Choix du bibliothécaire

[Actualités audiovisuelles] Ferré aurait 100 ans

15 septembre 2016

Léo Ferré aurait 100 ans… Compositeur, poète, interprète, né le 24 août 1916 et mort le 14 juillet 1993, Ferré laisse derrière lui une œuvre dense, artiste prolifique, compositeur en constante création. Cet hommage en Haut-de-jardin revient sur sa trajectoire de près de 50 ans et 40 albums.

Léo Ferré ne craint pas de déplaire, plusieurs de ses chansons furent censurées à la radio. Il ne cède rien de ses convictions, intrinsèquement intègre dans ses choix, dans ses amours, dans ses amitiés. Ferré est un homme généreux et combatif dans ses idéaux.

Je ferai n’importe quoi pour un ami, vous m’entendez cher ami, n’importe quoi ! Je le défendrai contre vents et marrées – pardonnez ce cliché, je n’ai pas votre phrase acérée et circonspecte – je le cacherai, à tort ou à raison, je descendrai dans la rue, j’irai vaillamment jusqu’au faux témoignage, avec la gueule superbe et le cœur battant (Lettre à André Breton)

C’est également par amour des mots qu’il a mis en musique des poètes tel que Baudelaire, Apollinaire, Aragon, Villon, et ainsi donné à entendre des poèmes, des textes, parfois difficiles d’accès, à un large public.

Ferré se revendique anarchiste et ses prises de position contre la peine de mort, sur la guerre d’Algérie, contre la religion et tous les dogmes, contre l’establishment, soulèvent des polémiques, il participe à des galas de soutien pour les ouvriers grévistes. Lui qui perdait espoir en un peuple de France soumis, se retrouve dans la jeunesse de mai 68.

Admiré par les surréalistes, haï par d’autres qui n’ont pas su voir en cet homme les blessures, les souffrances et sa colère nourrie d’absences et d’espoirs. Son public demeure néanmoins indéfectible  et fidèle, l’accompagne et le soutient. Ses chansons sont vivantes, sensuelles voire érotiques, mais toujours sa révolte reste un acte positif de l’amour de la vie. Il parle de la mort, thème récurrent chez Ferré. Il en parle sans romantisme, de cette mort glaçante, là encore dans la violence de ce qu’exprime le mot.

Ce n’est pas le mot qui fait la poésie, c’est la poésie qui illustre le mot.

De toujours Léo Ferré, a composé de la musique pour orchestre, il a écrit la partition d’un oratorio La chanson du mal aimé d’Apollinaire. Son rêve était de diriger des orchestres, et là encore la vie lui en a donné l’occasion à plusieurs reprises.

La rhétorique de Léo Ferré est sans équivalent, profonde et percutante, avant-gardiste dans ses thèmes et ses colères, ses chansons aujourd’hui résonnent tristement d’actualité. À l’écouter, on trouve des similitudes avec les maux qui déchirent notre monde, du sentiment en flot, bouleversant, chacun peut trouver dans sa voix des raisons d’être et de rester debout.

  • Où et quand ?

Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand
Bibliothèque du Haut-de-jardin
Gratuit tous les jours à partir de 17h

Disques et films sur tous les postes audiovisuels
Du mardi au samedi (10h-20h) et le dimanche (13h-19h)

Films sur le grand écran de la salle A
Du mardi au dimanche (17h)

  • Pour en savoir plus

Les éditions musicales fondées par Léo Ferré, La mémoire et la mer

  • Toujours plus

Les autres actualités des collections audiovisuelles de la BnF.
Toutes les [Actualités audiovisuelles] du Blog Lecteurs.

Laurence Cadol (BnF)

______
Crédit photographique : Récital de Léo Ferré, photographies de Roger Pic, source gallica.bnf.fr - Bibliothèque nationale de France

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2016/09/actualites-audiovisuelles-ferre-aurait-100-ans/trackback/

 

Laissez un commentaire