Les coulisses

Le jardin interdit

16 avril 2009
Labyrinthe du Jardin des plantes, belvédère - BnF, Estampes et photographie

Labyrinthe du Jardin des plantes, belvédère - BnF, Estampes et photographie

Inspiré de la Genèse, le thème du jardin interdit est une figure traditionnelle de l’imaginaire occidental. En témoigne le colloque organisé en 2006 par le Centre de recherches révolutionnaires et romantiques à Clermont-Ferrand sur « Jardins et intimité dans la littérature européenne (1750-1920) » qui a donné lieu à une publication récente sous la direction de Françoise Leborgne. Elle met en lumière les rapports intimes qu’entretiennent jardins et secrets dans l’histoire de la fiction.

Le jardin de la Bibliothèque nationale de France sur le site François-Mitterrand est donc inévitablement l’objet de nombreux fantasmes : c’est du jardin que partait l’échelle de Jacob installée par Thierry Dreyfus lors de la Nuit Blanche de 2006. On y trouve des animaux égarés, chats ou lapins arrivés là par on ne sait quel miracle, et disparaissant parfois tout aussi mystérieusement (les lapins ont été exfiltrés et installés confortablement dans le Bois de Vincennes). Il attire les oiseaux, étourneaux ou éperviers. Mais seuls les jardiniers ont le droit d’y pénétrer, en dehors d’occasions exceptionnelles, comme en 2007 lors de la Fête des Jardins ou récemment lors de la Semaine du Développement durable.

Vue aérienne du quadrilatère Richelieu, 75002 Paris - © IGN

Vue aérienne du quadrilatère Richelieu, 75002 Paris - © IGN

Il est une sorte d’île où les chercheurs du Muséum d’histoire naturelle, nos voisins, viennent étudier la biodiversité : si les grosses bêtes y sont rares, les bestioles et les plantes y pullulent à l’aise. On ne va pas jusqu’à y photographier les fées, comme la dame anglaise qui avait su abuser Conan Doyle au point qu’il publia dans les années vingt un livre intitulé The coming of fairies. Une de ses images figure dans l’exposition Controverses, sur le site de Richelieu. Profitez de la visite pour découvrir l’autre jardin de la BnF, auquel on accède librement. Vous pourrez y saluer la statue de « Jean-Paul Sartre marchant sous la pluie », représenté en bronze, à taille humaine et à votre hauteur, par Roseline Granet. Dépêchez-vous, le jardin commence à être envahi dans le cadre des travaux de rénovation qui ont enfin commencé dans le site.

Si les vrais jardins de la BnF sont soit inaccessibles soit provisoirement encombrés, c’est dans ses collections qu’ils fleurissent de toutes parts. Sans vous déplacer, vous pouvez à partir du site internet visiter ses bibliothèques virtuelles, textuelles et iconographiques.

Portrait de groupe dans un jardin - BnF, Estampes et photographie

Portrait de groupe dans un jardin - BnF, Estampes et photographie

Bibliothèque numérique Gallica
Vous connaissez bien sûr Gallica : si vous tapez « jardin* » sur la page d’accueil, vous aurez accès à plus de 24 000 résultats.

Mandragore
Vous trouverez des enluminures dans la base Mandragore, moins connue peut-être que Gallica. La recherche par le descripteur « jardin » ou « jardinier », y renvoie à près de 200 références, dont 91 sont accompagnées d’images numérisées. Mais le plus beau est l’abécédaire auquel on accède par l’entrée « botanique » dans le classement thématique. D’abricotier à violette, en passant par clinopode, dauphinelle, lampourde, panicaut, Mandragore, la base des enluminures de la BnF, vous invite à un parcours infiniment raffiné d’images de plantes dans les manuscrits orientaux et occidentaux.

Valerius Corvus bêchant son jardin - BnF, Manuscrits, Français 289, f. 397

Valerius Corvus bêchant son jardin - BnF, Manuscrits, Français 289, f. 397

Banque d’images de la BnF
Si vous souhaitez vous procurer des images de jardins, la recherche sur la banque d’images vous en propose plusieurs centaines.

Éditions de la BnF
Et les éditions de la Bibliothèque nationale de France publient des ouvrages qui permettent des parcours thématiques dans les collections. Voir par exemple : l’Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle qui propose dans le volume 15 les jardins anglo-chinois de Georges Louis Le Rouge présentés par Véronique Royet. Dans Eden : le jardin médiéval à travers l’enluminure, XIIIe-XVIe siècle, Marie-Thérèse Gousset explique la symbolique du jardin médiéval.

Mais le mieux sans doute est de nous rendre visite pour y trouver encore beaucoup plus ! La suite au prochain numéro.

Caroline Rives (BnF)
______

Source images : Bibliothèque nationale de France
gallica.bnf.fr Labyrinthe - Portrait de groupe
mandragore.bnf.fr
images.bnf.fr

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2009/04/le-jardin-interdit-images/trackback/

 

Laissez un commentaire