Manifestations

Certains m’appellent l’Eucratideion

16 décembre 2008
Monnaie d'Eucratide Ier : "Eucratideion". Droit : Buste du souverain

Monnaie d Eucratide Ier. Droit : Buste du souverain

Certains m’appellent l’Eucratideion. Je suis une médaille d’or, non je ressemble à une médaille, mais en fait je suis une pièce d’un poids exceptionnel, 169,20 g d’or pur, d’un diamètre de 58 mm. Je vaux 20 statères. J’ai été conçu dans l’un des ateliers monétaires d’un roi qui a laissé quelques traces dans l’Histoire, Eucratide, dernier roi de Bactriane. Le souverain qui a ordonné ma frappe, dans les années 170-150 avant votre ère, a sans doute voulu faire de moi un présent royal, comme de vos jours on offre aux puissants une clé symbolique de la ville qu’ils visitent.

Au droit, on m’a représenté casqué. J’ai l’air assez ridicule, coiffé d’un attribut que ne renieraient pas certains coloniaux britanniques. Au revers, chevauchent les Dioscures. Celui qui a gravé le coin de revers est tellement médiocre - difficile de l’appeler un artiste – qu’il a dû s’y reprendre à deux fois : il a commencé à poinçonner mon nom horizontalement au-dessus de Castor et Pollux avant de s’apercevoir qu’il n’y avait pas assez de place, a bouché la gravure et a recommencé en suivant la courbe du flan.

Monnaie d Eucratide Ier. Revers : Dioscures

Monnaie d Eucratide Ier. Revers : Dioscures

Pourtant je suis un fantasme numismatique. Je suis entré dans les collections de la Bibliothèque impériale le 18 juillet 1867. L’un des lointains prédécesseurs du directeur actuel, Anatole Chabouillet, me présente comme « une monstruosité numismatique ». Le British Museum n’a pas voulu m’acheter, ne croyant pas à mon authenticité. Le Cabinet impérial, par l’intermédiaire de ses fournisseurs patentés, les experts Rollin et Feuardent, n’a, lui, pas hésité à m’acquérir pour la modique somme de 30 000 francs ! sur autorisation spéciale du ministère de l’Instruction publique.

Depuis je suis une des pièces phares de ce grand Cabinet.

Michel Amandry (BnF)

Source images : Bibliothèque nationale de France
images.bnf.fr

En savoir plus :

- sur le département des Monnaies, médailles et antiques

- en visiter le Musée dont l’entrée est gratuite

- s’inscrire au cycle d’initiation aux collections Histoire(s) de monnaies et médailles, offrant une série de six conférences du 6 janvier au 10 février 2009, de 18h 30 à 20h, à Richelieu, salle des commissions. L’entrée est libre sur inscription obligatoire au 01 5379 4949. Conférences par des conservateurs du département, associées à des visites des collections.
1. la monnaie grecque - 2. Rome et les Gaules - 3. l’art de la médaille - 4. la Chine et son empire - 5. du sou à l’euro - 6. le jeton royal.
Télécharger la fiche d’information sur le cycle.

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2008/12/monnaie-grecque-eucratideion-histoires-de/trackback/

 

Laissez un commentaire