Ailleurs, BnF, Histoire

La BnF au verre !

17 juillet 2010
Souffleur de verre (détail) - BnF, Manuscrits, Français 9136, f.292v

Souffleur de verre (détail) - BnF, Manuscrits, Français 9136, f.292v

Alors que la Bibliothèque nationale de France se met au vert en prenant ses quartiers d’été, dégustons un verre de la Verrerie de la Gare.

Les piétons marchant le long du Quai de la Gare pour entamer l’ascension des emmarchements de la BnF, savent qu’une verrerie a occupé les lieux en lisant la “sucette Decaux” dessinée par Philippe Starck.

La verrerie Saget
Au lieu dit “les Ajoux”, sur un terrain de près d’un hectare et demi, acquis le 29 août 1792 par Jean André Saget de Maker pour 14 040 livres, est fondée la Verrerie de la Gare ou verrerie Saget. Le terrain provenait auparavant de l’abbaye de Saint-Victor fondée en 1110, située sur la montagne Sainte-Geneviève. Réputée pour sa bibliothèque, l’abbaye venait d’être supprimée en 1790.
Après avoir été régisseur de la Verrerie Royale de Sèvres créée par la Marquise de Pompadour, Saget se lance dans une fabrique de bouteilles en fondant une société dont il est le directeur en en possédant un sixième des parts. Rappelons pour la petite histoire qu’avant la Révolution, non loin de la manufacture de Sèvres, les îles Rocherel (au pied de Saint-Cloud), Saint-Germain et Seguin appartenaient aussi à l’abbaye de Saint-Victor.

Emplacement de la Verrerie Saget (détail carte)

Emplacement de la Verrerie Saget (détail carte)

L’image ci-contre où est localisée en rouge la Verrerie Saget est un détail de la Carte topographique des environs de Versailles, dite des chasses impériales levée et dressée de 1764 à 1773 par les ingénieurs géographes… commandés par feu Mr Berthier,… terminée en 1807 sous la direction du général… Sanson. Bibliothèque nationale de France, Cartes et plans : [GE BB-207 ; Philosophie, histoire, sciences de l'homme : [GR FOL-Z LE SENNE-13. L'ensemble est visible dans Gallica.

  • construction de la Verrerie

Une manufacture comprenant trois fours est construite sur le site de la future Bibliothèque nationale de France, avec, comme il se doit, une maison de maître, des dépendances et des logements pour les ouvriers. Employant cinquante ouvriers à son lancement, la verrerie voit son effectif chuter à trente ouvriers en 1794 avant d'atteindre plus d'une centaine en 1816.

La Verrerie Saget dans un dessin de Joseph Cordier, vers 1828-1829 (détail)

La Verrerie Saget dans un dessin de Joseph Cordier, vers 1828-1829 (détail)

Une autre illustration montre à nouveau l’emplacement de la Verrerie de la Gare d’après les Projets du canal de jonction de la Marne à la Seine et du canal de Dérivation de la Seine au jardin des Plantes. Bassins et docks d’Ivry. Cours de la Seine de Paris à Montereau par Joseph Cordier (Paris : [s.n.], 1828-1829). Bibliothèque nationale de France, Cartes et plans : [Ge CC 2385 (98 a).

La verrerie produit des bouteilles récompensées par le jury de l'Exposition nationale de Paris de 1802. La récompense en question, mentionnée sur le panneau de signalisation actuel "Histoire de Paris", fut publiée dans le Rapport du jury sur les produits de l'industrie française , présenté à S. E. M. de Champagny, ministre de l'intérieur, consultable dans Gallica, p. 188 :

Le jury croit devoir citer les produits de sa verrerie, tant pour la bonne qualité que pour la forme de ses bouteilles, et sur-tout de celles de la plus grande capacité.

Panneau sur la verrerie à bouteilles, quai François-Mauriac, Paris

Panneau sur la verrerie à bouteilles, quai François-Mauriac, Paris

Ce type de récompense ou citation à l’Exposition nationale de Paris suivait les mentions honorables, elles-mêmes précédées par les médailles d’argent et d’or ! Ce sont les bouteilles à col large de la Verrerie Saget qui sont remarquées.

Le verrier tente d’élargir sa gamme de produits en fabriquant des cloches de jardin et des “vitres troubles teintées de vert, façon d’Alsace”, selon Gilles-Antoine Langlois. L’auteur émet l’hypothèse que pour sa production de verre, la manufacture se soit fourni en silice provenant des carrières de sable “situées vers le Bas-Chamaillards (entre la rue de Patay et la rue du Chevaleret)”.

  • les dernières années de la manufacture

La verrerie de la Gare est agrandie en 1809 et 1819 mais, malade, Saget de Maker la cède en 1823 contre une maison à Paris. L’effectif de la fabrique dirigée par Rouliart diminue à trente ouvriers en 1830. En 1850, les matrices cadastrales indiquent que la manufacture est détruite.

Intérieur d une verrerie - BnF, Estampes et photographie

Intérieur d une verrerie - BnF, Estampes et photographie

Les terrains appartiennent alors aux dénommés “Blacque, Belair, Drouillard et autres” qui les louent, le 30 décembre 1847, à la toute jeune Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans, puisque cette dernière venait d’être constituée en août 1838. Les chemins de fer bénéficient d’un droit de préemption qu’ils font valoir : ils acquièrent définitivement le terrain le 24 mars 1879.

L’ironie de l’histoire a voulu qu’en lieu et place d’une ancienne verrerie, Dominique Perrault conçoive une bibliothèque en « peau de verre ».

Olivier Jacquot (BnF)

    Pour en savoir plus :

* Gilles-Antoine Langlois : Histoire d’un quartier de Paris : de la Salpêtrière à la Bibliothèque nationale de France, [Paris] : Somogy éd. d’art, 2000, 141 p., [Bibliothèque nationale de France, Haut-de-jardin, Salle F - Art : 711.409 44 PARI 13
______

Source des images : Bibliothèque nationale de France
images.bnf.fr - Gallica

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2010/07/la-bnf-au-verre/trackback/

 

Laissez un commentaire