BnF, Les coulisses

Des nuées d’étourneaux au crépuscule

30 janvier 2009
Etourneaux autour de la BnF janvier 2009 © Sylvie Boufflet

Etourneaux autour de la BnF janvier 2009 © Sylvie Boufflet

Depuis novembre 2003, le jardin central de la Bibliothèque nationale de France, sur le site F.-Mitterrand, sert de dortoir aux nombreux étourneaux migrateurs qui ont choisi de passer leurs hivers en Ile-de-France.

Ces groupes d’oiseaux ont pu atteindre 20 000 individus, selon un comptage effectué en février 2004. Leur nombre a été moins important les années suivantes, entre 5 000 et 12 000 individus et leur arrivée plus tardive, vers la mi-décembre.

La présence de ces oiseaux en grand nombre (supérieur à 5 000), et sur une longue période (supérieure à deux mois), est néfaste à l’équilibre du jardin. Les déjections accumulées sur le sol en augmentent l’acidité et celles déposées sur les épines des grands pins risquent fort de nuire à ces arbres.

Deux nichoirs ont été installés en mai 2004 en haut de la Tour des Lois, en partenariat avec la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), afin d’attirer des faucons pèlerins, prédateurs entre autres des pigeons ramiers et des étourneaux, dont la présence dissuaderait l’installation hivernale des étourneaux dans le jardin.
En attendant l’arrivée des pèlerins — un couple a été repéré à 10 km de Paris — la BnF fait appel à une société d’effarouchement, qui lâche des rapaces (buses ou faucons) pour chasser les étourneaux, quand les seuils sont dépassés.

La présence opportune d’un épervier, repéré dans le jardin, donne un aperçu de l’efficacité d’un rapace implanté spontanément sur le site. En effet, cette année, les premiers vols importants d’étourneaux, entre 3 à 4 000 individus, ont été remarqués au dessus du jardin après le 13 janvier, donc un mois plus tard que les années précédentes. Il est possible que l’épervier ait retardé le phénomène d’installation des oiseaux migrateurs dans le jardin de la bibliothèque, en dissuadant les premiers étourneaux, moins nombreux.

Sylvie Boufflet (BnF)

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2009/01/des-nuees-detourneaux-au-crepuscule/trackback/

Commentaires (4)

  1. Je trouve cela très intéressant comme article, c ar mes amis et moi faisions la queue au mois de janvier, un dimanche, sur le parvis, et nous avons vu cette nuée d’oiseau, nous demandant ce que c’était et pourquoi ils étaient la. Merci pour la réponse.

  2. La nature est partout et nous en faisons partie. Merci pour cette information intéressante car j’avais remarqué cette nuée qui tout à coup, en piaillant, c’était abattue sur le jardin. La BNF vue comme un super nid, voilà qui est inattendu. Nid pour les oiseuax, nid pour les étudiants et chercheurs.

  3. Pas trop d\’éperviers tout de même ! Ma fille et moi nous réjouissons tous les soirs de ces vols fous et de ces invasions sauvages dans nos paysages urbains.
    Peut-on avoir plus d\’infos ? Pourquoi ces rassemblements ? Dorment-ils à la bibliothèque ? Merci d\’avance.

  4. Merci pour votre témoignage qui nous donne l’occasion d’un nouveau billet, à publier très prochainement.

 

Laissez un commentaire