BnF, Choix du bibliothécaire, Collections et patrimoine

Suite des aventures du prince de Serendip en mars

14 mars 2012

Le prince de Serendip est toujours endormi, là où nous l’avons laissé, contre un bloc de pierre des terrassements en cours pour la Fête de la Fédération du 14 juillet 1790 au Champ de Mars.

Jeune Francaise allant au Champ de Mars faire l Exercice - BnF, Estampes et photographie, Hennin 10870

Jeune Francaise allant au Champ de Mars faire l Exercice - BnF, Estampes et photographie, Hennin 10870

Ses rêves sont agités, son esprit anticipe les pires crimes et horreurs de la Révolution française. Les visages des victimes de la Fusillade du Champ de Mars dessinés par Louis Lafitte (1770-1828) surgissent dans son cauchemar avec un telle vérité que le prince se réveille.

  • un uniforme de la Révolution

Ce ne sont ni Nivose ni Germinal, ces beautés à la peau blanche imaginées par le même artiste pour le calendrier républicain – et gravées par l’italien Salvatore Tresca — qui lui sourient mais, joliment ceinturée, corsetée, dans son uniforme républicain bleu [blanc-rouge], lavallière haut-nouée, une Jeune Française allant au Champ de Mars faire l’Exercice.

Lui sourire ? que croyez-vous, elle est là de profil pour qu’on admire bien sa tenue et pour immortaliser son patriotisme. Ne vous y trompez pas : il ne s’agirait pas de confondre un sobre chapeau à cocarde bouffante avec un toquet à plumes et les basques à retroussis rouges boutonnés de sa veste avec l’amorce d’un quelconque suivez-moi-jeune-homme…

Portrait de Louvois, soutenu par Mars et Bellone - BnF, Estampes et photographie

Portrait de Louvois, soutenu par Mars et Bellone - BnF, Estampes et photographie

  • au château dormant

Le prince de Serendip pensant que l’époque révolutionnaire n’est guère bienveillante à son égard, il s’en retourne vers le siècle précédent. Une trouée dans la draperie le conduit dans une salle de château très silencieuse. Ni Mars, ni Bellone, ni le lion ne bougent à son passage, quant à François Michel Le Tellier, marquis de Louvois, malgré son regard vif, il ne peut s’extraire du médaillon qui entoure son buste gravé par Gérard Edelinck (1640-1707) pour retrouver son portrait entier peint par Pierre Mignard, et éventuellement, apostropher le jeune homme qui traverse les salons endormis.

Dans les environs, le prince croise
- dans un caveau une dormeuse de pierre, l’effigie de dame Iolande, “femme dou Signeur …d’Aubigné chevalier et… de St Mars qui transit le quint jour avant la chandelour l’an de grace M. CC. L XXII”, pour laquelle un baiser ne suffirait pas ;

Henri Bonnart, le mois de Mars - BnF, Estampes et photographie

Henri Bonnart, le mois de Mars - BnF, Estampes et photographie

- et au bord de l’eau, une élégante à la mode, en habit de soie et velours, coiffure à la Fontanges, munie d’une nasse évasée et accompagnée, par les soins d’Henri Bonnart (1642?-1711), graveur et éditeur, de ce quatrain :

Tout est maigre en cette saison
Où le jeûne nous mortifie
Et pour soutenir nostre vie
Il faut ou l’herbe ou le poisson…

  • voyage aérostatique

Grâce à son odorat sollicité par Flore, le prince de Serendip court derrière un poulain, le poursuit et le voilà transporté, hop ! en M. Poitevin comme le dit l’affiche, annonçant fièrement son envol pour une Course aéronautique sur un cheval vivant, et nullement une baudruche comme les débuts de l’aérostation en ont été témoins. Et où ? bien sûr : “Au Champ de Mars, dimanche 7 juillet” [1850] ! Si vous passiez de l’autre côté du ballon, vous verriez que le reste du zodiaque est bien de la partie.

Course aéronautique sur un cheval vivant, affiche - BnF, Estampes et photographique

Course aéronautique sur un cheval vivant, affiche - BnF, Estampes et photographique

Ne ratez donc pas l’événement ! La réclame est très bien faite, par Jean Alexis Rouchon (1794-1878), un pionnier de l’affiche, qui imprime en grand format ces immenses gravures sur bois (et bientôt des lithographies) annonçant événements, marques, spectacles… La publicité est en route.

De là-haut, le prince voit les contrées, les villes, les forêts qui défilent et bientôt c’est le comté de Namur détaillé et peint sur l’ordre du duc de Croy, vers 1604, par l’enlumineur Adrien de Montigny :

toutes les abbayes, tant d’hommes que de femmes, aussi les prieurés, chanoineries, villes et aussi tous les villages de ladite province et comté de Namur, le tout pris selon le naturel…

Abbaye de Mars-les-Dames, comté de Namur, vers 1604 - BnF, Estampes et photographie

Abbaye de Mars-les-Dames, comté de Namur, vers 1604 - BnF, Estampes et photographie

Et là, regardez, c’est l’abbaye de Mars-les-Dames, ceinte de murailles, entourée de prés, au bord d’une rivière. Dans le fond, les collines bleues couvertes de bois. Le vent agite les arbres au premier plan. Mais impossible de descendre, le cheval veut revenir à Paris…

  • sur la scène

Le prince de Serendip se retrouve dans la capitale, au Théâtre français. Sur la scène, c’est un triomphe pour Mademoiselle Mars, créatrice du rôle de Doña Sol, dans Hernani de Victor Hugo. Voir le texte ici et des défets de presse .

Mademoiselle Mars en Doña Sol - BnF, Arts du spectacle

Mademoiselle Mars en Doña Sol - BnF, Arts du spectacle

“Je vous suivrai…” lui murmure-t-elle sur la planche de la Petite galerie dramatique éditée par Herménégilde Hautecœur. Son costume est splendide, ses nattes frémissantes, son rôle incarné à la perfection. Il la croit.

C’est ainsi dans les galeries du Palais-Royal que le prince de Serendip offre à la comédienne (1779-1847) un bouquet de violettes odorantes, sa fleur préférée. Et c’est aussi sur ce parfum discret que le prince s’éclipse.

Odile Faliu (BnF)

—–

Source des images
Bibliothèque nationale de France

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2012/03/suite-des-aventures-du-prince-de-serendip-en-mars/trackback/

Commentaires (2)

  1. Passionnantes pérégrinations de ce prince persan de Serendip. Grâce à lui que de découvertes inattendues dans les collections de la BnF. Qu’est-il arrivé aux deux autres? Se sont-ils mis en route vers Internet où la sérendipité peut avoir son intérêt, ses charmes, comme ses leurres….

  2. Merci Suzanne pour ce gentil commentaire.
    Les princes de Serendip se relaieront pour tracer des chemins de sérendipité dans les collections, à l’occasion…

 

Laissez un commentaire