C comme Cabinet des titres

Tout au long du mois de juin, dans le cadre du Challenge AZ, nous vous proposons d’explorer les ressources disponibles dans Gallica pour la recherche généalogique. Aujourd’hui, découvrez le Cabinet des titres !

Ordonnance rendue sur les armoiries de la communaute des Tailleurs d'habits de la ville d'Aumale, 20 novembre 1696

Ordonnance rendue sur les armoiries de la communauté des Tailleurs d'habits de la ville d'Aumale, 20 novembre 1696

Le Cabinet des titres est composé de 6 800 volumes de pièces manuscrites (manuscrits Français 26485 à 31773). Il est à la fois constitué de copies et d’originaux, rassemblées pour leur intérêt généalogique au cours des XVIIe et XVIIIe siècles.

Le Cabinet des titres est constitué de six séries de documents généalogiques, classées par ordre alphabétique des noms de famille :

  • Pièces originales :  il s’agit pour l’essentiel de documents issus des archives de la Chambre des comptes de Paris, mais aussi d’actes notariés (3061 volumes, dont 53 numérisés et consultables dans Gallica).
  • Dossiers bleus : cette série rassemble des mémoires, notes et brouillons généalogiques, issus pour la plupart des cabinets de Charles d’Hozier et de François Roger de Gaignières (684 volumes, dont un numérisé et consultable dans Gallica).
  • Carrés d’Hozier : ce fonds est constitué de copies ou extraits d’actes divers (actes de baptêmes, contrats de mariage, testaments, contrats de vente, etc.) dressés au XVIIIe siècles (652 volumes).
  • Cabinet d’Hozier : ces volumes rassemblent des dossiers généalogiques constitués aux XVIIe et XVIIIe siècles par Pierre et Charles d’Hozier et mémoires généalogiques de François Roger de Gaignières (344 volumes).
  • Nouveau d’Hozier est un fonds qui rassemble des documents relatifs aux preuves dressées par les d’Hozier au XVIIIe siècle pour diverses places : Maison du Roi, Petites et grandes écuries, écoles militaires, maisons de saint Louis et de l’Enfant-Jésus, divers collèges et régiments (337 volumes).
  • Chérin : il s’agit d’un recueil de généalogies dressées au XVIIIe siècle par Bernard Chérin et ses successeurs lorsqu’ils vérifiaient les preuves de noblesse présentées pour l’admission aux Honneurs de la cour, aux Ordres du roi et à certaines places privilégiées (armée, marine, maisons civiles et religieuses) (214 volumes).

Le répertoire des séries généalogiques d’Ulysse Robert permet de savoir, pour chaque nom de famille, s’il figure ou non dans ces six séries.

Recherche du nom "Montmirail" dans le répertoire d'Ulysse Robert

Recherche du nom "Montmirail" dans le répertoire d'Ulysse Robert

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le guide du lecteur du département des Manuscrits.

Pour retrouver tous les billets du blog produits dans le cadre du Challenge AZ, voir ici.

Charles-Eloi Vial et Louis Jaubertie

Cette entrée a été publiée dans Collections, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à C comme Cabinet des titres

  1. C’est quand même impressionnant le volume de données utiles pour les généalogistes que l’on peut trouver sur Gallica. Ce « challenge AZ » est vraiment d’un grand cru, cette année, avec votre participation!

  2. JPG dit :

    Bonjour,

    Le Cabinet des titres est formé non pas de six séries, mais de sept.

    Les six premières ont ceci de commun d’être composées de dossiers classés par ordre alphabétique.

    La septième série, Français 31777-33264, nommée « Volumes reliés du Cabinet des titres » contient, en autres choses :

    Les preuves de noblesse pour l’École royale militaire (Français 32060-32099).
    Les preuves de noblesse pour les Pages de la Grande écurie du Roi (Français 32100-32109).
    Les preuves de noblesse pour les Pages de la Petite écurie du Roi (Français 31782-31788 et 32111-32117).
    Les preuves de noblesse pour les Demoiselles de St-Cyr (Français 32118-32136).
    L’Armorial général de France (Français 32146-32262).
    Des recueils de recherches de noblesse des différentres provinces de France.
    Des registres d’extraits de registre paroissiaux parisiens.
    Des armoriaux, français et étrangers.
    Des recueils de collectionnaures (Launay, Dom Villevieille, Dom Caffiaux, Dubuisson, Bremond, etc.)

    Cette septième série n’est donc pas à dédaigner.

    • Equipe Gallica dit :

      Bonjour,

      Vous avez tout à fait raison, et de nombreux volumes de cette septième série se trouvent dans Gallica. Nous ne l’avons pas abordée dans cet article car… nous allons le faire au cours du mois de juin !

      Cordialement,
      L’équipe Gallica

    • DELGRANGE dit :

      Attention, les recueils « Launay » sont à prendre avec énormément de prudence et de recul… Ils contiennent de nombreuses « inventions ». On sait que Pierre (+ 1694) et Jean (exécuté en 1687 à Tournai après avoir été condamné pour faux, usage de faux en « écriture publique »…) étaient des « marchands de merlettes ».

      Cordialement,

      Dominique Delgrange

  3. Bill Runcie dit :

    Bonjour, est-ce-qu’on va numériser bientôt encore des Cabinet de Titres pour les mettre sur Gallica web ?

    Cordialement

    Bill

  4. Plouich40 dit :

    Le Cabinet des Titres est déjà microfilmé en totalité, je crois.
    A quand la mise en ligne intégrale de ce fonds si précieux pour les chercheurs ?

Répondre à ElsasserWurtzle Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


3 + sept =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>