Ailleurs

Les bibliothèques françaises vues de l’étranger

24 janvier 2012
Bibliothèque de Lisieux - CC par Osbern, 2011

Bibliothèque de Lisieux - CC par Osbern, 2011

La revue de l’Association des bibliothécaires de France (ABF), Bibliothèque(s), a récemment consacré son numéro 59/60 aux regards des bibliothécaires ou lecteurs venus d’autres pays sur les bibliothèques françaises.

Les bibliothécaires français sont autant qu’ils le peuvent voyageurs : ils aiment, seuls ou en groupe, s’émerveiller de la créativité des bibliothèques néerlandaises, se confronter à la redoutable efficacité des bibliothèques finlandaises, rêver devant l’admirable Bibliothèque et archives nationales du Québec, s’inspirer des expériences innovantes des structures de lecture publique colombiennes… En témoignent dans le même numéro deux comptes-rendus de voyages, l’un aux Pays-Bas, l’autre au Liban.

Certains d’entre eux participent aux travaux de l’IFLA (International Federation of Library Associations) et à sa conférence annuelle qui se tient chaque année dans un pays différent. Ils sont également accueillants : ils reçoivent volontiers leurs collègues étrangers en visite, voire en stages de plus ou moins longue durée. Et bien sûr les bibliothèques françaises sont ouvertes à tous types de lecteurs de tous pays résidant en France pour une durée plus ou moins longue.

Bibliothèque du Bourget - par WhisperToMe

Bibliothèque du Bourget - par WhisperToMe

  • des bibliothèques de toute sorte

Le stade du miroir est une étape essentielle de la construction de soi, et l’autre est un miroir vivant,

est-il écrit en introduction du dossier “Vues de l’étranger”. Le miroir que nous tendent les auteurs des articles est surprenant. Les auteurs sont très divers, de même que les bibliothèques qu’ils nous présentent : grands établissements parisiens, bibliothèques universitaires, bibliothèques municipales et départementales, de toutes tailles et à travers toute la France.

  • regards de professionnels

Du côté des bibliothécaires étrangers, on citera, parmi bien d’autres, le regard sur l’architecture des bibliothèques modernes en France d’Olaf Eignenbrodt, responsable de la rubrique Architecture du BUB. Buch und Bibliothek, les réflexions de David Roycroft de la célèbre Queens Library à New York, fréquemment citée dans les colonnes des revues bibliothéconomiques françaises pour son ouverture multiculturelle, les commentaires acidulés de Chisato Sugita, de la bibliothèque de la Maison de la culture du Japon ou le point de vue résolument non conventionnel de Parfait de Thom Ilboudo, coordonnateur du réseau de lecture publique du Nord au Burkina Faso. Nos collègues sont poliment élogieux mais distinguent subtilement les points qui leurs semblent positifs (par exemple l’ouverture sur l’action sociale, la qualité de l’accueil, les préoccupations environnementales…) de ceux sur lesquels ils suggèrent des améliorations (horaires d’ouvertures restreints, méfiance vis-à-vis du wifi…).

Champs Libres, Rennes - CC par Matias Grenn

Champs Libres, Rennes - CC par Matias Grenn

  • lecteurs et lectrices

Tout aussi intéressant est le point de vue de nos utilisateurs étrangers qui eux aussi sont très divers. Il arrive que la perception du même établissement par deux personnes soit différente : si l’historienne américaine Judith A. Miller déplore dans un beau texte l’absence de sociabilité à la BnF, son confrère et compatriote John Dewald dit y rencontrer aisément ses collègues. Pan He, étudiant chinois en licence, fait preuve d’une maîtrise éblouissante de la carte des ressources en histoire de l’art des bibliothèques parisiennes. Il utilise aussi la bibliothèque André Malraux (à Paris) pour lire des romans en chinois. Car, comme le souligne l’universitaire américain Victor Conde (qui utilise la Bibliothèque André-Malraux à Strasbourg), les bibliothèques françaises permettent l’étude, mais aussi la détente et l’enrichissement personnel :

C’est pour nourrir mon âme que je viens ici, dit-il.

