Ailleurs, Collections et patrimoine, Histoire, Les coulisses

Jours de propagande à la British Library

4 septembre 2013

Encore quelques jours pour visiter une exposition étonnante sur la propagande d’État. Elle se tient à la British Library et s’achève le 17 septembre 2013. Éclairer le citoyen en lui faisant prendre conscience des messages politiques auxquels il est de plus en plus soumis, c’est bien là le rôle d’une bibliothèque nationale.

L’exposition intitulée “Propaganda. Power and persuasion” fait la part belle aux images dont l’effet sur l’imaginaire est toujours fort. Tout auteur d’un blog sait combien une image est essentielle pour capter, et tenter de retenir, l’attention d’un lecteur sur le web. De même, pour marteler ses messages patriotiques, le pouvoir politique recourt à l’image qu’il diffuse par tous les moyens : presse, télévision, affiches, tracts, brochures, éventails. Ainsi, les messages véhiculés sur des supports réputés éphémères, qui sont notamment conservés en recueils à la BnF, restent-ils durablement inscrits dans une mémoire collective. Ces images de propagande constituent donc une mémoire commune inconsciente qu’il faut interroger : portraits de chefs d’Etat, affiches de la Grande Guerre, campagnes de lutte contre la progression du VIH. Parmi ces exemples, un retient l’attention pour sa redoutable efficacité : la célèbre affiche de 1914 d’Alfred Leete représentant un Lord Kitchner affirmant le doigt pointé “Your country needs You”, une idée reprise peu après aux Etats-Unis avec un Oncle Sam, interpellant le jeune passant avec le même doigt pointé dans sa direction “I want You for US Army”.

Si l’exposition présente pour l’essentiel des documents publiés par le Royaume-Uni et ses institutions, elle porte un regard ironique sur la propagande française napoléonienne. Figure ainsi dans l’exposition un étonnant portrait de Napoléon en costume de sacre par Jean-Baptiste Borély en 1813, non pas un Napoléon triomphant à la manière de David ou Ingres, mais un Napoléon censé inspirer confiance, à une époque où l’Empire, assiégé de toute part, vacillait déjà. Le tableau, exposé à l’Hôtel de Ville de Montpellier, en est retiré en 1814 et renvoyé au peintre avec la facture impayée.

Aujourd’hui, la part prise part les réseaux sociaux dans la communication moderne des Etats, oblige à pousser la réflexion vers ce continent de l’éphémère qu’est le Web, désormais archivé par les Bibliothèques nationales au titre du dépôt légal.

  • En savoir plus

Suivre le hashtag #BLpropaganda sur Twitter

Carlo Ginzburg, ‘Your Country Needs You’: A Case Study in Political Iconography, History Workshop Journal, No. 52 (Autumn, 2001), pp. vi+1-22. Consultable en ligne sur JSTOR : http://www.jstor.org/stable/4289745

La collection des éphémères en recueils à la BnF

Effectuer une recherche dans les recueils de la BnF

Photo : Keijo Knutas / Flick’r The Commons

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2013/09/jours-de-propagande-a-la-british-library/trackback/

Commentaires (1)

  1. En effet, c’est le rôle d’une bibliothèque nationale d’informer les citoyens des évènements importants dans leur État.

 

Laissez un commentaire