BnF, architecture

Quatre tours et une passerelle

4 décembre 2008


© Photo Alain Goustard/BnF

Depuis la désignation de Dominique Perrault comme architecte de la Bibliothèque de France, devenue en 1994 Bibliothèque nationale de France, la situation a beaucoup changé. Les polémiques autour du bâtiment se sont, pour la plupart, tues. Lecteurs, visiteurs et personnels ont appris, parfois avec quelques difficultés, à se repérer dans un nouvel environnement, à en percevoir les aspects positifs et à vivre dans un lieu désormais inscrit dans le paysage urbain parisien. Bateaux et cars de tourisme ont inscrit une nouvelle station dans leurs itinéraires-promenades. La passerelle Simone de Beauvoir, 37e pont de Paris, dessinée par Dietmar Feichtinger, enjambe la Seine depuis l’esplanade de la BnF pour plonger vers le parc de Bercy et la Cinémathèque française. Tout le quartier Paris Rive Gauche est l’objet d’une opération d’aménagement de grande ampleur. Le bâtiment de la Bibliothèque nationale de France en a été l’un des premiers équipements réalisés.

Au-delà du « geste architectural » qui a marqué les années 1990, le bâtiment du site François-Mitterrand de la BnF doit pouvoir être resitué dans la lignée des nombreux architectes reconnus ayant attaché leur nom à la conception de bibliothèques. Citons ainsi, en France, Paul Chemetov (Montpellier), Pierre Riboulet (Limoges), Christian de Portzamparc (Rennes) ; à l’étranger, Rem Koolhaas (Seattle), Jan Kaplicky (Prague), Richard Meier (La Haye)… D’autres questions se posent aujourd’hui, liées à l’organisation de l’établissement, à sa nécessaire évolution pour s’adapter aux mutations de l’environnement, à la refondation des espaces situés en « haut-de-jardin », au développement durable…

Odile Faliu (BnF)

En savoir plus : la BnF en images

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2008/12/quatre-tours-et-une-passerelle/trackback/

Commentaires (12)

  1. Mais si, la polémique continue sur les questions d’architecture !
    Après une après-midi en salle M plombée par le soleil, je n’y tenais plus. Aussi ai-je lâché sur ma page web un article méchant sur un petit détail d’astronomie élémentaire que l’architecte semble avoir négligé, et quelques autres.
    http://www.mezetulle.net/article-28759466.html
    Complètement droguée à la BnF (objet d’attachement passionnel, maniaque et donc ambivalent), j’espère pouvoir me délecter à en dire du mal encore longtemps - tant que j’aurai la force de pousser les lourdes “lourdes” menant aux salles de recherche !

    Merci pour ce blog, bien cordialement à vous.

  2. Il ne semble pas, en effet, que l’on puisse dire que toute polémique a disparu. Lorsqu’on contemple l’escalator qui ne roule pas, du Tati avant l’heure, ou que l’on doit parcourir des kilomètres parce que l’accueil de la tour Ouest a fermé…. non, rien ne change dans l’absurdité de la conception de ces architectes et au moment où des architectes de la même trempe préconisent, sans honte, la destruction du grand escalier d’honneur de la rue de Richelieu (inscrit à la liste supplémentaire des Monuments historiques) parce qu’il ne serait pas “fonctionnel”…. ON CROIT RÊVER !

  3. Merci pour votre commentaire et l’intérêt que vous témoignez pour la rénovation du site Richelieu.

    Le quadrilatère Richelieu est un ensemble architectural composite qui s’est constitué depuis le XVIIe siècle, avec au début des ajouts, puis progressivement plusieurs démolitions — de logements privés, de parties de bâtiment — pour permettre de nouvelles constructions, comme la salle Labrouste ou la salle Ovale. Plusieurs architectes prestigieux ont associé leur nom à ce lieu : François Mansart, Robert de Cotte, Henri Labrouste. La rénovation du quadrilatère est une opération complexe que la maître d’oeuvre envisage de manière globale et très respectueuse de son histoire architecturale. Bruno Gaudin cherche à redonner de la lisibilité, de la lumière, de la fluidité à des espaces qui peuvent avoir perdu, au cours des décennies et à la suite de modifications successives, leur monumentalité.

