Manifestations

La Rentrée littéraire à l’honneur

17 février 2015

Le phénomène de la rentrée littéraire sera au cœur des débats du prochain Atelier du livre, le 10 mars de 14h à 19h au Petit auditorium de la BnF.

Comment ce phénomène, dont il est difficile de dater l’origine exacte, s’est-il progressivement imposé au point de devenir un événement incontournable de l’économie du livre ? Comment la rentrée littéraire, objet d’opérations médiatiques de grande ampleur, a-t-elle pris tant d’importance dans le monde de l’édition et de la librairie ? Quelles prescriptions et espérances collectives porte-t-elle ? Enfin, en quoi représente-t-elle un outil de promotion au service de l’écrivain et de la littérature contemporaine ? Telles sont quelques-unes des questions qui seront débattues au cours de cet après-midi d’étude qui mêlera communications, présentations interactives et table ronde.

La demi-journée s’ouvrira à 14h par une introduction historique sur les origines de la rentrée littéraire. Jean-Yves Mollier, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, et Olivier Bessard-Banquy, professeur de bibliologie et d’édition à l’Université de Bordeaux-Montaigne, s’intéresseront respectivement aux XIXe et XXe siècles. Tous deux replaceront le phénomène de la « rentrée littéraire » dans le contexte de l’époque et s’efforceront de proposer des éléments de datation pour établir son origine.

Cette perspective historique sera suivie d’une intervention de Bertrand Legendre, professeur en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Paris XIII, qui abordera la rentrée littéraire d’un point de vue socio-économique.

Sylvie Ducas, maître de conférences HDR en Littérature française et Sciences de l’Information-Communication à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, étudiera le marketing éditorial qui entoure chaque rentrée littéraire et les significations profondes de ce phénomène, en termes de prescriptions et d’espérances collectives.

Pierre Jourde, écrivain, critique littéraire, professeur à l’Université Grenoble III, reviendra quant à lui sur quelques rentrées littéraires emblématiques, ayant marqué leur époque par la révélation d’un grand écrivain ou la découverte d’un chef d’œuvre.

Cette dernière communication sera suivie d’une présentation interactive et synthétique des enjeux de la rentrée littéraire par les étudiantes du master des métiers du livre de l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, partenaire de la demi-journée avec la BnF.

Après un temps d’échanges puis une courte pause, s’ouvrira à partir de 17h30 la table ronde de la soirée, animée par Olivier Bessard-Banquy. Consacrée aux rentrées littéraires de septembre 2014 et janvier 2015, elle réunira de nombreux professionnels qui évoqueront la manière dont ils ont vécu, chacun de leur point de vue, ces deux rendez-vous majeurs du monde du livre.
Seront notamment présents : Joy Sorman, écrivain, auteur de La Peau de l’Ours paru en septembre 2014 aux éditions Gallimard ; Jean-Noël Orengo, romancier, auteur de La Fleur du Capital paru en janvier 2015 aux éditions Grasset ; Thomas Simonnet, éditeur de l’Arbalète/Gallimard ; Anaïs Massola, co-gérante de la librairie « Le Rideau rouge » ; Marie-Christine Jacquinet, conservateur, directrice de la bibliothèque départementale des Yvelines ; Oriane Jeancourt, rédactrice en chef Littérature au magazine Transfuge ; et Silvana Bergonzi, Chargée de communication Editions J’ai lu.

L’entrée est libre dans la limite des places disponibles.
Venez nombreux !

- Le programme et les informations pratiques

Le phénomène de « rentrée littéraire », 10 mars 2015, 14h-19h
Petit Auditorium, Quai François Mauriac, Paris XIIIe

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2015/02/la-rentree-litteraire-a-lhonneur/trackback/

 

Laissez un commentaire



Pas d'URL (adresse de site web) ou alors sans le http, pour cause de spam.