Choix du bibliothécaire

[Actualités audiovisuelles] Adieu Herr Boulez !

12 janvier 2016

Pierre Boulez dirigeant Répons, Festival d'Avignon 1988 (© Bnf / Gallica)

Pierre Boulez s’en est définitivement allé à l’âge de 90 ans. Sa disparition est l’occasion de revenir sur la carrière de cette figure de cette figure majeure du monde musical d’après 1945.

Musicien exceptionnel à la personnalité singulière, il fut tout à la fois compositeur, théoricien, chef d’orchestre éminent, fondateur d’institutions culturelles majeures et pédagogue.

Compositeur et théoricien à l’impitoyable esprit critique, remettant en question les acquis fondamentaux de l’harmonie classique, Pierre Boulez et son esprit pionnier ont marqué des générations de musiciens. Son catalogue, qui comprend une trentaine d’œuvres - des pièces solistes, des œuvres pour grand orchestre et chœur ou pour ensemble et électronique, allant du sérialisme dans le sillage du dodécaphonisme aux œuvres “ouvertes virtuellement inachevées - révèle une transformation fondamentale de la composition. Son œuvre apparaît intiment liée à sa pratique magistrale de la direction d’orchestre dont il impose un style à la fois objectif, efficace et ascétique et à ses recherches sur la transformation du son qu’il mène à l’​Institut de recherche et de coordination acoustique/musique (IRCAM) créé à la fin des années 1970.

Personnalité incontournable de la création musicale contemporaine, Pierre Boulez a contribué à transformer le paysage musical parisien : le président Georges Pompidou lui confie la création et la direction de l’IRCAM ; il est consulté pour la construction de l’opéra Bastille ; il est le l’initiateur des projets de la Cité de la musique, le lieu de résidence de l’ensemble InterContemporain qu’il a lui-même créé en 1976, et de la Philharmonie de Paris inaugurée il y a tout juste un an.

Pierre Boulez fut enfin un grand pédagogue, mû par une insatiable volonté de transmettre sa pratique musicale : pendant 20 ans il enseigna au Collège de France et pratiqua à travers le monde de nombreuses master-class de direction d’orchestre.

Des enregistrements, des concerts filmés, des entretiens et des master-class de direction, accessibles sur tous les postes met du Haut-de-jardin, ainsi qu’une sélection d’ouvrages consultables en salle A, mettent en lumière l’exceptionnelle carrière et la personnalité complexe de Pierre Boulez.

  • Où et quand ?

Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand
Disques, concerts, documentaires et entretiens  à consulter sur tous les postes audiovisuels de la Bibliothèque du Haut-de-jardin
Du mardi au samedi (10h-20h) et le dimanche (13h-19h), entrée gratuite dès 17h

  • Toujours plus

Les autres actualités des collections audiovisuelles de la BnF.
Toutes les [Actualités audiovisuelles] du Blog Lecteurs.

Julie Devanz-Fiorini (BnF)

______
Crédit photographique : Pierre Boulez dirigeant Répons, Festival d’Avignon (© Bnf / Gallica)

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2016/01/actualites-audiovisuelles-adieu-herr-boulez/trackback/

Commentaires (2)

  1. Le titre est franchement de mauvais goût et l’étonnement le succède à la consternation

  2. Bonjour et merci pour votre commentaire,
    Il ne faut surtout pas voir dans ce titre un mauvais sous-entendu.

    Il est repris d’un titre de la revue Combat qui apostropha Pierre Boulez en 1966 (Adieu Herr Boulez) lorsque ce dernier décida de démissionner du Domaine musical (société de concerts fondée par Pierre Boulez avec le concours de Jean-Louis Barrault) et de quitter la France pour s’installer en Allemagne.

    Pierre Boulez, musicien avant-gardiste et connu pour ses positions très affirmées, manifesta ainsi son irritation en réponse à la nomination du compositeur Marcel Landowski à la direction de la musique, de l’art lyrique et de la danse par le ministre de la culture André Malraux.

    Bien cordialement, Julie Devanz Fiorini (Bnf)

 

Laissez un commentaire