    En ce qui concerne l’escalier du grand hall, il faut savoir qu’il a remplacé un précédent escalier construit par Robert de Cotte. Au moment des travaux entrepris par Labrouste, plusieurs escaliers ont été imaginés avec beaucoup de difficultés et de repentirs à cet endroit-là, à la place de l’escalier de Robert de Cotte. C’est finalement Jean-Louis Pascal qui l’a réalisé, sur des plans conçus par Labrouste mais le dessin n’a rien de lui. L’escalier a été terminé en 1917 et s’adossait à l’époque à un mur car il était en fond de hall. Le hall a ensuite été agrandi, mais l’escalier est resté à son emplacement. Ces partis pris successifs expliquent l’anomalie que représente l’escalier du point de vue de l’occupation de l’espace : massif, obstruant la perspective, il cache l’entrée de la salle Ovale. L’entrée de cette dernière devait, au départ, se situer rue Vivienne où l’on peut encore voir aujourd’hui une porte monumentale qui n’est pas utilisée par le public. Le “démontage” de cet escalier fait l’objet d’une procédure en bonne et due forme avec les services compétents des Monuments historiques.
    D’autres billets seront prochainement consacrés au quadrilatère Richelieu dans le Blog Lecteurs.

  4. En réponse à Catherine Kintzler, je suis heureux de constater qu’il suffirait JUSTE de remplacer un tapis roulant par un escalator, d’ajouter d’autres pare soleil sur une seule des façades du RDJ et 2 blocs sanitaires au milieu de chacun des longs côtés (la tirade sur le métro étant mensongère puiqu’il y est plus près qu’à Richelieu…, et l’esplanade pas plus ventée que la place de la Bastille), pour contenter tout ces vieux grincheux dépourvus de toute sensibilité artistique contemporaines qui vomissent depuis trop longtemps sur l’oeuvre de l’un de nos plus grands architectes, plébiscité récemment à Séoul, Luxembourg ou Vienne, etc…, et qui est bel et bien, n’en déplaise à ceux-ci, comme l’avait prédit Mitterrand et comme le reconnaîtra l’histoire, la plus moderne et la plus belle bibliothèque nationale contemporaine. On aimerait juste que l’INGRATE direction de la BN n’appartiennent pas à cette même catégorie, un comble…, vu qu’il n’y a aucun reportage architectural de photos digne de ce nom sur le site internet (dans “cadre architectural”), pas même une photo des 7 oeuvres monumentales dans “création contemporaine”. C’est dire combien la bêtise est contagieuse et universelle !!

  5. La page d’accueil du nouveau site de la Bibliothèque permet aux visiteurs internautes de découvrir la diversité architecturale de ses différents sites. Elle est évoquée par les images qui se succèdent en carrousel.
    Vous pourrez noter également que la rubrique La BnF en images, dans le chapitre “Les sites” rend également justice à l’architecte Dominique Perrault en montrant de nombreux aspects du bâtiment, que ce soit par le biais du film institutionnel, ou dans la visite virtuelle du site F.-Mitterrand.
    Rappelons enfin que le blog sur lequel les commentaires en réaction à ce billet ont été déposés est conçu comme un lieu d’échanges. Il est ouvert aux témoignages des lecteurs qui souhaiteraient écrire un billet sur tel ou tel aspect de la bibliothèque. Aussi, pourquoi pas sur l’une des œuvres d’art en question, qui vous aurait touché particulièrement ?
    Pour proposer votre contribution, merci d’envoyer un message à l’adresse électronique infoblog (at) bnf (point) fr. Plus de détails dans cette page !

