Manifestations

Rencontre avec Kudsi Erguner à la BnF pour La flûte des origines

14 mars 2014

La flûte des origines. Un soufi d’Istanbul de Kudsi Erguner est le 110ème livre de la collection Terre Humaine (éditions Plon), fondée et dirigée par Jean Malaurie. Il  est issu d’entretiens avec Dominique Sewane, anthropologue des religions, lentement organisés au long de cinq années de dialogue. La BnF et le département Philosophie, histoire, sciences de l’homme organisent une rencontre exceptionnelle à l’occasion de cette publication le lundi 24 mars 2014 de 17:00 à 19:00.

La flûte des origines. Un soufi d’Istanbul révèle une personnalité riche et profonde, Kudsi Erguner, et à travers son chemin de vie, une profondeur de l’islam que les actuels mouvements salafistes et une islamophobie rampante nous font oublier. Né au VIII ème siècle, partie intégrante de l’islam, le soufisme a entretenu des échanges constants avec toute forme de pensée ou de religion. A 13 ans, Kudsi Erguner s’éveille à la foi après avoir rencontré un inconnu dans une mosquée. Le vieil homme l’introduit avec douceur dans les subtilités de l’islam. Selon le Coran en effet, la religion ne doit pas être imposée. Il s’engage alors sur la « Voie des Soufi Mevlevi » ou Derviches tourneurs à laquelle appartient sa famille, inspirée par la pensée de Djalâl-od-dîn-Rûmî, poète mystique du XIIIème siècle. Une Voie pour laquelle le combat contre son ego et ses pulsions agressives constitue une priorité. Pour le Coran, ce combat représente en effet le Grand Djihad permettant, à terme, de s’ouvrir à la lumière divine. Cette initiation sera conduite dans la clandestinité, car à son avènement en 1925, la république du président Mustafa Kemal dit Atatürk, impose la laïcité avec une rare brutalité et interdit le soufisme comme toute expression religieuse. Un seul modèle : l’Europe. Un absolu : la modernité à tous les niveaux. Le prodigieux héritage culturel de l’empire ottoman doit être éradiqué.

En l’espace de quelques années, dans un véritable éblouissement et le sillage des «hommes de vérité » que sont les cheikhs de son entourage, le jeune Kudsi Erguner découvre les poèmes d’Attar, de Rûmi, de Yunus Emere, leurs paraboles, les hadiths du Prophète, les sourates du Coran, la magnificence d’Istanbul…et la musique. Auprès de son père Ulvi Erguner, descendant d’une prestigieuse lignée de musiciens soufis, il apprend le jeu de la flûte oblique de roseau qu’est le Ney. C’est au terme de la vie de son père, en recueillant à l’hôpital ses dernières paroles, qu’il comprend ce qu’est un vrai Soufi. L’intensité de tels moments décidera du cours de sa vie. A vingt ans, il quitte Istanbul pour Paris, où il se forme à l’architecture et la musicologie.

Né en 1952, originaire d’Istanbul, issu d’une famille de musiciens de tradition soufie, Kudsi Erguner est à la fois un érudit musulman et un virtuose du Ney dont les concerts sur les scènes internationales les plus prestigieuses sont renommés. Révolté par les dérives commerciales de l’actuel « soufi boom », il s’est donné pour mission de transmettre un héritage dont il est l’un des rares dépositaires. Il a fondé l’association Mevlana Rûmî et depuis quelques années, enseigne à Rotterdam et à Venise la musique ottomane élargie aux mélodies grecques, arabes, arméniennes, juives. Avec son ensemble, il a été l’origine de rencontres avec des musiciens classiques, de jazz ou de musique contemporaine.

  • Pratique

La rencontre aura lieu le lundi 24 mars de 17h00 à 19h00 à l’auditorium 70 de la BnF - site François-Miterrand (Hall Est)  et comprendra un moment musical puis un séance de dédicace. Entrée libre et gratuite

Photo : Moyan_Brenn/ Flick’r The Commons

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2014/03/la-flute-des-origines-un-soufi-distanbul-rencontre-avec-kudsi-erguner-a-la-bnf/trackback/

 

Laissez un commentaire