BnF, Services

Le tour de magie des anneaux chinois [la question SINDBAD du jeudi]

6 décembre 2012

Chaque jeudi, SINDBAD, le service de questions-réponses de la BnF, vous propose de découvrir une question posée par un internaute et la réponse des bibliothécaires.

Philippe le magicien et son numéro de prestidigitation, Johann Schoeller, XIXème siècle. BnF Arts du spectacle

Philippe le magicien et son numéro de prestidigitation, Johann Schoeller, XIXème siècle. BnF Arts du spectacle

  • La question :

Je tente de cerner le tour de magie des anneaux chinois. Je voudrais savoir notamment quelle est l’origine de ce tour, et qui l’a effectué la première fois en France.

  • La réponse de SINDBAD :

Dans le Dictionnaire de la prestidigitation de Jean de Merry (G. Proust, 2006), il est indiqué à la notice “Anneaux chinois” que “… ce tour a été présenté avec succés par le magicien français Philippe Talon, dit Philippe, en Irlande et en Angleterre. Le secret de ce tour lui aurait été mentionné par un magicien chinois.”

A la notice : “Philippe, Jacques André Noé Talon, 1802-1878″, il est indiqué :
“Aprés des débuts de confiseur, il se révèle excellent prestidigitateur. Il achète deux tours à Dublin à des magiciens chinois qui feront sa réputation : Les anneaux chinois et Les bocaux de poissons apparaissant sous un foulard. Il présente ses spectacles en robe longue et chapeau pointu. En 1841, il revient en France à Paris, puis voyage en Europe et en Asie.”

Jérôme Cardan, ou Gerolamo Cardano, mentionne également ce tour dans son livre De la subtilité et subtiles inventions, publié en 1556 par G. Le Noir (voir la notice dans le catalogue général). La notice du Dictionnaire de la prestidigitation cité ci-dessus consacrée à cet auteur indique que “Jérôme Cardan est un savant, astrologue et médecin italien, qui fit d’intéressantes recherches en mathématique, mécanique et optique. Il est à l’origine d’un dispositif d’articulation mécanique qui porte son nom. Il était également passionné de magie…Dans “De subtilitate”, il procède à une réflexion sur la magie en général, donne son point de vue sur l’illusionnisme de l’époque et dévoile le modus operandi de tours et de tricheries.”

Un magicien en lévitation (Liber peregrinationis, 1410-1412). BnF Manuscrits

Un magicien en lévitation (Liber peregrinationis, 1410-1412). BnF Manuscrits

Il est également question des anneaux chinois dans ces deux ouvrages :
* Magie blanche en famille par Magus (1894) (voir la notice dans le catalogue général)
* Les secrets de la prestidigitation et de la magie par Robert-Houdin (1868) (voir la notice dans le catalogue général)

Le livre intitulé Les anneaux chinois, par Odin (1928), est consacré entièrement à ce tour (voir la notice dans le catalogue général).

Pour d’autres informations, vous pouvez vous adresser à la Maison de la Magie, qui conserve le fonds Robert-Houdin.

———————-
Le service SINDBAD répond à vos questions sur tous les sujets, que vous soyez ou non lecteur de la BnF.

Vous pouvez poser votre question :

* en remplissant ce formulaire pour une question complexe,
* ou, pour une information rapide, par chat de 13h à 17h ou par téléphone de 10h à 13h au 01 53 79 55 00 (du lundi au vendredi).

Découvrir d’autres questions-réponses archivées par SINDBAD.

Voir les conditions d’utilisation de SINDBAD.

Isabelle Copin (BnF)
______

Source des images : Banque d’images de la BnF

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2012/12/le-tour-de-magie-des-anneaux-chinois-la-question-sindbad-du-jeudi/trackback/

 

Laissez un commentaire