Choix du bibliothécaire

[Actualités audiovisuelles] Le pays d’où l’on ne revient jamais

16 décembre 2015

“Notre pays à nous, c’est ce maigre rivage où nous voici jetés” (Jean Paul de Dadelsen).

Avec le dernier chapitre de la programmation de cinéma documentaire Exilés - Cinéma d’urgence, des émigrés d’hier se remémorent l’exil, le déracinement, l’espoir, et leur précieuse culture en héritage.

À l’heure où les réfugiés viennent en nombre chercher asile dans les pays européens, les images-chocs se bousculent et nous bouleversent.

Les médias instantanés nous mettent en alerte, mais nous avons besoin du cinéma pour incarner vraiment les paroles, les expériences vécues, les colères, les espoirs et les désillusions des migrants d’aujourd’hui.

Depuis le 3 novembre, le Mois du film documentaire à la BnF présente - en 30 films et webdocumentaires - le meilleur du cinéma documentaire des dix dernières années, pour renouveler notre regard délavé par l’actualité.

  • Où et quand ?

Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand
Bibliothèque du Haut-de-jardin

Films et webdocumentaires sur tous les postes audiovisuels
Du mardi au samedi (10h-20h) et le dimanche (13h-19h), entrée gratuite dès 17h

Séance sur le grand écran de la salle A, tous les jours à 17h

  • Pour en savoir plus

Téléchargez le programme détaillé.
Le dossier Société et migrants du portail Sociétés en débats.
Une lecture récente parmi d’autres.

  • Encore plus

Les autres actualités des collections audiovisuelles de la BnF.
Toutes les [Actualités audiovisuelles] du Blog Lecteurs.

Julien Farenc (BnF)

______
Crédit photographique : Immigrants arriving at Ellis Island, New York (George Grantham Bain collection, 1907)

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2015/12/actualites-audiovisuelles-le-pays-dou-lon-ne-revient-jamais/trackback/

Commentaires (3)

  1. Quel titre sensible : Le pays d’où l’on ne revient jamais.

    Il est vrai que l’art élève l’âme, nous permet de voir avec les yeux de l’autre, d’intégrer en quelque sorte l’expérience de l’autre et mieux comprendre.

    Le cinéma d’auteur a la force de cette quête d’authenticité dans sa danse avec les réalités au service d’une communication au reflet de l’essence de l’humanité.

    “…leur précieuse culture en héritage…” touche le coeur de la danse des migrants et exilés.

  2. Merci pour ce beau texte, au plaisir de vous lire à nouveau.
    Bien cordialement, Julien Farenc (BnF)

  3. Le pays d’où l’on ne revient jamais est par ailleurs un film de José Veira produit en 2005 par La Huit, où son réalisateur approfondit encore la question du retour (rêvé) au pays.
    http://bit.ly/1N5bPcV
    Bien cordialement, Julien Farenc (BnF)

 

Laissez un commentaire