Choix du bibliothécaire, Collections et patrimoine

Notes manuscrites sur les peintres et les graveurs, par Pierre-Jean Mariette

13 août 2010

Il est le maître, la loi, et le modèle que la France peut offrir avec orgueil, non-seulement à nous et aux générations de curieux qui nous succèderont, mais à toutes les nations où l’art ait ennobli et passionné les hommes.

Augustin de Saint-Aubin, Portrait de Pierre-Jean Mariette - BnF, Estampes et photographie

Augustin de Saint-Aubin, Portrait de Pierre-Jean Mariette - BnF, Estampes et photographie

Mais qui donc peut être l’objet d’un tel portrait flatteur ? Sans doute pas l’un de nos footballeurs nationaux, objets de l’actuelle vindicte médiatique.

Eh bien, il s’agit de l’imprimeur-libraire, du marchand d’estampes, graveur, collectionneur et critique d’art Pierre-Jean Mariette (1694-1774).

Et pourquoi cet engouement ?

Sans doute en raison de l’importance de la collection d’art graphique (gravures et dessins) de ce grand amateur mais surtout pour être l’« une des figures les plus importantes pour l’histoire de l’art européen tant par son précieux travail de recherches que par sa rigueur et sa richesse » comme l’écrit Pierre Rosenberg, de l’Académie française et président de l’Association Mariette pour la promotion du dessin français.

En effet, Pierre-Jean Mariette est connu des historiens de l’art pour les collections et les sources qu’il a laissées et qui furent dispersées à sa mort. Entre le 15 novembre 1775 et le 30 janvier 1776, sa collection d’estampes et de dessins fut mise en vente à Paris. Ce fut d’ailleurs la première occasion pour le Cabinet des estampes de la Bibliothèque royale de prendre part à une vente publique. Ce dernier y acquit, entre autres, un recueil de gravures d’après Rubens, retouché au pinceau par lui-même.

  • Notes manuscrites de Mariette

Dans cette vente figuraient ce que les historiens de l’art et spécialistes de l’histoire de l’estampe désignent désormais sous le titre de « Notes manuscrites sur les peintres et les graveurs » de Pierre-Jean Mariette. Cet ensemble se compose en fait :

-  des brouillons des catalogues de collections de gravures prestigieuses dont Pierre-Jean Mariette fut chargé du classement : celle du prince Eugène de Savoie (1663-1736), les brouillons étant ici enrichis de notes marginales, et celle de Jean V, roi de Portugal (1689-1750) ;

Jacob van Schuppen, le prince Eugène de Savoie - © Rijksmuseum, Amsterdam

Jacob van Schuppen, le prince Eugène de Savoie - © Rijksmuseum, Amsterdam

Portrait du roi Jean V de Portugal - CC Wikimedia commons

Portrait du roi Jean V de Portugal - CC Wikimedia commons

- et de la seconde édition de l’Abecedario pittorico dall’autore ristampato, corretto et accresciuto di molti professori e di altre notizie spettanti alla pittura du père Pellegrino Antonio Orlandi (1660-1727), annoté par Pierre-Jean Mariette sur des feuillets interfoliés.

Ces notes, abrégées en « Notes manuscrites », forment tout de même 10 volumes reliés ! Elles consistent en des catalogues d’œuvres gravés de graveurs et de peintres enrichis de notices biographiques. Elles n’entrèrent à la Bibliothèque que lors de la vente aux enchères de la collection de l’imprimeur Le Blanc en 1827 pour la somme de 280 francs, soit environ 643 euros en 2009.

Quant à l’« Abecedario pittorico » annoté de Mariette, il fit l’objet d’un don anonyme au Cabinet des estampes en 1804.

  • édition critique

Les manuscrits de Pierre-Jean Mariette firent l’objet de quelques transcriptions et éditions. À partir de 1851, Philippe de Chennevières et Anatole de Montaiglon publièrent des extraits des notes manuscrites de Mariette ajoutées à celles qu’il avait portées sur l’Abecedario pittorico d’Orlandi, sous le titre d’Abecedario de P. J. Mariette : et autres notes inédites de cet amateur sur les arts et les artistes / ouvrage publié d’après les manuscrits autographes conservés au cabinet des estampes de la Bibliothèque impériale par MM. Ph. de Chennevières et A. de Montaiglon, Paris : J.-B. Dumoulin, 1851-1860, 6 vol.

Madame Bovary - Consulter

Madame Bovary - Consulter

Cette édition passe parfois pour être l’édition des « Notes manuscrites » mais jusqu’à présent l’ensemble des notes de Mariette, souvent exploité par nombre d’historiens de l’art, n’a pas encore fait l’objet d’une édition intégrale ou d’une numérisation complète… Comment ne pas rêver d’une numérisation à la manière du manuscrit de Casanova mais enrichie de la transcription savante en plein texte comme cela a été fait à Rouen pour Les manuscrits de Madame Bovary de Flaubert !

Seules les notes de Mariette pour décrire la collection d’estampes de l’école française du roi Jean V de Portugal, collection réputée pratiquement entièrement détruite par le tremblement de terre de Lisbonne de 1755, ont fait l’objet d’une transcription et d’une édition par Philippe Rouillard dans les trois volumes de la série des Catalogues de la collection d’estampes de Jean V, roi de Portugal parus entre 1996 et 2003.

Pour finir, saluons donc l’œuvre ambitieuse et de longue haleine, entreprise par l’Association Mariette pour la promotion du dessin français, déjà citée, qui a l’intention de reconstituer la collection de dessins de Pierre-Jean Mariette et d’en publier le catalogue raisonné.

Pour aller plus loin :
- Dumesnil, Jules, Histoire des plus célèbres amateurs français : Pierre-Jean Mariette : 1694-1774, Paris : Vve J. Renouard, 1858.

- Lugt, Frits, Les Marques de collections de dessins et d’estampes…, Amsterdam, 1921, n° 1852.

- Beaumont-Maillet, Laure, « Les collectionneurs au Cabinet des estampes », Nouvelles de l’estampe, décembre 1993, n°132, p. 5-27.

- Préaud, Maxime, « La dynastie Mariette : De l’Espérance aux Colonnes d’Hercule », dans Pierre-Jean Mariette, Catalogues de la collection d’estampes de Jean V, roi de Portugal, Vol. 1, Préfaces, études, notes, index, Paris : Fundação Calouste Gulbenkian, Centre culturel Calouste Gulbenkian : Bibliothèque nationale de France : Lisbonne : Fundação da Casa de Bragança, 1996, p. 329-371.

- Rouillard, Philippe, « Etudes des « Notes manuscrites » de Pierre-Jean Mariette et remarques sur la présente collection », dans Pierre-Jean Mariette, Catalogues de la collection d’estampes de Jean V, roi de Portugal, Vol. 1, Préfaces, études, notes, index, Paris : Fundação Calouste Gulbenkian, Centre culturel Calouste Gulbenkian : Bibliothèque nationale de France : Lisbonne : Fundação da Casa de Bragança, 1996, p. 373-433.

- Sorensen, Lee, Mariette, Pierre-Jean (en ligne), Dictionary of Art Historians (consulté le 22 juin 2010).

Olivier Jacquot (BnF)

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2010/08/notes-manuscrites-sur-les-peintres-et-les-graveurs-par-pierre-jean-mariette/trackback/

Commentaires (1)

  1. Très intéressée par ce personnage, suite à la visite au Musée du Louvre de l’exposition temporaire de quelques très belles pièces …..de feu sa collection.

 

Laissez un commentaire