Ailleurs

Micro-bibliothèques et bibliothèques éphémères

27 février 2012

Lire, oui, mais où : dans une grande bibliothèque ou ailleurs ?
Dans la rue, dans un jardin, une cabine téléphonique inutilisée… Suivez-nous tout au long de cette promenade insolite, en quête de bibliothèques de toutes tailles/formes/formats/objectifs !

Rain on Rolex Learning Center windows - CC par oxmox, 2010

Rain on Rolex Learning Center windows - CC par oxmox, 2010

La fin du XXe siècle a vu naître les grandes bibliothèques de l’avenir : la BnF, bien sûr, mais aussi la Biblioteca Alexandrina, les bibliothèques de Toronto, Shanghaï, Seattle… et bien d’autres. On a aussi inventé de nouvelles façons de les appeler : on parlait déjà de médiathèques, on dira maintenant Learning Centers pour les bibliothèques universitaires (par exemple le spectaculaire Rolex Learning Center de Lausanne), ou Idea Stores pour les innovantes structures de lecture publique du sud-est de Londres.

  • bibliothèques éphémères

On voit poindre aujourd’hui un curieux appétit pour des propositions plus légères, minuscules, éphémères, itinérantes, voire contestataires.

Bibliothèque dans la rue, Halle, Allemagne - CC par gynti_46

Bibliothèque dans la rue, Halle, Allemagne - CC par gynti_46

Les bibliothèques occupent des cabines téléphoniques, dans le Somerset ou à New York.
L’été, elles investissent les plages, dans des cabines de bain en Normandie, dans des structures créées par un studio de design près de Marseille, voire dans des troncs d’arbres abattus par des tempêtes et évidés, en partenariat avec l’Office national des forêts à Carcans-Maubuisson.

En Allemagne, à Cologne, elles sont mises en place par les pouvoirs publics : c’est le cas de la Minibib, ou des étagères installées en pleine rue où on peut échanger des livres, une forme élaborée de bookcrossing.

  • échanges et partage

Aux États-Unis, les initiatives privées se développent. Dans la mouvance de Occupy Wall Street ont été créées des micro-bibliothèques militantes. Mais d’autres projets, parfois à l’initiative de collectifs d’artistes, leur ont préexisté. Les Little Free Libraries sont un mouvement initié dans le Wisconsin pour installer partout à travers le monde des boites d’échanges de livres aux formes et aux esthétiques multiples. Les Corner Libraries sont un projet artistique porté par Emcee C.M., Master of None, pour installer des boites permettant les échanges en milieu urbain.

Photo Little Free Library

Photo Little Free Library

On aurait envie de se rendre à San Francisco pour explorer Ourshelves. La micro-bibliothèque a ouvert ses portes en 2011, et se veut « un espace conçu pour partager le goût de la littérature ». Elle propose des échanges d’idées de lecture, des conversations autour d’un thé, d’un café ou parfois d’un whiskey (!), un service de prêt de livres. Elle a pour projet de valoriser des textes confidentiels. Elle n’est pas gratuite ($10 par mois), mais les droits servent à payer le loyer et à financer d’autres bibliothèques dans des lieux d’hébergement. En effet, si l’esthétique du site suggère un espace voué à des plaisirs raffinés, cette bibliothèque a vu le jour dans un contexte de crise économique. De plus en plus de gens n’ont plus les moyens d’acheter des livres, et certains (détenus, sans-papiers, personnes hospitalisées…) ne peuvent même plus se rendre dans les bibliothèques traditionnelles.

Et la plus charmante reste sans conteste la Bibliobarn, qui n’est pas une bibliothèque, mais une librairie de livres anciens, installée dans un de ces ravissants petits cabinets de province que les Frères Jacques ont jadis chantés !

Caroline Rives (BnF)
__________

Source des images
Galeries Flickr en Creative commons de :
- Marc Hottinger EPFL, Suisse -cc/by-nc-sa/2.0/-
- gynti_46 Bibliothèque de rue -cc/by-nc-sa/2.0/-
(c) The Little Free Library

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2012/02/micro-bibliotheques-et-bibliotheques-ephemeres/trackback/

Commentaires (5)

  1. Très joli article de synthèse sur ce qui se passe actuellement dans les bibliothèques innovantes.

  2. Extra cet article ! Merci pour tous ces liens !

  3. Bonsoir et merci à vous deux pour ces commentaires encourageants. bien cordialement

  4. Il faut aussi signaler cette belle initiative américaine, the Uni portable reading room for public space ( http://www.theuniproject.org/ ).

    Je pense en effet que c’est l’une des pistes d’innovation des bibliothèques que de se projeter hors les murs le plus possible pour être dans le quotidien des usagers.

  5. A Rennes, depuis septembre 2010, l’association Bel Air des habitants du quartier Fernand-Jacq, a mis en place avec l’aide financière de la Ville, une bibliothèque de rue : accessible 7/7, 24/24, gratuite, basée sur le troc. Le fond de livres provient du “désherbage” de la bibliothèque municipale. Sur chacun des livres, un cachet indique : “Ne m’achetez pas, ne me vendez pas. Echangez-moi contre un autre livre. Je suis de la bibliothèque de rue”.
    Depuis plus de 2 ans, cela fonctionne, c’est respecté et on continue…
    Je cherche à développer l’idée dans d’autres quartiers de la ville ou dans d’autres communes.
    présentation sur le lien :
    http://www.livrelecturebretagne.fr/wp-content/plugins/livre-lecture-bretagne/llb-media-manager.php?do=getFile&doc_id=2632.

 

Laissez un commentaire