  6. Je remercie l’équipe du blog d’avoir répondu à mon message volontairement choquant pour qu’ils réagissent :+)

    Je ne parle pas de FUGACES images de vidéos qui n’en fixent en fait aucune en particulier pour son exemplarité.
    Je parle des 4 ou 5 malheureuses photos présentées dans la rubrique “cadre architectural”
    IL FAUT ABSOLUMENT PRESENTER :
    TOLBIAC :
    - une photo du jardin vu depuis le petit côté avec les tours au fond (la plus belle QUI A TOUJOURS MANQUEE AU SITE WEB…);
    - une photo de la BNF prise presque dans l’axe de la passerelle Simone de Beauvoir ;
    - une photo des 4 tours éclairées au crépuscule vues de biais depuis le bout du pont de Tolbiac par exemple ;
    - une photo de la cage d’escalier maillée de descente aux enfers… vers le RDJ :+) ;
    - une photo des salles du RDJ avec les mezzanines suspendues ;
    BREF, AU MOINS les 5 photos EMBLEMATIQUES du monument, ce qui n’était pas le cas… ;
    + toutes les photos de détails que vous voudrez, dont le mobilier design de Perrault (chaise “Lenio”, doubles lampadaires “M.A.”, mailles de métal, etc…)
    - 2 ou 3 images des oeuvres monumentales d’art contemporain du HDJ (de mémoire : Garouste, Bourgeois, Lichtenstein, Raysse, etc…) ;
    - Les globes de Louis XIV ;
    RICHELIEU :
    - une photo de l’hôtel Tubeuf ;
    - une photo de la cour d’honneur de Robert de Cotte ;
    - 3 ou 4 photos intérieures de la galerie Mazarine, de la chambre de Mazarin, du salon d’honneur, etc… ;
    - les photos des 2 magnifiques salles de lectures de Richelieu en demandant par exemple son autorisation à Ahmet Ertug exposé récemment à Tolbiac pour :
    http://www.lefigaro.fr/medias/2009/05/07/20090507PHOWWW00226.jpg
    http://www.lefigaro.fr/medias/2009/05/07/20090507PHOWWW00225.jpg
    UNE VINGTAINE peut suffire pour présenter les 2 sites exhaustivement sous leur MEILLEURS ASPECTS à condition de les choisir judicieusement, plutôt que de le faire incomplétement ou avec doublons… comme c’était le cas.
    Merci

  7. Messieurs de l\’équipe du Blog,
    Pour paraphraser Lafond ci-desssus ON CROIT REVER. Vous avez censuré mon message d\’hier et bien je le reposterai lundi. Quel comble qu\’une institution qui nous abreuve à longueur d\’année d\’expos de photographies au HDJ de Tolbiac et à la galerie Mansart soit incapable d\’aprécier l\’intérêt artistique de PHOTOGRAPHIES présentant succinctement et judicieusement la BNF en quelques images emblématiques d\’introduction. IL FAUT 1 Heure pour consulter entièrement les 2 visites virtuelles et tomber sur ces images de manière DECOUSUE!
    Message archivé ailleurs…

  8. Repostage annoncé :
    Il est tant en effet de rendre justice à l’oeuvre de Dominique Perrault, après que pendant près de 10 ans le site web de la BNF n’en ait quasiment présenté aucune image. Mais, il faut 1 heure pour consulter entièrement les 2 visites virtuelles. Une introduction de quelques photos, à prétention artistique, exposant en un coup d’oeil les images les plus emblématiques de la BNF qu’ont en tête les amateurs d’architecture et de design et d’art s’avère donc nécessaire, car ils ne peuvent les retrouver que de manière fugaces au détour des vidéos ou décousue et même incomplète pour les photos présentées.

    PAR EXEMPLE : TOLBIAC :

    - une photo du jardin prise depuis le petit côté avec les tours au fond (la plus belle, alors qu’elle n’a jamais figurée dans le site : la visite virtuelle coupe à l’instant même où la caméra se tourne depuis le tapis roulant vers cette perspective et la vue depuis le sol du jardin est trop basse) ;

    - la BNF presque dans l’axe de la passerelle Simone de Beauvoir pour apprécier aussi l’oeuvre de Dietmar Feichtinger ;

    - les 4 tours éclairées au crépuscule de biais depuis le bout du pont de Tolbiac (copier celle de cette page) ;

    - la cage d’escalier maillée menant au RDJ (outre celle de la Visite virtuelle) ;

    - le RDJ avec les mezzanines suspendues (outre celle de la Visite) ;
    BREF les 5 photos les plus emblématiques de l’architecture du monument sans avoir à parcourir le site et le blog de long en large pour les retrouver.

    - 2 ou 3 photos des oeuvres principales présentées comme les globes de Louis XIV (outre celles de la visite) et des oeuvres contemporaines monumentales (de mémoire : Garouste, Bourgeois, Lichtenstein, Raysse, etc…) ;

    et quelques photos intérieures (grand couloir, etc…) et du design de Perrault (chaise “Lenio”, double lampadaire “M.A.” et lampe regroupées sur une photo, détail de mailles).

