Ailleurs, Le numérique

L’archivage numérique de sa propre vie

14 janvier 2011
Lifelog map - CC par hirotomo sur Flickr

Lifelog map - CC par hirotomo sur Flickr

Les mutations qu’entraîne le monde du numérique sont source d’interrogations, parfois d’inquiétude ou de fascination. Le numérique bouscule et transforme autant les bibliothèques que les individus.

Pour parler de l’époque où nous vivons, personne n’a encore trouvé de terme aussi parlant et aussi symbolique que celui de “Galaxie Gutenberg” (Mac Luhan, 1962) qui définit une ère que nous avons aujourd’hui largement dépassée. Voici un coup de projecteur sur les questions numériques à partir d’ouvrages récents.

  • émergence du livre électronique

Alors que NumerikLivres vient de publier De la bibliothèque à la bibliosphère de Lorenzo Soccavo avec une préface de François Bon,  que serdaLAB, l’activité d’études, de veille et de prospective du Groupe Serda-Archimag, annonce la parution de l’étude Livre électronique : pratiques d’achat, usages et attentes en bibliothèques, les impacts du livre numérique sur le monde des bibliothèques semblent hanter de plus en plus les professionnels du monde de l’information (bibliothécaires, éditeurs, libraires, etc.) selon une courbe ascensionnelle qui pourrait coïncider avec la mise sur le marché des tablettes de lecture ou liseuses.

Après avoir été les fers de lance des bibliothèques numériques, les bibliothécaires redouteraient-ils la possibilité offerte à chacun de se les approprier en mode nomade ?

Nous vous avons déjà parlé de l’arrivée des e-books à la Bibliothèque nationale de France dans un précédent billet. Ils sont, comme les autres documents, soumis au dépôt légal et entrent dans les collections de la BnF pour y être conservés de façon pérenne. Quant à Gallica, quelques premiers e-books y sont téléchargeables dans plusieurs formats : EPUB, MOBI, HTML ou Texte.

Gordon Bell et Jim Gemmell, Total Recall - Flammarion, 2011

Gordon Bell et Jim Gemmell, Total Recall - Flammarion, 2011

  • Vu, entendu, rencontré, lu, (vécu), archivé

Dans une autre perspective, l’impact du numérique sur la mémoire et l’histoire est aussi d’actualité avec la traduction de l’ouvrage Total Recall, de Gordon Bell et Jim Gemmell dont Le Monde des livres a rendu compte dans son édition du 6 janvier. Traduit par Christophe Rosson, l’ouvrage est publié chez Flammarion, dans la série “Documents et essais”. “Mémoire pleine”, vertige de l’archive personnelle intégrale ou du monitoring de sa propre vie, la démarche éveille presque inévitablement la discussion.

L’avenir est-il dans le Lifelogging décrit par Kevin Kelly, et déjà pratiqué, à des degrés divers dans le monde, par des adeptes de l’archive personnelle : minutieuse, aléatoire, compulsive, à l’aide d’objets et d’applications nomades  ? Voir par exemple Daytum, Ubila, Vicon Revue ou les recherches menées par le Korea Institute of Science and Technology.

Memories for life (detail) - © Vicon Revue

Memories for life (detail) - © Vicon Revue

Lifelog au Japon - © KDDI

Lifelog au Japon - © KDDI

Les autobiographies et l’autofiction de demain seront-elles numériques, multimédia, Rich Media ou bien le développement du numérique à tous crins fera-t-il naître des ermites réfractaires qui se retrancheront du monde pour cultiver leur jardin en dehors des réseaux ? Les autobiographies et les mémoires imprimés feront-ils l’objet d’un commerce parallèle au marché du livre numérique auprès des personnes souffrant du syndrome d’intolérance aux champs électromagnétiques (SICEM) ?
En tout cas, ces documents seront conservés sous leurs différentes formes dans les emprises de la Bibliothèque nationale de France pour le bonheur des lecteurs attachés à l’odeur des livres et au feuilletage des pages en papier… mais aussi et tout autant, pour les archéologues du web. Voir les précédents billets sur le parcours “(S’)écrire en ligne” dans les Archives de l’Internet : ici et .

Quoi qu’il en soit, la question de la conservation des documents numériques, urgente pour les bibliothèques, va affecter de façon de plus en plus pressante les particuliers. En témoignent la récente parution du guide Préserver son patrimoine numérique : Classer, archiver et sauvegarder ses e-mails, photos et vidéo, contacts, documents administratifs de Claude Huc chez Eyrolles et le développement des offres de sauvegarde en ligne.

La question de l’archivage numérique est une question essentielle à la BnF pour la préservation des collections à long terme. Vous en apprendrez davantage dans ces pages.

Si cet article vous a intéressé, n’hésitez pas à prolonger le débat par vos commentaires.

Olivier Jacquot et Odile Faliu (BnF)
______

Source des images : galerie Flickr de hirotomo en Creative commons : lifelog map - Éditions Flammarion - © Ubila.org - © Vicon Revue (detail intro)

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2011/01/archivage-numerique-de-sa-propre-vie/trackback/

Commentaires (2)

  1. Merci pour les liens. Je viens de découvrir les premiers ebooks proposés par Gallica. J’ai d’ailleurs eu une fausse joie : j’ai vu la mention des “Mémoires d’outre-tombe” dans la catégorie des documents les plus consultés. Malheureusement, pas de epub pour Chateaubriand, ni de la part du service public, ni dans le secteur commercial. Quel dommage!

  2. Bonsoir, en effet la liste des ebooks dans Gallica est encore peu fournie. Elle s’enrichira progressivement. O.F.

 

Laissez un commentaire