BnF, Collections et patrimoine, Services

Où trouver une transcription des manuscrits de Marcel Proust ? [la question du jeudi]

21 juin 2012

Chaque jeudi, SINDBAD, le service de questions-réponses de la BnF, vous propose de découvrir une question posée par un internaute et la réponse des bibliothécaires.

Carnet de notes de M. Proust de 1908, BnF Manuscrits

Carnet de notes de M. Proust de 1908, BnF Manuscrits

  • La question :

J’aimerais savoir s’il existe, consultable en ligne, une transcription dactylographiée (donc lisible …) des manuscrits autographes de Marcel Proust (62 cahiers de brouillon).

  • La réponse de SINDBAD :

Le fonds Proust conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France est en grande partie numérisé et accessible dans la bibliothèque numérique Gallica : en mode “Recherche avancée”, taper Proust dans le champ “Titre”, en restreignant la recherche au type de documents “Manuscrits” ; on obtient 98 résultats.
L’ensemble représente une masse colossale de textes, dont une partie seulement a été transcrite et éditée dans l’appareil critique de l’édition de la Pléiade.

Jeanne Proust et ses fils Marcel et Robert, 1896?, BnF Manuscrits.

Jeanne Proust et ses fils Marcel et Robert, 1896?, BnF Manuscrits.

En version papier, je vous signalerai toutefois l’existence des fac-similés de trois cahiers de brouillons, intégralement transcrits, co-édités par Brépols et la BnF :

* le cahier n°54, paru en en 2008,
* le cahier n°71, paru en 2009,
* et le cahier n° 26, paru en 2010 (voir les notices dans le catalogue général).

A terme, c’est l’intégralité des cahiers de brouillon de la “Recherche” qui se trouveront ainsi édités.

—–

Le service SINDBAD répond à vos questions sur tous les sujets, que vous soyez ou non lecteur de la BnF. Vous pouvez poser votre question à SINDBAD en remplissant ce formulaire ou par téléphone au 01 53 79 55 00 (du lundi au vendredi de 10h à17h).

Découvrir d’autres questions-réponses archivées par SINDBAD.

Voir les conditions d’utilisation de SINDBAD.

Isabelle Copin (BnF)

______

Source des images : Banque d’images de la BnF

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2012/06/ou-trouver-une-transcription-des-manuscrits-de-marcel-proust-la-question-du-jeudi/trackback/

Commentaires (2)

  1. La réponse … ne répond pas à la question, pourtant très précise. L’internaute demande s’il existe, CONSULTABLE EN LIGNE, une transcription dactylographiée des manuscrits de Marcel Proust, et il lui est répondu qu’une partie seulement a été transcrite et publiée dans l’appareil critique de l’édition de la Pléiade, donc sur un support papier, et très cher de surcroît. Sauf erreur de ma part, la réponse (décevante) à donner était “NON, il n’existe pas aujourd’hui, consultable en ligne, de transcription dactylographiée des manuscrits de Proust”. Et c’est bien dommage mais la consultation en ligne (et gratuite) de tous les brouillons de Proust détenus par la BNF est déjà EXTRAORDINAIRE. Il faut savoir que les plus grandes bibliothèques nationales étrangères (je pense notamment à celles de Belgique et d’Angleterre que j’ai pratiquées, mais d’autres ne sont pas mieux loties)nous envient notre BNF (oui,la nôtre, car financée avec nos impôts)en s’avouant absolument incapables, actuellement et pour longtemps encore, de rivaliser avec elle en matière de numérisation et de mise à disposition GRATUITE de documents. Ainsi, et pour ne prendre que cet exemple-là, la Bibliothèque Royale de Belgique fait payer très cher les photocopies d’articles parus dans les quotidiens belges de la fin du 19ème ou du début du 20ème siècle. Ces grandes bibliothèques étrangères n’assurent pas la consultation gratuite en ligne uniquement pour une question de coût. La numérisation a en effet un coût très élevé et elles tiennent à l’amortir en ne l’ouvrant au public que sous forme de photocopies payantes. Mais la recherche se faisant par réponse positive ou négative sur un mot clé sorti de son contexte, le chercheur est souvent très déçu à la lecture des photocopies qu’il reçoit, j’en sais quelque chose. Longue vie à la BNF qui est un extraordinaire outil de recherche!

  2. Bonjour Henry et un grand merci pour ces beaux encouragements au travail effectué par la BnF.

 

Laissez un commentaire