    Idem pour RICHELIEU :

    - hotel Tubeuf et cour d’honneur de Robert de Cotte (outre celles de la visite) et quelques photos intérieures (galerie Mazarine vide…) et plafond de la chambre de Mazarin, salon d’honneur (outre celles de la visite) ainsi que les 2 magnifiques salles Labrouste et ovale éventuellement en demandant son autorisation à Ahmet Ertug récemment présenté à Tolbiac : 11e et 12e photos dans la galerie de : http://www.lefigaro.fr/photos/2009/05/07/01013-20090507DIMWWW00539-temples-du-savoir.php

    et si possible : la perspective de la galerie du musée de l’opéra, la façade Sud de l’Arsenal de Boffrand avec sa salle de lecture, la chambre et le cabinet de la maréchale de la Meilleraye, le château de Sablé sur Sarthe et l’hôtel de Crochans d’Avignon.

    BREF le choix le plus judicieux possible de moins d’une trentaine de photos, de préférence à prétention artistique, les plus EMBLEMATIQUES de la BNF et SURTOUT en UN SEUL coup d’oeil.

    Merci
    (copie)

  9. UN CHOIX JUDICIEUX.
    je donne un exemple, qu’est-il plus judicieux de présenter en 2 photos seulement :
    - les 2 globes de Coronelli vus dans leur contexte du grand hall Ouest ou
    - 1 détail de l’un des globes ?
    et :
    - une vue générale de l’esplanade ou
    - un gros plan sur l’aileron saillant d’un tapis roulant ?

  10. cher Monsieur,
    vos webmestres dévoués et attentifs ont publié ce jour même, tous à la suite, vos derniers commentaires. Quoiqu’en puisse laisser imaginer le terme d’ “équipe du blog”, ils ne sont cependant pas si nombreux et il leur arrive de prendre un jour de congé.
    Les commentaires étant modérés sur ce blog, ils ne peuvent être visibles en ligne immédiatement.
    Toutes vos suggestions d’images à sélectionner pour mettre en valeur la Bibliothèque nationale de France sous ses différents aspects témoignent de votre attachement à cette institution que vous connaissez sans doute fort bien. Après, bien sûr, on peut discuter de la manière dont la Bibliothèque représente tel ou tel aspect, mais il s’agit de choix éditoriaux. Il n’y a pas une seule manière de montrer et de découvrir ces lieux. Livres ou revues, visites, site web, photographies… Le site institutionnel a été récemment renouvelé, ses pages sont plus souvent illustrées qu’auparavant. Le magazine Chroniques de la BnF, en ligne, est également une publication utile pour connaître l’institution et son actualité.
    Dans ce blog, nous essayons d’évoquer des aspects variés : architecture, collections, coulisses, services, etc. Nous vous remercions de vos suggestions qui nous sont une incitation à écrire et publier de nouveaux billets sur les sujets qui vous intéressent et pourront intéresser d’autres internautes. O. F.

  11. Chère équipe du blog
    Je vous remercie de votre réponse. Je comprends maintenant que les messages sont enlevés pour contrôle de modération puis remis dans le blog. Ce hiatus peut toutefois induire en erreur les novices…
    Vous aurez compris que je sollicite seulement qu’en ce qui concerne la page du site introduisant à l’architecture de la BNF, et sur cette page dédiée seulement, soit offert le choix le plus judicieux et complet de photographies de la BNF, qui la présente de la manière la plus RAPIDE, la plus succincte et la plus pertinente possible. Quelques jours après mon premier message les 4 ou 5 photos existantes de cette page ont été supprimées au profit des visites virtuelles. Le résultat de mon envoi a donc été un amoindrissement informatif au lieu d’un résumé photographique rapide et efficace d’intro.
    Sinon, je n’avais rien d’autre à dire sur le blog et le site de la BNF et je me réjouis que les illustrations des bâtiments s’y soient enfin multipliées depuis peu pour rendre enfin hommage à D. Perrault.
    Cordialement.

  12. lisez des “visites virtuelles existantes”

 

Laissez un commentaire