Services

Alexandrowitsch, vélocipédiste et poète [la question SINDBAD du jeudi]

13 mars 2014

Chaque jeudi, le service de questions-réponses SINDBAD vous propose de découvrir une question posée par un internaute et la réponse des bibliothécaires

Les vélocipédeuses. De l ardeur mais pas assez d équilibre, Linder, Philippe, Jacques, XIXe siècle. BnF Estampes et photographie

Les vélocipédeuses. De l ardeur mais pas assez d équilibre, Linder, Philippe, Jacques, XIXe siècle. BnF Estampes et photographie

  • La question :

Je cherche des informations concernant un auteur dénommé Alexandrowitch, qui a publié des récits sur le vélo parus au 19e siècle dans les revues Le véloce-sport et Le Véloceman de l’Union vélocipédique de France.

  • La réponse de SINDBAD :

Je n’ai trouvé aucun élément biographique dans les outils de recherche consultés (base de données bio-bibliographiques, catalogues de bibliothèques, etc.), mais on peut dégager des éléments à partir des deux revues que vous citez pour dessiner un portrait « en creux ».

La première de ces revues, Le Véloce-sport, est consultable dans Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France :

Le Véloce-sport  : organe de la vélocipédie française. - 1ère année, n ° 1 (1885, mars)-11e année, n ° 564/190 (1895) ; N.S., n ° 1 (1896)-n.s., n ° 98 (1897, nov.). - Bordeaux : [s.n.], 1885-1886.

La seconde est conservée en Bibliothèque de recherche :

Le Véloceman  : revue mensuelle illustrée sportive et commerciale de la Société vélocipédique en France et à l’étranger. - 1re année, n° 1 (1885)-2ème année, n° 37(1886, oct.). - Montpellier : [s.n.], 1885-1886. (voir la notice du catalogue général de la BnF)

Le nom « Alexandrowitch » est plutôt orthographié « Alexandrowitsch » ou « Alexandrovitsch ». Il s’agit vraisemblablement d’un nom de plume, comme en utilisaient les correspondants de la revue Véloce-sport. Par exemple « Paul Higlote », « Veston-Gris », « Almaviva », « A. du Jarret », « Sisyphe », « Montamor », « Trois-Etoiles », etc.
Il était le correspondant de l’Union vélocipédiste pour l’Alsace. Il rendait compte des courses et des événements qui avaient lieu dans la région de Strasbourg.

Voici quelques articles parus dans “Le Veloce-sport”, disponibles sur Gallica :
« Alsace. » Le Véloce-sport et le véloceman
, 13 octobre 1887 (Année 3, numéro 35), p. 951.

Alexandrowitsch était aussi poète et donna quelques textes littéraires à la revue :

« Printemps. » Le Véloce-sport, 11 avril 1889 (Année 5, numéro 8), p. 182.
« Excursion en bicycle dans les Vosges. »
Le Véloce-sport, 2 mai 1889 (Année 5, numéro 11), p. 241.
« Le jeune Veloceman mourant. »
Suivi de « Mignonne ». Le Véloce-sport, 20 février 1890 (Année 6, numéro 8), p. 140.
« La Rose. »
Le Véloce-sport, 10 juillet 1890 (Année 6, numéro 28), p. 561.
« Adieu Véloce ! »
, Le Véloce-sport, 21 janvier 1892 (Année 8, numéro 359), p. 52-53.

On sait qu’il a eu des ennuis de santé au printemps 1890 grâce aux brève d’Almaviva, correspondant à Lunéville en Lorraine : « Lunéville. (…) Des intérêts sérieux appellent notre secrétaire près de Alexandrowitch, et ce doit être un motif suffisant. » Le Véloce-sport, 20 mars 1890 (Année 6, numéro 12), p. 213.
Dans le numéro de juillet, à la suite du poème d’Alexandrovitsch « La Rose », Almaviva fait savoir que sa santé est en train d’être recouvrée :
« L’ami Alexandrovitsch nous prie de vous faire savoir que si son rétablissement est complet, il espère se rendre au meeting de Geraudmer où il compte vous rencontrer. » Le Véloce-sport, 10 juillet 1890 (Année 6, numéro 28), p. 561.
Dans ces brèves de Lunéville, Almaviva relate encore :
« Alexandrovitsch venait prendre possession d’un charmant petit tricycle à caoutchoucs creux, sur lequel nous avons eu plaisir de rouler ; quelle douceur et quel agrément procurent ces nouvelles machines ! » Le Véloce-sport, 2 octobre 1890 (Année 6, numéro 40), p. 815.
Enfin, le numéro du 28 août 1890 (Année 6, numéro 35, p. 700) est le plus « biographique » puisqu’il relate le voyage du président de l’Union vélocipédiste (G. Thomas) et de son secrétaire (Chabrié) dans l’Est de la France, à Lunéville d’abord, puis à Strasbourg où les attend leur « ami » Alexandrovitsch :
« Avant de partir, M. Thomas remercie notre ami Alexandrovitsch de tout son dévouement à l’Union et de tout ce qu’il a voulu faire pour lui. En récompense, il lui remet l’insigne de Consul d’Alsace et lui donne l’accolade en attendant sa nomination. »

SINDBAD, Bibliothèque nationale de France, département Sciences et techniques

———————-

Le service SINDBAD répond à vos questions sur tous les sujets, que vous soyez ou non lecteur de la BnF. Vous pouvez poser votre question en remplissant le formulaire pour une question complexe, ou, pour une information rapide, par chat ou par téléphone.

Découvrir d’autres questions-réponses archivées par SINDBAD.
______

Source de l’image : Banque d’images de la BnF

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2014/03/alexandrowitsch-velocipediste-et-poete-la-question-sindbad-du-jeudi/trackback/

 

Laissez un commentaire