Manifestations

Voyage au pays de la vidéo japonaise

1 juillet 2010

L’été, quand la chaleur est accablante, les Japonais ont un moyen bien à eux de se réfrigérer : les films de fantômes. L’un des plus beaux exemples est Histoire de fantômes japonais (Tokaido Yotsuya Kaidan), réalisé en 1959 par Nobuo Nakagawa et inspiré d’une pièce du théâtre kabuki. Les Parisiens, eux, profitent de Paris Cinéma et iront par exemple à la BnF pour découvrir le paysage de l’édition vidéo japonaise, mercredi 7 juillet, à 17 h.

Tokyo, quartier Akibahara - CC fukapon

Tokyo, quartier Akibahara - CC fukapon

Dans le pays qui a inventé une bonne partie des formats vidéo grand public (à commencer par le Betamax et la VHS), les vidéo-clubs du coin de la rue restent ouverts 24h/24. Dès les années 80 s’est développée une production audiovisuelle faite directement pour la vidéo, sans passer par l’étape de l’exploitation cinématographique ou télévisuelle. Par sa créativité débridée, l’Original Video a contribué au renouveau du grand cinéma japonais dans les années 90.

  • richesse de la production vidéo nippone

Au Japon, le DVD est à la fois objet de consommation de masse et objet de collection. La profusion de titres dans tous les genres n’a d’égale que le luxe un peu factice et l’inventivité teintée de fétichisme des éditions en série limitée.
Le patrimoine cinématographique national, quoique l’un des plus riches au monde, reste étonnamment peu exploité. Néanmoins, l’éditeur « Digital Meme » a rendu visibles des raretés telles que les films avec le grand acteur Tsumasaburo Bando, présentés avec une narration benshi (un katsuben raconte l’histoire au fur et à mesure). L’éditeur américain Kimstin propose quant à lui la découverte des films de marionnettes de Kihachiro Kawamoto.

Une très célèbre pièce bunraku de Monzaemon Chikamatsu, Double suicide à Amijima, appartenant au répertoire de la marionnette, a été adaptée par Masahiro Shinoda et incarnée par des acteurs de chair et de sang. Cette tradition se prolonge aujourd’hui avec les adaptations de mangas en films en prises de vues réelles.

Le département de l’Audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France a entrepris de rassembler une collection significative de 300 éditions vidéo japonaises. Quelques exemples remarquables seront présentées lors de cette table ronde.

Invités : Manuel Chiche (Wild Side), Cédric Littardi (Kazé), Bastian Meiresonne (Écrans d’Asie), Tom Mes (Midnight Eye), Jérémy Segay et Yuko Shiomaki (Pictures Dept).
Table ronde modérée par Alain Carou (département de l’Audiovisuel, BnF)

Festival Paris Cinéma 2010

Festival Paris Cinéma 2010

  • Où ?

Bibliothèque nationale de France, site F.-Mitterrand, Petit Auditorium entrée par le Hall Est
mercredi 7 juillet 2010 à 17h
Entrée libre

D’autres événements sont organisés à la BnF dans le cadre du festival Paris Cinéma, auquel la Bibliothèque participe du 4 au 11 juillet (masterclasses, tables rondes et ateliers). Voir le détail dans ces pages.

Brigitte Loret et Alain Carou (BnF)

Quelques liens :
cinemasie site collaboratif autour du cinéma asiatique
Sancho does Asia revue électronique des cinémas d’Asie et d’ailleurs
______

Source des images : CC galerie Fickr de fukapon, 2010 - Festival Paris Cinéma

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2010/07/voyage-au-pays-de-la-video-japonaise/trackback/

 

Laissez un commentaire