architecture

La BnF, comment la voyez-vous ?

8 décembre 2008

.

English version
Salle de lecture

Salle de lecture Labrouste

Quelle appréciation donneriez-vous, quelle description pourriez-vous faire aujourd’hui de votre Bibliothèque nationale de France ? Journalière, épisodique, encore impressionnante, entièrement à distance ? Comment vous l’appropriez-vous ? Envoyez-nous vos témoignages écrits, sonores, vidéos par message adressé à infoblog <at> bnf.fr [subject : témoignage]

Afin d’amorcer vos retours, nous vous proposons, en écho un peu lointain, quelques “clichés” historiques glanés en parcourant les ouvrages où la Bibliothèque (royale, nationale…) est citée, décrite, moquée parfois.

La Bibliothèque nationale
La salle de travail, à la Bibliothèque nationale, est un lieu pittoresque, d’une indéniable singularité. Dans le Paris moderne qui, chaque jour, se transforme, s’enlaidit, s’américanise et dépouille, avec une sorte de hâte furieuse, le peu qui lui restait encore de ses vieilles beautés ; dans le Paris de l’automobile, du téléphone, de la cohue et du pavé de bois ; dans le Paris de la Foire à l’Argent et de la Foire aux Vanités, ce coin garde encore un aspect de quiétude affable, de calme provincial. On y parle à voix basse. On y met en pratique les règles de l’urbanité. C’est un refuge où l’on peut fuir la ville trépidante et le contact des gens affairés. Les habitués se reconnaissent entre eux, d’un signe, d’un rapide salut. Chacun a son fauteuil, son coin de prédilection que nul ne lui dispute. Un monde bigarré se coudoie autour des pupitres et des casiers, chuchote dans les coins, journalistes, badauds, élèves de Normale, traducteurs, lycéens, bas bleu, compilant, à leur propre usage, des auteurs peu connus, vieux messieurs à bésicles et à manies, astrologues et besogneux qui viennent se chauffer. Puis, toutes sortes d’ecclésiastiques, cherchant, les uns des effets oratoires dans les sermonnaires en renom, les autres des textes pour la classe du jour suivant, depuis les moines déchaux et les précepteurs de bonne maison, jusqu’aux prélats que signale discrètement la ganse mauve de leurs boutonnières. (…)
[Laurent Tailhade, Quelques fantômes de jadis, Paris, 1920, p. 175-176] À suivre dans Gallica

Bibliotheque du roi
Ce monument du génie et de la sottise prouve que le nombre des livres ne fait pas les richesses de l’ esprit humain. C’ est dans une centaine de volumes environ, que résident son opulence et sa véritable gloire. Parcourez cet édifice : dans les allées de cette bibliotheque immense, vous trouverez deux cents pieds en longueur sur vingt de hauteur, de théologie mystique ; cent cinquante de la plus fine scolastique ; quarante toises de droit civil ; une longue muraille d’ histoires volumineuses, rangées comme des pierres de taille, et non moins pesantes ; environ quatre mille poëtes épiques, dramatiques, lyriques, etc. Sans compter six mille romanciers, et presque autant de voyageurs. (…)
[Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, Amsterdam, 1782, chapitre 194, p. 308-309] À suivre dans Gallica

Promenade à la bibliothèque royale
De tous les monumens de Paris, le plus curieux, le plus intéressant et le moins fréquenté par l’immense majorité de sa population c’est incontestablement la bibliothèque royale ; vaste dépôt des connaissances humaines, véritable tour de Babel où règne la confusion des langues, et qu’ont néanmoins élevée les plus beaux génies de toutes les nations et de tous les siècles. Je ne m’étonnerais point qu’ un pareil établissement ne fût habituellement fréquenté que par la classe studieuse qui vient puiser à cette soure profonde une instruction qu’elle ne peut trouver ailleurs ; mais je suis toujours surpris que le seul attrait de la curiosité n’y amène pas de tems en tems cette foule de gens désoeuvrés pour qui tout est spectacle dans la capitale. (…)
[Étienne de Jouy, L'Hermite de la Chaussée-d'Antin ou Observations sur les mœurs et les usages parisiens au commencement du XIXe siècle, Paris, n° 68, 14 avril, t. III, p. 141] À suivre dans Gallica

[English]
How do you feel about it ? What is your appreciation of “your” BnF (French National Library) ? Easy going, too big, every day task or by internet only ? Send us your testimonies (texts, sounds, videos) through a message to infoblog <at> bnf.fr [subject : testimony]

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2008/12/la-bnf-comment-la-voyez-vous/trackback/

 

Laissez un commentaire