Hommage

Hommage à Michel Tournier (1924-2016)

20 janvier 2016
Michel Tournier le 11 juin 2005

Michel Tournier le 11 juin 2005

Michel Tournier est mort le 18 janvier, à l’âge de 91 ans, dans son village de Choisel, en vallée de Chevreuse. C’est là que l’auteur de Vendredi ou les Limbes du Pacifique vivait depuis près de soixante ans dans un ancien presbytère, à l’abri des tumultes de la vie parisienne.

Michel Tournier est né à Paris, le 19 décembre 1924, dans une famille aisée marquée par la culture allemande et le catholicisme. Il fait des études universitaires de philosophie. Recalé à l’agrégation en 1950, il doit renoncer à l’enseignement. Il exerce alors diverses activités : producteur à la Radiodiffusion-télévision française, puis attaché de presse à la nouvelle station Europe n°1 et chef des services littéraires des éditions Plon à partir de 1958.

C’est en 1967 que sa carrière littéraire est lancée, avec son premier roman Vendredi ou les Limbes du Pacifique. Ce roman, relecture rousseauiste du Robinson Crusoé de Daniel Defoe, dans lequel Robinson découvre le bonheur de la vie sauvage, reçoit le Grand prix du roman de l’Académie française. Suit Le Roi des Aulnes (1970), avec pour toile de fond l’Allemagne nazie, auquel est décerné le prix Goncourt à l’unanimité, puis Les Météores (1975), roman fondé sur le mythe de la gémellité de Castor et Pollux. En 1977, dans Le Vent Paraclet, récit autobiographique, celui qui dira de lui « Je suis devenu écrivain par compensation » parle de son métier. Son œuvre romanesque se poursuit notamment avec Gaspard, Melchior & Balthazar (1980), récit dans lequel Michel Tournier ajoute un nouveau roi, Taor, prince de Manglagore, aux traditionnels rois mages. D’autres personnages mythiques l’inspireront, comme ceux de Jeanne d’Arc et Gilles de Rais, dans Gilles & Jeanne (1983) ou de Moïse, dans Éléazar ou la source et le buisson (1996).

L’importance du mythe pour Michel Tournier s’explique par son intérêt pour la philosophie. Celui qui se revendique « contrebandier de la philosophie » confie que « le passage de la métaphysique au roman devait [lui] être fourni par les mythes ». Arlette Bouloumié, professeur à l’Université d’Angers, a ainsi pu parler à propos de son œuvre de « roman mythologique ».

Son œuvre, très lue et traduite dans le monde entier, fait l’objet de nombreuses études universitaires et de thèses. Il obtient un grand succès auprès de la jeunesse pour Vendredi ou la Vie sauvage (1971), vendu à sept millions d’exemplaires. Michel Tournier s’est en particulier intéressé au public scolaire, se déplaçant souvent pour expliquer son œuvre et partager son plaisir de lire :

Celui qui lit possède des ailes qui lui permettent de s’enfuir dans des pays merveilleux… Ne pas lire, c’est ramper sur le sol comme un ver.

Ce grand lecteur, qui fut durant près de quarante ans membre l’Académie Goncourt, laisse une œuvre riche, originale, marquée par une recherche de l’absolu. Elle est composée de romans, de contes et nouvelles, d’essais, d’une autobiographie et de livres sur les arts et la photographie, à laquelle il vouait une véritable passion. Il aimait à caractériser son style comme classique :

Mon propos n’est pas d’innover dans la forme mais de faire passer au contraire dans une forme aussi traditionnelle, préservée et rassurante que possible, une matière ne possédant aucune de ces qualités.

Celui qui déclarait : « Je ne désire que trois choses : de l’or, de l’encens et de la myrrhe. L’or représente les droits d’auteur, l’encens les bonnes critiques et la myrrhe le passage à la postérité », restera dans l’histoire de la littérature comme un moderne déjà classique.
Michel Tournier avait publié en 2002 son Journal extime, et venait en 2015 de faire publier ses Lettres parlées à son ami allemand Hellmut Waller, 1967-1998.

Une sélection de ses livres est présentée dans la salle H de la Bibliothèque du Haut-de-jardin.

Pour en savoir plus :

- on peut retrouver l’ensemble des œuvres de Michel Tournier sur data.bnf,

- s’informer sur les archives littéraires Michel Tournier conservées à la Bibliothèque universitaire d’Angers,

- et consulter des entretiens récents proposés par France Culture, Arte et Libération.

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2016/01/hommage-a-michel-tournier-1924-2016/trackback/

Commentaires (1)

  1. J’étudie avec mes étudiants les mythes liés à la Chasse sauvage (Roi des Aulnes…), ces légendes relevant d’après les Frères Grimm de la “Petite Mythologie” alors que c’est par leur biais que nous sommes entrés en littérature, et que seuls quelques happy few connaissent désormais. Michel Tournier est de ceux qui ont continué à forger des clés d’accès à ces univers qui font de nous des hommes…
    RIP

 

Laissez un commentaire