouvrages sont un peu long à télécharger, mais quel plaisir de découvrir la qualité des ouvrages.
    J’ai feuilleté avec plaisir l’ouvrage « Des semis et plantations des arbres et de leur culture »

    Cordialement
    Marcel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


un + 3 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>