Manifestations

Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse (20-21e siècles)

1 octobre 2012

Dans le cadre du programme de l’Agence nationale pour la recherche (ANR)  “Enfance Violence Exil” (EVE), la Bibliothèque nationale de France (BnF), le Centre national de la littérature pour la jeunesse, l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, et le Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS) organisent un colloque international consacré à :

Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse (20-21e siècles)
le 18 octobre 2012 à la BnF (Paris)
et le 19 octobre 2012 à l’Université de Paris - Nord 13 (Villetaneuse)
Avec le concours de l’Université Paris - Nord 13 (Villetaneuse) et de  l’Association française de recherche sur les livres et objets culturels de l’enfance (AFRELOCE).

  • Scènes de guerre et d’exil à travers les littératures de jeunesse

Affiche du colloque : "Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse"

La littérature de jeunesse a acquis partout dans le monde une légitimité et une complexité qui l’autorisent à aborder des sujets jugés délicats, voire tabous dans les sociétés. À cet égard, il est intéressant de considérer comment des créateur-trice(s) de différentes aires géographiques et culturelles mettent en scène la guerre à partir du 20e siècle ou l’état de guerre en général, ainsi que l’exil forcé quand il est une conséquence directe des guerres.

  • Entre pacifisme et patriotisme

En fonction des pays, des genres, des supports utilisés (livres d’images, contes, poésie et chansons publiées, théâtre, livres CD ou DVD, textes illustrés, premières lectures, romans, bandes dessinées, mangas, documentaires, etc…), des âges ciblés, des artistes et des maisons d’édition, la guerre ainsi que les migrations contraintes sont différemment représentées. La préoccupation de faire passer un message pacifiste et de condamner l’idée même de guerre ne se heurte-t-il pas à la promotion, ici ou là, de comportements patriotiques, voire à l’endoctrinement des jeunes esprits ? Que deviennent alors les formes d’engagement en fonction des contextes historiques, idéologiques et socio-économiques ? Que deviennent aussi l’enfant, son imaginaire et sa construction identitaire ? Au-delà de la représentation, omniprésente, de l’enfant victime du conflit, la littérature de jeunesse autorise-t-elle d’autres types de représentation de l’enfant, par exemple dans ses relations avec l’incitation adulte, avec l’action, ou dans les spécificités de son expression propre ?

  • En savoir plus

Ce colloque s’inscrit dans le carde du programme de l’Agence nationale pour la recherche Enfance Violence Exil

Entrée libre sur inscription auprès de  marion.caliyannis@bnf.fr

Programme et plan d’accès

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2012/10/enfants-en-temps-de-guerre-et-litteratures-de-jeunesse-20-21e-siecles/trackback/

 

Laissez un commentaire