Elles peuvent aussi aider à l’insertion de personnes récemment arrivées en France parfois dans des conditions difficiles : Stéphanie X., réfugiée d’un pays africain, a trouvé des ressources pour apprendre le français à la bibliothèque André-Malraux à Strasbourg.

Bibliothèque d étude et du patrimoine, Toulouse - CC par banlon1964

Bibliothèque d étude et du patrimoine, Toulouse - CC par banlon1964

  • minuscule ou Très Grande

Il en ressort un paysage contrasté, où l’on voit certaines bibliothèques proposer une palette étendue de services et où d’autres disposent de moyens beaucoup plus restreints. On peut y lire une carte des inégalités en matière d’offre sur les différents territoires : les accès à Internet, les outils d’apprentissage des langues, les films manquent ou sont en quantité insuffisantes dans trop de bibliothèques, les collections de livres ou de revues sont parfois trop restreintes, surtout en milieu rural. Nos utilisateurs souhaiterait y trouver un plus grand nombre des ouvrages représentatifs de la culture de leur pays ou à l’inverse des collections étoffées de classiques français qu’ils considèrent comme une introduction.

Mais certains lecteurs étrangers peuvent estimer que small is beautiful. Judith Nübold, lectrice internationale, nous dit :

Je garde des souvenirs précieux de la toute petite (!) bibliothèque du quartier Saint-Michel à Bordeaux. Ce que j’aime c’est qu’elle est encastrée dans le quartier, entre la place de l’église et les halles du marché des Capucins. On y trouve toutes les informations que l’on peut souhaiter sur la vie du quartier, les annonces de spectacles, les artistes, etc…

Bibliothèque(s) n° 59-60, 2011 - Association des bibliothécaires de France

Bibliothèque(s) n° 59-60, 2011 - Association des bibliothécaires de France

La (très grande…) BnF est bien sûr évoquée au fil de plusieurs articles : Olaf Eigenbrodt rappelle les controverses autour de l’architecture du site François-Mitterrand, salue l’effort entrepris pour réduire son impact écologique, et surtout se réjouit du lancement du projet de rénovation du quadrilatère Richelieu. Elena de Santiago Perez, de la Bibliothèque nationale d’Espagne rappelle la richesse de la collaboration des deux établissements autour des estampes anciennes. Les lecteurs étrangers ont eu de longue date leur place dans les salles de lecture de la bibliothèque, et représentent de nos jours une part significative du lectorat. Nos lecteurs américains (ou d’ailleurs) pourront confronter leurs perceptions à celles de Judith A. Miller et John Dewald évoquées ci-dessus.

Nous avons lu ces témoignages avec beaucoup d’intérêt, et serions heureux de les compléter avec d’autres points de vue. Si vous le souhaitez, laissez des commentaires à la suite de ce billet ou proposez-nous un article personnel sur la boîte électronique infoblog arobase bnf point fr.

Caroline Rives (BnF)

  • pour aller plus loin

La revue Bibliothèque(s) n’est pas accessible en ligne. Vous pouvez consulter ce numéro dans toutes les (bonnes) bibliothèques, et en particulier à la BnF, où on la trouve en accès libre en salle E (Haut-de-jardin) et dans les salles T et X en Rez-de-jardin. Il est possible de la commander auprès de l’Association des bibliothécaires de France.

__________

Source des images
Creative Commons, galeries Flickr de
- Osbern Bibliothèque -cc/by-nc/2.0/-
- Matias Grenn De drôles de dessins… -cc/by-nc-sa/2.0/-
- banlon1964 Toulouse -cc/by-nc-nd/2.0/-
Public domain, Wikimedia Commons
- WhisperToMe Le Bourget Library
Association des bibliothécaires français

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2012/01/les-bibliotheques-francaises-vues-de-letranger/trackback/

 

Laissez un commentaire