Collections et patrimoine

[Actualités audiovisuelles] La discothèque de RFI à la BnF

15 octobre 2013

La discothèque de Radio France Internationale entre à la BnF et vient compléter les collections conservées au département de l’Audiovisuel. Plus de 100 000 références qui seront à terme consultables en salle P.

Le département de l’Audiovisuel vient d’enregistrer le don de la discothèque de RFI (Radio France internationale, aujourd’hui groupe France médias monde), qui couvre avec plus de 100 000 disques (vinyles et CD) l’ensemble des musiques de la planète, et dont le traitement doit s’inscrire dans la durée.

RFI

Logo de RFI depuis 2013 © Gédéon (DR)

Avec plus de 1 100 000 disques issus principalement du dépôt légal depuis 1938, mais aussi de dons de collectionneurs, la collection de phonogrammes du département de l’Audiovisuel (anciennement Phonothèque nationale) est l’une des plus importantes au monde. Elle s’accroit ici du don quantitativement le plus important de son histoire, qui vient heureusement compléter le fonds conservé à la BnF.

Si avec le dépôt légal, la collection rend compte de l’ensemble des éditions françaises et étrangères diffusées sur le territoire français, la discothèque  de RFI constituée depuis les années 60 par une politique d’acquisitions ciblée s’est émancipée des frontières hexagonales, pour investir d’autres aires géographiques.

De l’Asie à la Caraïbe, en passant par l’Afrique, son pôle d’excellence, elle donne à entendre les voix des cultures du monde, le cœur de la planète, l’âme humaine en musiques et en chansons.

Pierre Pichon (BnF)

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2013/10/la-discotheque-de-rfi-a-la-bnf-actualites-audiovisuelles/trackback/

Commentaires (5)

  1. Bonjour,
    Cette nouvelle est vraiment très intéressante. Comment consulter cette mine ? Parmi cette importante collection qui entre dans votre bibliothèque, il est certain qu’il y aura des doublons. Qu’en ferez-vous ?

  2. Bonjour,
    C\’est un enrichissement considérable des collections et j\’imagine beaucoup de travail derrière pour en donner l\’accès aux chercheurs. Ce serait vraiment chouette d\’avoir un feedback sur les travaux portant sur cette collection.
    Cdt,

  3. Bonjour,
    Je vous renvoie aussi sur cet article où un conservateur évalue la collection : http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/10/24/les-tresors-musicaux-de-rfi-trouvent-refuge-a-la-bnf_3502572_3246.html

  4. Bonjour,
    Il est certain que des doublons apparaitront, mais le département souhaite conserver la cohérence du fonds dans son intégralité. Celui-ci, en cours de traitement n’est pas encore consultable. Une annonce sera publiée dès qu’il le sera.

  5. Bonjour,
    Merci de nous signaler cet article sur l’entrée de la discothèque RFI à la BnF. Attention cependant à plusieurs erreurs. Lezs inédits d’Edit Piaf n’appartiennent pas au fonds RFI , mais bien au fonds de la BnF. Il n’y a aucun rapport entre le “Poste colonial” qui émet de 1931 à 1938, devient “Paris mondial” de 1938 à 1940 avant de cesser d’émettre définitivement, et RFI créée en 1975 et dont la discothèque se constitue à partir de 1983.

 

Laissez un commentaire